Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 11:57

A

http://www.alterinfo.net/Appel-aux-juifs_a83963.html


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 22 Novembre 2012 - 08:59 Les Zébreux


Allô ... Allô... J'ai été Copé !!!!!!!!!!!!!!!!!

1 2 3 4 5 Notez


Le journal de personne
Vendredi 23 Novembre 2012

Appel aux juifs
Allô ! allô! Allô!
C'est un appel radio
L'appel de l'ombre
Allô! Allô !
C'est un rappel à l'ordre
Des braves et des justes
Un appel que j'adresse à tous les juifs
Pour qu'ils renoncent au sionisme
À l'impérialisme politique et pathologique
De leurs faux maîtres à penser
Qui n'ont jamais entendu parler
Des tables de la Loi... véritables
Je m'adresse aux juifs du monde entier
Pour qu'ils dénoncent l'iniquité
L'injustice et la cupidité de leurs dirigeants
Et qu'ils exigent la création immédiate
D'un État Palestinien contigu à un état Israélien
Pour laver leur judéité de tout soupçon
Et affirmer leur amour pour la paix et la fraternité
Allô ! allô! Allô!
Juifs du monde, vous m'entendez ?
Qu'est-ce que vous attendez pour vous dresser
Contre les faux- frères qui souillent votre nom, votre action et votre religion
Qu'est-ce que vous attendez pour rendre à Lazare ce qui appartient à Lazare...
Et à Dieu ce qui appartient à Dieu...
Pas d'Israéliens ... sans Palestiniens
Main dans la main configurez aujourd'hui même ou demain
la création de deux états libres et divins.
Les mécréants ce sont tous ceux qui n'y croient pas ou vous empêchent d'y croire.
Allô ! allô! Allô!
Merde c'est le noir complet
J'ai dû déranger quelqu'un de très haut placé
J'ai été Copé !

 http://www.lejournaldepersonne.com



Vendredi 23 Novembre 2012
Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 13:22
uliette Prétière

Imprimer Imprimer la page

Envoyer Envoyer par mail


Mahmoud Darwish a chanté une douleur qu’il connaissait bien : celle de l’exil. Il était et reste le « poète national palestinien ». Malgré lui. Mais en l’assumant.
(JPG)
Mahmoud Darwich

Le poète a une première patrie : la poésie. La mort d’un poète authentique endeuille tous les amoureux des mots. Mahmoud Darwich s’est éteint, à Houston, au Texas, à la suite d’une opération du cœur. Il était âgé de 67 ans.

Il a chanté une douleur qu’il connaissait bien : celle de l’exil. Il était et reste le « poète national palestinien ». Malgré lui. Mais en l’assumant.

Parce que le peuple palestinien se reconnaissait et se reconnaît dans ses mots et se sentait porté par ses ailes.

Parce que ses images, son lyrisme, son inspiration, ses hymnes à l’amour, ses vertiges devant le temps qui passe, ses interrogations sur sa propre identité permettaient et permettent toujours à ceux qui le lisaient ou l’écoutait de trouver consolations et encouragements.

Arraché à sa terre à l’âge de 6 ans, ballotté dans la tourmente politique et la guerre de libération, pris dans les cyclones des violences déchaînées, récupéré par des gens en qui il ne se reconnaissait pas toujours, il a longtemps transformé les mots en armes pour tenter de sécher bien des larmes. Il refusait à la fois les intégrismes et le « bradage » des terres palestiniennes occupées. Avec des mots souvent chargés de charges explosives. La guerre n’est pas un conte pour enfants...

Il fut attaqué à la Knesset au moment de la « révolte des pierres » le 28 avril 1988, par le premier ministre d’Israël, Ytzhak Shamir pour un poème mal lu et mal compris. « Passants parmi des paroles passagères » [1] La même terre pour deux peuples et une guerre qui n’en finit pas entraîne forcément des mots qui font mal. Dans les deux « camps ».

