Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:36

Le Maroc se mobilise pour la Palestine, contre le sionisme


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 26 Mars 2012 - 08:28 Mali: Sempiternelle ritournelle ?


1 2 3 4 5 Notez


Mardi 27 Mars 2012


Le Maroc se mobilise pour la Palestine, contre le sionisme

Il n’y a pour l’instant que le site JSS (Je Suis un Salaud) pour en parler en français.

Et c’est plus qu’étonant parce que l’évènement a eu lieu à Rabat, au Maroc, c’est-à-dire un pays bien connu en France pour diverses raisons.

Mais comme nous le savons, la couverture médiatique du Maroc par la presse française semble avoir des lacunes qu’on a du mal à s’expliquer.

Ce sont pourtant des dizaines de milliers de personnes, peut-être 100 000, qui ont manifesté à Rabat pour demander la libération des prisonniers Palestiniens détenus par l’entité sioniste.

Ces manifestants protestaient aussi contre la présence d’un représentant de l’entité sioniste à une conférence sur la coopération euro-méditerranéenne qui se tenait au siège du parlement marocain.

Pas une ligne dans vos journaux !       

Un diplomate Israélien exfiltré du Maroc. On m’a dit de quitter la conférence

David Saranga affirme ne jamais s’être senti menacé dans les locaux du parlement à Rabat alors qu’ne foule énorme manifestait dehors en soutien aux prisonniers Palestiniens, il explique qu’un participant Tunisien à la confére »nce ‘avait cessé de sourire lorsqu’il a appris qu’il était Israélien.’
 Par Yitzhak Benhorin, Yediot Ahronoth (Sionistanà 26 mars 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri
WASHINGTON – “On m’a dit d’aller à l’aéroport le vite possible et de quitter le Maroc, » a déclaré lundi au Yediot le vieux routier de la diplomatie israélienne David Saranga, un jour après que une manifestation qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes qui protestaient contre sa présence à Rabat.
Pendant cette marche, les manifestants brandissaient des drapeaux palestiniens et scandaient “Le people veut libérer al-Aqsa » et « un million de martyrs vont aller à Jérusalem.» Ils ont aussi brûlé des drapeaux israéliens.
Le quotidien Yedioth Ahronoth rapport que Saranga qui se trouvait à Rabat pour une conférence sur le partenariat euro-méditerranéen a été évacué du siège du parlement par une porte dérobée de crainte que les manifestants à l’extérieur s’attaquent à lui.
Saranga, chef du département de liaison avec le parlement européen à la mission israélienne auprès de l’Union Européenne est rentré sain et sauf à Bruxelles lundi.
“Nous avions des discussions au siège du parlement à Rabat alors que des milliers de personnes à l’extérieur protestaient contre la présence d’un représentant israélien,” a déclaré Saranga au Yediot.
“Dès samedi, alors que nous parlions environnement, énergie et droits des femmes, je pouvais voir des gens manifester dehors. Le représentant Tunisien m’a dit qu’ils demandaient la libération de prisonniers Palestiniens. Il a cessé de sourire quand il s’est rendu compte que j’étais Israélien,»  rapporte le diplomate.
“Il y avait peut-être 100 000 manifestants qui criaient et brandissaient des symboles. – et c’était ça.”
Pendant les discussions de dimanche, un représentant de l’Union Européenne a attire l’attention de Saranga sur l’agitation à l’extérieur. « J’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu des milliers de personnes. Les portes du siège du parlement étaient fermées et nous étions donc protégés, mais depuis les fenêtres du deuxième étage j’ai vu des swastikas et des gens en train de brûler des drapeaux israéliens, » dit-il.
«Les discussions à l’intérieur se poursuivaient comme prévu, mais tout le monde regardait de temps en temps à la fenêtre pour voir ce qui se passait,» se souvient Saranga. « A l’intérieur du siège du parlement, les photographes ont commencé à se concentrer sur moi, et j’ai demandé conseil au personnel de la sécurité.
Ils m’ont dit d’aller à l’aéroport aussi vite que possible et de quitter le Maroc.»
En une heure, les organisateurs de la conférence avaient une équipe de gardes du corps prête à escorter Saranga à son hôtel. « Ils m’ont conduit hors de l’immeuble par une porte dérobée, mais je ne me suis senti menacé à aucun moment. Après avoir récupéré mes affaires à l’hôtel, j’ai été rapidement emmené à l’aéroport où j’ai embarqué dans le premier avion pour Paris.,» dit-il.
L’incident a été une source de déception pour le diplomate Israélien. « Il est honteux que, au lieu d’avoir un retour positif , nos projets qui promeuvent la paix et la compréhension mutuelle attirent des manifestations hostiles au dialogue.»

http://mounadil.wordpress.com/
http://www.alterinfo.net/Le-Maroc-se-mobilise-pour-la-Palestine-contre-le-sionisme_a73682.html
Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:34

La marche « Vers Qods » poursuit son chemin, Israël panique


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 27 Mars 2012 - 08:42 CHronique: "Lamentations"


1 2 3 4 5 Notez


IRIB
Mardi 27 Mars 2012


La marche « Vers Qods » poursuit son chemin, Israël panique
A l'approche de la marche internationale « Vers Qods », prévue fin mars, à l'occasion de la journée de la "Terre", l'armée israélienne, qui s'est déjà mise en état d'alerte, a donné de tirer sur les participants aux manifestations sur les frontières de la Palestine occupée.
Une marche internationale est prévue le vendredi 30 mars, simultanément à la journée de la Terre, sur les frontières de la Palestine occupée aussi bien que partout dans le monde. Des centaines de milliers de pacifistes de tous les continents du monde, sont déjà arrivés, selon les organisateurs, aux pays voisions de la Palestine occupée. Ils doivent se diriger, le 30 mars, du Liban, de l'Egypte, de la Jordanie, de Gaza, de la Cisjordanie et des autres terres occupées en 1948, vers Qods. Des manifestations et rassemblements sont aussi prévus le même jour devant les ambassades du régime sioniste dans les capitales de divers pays du monde. La journée de la Terre est une journée symbolique pour les Palestiniens célébrée et commémorée, chaque année, depuis quatre décennies, en guise de protestation contre les politiques expansionnistes du régime sioniste, notamment la confiscation des terres et maisons des Palestiniens. Les responsables de Tel-Aviv ont, déjà, mis en garde les pays voisins contre tout accord avec la tenue de la marche « Vers Qods », à la journée de la Terre, toutefois, un comité international représentant les cinq continents a décidé, il y a deux mois, d’organiser, une marche internationale, en vue de retenir l'attention de l'opinion publique à travers le monde sur la question de la ville sainte de Qods. Elle entend réclamer "la libération de la Palestine et la cessation de la judaïsation de Qods". Il est vrai que la judaïsation et la destruction des monuments historiques, nationaux et religieux, durant quatre décennies d'occupation de Qods, s'est, de plus en plus, accélérée, de la part du régime sioniste; le monde s'inquiète ainsi des impacts négatifs que cela pourrait avoir pour la ville sainte de Qods, ville de la paix et du salut, qui est occupée depuis 1967 par l'armée israélienne. Plus d'une centaine de colonies de peuplement sioniste y ont été construites tandis que des monuments historiques, des mosquées et des endroits sacrés voire des cimetières, datant des millénaires, détruits. Ce sont une seule partie des démarches expansionnistes du régime israélien. Ceci dit, les épris de la liberté, partout dans le monde, représentant 700 organisations populaires, de 64 pays du monde, ont décidé, cette année, d'organiser et participer à une marche internationale pour contraindre la Communauté internationale à réagir face à Israël. Les responsables de l’entité sioniste sont déjà paniqués par cette marche internationale, à l’instar de la Journée mondiale de Qods. Désemparés, ils multiplient alertes et mises en gardes.

IRIB



Mardi 27 Mars 2012
http://www.alterinfo.net/La-marche-Vers-Qods-poursuit-son-chemin-Israel-panique_a73665.html
Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:31

La Cour suprême américaine consacre la souveraineté israélienne sur alQods


Dans la même rubrique:
< >


C’est un sans précédent juridico-politique aux conséquences politiques irréfutables

1 2 3 4 5 Notez


Mardi 27 Mars 2012


La Cour suprême américaine consacre la souveraineté israélienne sur alQods
La Cour suprême américaine, a déclaré que les citoyens américains juifs nés à Jérusalem (alQods) peuvent enregistrer leur lieu de naissance comme étant Israël ! Alors qu’auparavant, seul le nom de la ville sainte figurait sur le lieu de naissance, sachant que les Etats-Unis ne reconnaissaient pas la souveraineté israélienne sur la ville.

La décision de la cour est intervenue suit à l’affaire d’un couple, de nationalité américaine, qui a demandé au tribunal d’enregistrer le lieu de naissance de leur fils, né à Jérusalem comme étant Israël et la Cour a acquiescé à leur demande.

A souligner que les États-Unis ne reconnaissent pas la souveraineté israélienne, palestinienne et jordanienne de Jérusalem. Par conséquent, chaque enfant né à alQods mais qui appartient à l’une de ces trois nationalités, était enregistré comme étant né à Jérusalem, sans préciser le pays auquel il appartient.

Or dans cette affaire, un tribunal d'un niveau inferieur avait rejeté la demande du couple en question, argumentant qu’il n’avait pas le pouvoir de rendre une décision en relation avec la politique américaine..

La Cour suprême a accepté l’affaire tout simplement parce qu’elle a le droit d’intervenir dans la politique des États-Unis, et là il s’agit de la question d’alQods.

Il faut savoir, que désormais, « grâce » à cette décision prés de 50 mille citoyens juifs américains, nés à Jérusalem peuvent inscrire Israël comme leur lieu de leur naissance !!

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=56669&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1 http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=56669&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1

http://www.alterinfo.net/La-Cour-supreme-americaine-consacre-la-souverainete-israelienne-sur-alQods_a73705.html

 

Repost 0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 21:40

OUVREZ LES YEUX BONNES GENS ;

LES RABBINS TALMUDIQUES ANNONCENT L’APOCALYPSE SIONISTE POUR 2012 !
Comme l’avaient annoncé les rabbins Talmudiques sur internet, il s’est bien passé un événement de retentissement mondial, pour le mois d’Adar (du 24 févier au 23 mars) qui annonce le départ de l’apocalypse sioniste talmudique contre l’humanité.

Et il s’est bien produit :
Avec la tuerie de Toulouse (un 11 septembre Bis) qui va tout changer ; Psychose, surveillance accrue du peuple (notamment sur internet), et mise en place d’un état Policier national, et mondial (aux USA les camps de concentration FEMA sont déjà en service), …juste un avant-gout de leur nouvel ordre mondial.

A venir :
- Attentats aux USA, sous fausse bannière iranienne ;
http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/03/cnn-annonce-que-des-cellules.html
- Puis aux Jeux Olympiques de Londres.
- Et enfin déluge nucléaire sur les sites dits d’enrichissement nucléaire iranien (du quel découlera un chaos économique planétaire).

2012 est donc bien l’année de l’apocalypse sioniste, les rabbins talmudiques l’annoncent, les sionistes s’apprêtent à prendre le control total du monde : Ils annoncent une grande lumière qui va faire entrer le monde dans une nouvelle ère talmudique (voir les vidéos) :


La manipulation est TOTALE, …Ouvrez les YEUX !!!
=====================================================

http://www.dailymotion.com/video/xnd6t7_mars-2012-ou-le-debut-de-l-apocalypse-rav-dynovisz-30-10-2011_news#from=embediframelink

===================================

http://www.dailymotion.com/video/xl3n2d_cours-d-economie-et-d-apocalypse-par-le-rav-ron-chaya_news#from=embediframelink

==========================================

http://www.alterinfo.net/LES-RABBINS-TALMUDIQUES-ANNONCENT-L-APOCALYPSE-SIONISTE-POUR-2012-_a73504.htmllink

 

 




Samedi 24 Mars 2012
Repost 0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 20:27

Israël et le syndrome d'Esther Un tournant dans la politique mondiale


1 2 3 4 5 Notez


Manuel de Diéguez
Samedi 17 Mars 2012


Israël et le syndrome d'Esther Un tournant dans la politique mondiale
1 - L'œil et l'écran
2 - A l'ombre d'un exterminateur
3 - L'histoire est un perpétuel recommencement
4 - Un peuple mythologique
5 - Le Livre d'Esther de la planète
6 - L'avenir de la plume
7 - Les intelligences auto-sacrificielles
8 -L'âge post nucléaire
9 - L'avenir cérébral d'Israël
1 - L'œil et l'écran

Les grands tournants de la politique internationale répondent à des mutations du regard que la raison globale d'une époque porte sur son temps et dont les Etats ne sont jamais que des médiateurs sourds et tardifs. En ce début du XXI siècle, on assiste à une métamorphose rapide, mais encore secrète des écouteurs et des appareils de prise de vues. Le meilleur exemple de cette métamorphose de l'œil de la caméra en est un récent article du Spiegel signé de Mme Juliane von Mittelstaedt, qui renonce purement et simplement à l'écran et à l'ouïe convenus afin de raconter sur un ton nouveau la rencontre décisive du 5 mars entre M. Barack Obama et M. Benjamin Netanyahou à Washington. Il s'agit d'emprunter l'allure détachée du récit historique et de narrer la scène en spectatrice tour à tour poliment attentive et moqueuse. La conteuse ne se met ni à l'école de la nouvelle kafkaïenne, ni du romancier ciseleur de personnages attirants, ni du dramaturge tendu ou glacé, ni d'un Molière des rencontres diplomatiques rieuses et correctement habillées. Et pourtant, le tournant est pris: le globe oculaire de la journaliste de talent est devenu un appareil d'enregistrement digne d'inaugurer un genre littéraire à mi-chemin entre la chronique et la fresque.

C'est que les métamorphoses soudaines des rétines font changer de marque de fabrique aux capteurs du temps aveugle des nations. On avait passé du télescope de Bossuet à la lentille des microscopes. Mais cette fois-ci, la description allègre et de bonne tenue fait débarquer l'acteur comique, le théologien, le prêcheur et l'impresario dans le pilotage d'une planète placée entre le gouffre de la platitude et celui de l'utopie. Du coup, un contraste angoissant apparaît entre le récitatif superficiel des diplomates, des économistes ou des stratèges, d'une part, et le tragique des enjeux mythologiques de la politique internationale, d'autre part. La science historique au jour le jour des narrateurs de catastrophes s'est agrémentée de couleurs vives; quant aux relations amusantes ou sous tension apocalyptique entre les Etats, elles donnent un voltage balzacien aux minutieux agendas de la folie du monde.

2 - A l'ombre d'un exterminateur

Juliane von Mitteltstaedt raconte tranquillement que des milliers de membres fervents du principal groupe de pression et de compression israélien domicilié aux Etats-Unis et régi par le droit civil américain, mais entièrement au service d'une nation étrangère, ont accueilli avec des cris jubilatoires le discours d'un illustre visiteur, M. Benjamin Netanyahou, qui avertissait solennellement le gouvernement des Etats-Unis que l'Iran avait programmé un second holocauste du peuple juif.

L'auteur adopte l'ampérage du portraitiste d'un personnage qu'elle peint sur le vif. M. Benjamin Netanyahou n'affectionne rien davantage, écrit-elle, que de monter sur les planches devant treize mille juifs américains sagement assis devant lui, mais tous "fanatiques d'importation" de l'Etat d'Israël. Le célèbre "comité des affaires internationales communes à Israël et à Washington" permet au Premier Ministre de l'Etat juif de se sentir "l'ombre portée" du Président des Etats-Unis sur la scène du monde. A cette occasion, il aime baisser le ton de sa voix et afficher son meilleur accent de la côte ouest. Quelques instants plus tôt, l'autre locataire de la planète des désastres, un Obama encore souriant avait annoncé face aux enregistreurs de l'histoire universelle que M. Benjamin Netanyahou et lui-même préféraient appliquer le remède d'une réponse diplomatique à l'Iran. Et maintenant, M. Benjamin Netanyahou affirmait, la bouche en cœur, n'avoir jamais rien dit de tel, et que, pour cette raison, il saisissait l'occasion de ses adjurations médicales à la communauté juive américaine pour réfuter deux lectures fautives de l'état du malade et de la gravité de la contagion dont il menaçait l'univers. Premièrement, l'hérésie selon laquelle l'Iran serait mis à genoux par la thérapeutique de rebouteux que la diplomatie mondiale appliquait à ses maléfices et secondement, l'hétérodoxie selon laquelle un Iran armé du feu satanique n'illustrerait pas nécessairement la morbidité la plus incurable du genre humain: "Nous ne pouvons plus attendre, s'est-il écrié. Comme Premier Ministre d'Israël je ne puis tolérer que mon pays vive à l'ombre (unter dem Schatten) de son exterminateur."