« Vous qui passez parmi les paroles passagères
portez vos noms et partez
Retirez vos heures de notre temps, partez
Extorquez ce que vous voulez
du bleu du ciel et du sable de la mémoire
Prenez les photos que vous voulez, pour savoir
que vous ne saurez pas
comment les pierres de notre terre
bâtissent le toit du ciel »

Mais ses rêves étaient d’amour et de paix. Ses angoisses venaient surtout de la fuite du temps. Ses vertiges étaient ceux de tous les humains. Et son art était d’abord de peindre ce qu’il entendait, de mettre en musique ce qu’il voyait, de restituer ce qu’il sentait et ressentait. Le ciel, le soleil, les étoiles, le jour, la nuit, les oliviers, le sable et les rochers... Les femmes et les hommes, dans leur simplicité et leur complexité.

« Je suis Palestinien, un poète palestinien, mais je n’accepte pas d’être défini uniquement comme le poète de la cause palestinienne, je refuse qu’on ne parle de ma poésie que dans ce contexte, comme si j’étais l’historien, en vers, de la Palestine.(...) Je n’ai donc nullement cherché à devenir, ou à rester, un symbole de quoi que ce soit. J’aimerais, au contraire, qu’on me libère de cette charge très lourde.(...) Dans notre vie contemporaine, le sens se meurt et disparaît, c’est pourquoi la poésie cherche à opposer son propos non-sens au non-sens extérieur.

J’ai aujourd’hui plus tendance qu’auparavant à proclamer notre droit à l’absurde et au ludique. C’est peut-être la réponse esthétique la plus adéquate au désordre ambiant, bien plus que la recherche du non-sens. Donner à la vie un sens absurde est une option philosophique, être nihiliste est un choix qu’on peut respecter ou non, mais là n’est pas la question.

Le sens est-il possible ? La poésie doit faire comme si cette possibilité existait réellement. L’être humain doit y croire, sinon nous sombrons dans un nihilisme absolu. S’il pense que le sens est impossible, cela signifie ma mort de la volonté, l’anéantissement physique et peut-être métaphysique. » [2]

S’il a été traduit en de nombreuses langues, c’est parce que ses messages avaient (et gardent) une portée universelle.

Lui rendre hommage, c’est le lire, ou le relire. Simplement. En tentant de le comprendre par ses textes et leur contexte.

Les vrais poètes ne meurent jamais.

* Juliette Prétière


Identité

Inscris !
Je suis Arabe
Le numéro de ma carte : cinquante mille
Nombre d’enfants : huit
Et le neuvième... arrivera après l’été !
Et te voilà furieux !

Inscris !
Je suis Arabe
Je travaille à la carrière avec mes compagnons de peine
Et j’ai huit bambins
Leur galette de pain
Les vêtements, leur cahier d’écolier
Je les tire des rochers...
Oh ! je n’irai pas quémander l’aumône à ta porte
Je ne me fais pas tout petit au porche de ton palais
Et te voilà furieux !

Inscris !
Je suis Arabe
Sans nom de famille - je suis mon prénom
« Patient infiniment » dans un pays où tous
Vivent sur les braises de la Colère
Mes racines...
Avant la naissance du temps elles prirent pied
Avant l’effusion de la durée
Avant le cyprès et l’olivier
...avant l’éclosion de l’herbe
Mon père... est d’une famille de laboureurs
N’a rien avec messieurs les notables
Mon grand-père était paysan - être
Sans valeur - ni ascendance.
Ma maison, une hutte de gardien
En troncs et en roseaux
Voilà qui je suis - cela te plaît-il ?
Sans nom de famille, je ne suis que mon prénom.