3 - L'histoire est un perpétuel recommencement

L'austère promeneur au bord du cratère a cité un échange de lettres dont la copie ne quitte jamais son bureau: en 1944, le Comité mondial juif de l'époque avait demandé instamment au gouvernement américain de bombarder Auschwitz. Cinq jours plus tard, la Maison Blanche avait répondu que cette attaque pourrait déclencher une réaction encore plus vengeresse "des Allemands". Alors, le dramaturge de la mort affectionne de mettre en scène une pause vocale bien connue des grands orateurs. Puis il regarde longuement la foule et reprend, sur le théâtre de sa voix: "Représentez-vous bien cela, une réplique encore plus vengeresse que l'holocauste!"

Pour le Cicéron de la Judée, l'Iran inguérissable d'aujourd'hui n'est autre que l'Allemagne d'hier, pour l'Hippocrate du Moyen Orient, l'holocauste menace de nouveau Israël, pour l'Isaïe du gouffre, l'Amérique contemporaine déclare une seconde fois que la "peur des conséquences" l'empêchera de frapper la peste et le choléra! Chaque fois que M. Benjamin Netanyahou évoque l'Iran, raconte la journaliste, "l'holocauste est présent" dans son esprit. C'est pourquoi Israël doit se défendre tout seul et à n'importe quel prix. Et puis, enchaîne le nosologue de l'Islam, le 8 mars commence la fête glorieuse du Pourim, qui rappelle qu'il y a deux millénaires et demi, le Premier Ministre du roi de Perse, un certain Haman, avait programmé l'assassinat en une seule journée de tous les juifs du pays. Aujourd'hui, voici qu'à nouveau un "antisémite perse" conteste le droit d'Israël d'en appeler à la force des armes pour occuper la Cisjordanie: "A chaque génération, s'écrie l'orateur, il existe des gens qui veulent anéantir le peuple juif".

C'est pourquoi, poursuit la narratrice, il faut demander à M. Barack Obama de se souvenir de tout cela : " Moi qui vous parle, je lui ai envoyé, il y a quelques jours, une édition du Livre d'Esther. Alors l'assemblée tout entière se lève pour une longue ovation. Mais ce que les deux chefs d'Etat se sont dit sans témoins au cours d'un entretien de deux heures demeure un secret d'Etat dont je réserve plus loin la primeur à mes lecteurs.

4 - Un peuple mythologique

Quelle fut, au cours du combat, la gestuelle des deux lutteurs? Un an auparavant, M. Benjamin Netanyahou avait donné une leçon d'histoire juive au Président Obama, dont une main s'était crispée sur l'accoudoir de son siège. Cette fois-ci, les observateurs ont remarqué que le bras gauche du Président reposait de nouveau sur l'accoudoir, mais que l'autre s'appuyait sur sa jambe droite et qu'il s'était calé contre le dossier de son fauteuil. Tout le monde sait à la Maison Blanche ce que signifie cette attitude: le Président se met sur la défensive.

Comment faut-il interpréter le débarquement de la description minutieuse du greffier dans le récit journalistique de haut vol? On rencontre à foison des récits amusés de ce genre dans les Mémoires de Talleyrand, dans les Mémoires de sainte Hélène ou dans les Mémoires du duc de Saint-Simon. Mais cette fois-ci, il s'agit de tout autre chose: il est soudainement devenu spectaculaire que l'histoire filmée de la planète des incurables est bel et bien entrée dans une dramaturgie cinématographique du fantastique, du fabuleux et du délirant, il est devenu criant que les hallucinations théologiques du peuple juif demeurent nourries de la mythologie de la terre promise et que le terreau eschatologique des textes sacrés de cette nation devient un acteur physique sur l'astéroïde des "étranges lucarnes".

5 - Le Livre d'Esther de la planète

Supposons que le président du plus puissant empire sotériologue du monde se serait mis en tête de mener des négociations diplomatiques décisives avec le seul rival d'une taille rédemptrice comparable à la sienne et dont la croissance doctrinale menacerait son hégémonie d'un demi-siècle sur la planète entière du salut, j'ai nommé la Chine. Supposons non seulement que l'empire du Milieu ne soit pas près de s'en laisser compter, mais qu'en raison de sa corpulence et de l'immensité de sa population, il aurait si bien truffé Washington de milliers de ses agents confessionnels qu'il serait parvenu à acheter en sous-main et une par une les voix des représentants du peuple américain à la chambre des représentants et au sénat, de sorte que tous les membres de l'appareil législatif de son interlocuteur seraient tombés entre ses mains et se trouveraient stipendiés sur l'escarcelle de l'empire du Milieu.

Supposons ensuite que le Premier Ministre de la Chine s'adresse en baryton et de sa propre autorité à un Congrès américain attaché aux cordons de la bourse de Pékin afin de dicter à son hôte les conditions sine qua non d'un futur accord sur l'interprétation commune aux deux Etats du contenu actuel du Livre d'Esther. Supposons que la proposition théologique de l'empereur de Chine soit saluée par cinquante sept ovations debout et que le Président des Etats-Unis en aurait été non seulement affaibli devant le Concile mondial des droits de l'humanité, mais ridiculisé sur la scène internationale de la délivrance. Supposons que le souverain du Sanhédrin chinois aurait, en outre, admonesté crûment le maître de maison devant des milliers de vrais Chinois devenus des citoyens américains garantis et demeurés des serviteurs attestés de Pékin de la tête aux pieds. Supposons que cette phalange de dévots de Confucius et de Lao Tseu serait devenue le vrai souverain du Nouveau Monde.

Dans ce cas, vous direz-vous, il faudrait se demander quel serait l'objet des négociations apostoliques entre le géant et le nain. Et l'on trouverait des raisons de se rassurer au ciel et sur la terre: le Chinois ne piloterait, dirait-on, qu'un seul porte-avion, un rafiot racheté à l'Ukraine au prix de la ferraille à la casse et demeuré longtemps en cale sèche, tandis que le Gulliver des mers se serait fabriqué douze de ces messies d'acier, dont l'un de trois cent trente trois mètres de longueur et de soixante dix mètres de largeur, ce qui en ferait une île ronde de cent quatre-vingt quatorze mètres de diamètre, de huit cent six mètres de circonférence et d'une surface de deux hectares un tiers.

Quand deux Cyclopes de leurs Evangiles respectifs comparent leur ossature leur envergure et leurs Ecritures, la Chine a beau compter des centaines de milliers d'agents du dragon sur toute la terre habitée et au sein de toutes les nations du globe terrestre, elle ne mérite qu'un haussement d'épaules du roi des arsenaux. Israël, en revanche, c'est une autre paire de manches: si ce géant biblique partait en guerre contre Lucifer en Iran, si l'Iran ensorcelait le détroit d'Ormuz, si le prix du pétrole s'élevait à la hauteur de l'Himalaya, si l'or des pécheurs flambait à Lilliput, si la Chine, l'Inde, la Russie, le Brésil, l'Afrique du Sud et demain l'Amérique du Sud s'enflammaient et refusaient à leur tour de lire le bréviaire de M. Benjamin Netanyahou, ne faudrait-il pas se demander quels sont les gènes et les neurones des lecteurs du Livre d'Esther sur la mappemonde pour que, de tous temps et en tous lieux, ce peuple singularise les chromosomes de son orthodoxie à l'écoute du mythe qui le propulse dans les cieux et le ligote à quelques arpents mythiques sur la terre.

Par bonheur, nous entrons dans un monde halluciné, ahurissant et fantasmagorique. Il devient nécessaire de lever nos nasaux de dessus nos herbages et de nous demander quel fourrage nous broutons sur les vastes pâturages du Livre d'Esther.

6 - L'avenir de la plume

Combien de temps les Etats modernes mettront-ils à prendre pleinement conscience et à tirer en toute logique les conséquences d'un bouleversement de cette taille de la carte cérébrale du monde ? A nouveau et tout subitement, le destin de l'humanité se révèle eschatologique. Quand les dirigeants que le suffrage universel aura portés à la tête de la sotériologie démocratique auront intériorisé et assimilé l'évidence qu'Israël est parvenu non seulement à se caler dans le fauteuil de l'histoire messianisée de la planète, mais à contrôler la rotation du globe terrestre sur l'axe de l'apocalypse, il faudra bien que l'humanité découvre qu'elle s'appuie au dossier du seul confessionnal du globe terrestre. Cette attitude, que j'ai brièvement évoquée plus haut, donnera au génie littéraire un essor dont les millénaires écoulés ne sauraient fournir aucun exemple; car si, trois siècles après Voltaire, l'humanité redevient à elle-même un personnage théologique et que téléguident ses rêves sacrés, il faudra scanner la puissance de propulsion irrépressible d'un animal doctrinal; et il deviendra immense, le territoire que le désert de l'ignorance à défricher ouvrira aux génies de la plume.