Inscris !
Je suis Arabe
Mes cheveux... couleur du charbon
Mes yeux... couleur de café
Signes particuliers :
Sur la tête un kefiyyé avec son cordon bien serré
Et ma paume est dure comme une pierre
...elle écorche celui qui la serre
La nourriture que je préfère c’est
L’huile d’olive et le thym

Mon adresse :
Je suis d’un village isolé...
Où les rues n’ont plus de noms
Et tous les hommes... à la carrière comme au champ
Aiment bien le communisme
Inscris !
Je suis Arabe
Et te voilà furieux !

Inscris
Que je suis Arabe
Que tu as rafflé les vignes de mes pères
Et la terre que je cultivais
Moi et mes enfants ensemble
Tu nous as tout pris hormis
Pour la survie de mes petits-fils
Les rochers que voici
Mais votre gouvernement va les saisir aussi
...à ce que l’on dit !

DONC

Inscris !
En tête du premier feuillet
Que je n’ai pas de haine pour les hommes
Que je n’assaille personne mais que
Si j’ai faim
Je mange la chair de mon Usurpateur
Gare ! Gare ! Gare
À ma fureur !

Poésie extraite du site : http://mahmoud-darwich.chez-alice.f...

Notes :

[1] Publié dans « Palestine mon pays », Paris Editions de Minuit, 1988
[2] Extrait de Entretiens sur la poésie (avec Abdo Wazen et Abbas Beydoun) Actes Sud, Collection "Mondes Arabes", octobre 2006

Lire également :

-  Décès du poète palestinien Mahmoud Darwish
-  « La mentalité israélienne de ghetto »
-  Dès cet instant « tu » est un autre !
-  Palestiniens, le peuple de l’absurde - Interview de Mahmoud Darwish
-  « Je ne suis pas le porte-parole officiel du peuple palestinien. »

9 août 2008 - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.relatio-europe.eu/la-rev.
*********************************************************************************

Mahmoud Darwich - La Palestine comme métaphore

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7463

Imprimer Imprimer la page

Envoyer Envoyer par mail


(JPG)

Présentation de l’éditeur

"J’ai trouvé que la terre était fragile, et la mer, légère ; j’ai appris que la langue et la métaphore ne suffisent point pour fournir un lieu au lieu. ( ... ) N’ayant pu trouver ma place sur la terre, j’ai tenté de la trouver dans l’Histoire. Et l’Histoire ne peut se réduire à une compensation de la géographie perdue. C’est également un point d’observation des ombres, de soi et de l’Autre, saisis dans un cheminement humain plus complexe."

Dans ces entretiens, dont quatre traduits de l’arabe et un de l’hébreu, Mahmoud Darwich retrace son itinéraire poétique, livrant en même temps un témoignage d’une brûlante actualité sur les multiples facettes de l’identité palestinienne.

Au cours de 4 entretiens, Mahmoud Darwich évoque ses années d’apprentissage, l’expérience de l’exil, et la singularité de sa propre situation dans la vie culturelle arabe, tout en ouvrant au lecteur les portes de son "art poétique".

A ces éléments autobiographiques, se mêlent ses réflexions sur la culture arabe contemporaine, l’identité palestinienne, Israël et le sionisme, le processus de paix...

-  Editeur : Actes Sud (9 septembre 2002)
-  Collection : Babel
-  Langue : Français
-  ISBN-10 : 2742739459
-  ISBN-13 : 978-2742739455

* Traduction de l’arabe par Elias Sanbar et de l’hébreu par Simone Bitton

Article liés

-  Mahmoud Darwish : Une mémoire pour l’oubli - Septembre 2008
-  Nous sommes les invités de l’éternité - En mémoire de Mahmoud Darwish - Août 2008
-  Mahmoud Darwich : Les poètes ne meurent jamais - Août 2008

 

(JPG)

Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 21:16

"J’ai tout le temps"

jeudi 26 février 2009, par Al Faraby

"Des lecteurs me demandent jusqu’à quand on va titrer -Opération plomb d’acier- ?"
"que leur as-tu répondu ?"
"justement, je ne sais pas... je te le demande"
"ça va pourtant de soi"
"ah bon !?"
"oui... jusqu’à ce qu’elle soit terminée"
"et elle sera terminée quand ?"
"d’après toi ?"
"justement, je ne sais pas... je te le demande aussi"
"ça va aussi de soi"
"ah bon !?"
"oui... jusqu’à ce qu’elle ait atteint ses objectifs"
"logique... mais alors, elle risque de durer longtemps"
"pas nécessairement... elle peut s’arrêter très vite"
"comment ça ?"
"il suffit d’une seule condition"
"ah bon, laquelle !?"
"ça va encore de soi"
"excuse-moi, j’ignore ce qui me prend... mais je ne trouve rien d’évident en ce moment"
"c’est pas grave... ça doit être le surmenage"
"probablement.... et alors ?"
"alors quoi ?"
"quelle est cette unique condition pour que Opération plomb d’acier ne dure pas ?"
"il suffit que ses objectifs soient abandonnées"
"logique... mais attends, laisse-moi un peu réfléchir"
"je t’en prie... prends ton temps... je ne suis pas pressé"
"... !?"

Al Faraby
Jeudi, 26 février 2009

http://www.aloufok.net/spip.php?article220

Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 20:37

Rassool Jibraeel Snyman
PalestineChronicle

Imprimer Imprimer la page

Envoyer Envoyer par mail


Afrique du Sud - 20 janvier 2009 - Histoires d’extrême bon sens.
(JPG)
Nous devons rager - Car c’est peut-être par la rage - Qu’un monde meilleur verra le jour

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage contre

Les dieux qui ont laissé le monde échapper à tout contrôle

Je rage contre le système qui nous trompe

Je rage contre ces rouages qui nous broient

Huilés par le silence du peuple

L’acquiescement

L’apathie

Et la tromperie

Je rage parce qu’il nous faut rager

Et non être matés

Ni pacifiés

Ni traités avec condescendance

Je rage contre le système qui contemple avec jubilation

Comment nous nous entre-déchirons

Devenons des monstres qui hurlent à la lune

Montrant les crocs

Et des griffes d’acier

Je rage parce que le silence tue

Je rage parce qu’un vote signifie parfois

Un arrêt de mort

Pour quelqu’un quelque part

Je rage

Je rage

Je rage parce que nos instruments de paix

Sont récupérés

Biaisés

Injustes

Et loin d’être pacifiques

Je rage parce que nous avons ressuscité Rome d’entre les morts

Et lui avons donné sa puissance

Pour tuer

Mutiler

Créer le chaos

Pour dire non à la paix

Et faire de nous des bêtes assoiffées de sang

Je rage parce que c’est la couleur de ma peau

Qui détermine si je suis triste

Ou ignoré

Ou accusé

De ma propre misère et de ma propre mort

Je rage en silence

Je rage au grand jour

Je rage avec ma plume

Je rage avec mes pensées

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage parce que nous avons de la pitié pour l’empereur

Et aucune pour les victimes

Qui jonchent les champs

Mutilées

Meurtries

Je rage parce que nous sommes délibérément aveugles

Consciemment sourds

Et notre tristesse sélective

Je rage de notre hypocrisie

Et de nos fausses valeurs

De notre double langage

Et de l’éternel

Inconditionnel

Amour de Rome

L’amour de l’empereur

L’amour de l’esclave pour le maître

L’amour du fouet

Et l’amour de notre propre humiliation

Dégradation

Et descente dans la bestialité

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage parce que des enfants meurent