Car, pour la première fois, on verra comment le monopole des trois dieux auto-proclamés uniques tient entre ses mains les rênes d'une espèce affolée, pour la première fois, le dramaturge et le romancier peindront des personnages sanglants et pourtant angéliques d'apparence ; et ils les verront tituber dans les nues et dans tous les cerveaux des fuyards embryonnaires de la zoologie. Quel éclairement que d'observer les viscères d'une espèce née démente, quelle lumière que le débarquement dans le vide d'un bimane effaré et en proie au vertige de l'immensité ! Pascal et ses épouvantes paraîtra un enfant au berceau, Shakespeare et ses balances du destin un apprenti de village, Sophocle le visionnaire un gentil metteur en scène du destin d'Œdipe face à un peuple de Jahvé dont les yeux crevés raconteront à nouveaux frais l'histoire de la folie du monde.

7 - Les intelligences auto-sacrificielles

La seconde révolution de la pensée découlera de la nécessité de porter la raison de demain à la hauteur du cataclysme qui aura frappé le genre simiohumain d'une cécité d'un genre nouveau. Car enfin, tout le monde voit de ses yeux grands ouverts et à la simple écoute de son bon sens politique que l'Iran ne saurait exterminer un Etat qui dispose déjà, lui, de l'arme d'une apocalypse de la sottise. Le suicide à deux demeure réservé aux amoureux.

Du coup, la philosophie deviendra nécessairement une méta-psychologie des théologies, une anthropologie transcendantale des orthodoxies, une observatrice de l'animal embrumé dont les classes dirigeantes n'auront pas osé ouvrir les yeux sur le titanesque simulacre d'un péril imaginaire. Mais il faut croire que M. Benjamin Netanyahou récite pieusement l'histoire des évadés partiels de la zoologie telle que le Livre d'Esther la lui raconte; et M. Barack Obama ne trouve d'autre réponse que de crisper une main sur l'accoudoir de son fauteuil, tellement la pauvreté intellectuelle et l'ignorance des fils d'Adam interdit aux philosophes, aux anthropologues et aux scrutateurs de la matière grise de cette espèce de rédiger des diagnostics irréfutables de leur folie, de les clouer en gros caractères sur les portes des nations et de les faire adopter à mains levées par la communauté médicale de la planète.

Mais il y a pire: s'il est évident que le programme nucléaire de l'Iran occupera le centre théologique d'une histoire du monde racontée aux enfants, s'il est évident que la démocratie mondiale verra sombrer ses idéaux au spectacle des assiégés de Gaza et de l'expansion d'une prétendue civilisation dite de la liberté et de la justice au Moyen Orient, s'il est évident que la religion des droits universels de l'humanité ne pourra demeurer celle de centaines de millions de bras croisés face à son propre naufrage en Cisjordanie, il faudra bien que la psychologie et la psychogénétique modernes se décident à approfondir leur enquête afin de répondre à un défi vieux de vingt-cinq siècles, celui du "Connais-toi" qui a fait basculer à jamais la sottise du côté du plus grand nombre et le savoir du côté de l'individu auto-sacrificiel.

8 -L'âge post nucléaire

La raison terrestre n'aurait-elle plus rien à dire ? Faudra-t-il remplacer Le Prince de Machiavel par le Livre d'Esther, Clausewitz par l'Apocalypse faussement attribuée à Saint Jean et le Discours de la méthode de Descartes par l'écoute de M. Benjamin Netanyahou, le prophète de la terre promise à Israël par une communauté démocratique mondiale en prières?

Non, l'histoire réelle s'est seulement mise en veilleuse, mais elle monte la garde dans l'ombre. L'histoire réelle est une sentinelle rebelle aux prêches dont débordent les cosmologies dévotes. Le 6 mars, le général Mattis, chef du commandement unifié central américain et le 7 mars le général Dempsey ont déclaré au Congrès que, pour la première fois, une intervention militaire, pourtant toute symbolique, si je puis dire, celle de la Russie en Syrie et en Iran, impose en retour aux conquérants du Nouveau Monde de renoncer purement et simplement à la force armée dans toute cette région du globe. Pourquoi le Pentagone constate-t-il qu'il a atteint les frontières de sa sainteté militaire et que ce barrage est imposé à son glaive par la technologie la plus récente de la Russie, pourquoi, cette fois-ci, la guerre de Troie n'aura-t-elle pas lieu, pourquoi l'Iran poursuivra-t-il tranquillement sa randonnée vers une souveraineté nationale fondée sur le nucléaire guerrier dont Israël jouit depuis plus de trente ans? Parce que le Kremlin dispose maintenant d'armes dissuasives réelles, donc de type classique et qui suffisent à dissuader tout agresseur.

Il s'agit du tournant le plus décisif de l'histoire du monde depuis la bombe d'Hiroshima, parce que tous les Etats croyaient que l'arme nucléaire était dissuasive par nature et par définition et que l'Iran ne deviendrait inattaquable qu'à l'heure où il disposerait, lui aussi, de l'arme céleste des modernes, celle qui copiait le modèle onirique fourni par l'excommunication théologique du Moyen Age. Et voici que l'arme thermonucléaire se révélait aussi inutilisable que celle de l'Eglise, et voici que les armes dites conventionnelles prennent leur revanche sur celles de la foi sottement suicidaire, et voici que la mécanique rejoint la dissuasion utile, réaliste et qui décourage le Pentagone. Il a été pleinement démontré par la capture d'un drone américain en janvier 2012 dans le ciel de l'Iran et par l'installation de S300 en Syrie que des raids israéliens sur Téhéran exigeraient un ravitaillement irréalisable des attaquants au cours de leur vol d'approche et que la bombe perforante de quatorze tonnes fabriquée par les Etats-Unis ne percerait jamais soixante-dix mètres de roches et de béton.

La vraie révolution stratégique (Voir - La barbarie commence seulement , 6 février 2011) est celle du téléguidage précis de missiles supersoniques à longue portée. On assiste à l'ultime métamorphose des canons de Marignan : enfouis à une grande profondeur sous la terre et indétectables, ils permettent à la Chine de vaporiser à de grandes distances les plus gigantesques porte-avions de l'empire américain. En vérité, l'arme de la domination des mers, cette clé des empires de Neptune depuis la guerre du Péloponnèse gît au fond des océans depuis plus de trois ans.

Voilà ce que M. Barack Obama a murmuré dans le plus grand secret à l'oreille de M. Benjamin Netanyahou. Mais ce tournant de l'histoire orageuse du monde présente deux volets. Militaire, d'abord, puisque les armes à l'échelle humaine prennent efficacement la relève de l'arme d'une apocalypse fantasmée; théologique ensuite, puisque le sceptre du Livre d'Esther que brandissait le Savonarole du judaïsme lui est tombé des mains au cours de deux heures d'un entretien dramatique et sans témoins avec le Président des Etats-Unis . Du coup, la planète des orateurs du ciel nouveau a déjà pris un nouveau départ: la Chine, la Russie l'Inde et le Pakistan arment les nouveaux navigateurs de la géopolitique, les Christophe Colomb à venir. L'Europe manquera-t-elle son embarquement pour un destin qui lui ouvre les bras? Fera-t-elle déguerpir des cinq cents places fortes d'un empire étranger incrustée sur son sol?

9 - L'avenir cérébral d'Israël

Quand les verdicts que prononce la multitude à tous les carrefours décisifs du destin du monde auront été reconnus aveugles par nature et par définition, quand il aura été solennellement déclaré que seules les cervelles solitaires motorisent en profondeur l'histoire et la politique d'une espèce dont l'animalité s'est cérébralisée, il faudra se décider à bouleverser la hiérarchie convenue des intelligences et revenir à la source du syllogisme sacrilège de Socrate. Car ce philosophe découvrit le théorème de Pythagore de la philosophie occidentale, selon lequel la sottise se trouve nécessairement mille fois plus répandue que le savoir argumentée et que, par conséquent, il est irréfutable que leur nature même condamne les majorités à l'erreur.