Que les balles sifflent

Que nous disons adieu à notre bon sens

Parce que les politiciens renient

Et que les veuves pleurent

Des reflets de diamants dans chaque œil

Devrais-je me croiser les bras et gémir

Non

Non

Non

Non

Non

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage parce que je le dois

Je rage parce que l’histoire

Ne se modifie pas avec des hommes soumis

Ni des hommes silencieux

Mais avec des hommes en colère

Qui ragent contre l’injustice

Et crachent à la figure des oppresseurs

Et sont prêts à défendre leurs vérités

Pareils à des montagnes

Déterminés

Résolus

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage

Jusqu’à ce que je me révolte

Et que je brûle palais et cachots

Viens Frère

Sœur

Mère

Fille

Camarade

Ami

Donne-moi la main

Rage avec moi

Le silence est assourdissant

L’apathie tue

Plus insidieusement que les balles

Battons le tambour

De la justice

Vibre au plus profond de toi-même

Laisse ton sang bouillir comme la lave

Et ta colère comme les flammes

Fais exploser le soleil

Eclipse-le

Réduis-le

De telle façon

Que les temples de la vanité

Soient réduits en cendre

Et la puissance détruite

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage

Je rage

Jusqu’à ce que justice soit faite

Et l’avenir de l’enfant assuré

Jusqu’à ce que la paix soit comme l’air que nous respirons

Et que dans les champs lèvent des fleurs de joie

Pas des os blanchis

Jusqu’à ce que les collines de Palestine

Retournent à leurs légitimes propriétaires

Et que les oliviers chantent sous la brise

Les symphonies des feuilles et des oiseaux

Lettres de paix

Pour un peuple las de la guerre

En grand besoin de répit

Jusqu’à ce que tout oppresseur

Soit happé

Craigne la rage

Du peuple

Jusque-là je dois rager

Tu dois rager

Nous devons rager

Car c’est peut-être par la rage

Qu’un monde meilleur verra le jour


The Palestine Chronicle est heureux de présenter un nouveau poème du distingué poète sud-africain, Rassool Snyman.

Autres poèmes de l’auteur :

-  Palestine is my name

-  Jesus in Gaza

8 février 2009 - PalestineChronicle - traduction : JPP

Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 14:22


Hier le canal du National Geographic

a diffusé un documentaire historico-biblique

Il semble que Jéricho n’avait pas encore été bâtie

quand Josué a sonné ses trompettes devant ses murs…

Et 280 ans plus tard,

quand Jéricho a finalement été bâtie

elle n’a jamais été entourée de murs

Qu’est-ce que cela nous apprend ??

1- Josué et Jéricho ne se sont jamais rencontrés.

2- il n’y avait pas de murs autour de Jéricho-Ville.

3- l’ancien testament - la “Torah” -

est un livre de propagande très inexact.

 

Merci ! Canal du National Geographic !!



Raja Chemayel
Sherlock Hommos

 

 

Ing. Moustafa Roosenbloom

 

…et voilà Sherlock Hoummous…


Portrait de Ben Heine, Tlaxcala
http://arabefrustre.blogspot.com/



Mardi 10 Février 2009

http://www.alterinfo.net/Les-Murs-Jericho-et-Josue_a29647.html?PHPSESSID=488ef00ba1987c77395e3b5009a9b1a0