Depuis lors, cette géométrie radicale a été partiellement rééquilibrée. Il n'est exclu ni que la bonne volonté et le grand cœur du plus grand nombre puisse tomber juste par une rencontre miraculeuse entre la candeur naturelle des peuples et des circonstances exceptionnellement favorables, ni que des élites rapaces et indifférentes au bien public tombent dans la sottise à leur tour.

On raconte cependant, ici ou là que les séraphins du syllogisme se raconteraient entre eux une étrange histoire: selon leurs prémisses: il subsisterait un espoir qu'Israël, ce champion à la retraite des cerveaux isaïaques, qu'Israël soudainement changé en sorcière de l'univers, qu'Israël métamorphosé en repoussoir et en épouvantail de la planète, qu'Israël réduit au rang de fossoyeur des idéaux politiques du monde remontera du gouffre à l'écoute de ses prophètes ressuscitatifs. Conséquence: ce peuple fournira de nouveau à l'intelligence de l'humanité les armes d'un défrichage et d'un décryptage de ses neurones les plus transcendantaux. Alors, la littérature, le théâtre, la science historique, la philosophie et l'anthropologie critique radiographieront l'encéphale périmé du singe d'autrefois et celui des Titans de la logique de demain.

Le 18 mars 2012



Samedi 17 Mars 2012

 

http://www.alterinfo.net/Israel-et-le-syndrome-d-Esther-Un-tournant-dans-la-politique-mondiale_a73148.html

Repost 0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 15:36

Al Jazeera : fabrication de fausses manifestations à Salihiya et Meydan à Damas!


Dans la même rubrique:
< >


1 2 3 4 5 Notez


IRIB
Vendredi 16 Mars 2012


Al Jazeera : fabrication de fausses manifestations à Salihiya et Meydan à Damas!
On disait autrefois : « A force de mentir, les gens finiront par te croire ».
Concernant la crise syrienne, ce dicton est devenu une réalité pratiquée par les chaînes satellitaires dans leur guerre médiatique. A la tête de ces chaînes de provocation arabes, la chaîne qatarie Al Jazeera, qui est allée jusqu’à inventer et fabriquer des manifestations au cœur de la capitale syrienne Damas.Lundi matin, Al Jazeera a diffusé des images sur de soi-disant manifestations de l'opposition dans les quartiers de Salihiyah et de Meydan au centre de Damas.Quelques minutes plus tard, cette « nouvelle » a été démentie par les résidents des deux régions, les médias et la télévision officielle syrienne, qui étaient présents avec leurs SNGs sur place.
Démentant toutes les fabrications d’Al Jazeera, le propriétaire d'un magasin à Salihiyah, Mohammed Darwich, a souligné que « toutes les allégations sur des protestations dans la région ne sont pas crédibles ».Dans une interview avec le site en ligne Alintiqad, Darwich a précisé que « la Syrie est le sujet central de la guerre médiatique menée par les chaînes arabes et occidentales hébraïques, qui tentent de déformer l'image de la société syrienne unie, nationale, et forte ». Tout en espérant que « tous les Arabes cessent de regarder ces chaînes qui sont la cause du problème dans le monde arabe », le vendeur a expliqué ce qui s'est réellement passé près de son magasin : « C’est une vraie fabrication! Al Jazeera a filmé par téléphone portable un groupe de saboteurs à six heures du matin, tandis que les magasins ouvrent leurs portes à neuf heures ».
« Mais heureusement, les médias syriens sont venus sur place de bon matin pour recueillir les avis des gens à la place de Youssef el Azama à Salihiya », a-t-il dit.Pour sa part, le citoyen Bachar Rahmé de la même région a accusé à la fois Al Jazeera et Al Arabyia de fourvoyer l'opinion publique à travers les fabrications médiatiques.Cependant, il a indiqué que la Syrie restera inébranlable, et que ces chaînes ne réussiront pas à falsifier les faits.
« Elles ne seront pas en mesure de tourner les faits malgré tous leurs stratagèmes. La Syrie va bien et elle le restera », a-t-il martelé.
Signalant qu'« Al Jazeera est toujours à la recherche de lacunes dans la société syrienne pour présenter de tels événements », M. Rahmé a affirmé que « ces chaînes déploient tous les efforts en inventant ces événements à Damas, pour porter atteinte à cette ville ».
De même, Mohammed Ghamidi a considéré que « la Syrie est confrontée à une campagne systématique de désinformation visant à saper sa stabilité et sa réputation à travers les médias ».Sur le niveau officiel, le membre du Conseil du Peuple syrien (le Parlement) Dr. Mohammed Habach, a reconnu l’existence « des tensions et des douleurs dans la Syrie », tout en insistant qu’« aucun citoyen syrien ne souhaite que les tragédies soient transférées à la capitale Damas ».Dans une interview avec Alintiqad, le député a indiqué que « la capitale est paisible et sa situation est acceptable ».
« Il s’agit toutefois d’une intimidation irréaliste par rapport à la situation à Damas », a confirmé Dr.Habach, en ajoutant : « C’est vrai qu'il y a des protestations le vendredi, mais dans la plupart des cas, elles se terminent paisiblement ».Estimant qu’« il est inutile d’effrayer les gens à Damas », le député, qui « regarde toujours les chaînes satellitaires étrangères », a jugé que « beaucoup des nouvelles diffusées ne sont pas vraies ».« J'espère que les médias et les journalistes seront plus précis, clairs et courageux dans ce qu'ils rapportent», a conclu le député syrien.
Source: Al intiqad

http://www.alterinfo.net/Al-Jazeera-fabrication-de-fausses-manifestations-a-Salihiya-et-Meydan-a-Damas_a73089.html 



Vendredi 16 Mars 2012
=======================================================================================

Syrie/Al Jazeera: 3 journalistes démissionnent en signe de protestation


1 2 3 4 5 Notez

Ria Novosti
Vendredi 16 Mars 2012

Syrie/Al Jazeera: 3 journalistes démissionnent en signe de protestation
Trois journalistes de la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera ont démissionné la semaine dernière pour dénoncer la position de leur direction sur la crise syrienne, rapporte vendredi la chaîne russe Rossiya 24, citant Ali Hachem, un des journalistes protestataires.
"Les premières manifestations au début de la contestation n'étaient pas pacifiques – il y avait même des personnes armées. Je l'ai vu de mes propres yeux, et c'est probablement une des raisons de mon départ d'Al Jazeera. J'ai vu des hommes armés se déplaçant du Liban en Syrie, traversant la frontière", a déclaré M.Hachem, ex-correspondant d'Al Jazeera au Liban.
"Il ne s'agissait pas d'un ou de deux militants, mais de dizaines de personnes qui allaient ensuite affronter ensuite les forces gouvernementales (syriennes)", a-t-il ajouté.
Selon Rossiya 24, le directeur exécutif du bureau d'Al Jazeera à Beyrouth, Hassan Chabaan, fait partie des démissionnaires qui protestent contre une couverture partiale des événements en Syrie.
Le 15 mars, l'agence syrienne SANA, citant une source au sein du ministère de l'Information du pays, a affirmé que des groupes terroristes capturaient et tuaient des civils syriens afin de les faire passer pour des victimes du régime. En outre, selon la source, les chaînes satellitaires arabes (Al Jazeera et Al Arabiya) ont ces derniers temps commencé à prendre des militants en qualité de correspondants pour couvrir ces faux crimes dans les régions contrôlées par les terroristes.
Selon SANA, ces informations sont confirmées par des habitants de la ville syrienne de Homs, qui identifient, parmi les victimes présumées de l'armée syrienne selon les reportages d'Al Jazeera et d'Al Arabiya, leurs proches, qui ont été depuis longtemps capturés et tués par des terroristes.


Vendredi 16 Mars 2012
==========================================================================

Aljazeera, la chaine américano-sioniste du Qatar.


1 2 3 4 5 Notez

Setamir
Mercredi 14 Mars 2012

Aljazeera, la chaine américano-sioniste du Qatar.
Aljazeera, la chaine américani-sioniste du Qatar.

La chaine de télévision syrienne Addounia ne cesse de révéler, preuve à l’appui, les fabrications mensongères de la chaine d’alJazeera.
Cette chaine a invité un certain « Rafik Lotfi » membre de l’Union des médias arabes aux Etats Unis. Ce qu’il nous a montré est pathétique ! Vraiment !

Il a obtenu des enregistrements de tout ce qui se déroule dans les coulisses et « chambres noires » d’Aljazeera ou se préparent la désinformation.

On se souvient par exemple de l’explosion de pipeline de Homs. Aljazeera avait enregistré tous les préparatifs qui durent 7 heures du haut d’un immeuble avec une caméra orientée vers l’endroit de l’explosion qui allait de dérouler. En plus du passage d’une minute que nous avons vu à Aljazeera, montrant l’explosion, nous avons été gratifiés de ce qui s’est passé avant et après !

Un autre exemple : Aljazeera nous avait montré des images présentant une famille victime des bombardements de « l’armée de Assad »en particulier un enfant de 6 ou 7 ans avec un bandeau enveloppant sa tête sa « mère » à ses côtés, du sang partout etc. Un certain Khaled Abou Salah rapportait avec virulence les « faits ».
En fait notre « rafik » nous a montré l’enregistrement avant et après où l’on voit ce Abou Salah communique avec Aljazeera, prépare la mise en scène en ordonnant aux «acteurs » (c’est le terme qu’il utilise) de faire ceci et cela. L’enfant en fait n’avait absolument rien ; Abou Salah lui fait répéter ce qu’il doit dire.

Il met à nu aussi les reportages d’un certain « Danny » de CNN où on le voit « en direct » rapporter des faits catastrophiques sensés se dérouler sous ses « yeux » alors qu’on le voit bien tranquille dans une chambre, comme Abou Salah, donnant des signes, à un entourage armé, de tirer des salves de Kalachnikov pour faire croire à des accrochages. D’ailleurs CNN, devant ce scandale, s’est arrangée pour ‘ interpeler’ et questionner « son » Danny, sur le plateau pour lui imputer la responsabilité de ses mensonges.

Rafik dit qu’il possède plusieurs enregistrements de choses plus compromettantes qu’il passera le moment propice. Il défit Aljazeera de contester la véracité des enregistrements puisqu’elles montrent des personnes qu’Aljazeera et CNN présentent souvent comme correspondants ou activistes. Il dit aussi que beaucoup de personnes d’Aljazeera seront surprises en voyant ces enregistrements et ceux qu’il exposera plus tard.

Il y a une semaine, elle nous a montré des images insoutenables (vidéo) de personnes assassinées dont elle annonce qu’ils sont les victimes de “l’armée de Bashar”. Oui vraiment des images insoutenables.
Mais il s’agit d’une grosse tromperie! Elle ne dit pas qu’elle a repris les mêmes images diffusées par les chaines syriennes, il y a quelques semaines, montrant les massacres des civils que les terroristes ont kidnappés. Elle a fait du “copier-coller” en changeant le titre.





La chaine de télévision syrienne Addounia ne cesse de révéler, preuve à l'appui, les fabrications mensongères de la chaine d'alJazira. Voici une vidéo montrant un groupe d'opposants en train de monter une scène avec le correspondant et le caméraman d'alJazira à Homs Khaled Abou Salah.



Mercredi 14 Mars 2012
Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 22:06
Aljazeera, la chaine américani-sioniste du Qatar.

La chaine de télévision syrienne Addounia ne cesse de révéler, preuve à l’appui, les fabrications mensongères de la chaine d’alJazeera.
Cette chaine a invité un certain « Rafik Lotfi » membre de l’Union des médias arabes aux Etats Unis. Ce qu’il nous a montré est pathétique ! Vraiment !

Il a obtenu des enregistrements de tout ce qui se déroule dans les coulisses et « chambres noires » d’Aljazeera ou se préparent la désinformation.

On se souvient par exemple de l’explosion de pipeline de Homs. Aljazeera avait enregistré tous les préparatifs qui durent 7 heures du haut d’un immeuble avec une caméra orientée vers l’endroit de l’explosion qui allait de dérouler. En plus du passage d’une minute que nous avons vu à Aljazeera, montrant l’explosion, nous avons été gratifiés de ce qui s’est passé avant et après !

Un autre exemple : Aljazeera nous avait montré des images présentant une famille victime des bombardements de « l’armée de Assad »en particulier un enfant de 6 ou 7 ans avec un bandeau enveloppant sa tête sa « mère » à ses côtés, du sang partout etc. Un certain Khaled Abou Salah rapportait avec virulence les « faits ».
En fait notre « rafik » nous a montré l’enregistrement avant et après où l’on voit ce Abou Salah communique avec Aljazeera, prépare la mise en scène en ordonnant aux «acteurs » (c’est le terme qu’il utilise) de faire ceci et cela. L’enfant en fait n’avait absolument rien ; Abou Salah lui fait répéter ce qu’il doit dire.

Il met à nu aussi les reportages d’un certain « Danny » de CNN où on le voit « en direct » rapporter des faits catastrophiques sensés se dérouler sous ses « yeux » alors qu’on le voit bien tranquille dans une chambre, comme Abou Salah, donnant des signes, à un entourage armé, de tirer des salves de Kalachnikov pour faire croire à des accrochages. D’ailleurs CNN, devant ce scandale, s’est arrangée pour ‘ interpeler’ et questionner « son » Danny, sur le plateau pour lui imputer la responsabilité de ses mensonges.

Rafik dit qu’il possède plusieurs enregistrements de choses plus compromettantes qu’il passera le moment propice. Il défit Aljazeera de contester la véracité des enregistrements puisqu’elles montrent des personnes qu’Aljazeera et CNN présentent souvent comme correspondants ou activistes. Il dit aussi que beaucoup de personnes d’Aljazeera seront surprises en voyant ces enregistrements et ceux qu’il exposera plus tard.

Il y a une semaine, elle nous a montré des images insoutenables (vidéo) de personnes assassinées dont elle annonce qu’ils sont les victimes de “l’armée de Bashar”. Oui vraiment des images insoutenables.
Mais il s’agit d’une grosse tromperie! Elle ne dit pas qu’elle a repris les mêmes images diffusées par les chaines syriennes, il y a quelques semaines, montrant les massacres des civils que les terroristes ont kidnappés. Elle a fait du “copier-coller” en changeant le titre.
http://www.youtube.com/watch?v=2HIKpZ3Mg8U&feature=player_embedded



 

La chaine de télévision syrienne Addounia ne cesse de révéler, preuve à l'appui, les fabrications mensongères de la chaine d'alJazira. Voici une vidéo montrant un groupe d'opposants en train de monter une scène avec le correspondant et le caméraman d'alJazira à Homs Khaled Abou Salah.

http://www.alterinfo.net/Aljazeera-la-chaine-americano-sioniste-du-Qatar_a72993.html


Aljazeera, la chaine américano-sioniste du Qatar.



Mercredi 14 Mars 2012
Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 12:45

Maroc, le partenaire discret d’Israël

Par Ali Amar | 15 septembre 2011

Ali Amar

 


Ancien directeur du Journal Hebdomadaire, publication fermée à cause du harcèlement des autorités marocaines ; auteur de Mohamed VI, le grand malentendu, Calmann-Lévy, París, 2009.



Si WikiLeaks a confirmé que Rabat et Tel-Aviv s’accordaient sur bien des sujets diplomatiques, c’est dans les relations économiques que leur coopération est la plus méconnue.

« On est pour le maximum d’échanges ». Telle était la réponse du directeur commercial du port Tanger-Med à la question du commerce avec Israël, dans les colonnes du Figaro, qui titrait en juillet 2008 : « Le Maroc veut être un pays modèle pour l’UPM (Union pour la Méditerranée) ». Un point de vue qui demeure tabou pour l’opinion publique marocaine, mais les diplomates et les chefs d’entreprises marocains conviennent, en privé, que les routes commerciales avec Israël existent et se développent à grands pas.

Sous l’œil bienveillant de Washington

Dans une missive adressée en 2009 au roi Mohammed VI, le Président des Etats-Unis Barack Obama écrivait :

« J’espère que le Maroc va jouer un rôle important dans le rapprochement entre le monde arabe et Israël, tout en sachant que cela entraînera une paix stable et une solution au conflit au Proche-Orient ».

Une lettre qui intervenait au moment où le Maroc était considéré par Washington comme le pays du Maghreb le moins hostile à l’État hébreu. La situation est d’autant plus remarquable aujourd’hui avec les révolutions arabes : la difficile transition politique en Égypte, le chaos en Syrie et la rupture de Tel-Aviv avec Ankara soulignent encore davantage l’isolement diplomatique de l’État hébreu dans la région.

Le Maroc, qui est vu comme un modèle aux yeux de l’Occident joue aussi cette carte, malgré la défiance de son opinion publique vis-à-vis d’Israël —surtout qu’il a, par ailleurs, rompu avec fracas ses relations diplomatiques avec l’Iran.

Dans un câble diplomatique révélé par WikiLeaks datant du 9 juin 2009, l’ambassade américaine à Rabat voit d’un bon œil le retour à la normale entre le Maroc et Israël, après les contacts que les deux pays ont eu dans la capitale chérifienne, entre le 3 et 5 juin 2009, à l’occasion de la tenue d’une rencontre sur le terrorisme nucléaire. « Des contacts qui ont permis aux responsables des deux pays de prendre langue après une période de froid suite à la guerre israélienne contre Gaza ».

Des liens diplomatiques ininterrompus

Malgré la fermeture, en octobre 2000, du bureau de liaison d’Israël à Rabat et le départ de Gadi Golan, son diplomate qui avait rang d’ambassadeur, les contacts entre les deux pays n’ont jamais vraiment cessé. En 2003, Silvan Shalom, alors chef de la diplomatie israélienne était reçu par Mohammed VI. En décembre 2008, le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Aharon Abramovitz, s’est rendu quasi officiellement à Rabat.

En septembre 2009, une radio israélienne rapportait que le ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Liebermann, avait rencontré en catimini à New York son homologue marocain, Taïeb Fassi-Fihri, en marge de l’assemblée générale des Nations unies. La participation d’une délégation israélienne, conviée la même année à un congrès international à Marrakech, confirmait un mouvement perceptible de décrispation avec Tel-Aviv, malgré le coup de froid né de l’offensive de Tsahal sur Gaza quelques mois auparavant.

Le chassé-croisé diplomatique s’est d’ailleurs intensifié : Jason Isaacson, le directeur du Comité juif américain d’affaires gouvernementales et internationales, et fervent défenseur de la cause sioniste, a été décoré de la médaille de Chevalier du Trône du Royaume du Maroc.

« Par la réforme et la réconciliation politiques, par sa position ferme contre l’extrémisme, par sa protection continue des minorités religieuses, le Maroc a prouvé à maintes reprises son amitié, sa force, ses principes », avait déclaré Isaacson lors de la cérémonie, dont les médias officiels marocains ont pourtant opportunément tu l’événement, l’opinion marocaine étant à l’écrasante majorité défavorable à tout rapprochement avec Israël —en témoigne encore récemment la polémique suscitée par la visite de Tzipi Livni à Tanger.

Dans un câble diplomatique américain de l’ambassade américaine à Rabat révélé par WikiLeaks, Yassine Mansouri, le chef du contre-espionnage marocain, avait pour sa part confié à des diplomates américains que « Tzipi Livni est un bon partenaire »

L’épisode Livni ou la visite chaotique des étudiants de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) avaient suscité une véritable levée de boucliers au Maroc, faisant dire à Mamfakinch, le média citoyen du Mouvement du 20 février qu’au Maroc, « il vaut mieux militer pour Israël que pour la démocratie ou la Palestine ».

Le réchauffement avec l’État hébreu s’expliquerait par l’affaire du Sahara, la position marocaine étant soutenue par des politiques américains proches du puissant Aipac (American Israel Public Affairs Comittee) et par des firmes de lobbying diplomatique basées à Washington, qui entretiennent des relations similaires avec Tel-Aviv et dont les ramifications se croisent avec des intérêts économiques communs.

Des circuits gigognes et discrets

La télévision israélienne avait consacré en juillet 2009 des programmes sur le Maroc, une initiative menée en collaboration avec l’Union mondiale des juifs d’origine marocaine dans le cadre de la commémoration du dixième anniversaire de la disparition d’Hassan II et de l’accession de Mohammed VI au trône.

But affiché de l’opération : faire la promotion… des offres immobilières de luxe de Tanger et de Fès très prisées en Israël, avait rapporté le quotidien Maariv, dont l’éditorialiste n’avait pas manqué à l’occasion de rappeler avec nostalgie « l’espérance gâchée » du premier Sommet économique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), qui s’était tenu en 1994 à Casablanca et où ont participé 64 pays —dont Israël.

En dépit de l’opposition populaire à la normalisation avec l’État hébreu, traduite par les nombreuses marches dans le royaume contre Israël lors des événements de Gaza, Rabat continue à entretenir des relations commerciales avec Tel-Aviv, dont les flux sont loin d’être négligeables.

De nombreuses associations marocaines dénoncent régulièrement les liens commerciaux entre l’État hébreu et le royaume chérifien. L’initiative nationale de boycott d’Israël estime qu’ils atteignent les 50 millions de dollars (35,3 millions d’euros) par an, notamment dans l’agro-industrie. Semences et technologie transitent par l’Europe pour masquer leur origine israélienne.

Certaines entreprises marocaines importent des produits d’Espagne, des Pays-Bas ou du Danemark, dont la technologie ou les intrants proviennent en réalité d’Israël. En 2005, la presse avait rapporté l’existence de containers débarqués à Casablanca frappés de l’étoile de David ou de certains composants made in Israël intégrés dans du matériel de télécommunications importé par Maroc Telecom…

Cette situation créée des poussées de fièvre chez les politiques, notamment les islamistes qui réclament la fin de ce commerce caché.

En réalité, le Maroc et Israël ont réaffirmé dans le cadre de l’Euromed leur volonté d’entamer des négociations ayant pour objectif commun de créer une zone de libre-échange. D’ailleurs, nombre de réseaux d’affaires euro-méditerranéens dans lesquels le patronat marocain est très actif accueillent des chefs d’entreprise israéliens… Les nombreuses pétitions lancées au Maroc appelant au boycott des produits israéliens restent lettre morte.

Les médias israéliens tels le Jerusalem Post ou Yehod Aharonot rapportent régulièrement la signature d’accords commerciaux, des transactions financières ou des programmes de coopération avec des instances gouvernementales ou par le secteur privé. Dans la finance, les banques Leumi et Hapoalim ont ainsi mis en place des passerelles pour les opérations d’import-export entre le Maroc et Israël, via des conventions de correspondant banking avec plusieurs institutions financières marocaines.

Le New York Times avait annoncé que la compagnie aérienne El Al cherchait à tisser des liens avec la Royal Air Maroc —et pour cause, le tourisme est aussi un business en expansion avec l’État hébreu.

A la suite d’un rapprochement avec Maroc Tours, Yambateva Voyage a ouvert récemment un bureau de représentation à Marrakech. L’opérateur israélien ambitionne de s’accaparer 45% du tourisme israélien au Maroc. Un marché qui représente, selon le tour opérateur, entre 5.000 et 7.000 visiteurs par an.

Déjà actifs au Maroc depuis une dizaine d’années, les voyagistes israéliens explorent de nouveaux créneaux tels que l’écotourisme et les forfaits voyages extrêmes. A sa nomination au poste d’ambassadeur américain à Rabat, Samuel Kaplan avait tenu à souligner « la liberté dont jouissent les Marocains de confession juive ayant immigré en Israël pour visiter le Maroc », qualifiant cette expérience de « tout à fait unique dans cette partie du monde ».

Dans le cadre de son programme Fincome (Forum international des compétences marocaines à l’étranger), Rabat entend bien inciter la diaspora juive d’origine marocaine à revenir au pays pour s’y installer et faire du business dans l’offshoring, le textile, l’électronique, l’aéronautique, l’automobile, les biotechnologies ou les nanotechnologies.

Une note du gouvernement israélien soulève la question d’un rapprochement dans les domaines des technologies de pointe :

« La Silicon Valley marocaine devra se référer au modèle israélien qui a fait ses preuves, en nouant de réels partenariats entre les universités et les industriels ».

L’armement au cœur des affaires

C’est dans le militaire que cette « normalisation passive » est la plus discrète. Fait rarissime pour un pays arabe, Rabat a opté pour des achats militaires auprès de l’industrie d’armement israélienne. Le sujet est tellement sensible que les deux pays en font un secret d’État.

Selon IsraelValley, le site officiel de la chambre de commerce France Israël, l’entreprise publique Israël Military Industries (IMI) a conclu avec Lockheed Martin un accord très juteux portant sur la fourniture de certains équipements et composants électroniques pour les deux escadrilles d’avions F-16 achetés par le Maroc aux États-Unis.

Le contrat est évalué à plus de 100 millions de dollars et porte sur la fourniture de matériel de navigation, de transmission et des réservoirs de kérosène permettant à ces appareils de se ravitailler en vol. Israël est le 5e exportateur d’armements dans le monde, mais il est très rare qu’il contribue directement à des contrats de vente d’armes à un pays arabe.

L’armée marocaine a déjà été équipée par la technologie et le matériel des équipementiers israéliens, notamment pour des blindés légers de l’armée de terre ou du matériel électronique qui équipe le mur du Sahara, la ligne de défense édifiée par l’armée royale pour empêcher les incursions des séparatistes du Front Polisario. Ces transactions passaient généralement par des intermédiaires en Afrique du Sud du temps d’Hassan II.

Le Centre de coopération internationale dépendant du ministère israélien des Affaires étrangères, le Mashav, est souvent le moyen efficace pour conclure des marchés. Les technologies de télécommunication, en plein boom sur le continent, sont également un marché porteur. La société israélienne Alvarion, leader mondial du Wimax prospecte au Maroc. Mais cette haute technologie se déploie aussi dans le monde secret de la surveillance : experts militaires, spécialistes des écoutes téléphoniques, informaticiens, spécialistes des liaisons satellites se concertent et collaborent en secret.

Autre domaine dans lequel les Israéliens s’illustrent avec succès : le commerce de minerais et de pierres précieuses. Le leader mondial du diamant poli, Israël Diamond Institute, serait un grand fournisseur des joailleries locales.

Transactions en hausse constante

« Le Maroc commence vraiment à intéresser fortement les entreprises israéliennes », commente Avraham Alevi, rédacteur d’un rapport sur les flux commerciaux entre Israël et le monde arabe. Il constate une augmentation de 40% par an des exportations vers le royaume chérifien. Quarante-six firmes israéliennes exportent actuellement au Maroc pour un total de 6 à 10 millions de dollars par an, selon des statistiques officielles jugées bien en deçà de la réalité, tant les chiffres sont caviardés pour des raisons aussi diplomatiques que sécuritaires.

Le Maroc aurait atteint un total d’importations de plus de 55 millions de dollars en 2008 et surclasserait ainsi dans certains secteurs des pays comme l’Égypte, la Tunisie et la Jordanie. En 2006, le royaume arrivait déjà en bonne place derrière la Jordanie, l’Égypte et le Liban, pour les destinations arabes des exportations israéliennes, constituées essentiellement de technologies de l’information, de technologies agricoles, de produits d’équipement et d’habillement.

Le Maroc occupait alors la quatrième position arabe après certains pays frontaliers avec l’État hébreu. Il s’agit de la Jordanie, qui arrive en première place avec un volume global de 58,3 millions de dollars ; de l’Égypte, deuxième avec 34 millions de dollars et enfin du Liban, troisième avec un volume d’échanges de 19,5 millions de dollars.

Le dernier rapport de l’Institut israélien des exportations (IEICI) prévoit une progression du commerce entre Israël et le Maroc à un rythme aussi soutenu notamment dans le tourisme, les télécoms, l’armement et l’agro-industrie. Si rien n’est dit sur les sociétés israéliennes qui exportent vers le Maroc, l’IEICI ne cache pas que l’agriculture et les technologies de l’information viennent en tête (hormis les contrats d’armement, qui sont répertoriés à part). C’est le cas, par exemple, de la société Chromagen (énergie solaire), qui dispose d’une officine au Maroc ou encore de la société Kafrit, spécialisée dans le plastique pour serres agricoles et qui exporte au Maroc via sa filiale allemande.

Selon le président de l’Association israélienne de plasturgie, Ilan Tessler, cité par la presse, le Maroc arrive en tête de liste des pays arabes importateurs de produits israéliens à base de plastique. Ces importations concernent le matériel d’irrigation, entrant notamment dans la fabrication de systèmes de goutte-à-goutte. Selon les importateurs, les Israéliens sont leaders en matière de gestion de l’eau et leur expertise en la matière est démontrée. Pour élargir leurs débouchés commerciaux, ils investissent de plus en plus les pays du sud de la Méditerranée.

Pour contourner l’embargo imposé par certains d’entre eux, notamment le Maroc, ils recourent à des circuits complexes. Les industriels israéliens passent en effet par des sociétés écrans qu’ils ont implantées essentiellement en Andalousie (sur de l’Espagne). L’acquéreur peut même obtenir, sur demande, un certificat d’origine ne faisant aucune allusion à Israël.

Quant aux businessmen israéliens désireux de prospecter le marché marocain, ceux-ci peuvent se procurer un formulaire officiel de visa d’affaires spécialement conçus pour eux auprès des représentations diplomatiques chérifiennes, notamment aux États-Unis.

Source :

http://www.slateafrique.com/37555/economie-maroc-le-partenaire-discret-d-israel

 

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 20:53

Fayçal Eldwisan, député Koweïtien attaque la chaine de télévision EL Jazeera

Le Député Koweïtien, Fayçal Eldwisan, attaquant la chaine TV Al Jazeera devant l’assemblée parlementaire

 

International (LVO) : Un député Koweïtien, Fayçal Eldwisan, s’est exprimé devant l’assemblée lors d’une cession du parlement koweïtien en disant que la chaine TV qatariote, El-Jazeera, ainsi que le Qatar, manipulent tout le monde, les peuples et les gouvernements,  pour changer la carte du monde arabe  et que tout ceci est fait en collaboration avec des occidentaux.

Il a précisé qu’un bureau de la CIA est ouvert dans le siège même de la chaine de télévision internationale El Jazeera au Qatar.

L’intervention du Député Koweïtien a été retransmise sur la chaine de télévision KTV2 ou l’on pouvait voir et entendre le député crier de révolte face à toutes ces manipulations et s’attaquer indirectement à l’émir du Qatar.

http://stcom.net/news/?p=8102

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 20:51

Yusuf AL-QARADAWI un allié du Mossad


L’ex-femme de Yusuf AL-QARADAWI révèle les relations de son ex-mari avec le Mossad et son utilisation par le Qatar dans le projet américano-sioniste dans le monde arabe.

Des rapports de renseignement arabe ont révélé l’existence de visites secrètes menées par le cheikh Yusuf al-Qaradawi en Israël pour des pourparlers secrets et des réunions avant ces visites dans la capitale du Qatar à la fin 2009.

Les rapports ont indiqué que la première visite de Yusuf al-Qaradawi a démarré en 2010, à Tel-Aviv et, au cours de laquelle, il a rencontré le chef des services de renseignements du Mossad, puis il a promis d’organiser des réunions secrètes avec un certain nombre de rabbins, membres de la Knesset.

Les rapports ont souligné que selon l’ex-femme de Yusuf al-Qaradawi, Asma Ben Qada, son ex-mari lui a révélé de nombreux secrets au sujet de ses relations et de ses réunions secrètes. C’est la principale raison pour laquelle elle a divorcé de lui, ce qui sera abordé plus tard.

Notant que, parmi les secrets révélés par Asma Ben Qada, son ex-époux Qaradawi parle et écrit l’hébreu dans ses relations confidentielles ce qui a fait que l’Émir du Qatar tient à exploiter sa position religieuse et sa position dans la communauté mondiale de l’Islam pour passer le projet américano-sioniste échafaudé dans les salles obscures de la Knesset de l’entité sioniste d’occupation.

Elle a souligné que Qaradawi a obtenu une distinction du Congrès américain, qui représente la grande majorité des Juifs, en plus des fonds qu’il a obtenus pour la mise en œuvre et la réussite du projet américano-sioniste dans le monde arabe.

Rappel concernant ce « prédicateur » :

  • Son affiliation au mouvement des Frères musulmans lui valut d’être emprisonné en 1949, puis entre 1954 et 1956 et en 1962.
  • Ses premiers pas dans la prédication remontent à 1956, dans l’une des mosquées du Caire.
  • En 1959, il fut interdit de prédication et transféré au Département de la Culture islamique à Al-Azhar.
  • En 1962, Al-Azhar le détacha au Qatar pour occuper le poste de Président de l’Institut Secondaire des Études religieuses.
  • En 1977, il dirigea la fondation de la Faculté de Droit musulman à l’Université du Qatar dont, plus tard, il devint le doyen. La même année, il fonda le Centre de Recherches de la Sîrah et de la Sunnah.

Merci à la source  :  SERGE ADAM

Source de l’article en Arabe ICI Elwazir.org 

Posté dans Afghanistan, Afrique, Culture, Démocratie, Droits de l'Homme, Economie, Egypte, Europe, France, Irak, Iran, Islaam, Libye, Monde, Monde Arabe, Palestine, Syrie Tagger : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Tagger : permalien.

http://stcom.net/news/?p=7972

Repost 0

Pages