Repost 0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 21:11

lundi 9 février 2009, par Al Faraby

"Bon, voilà... la délégation parlementaire française conduite par Bernard Accoyer est bientôt de retour"
"elle a vite fait, dis-donc !"
"oui... c’était juste une visite de terrain entre samedi et lundi"
"et qu’ont-ils fait en si peu de temps ?"
"ils ont eu une entrevue avec l’israélien Shimon Pérès"
"et que leur a-t-il dit que les français ne savent pas déjà ?"
"euhhhh... pertinente question..."
"en somme, il leur a répété son discours traditionnel"
"lequel ?"
"qu’Israël est victime du terrorisme du Hamas"
"c’est vrai que tous les français le savent puisque c’est ce qu’on leur martèle depuis au moins le 25 janvier 2006"
"excuse-moi... mais que s’est-il passé ce jour-là ?"
"c’est la victoire sans appel du Hamas aux élections législatives Palestiniennes"
"tu veux dire que les électeurs Palestiniens ont donné la majorité parlementaire à des terroristes !?"
"c’est du moins ce que considère le prix Nobel de la paix israélien"
"Accoyer et ses camarades n’ont rencontré que Pérès ?"
"non... ils se sont aussi entretenus avec Fayyad"
"qui est-ce ?"
"le Premier ministre désigné par Mahmoud Abbas"
"ah oui... celui de la photo"
"quelle photo ?"
"celle prise dans une oliveraie"
"lui-même"
"et que leur a-t-il dit ?"
"que l’autorité palestinienne condamne fermement les crimes commis par le Hamas"
"comment ça.... ce sont les israéliens qui ont agressé Gaza ?"
"bien sûr... mais Fayyad a expliqué à Accoyer que c’est à cause du Hamas"
"ça aussi... c’est repris en boucle en France"
"oui"
"en somme... Accoyer et ses camarades ne rapportent rien de nouveau de leur déplacement sur le terrain"
"c’est pour ça qu’ils l’ont situé entre samedi et lundi"
"... !?"

Al Faraby
Lundi, 09 février 2009

Bernard Accoyer a rejeté tout dialogue avec le Hamas. "La France n’aura pas de contacts et d’échanges avec le Hamas tant que celui-ci aura recours à la violence", a-t-il déclaré.
Israël a mené, du 27 décembre au 18 janvier, une agression contre Gaza qui a fait 1.330 morts palestiniens, selon les services de santé palestiniens.

Entre samedi et lundi (1)

Repost 0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 22:47

Les juifs d’Israël (2)

samedi 7 février 2009, par Al Faraby

"Alors, résumons-nous..."
"quoi ?"
"les différentes catégories de juifs qui existent"
"je t’écoute"
"il y a ceux qui vivent en Israël et les autres"
"oui"
"il y a ceux qui iront un jour vivre en Israël et les autres"
"oui"
"il y a ceux qui soutiennent Israël sans aller y vivre et les autres"
"oui"
"voilà, c’est tout... t’en vois d’autres ?"
"olalala... bien sûr que oui !"
"ah bon !?"
"il y a ceux qui y ont vécu et qui sont partis sans pour autant être en désaccord"
"oui"
"il y a ceux qui y ont vécu et qui sont partis en désaccord"
"oui"
"il y a ceux qui s’y identifient"
"oui"
"il y a ceux qui refusent de s’y identifier sans soutenir les Palestiniens"
"oui"
"il y a ceux qui refusent de s’y identifier tout en soutenant les Palestiniens"
"oui"
"et puis il y a une nouvelle catégorie, apparue récemment, après les vingt-deux jours d’agression contre la population de Gaza..."
"c’est bizarre, j’ai remarqué que tu n’utilises pas la même formule que les correspondants de presse, les journalistes, les politiques, les diplomates, les intellectuels, les responsables d’ONG... bref, tous ceux qui pensent pour nous..."
"et que disent tous ces gens ?"
"ils disent, l’agression contre le Hamas"
"oui mais ceux-là ne pensent pas"
"comment ça ?"
"parce que si c’avait été une agression contre le Hamas, les israéliens n’auraient pas fait ce qu’ils ont fait"
"eeuuuhhhh... c’est logique... mais alors, pourquoi ne disent-ils pas la vérité ?"
"pour assurer la sécurité d’Israël menacée, d’après eux, par le Hamas..."
"c’est ridicule !"
"et pourtant ça marche... jusqu’à un certain point"
"tu veux dire qu’il reste des gens qui ne les croient pas ?"
"oui... et justement parmi ces gens-là, est apparue une nouvelle catégorie de juifs dont je parlais"
"et c’est laquelle ?"
"tous ceux qui ont honte d’être juifs"
"même ceux qui ne vivent pas en Israël ?"
"surtout ceux-là"
"pourquoi ?"
"parce qu’Israël se veut être l’Etat des juifs"
"... !?"

Al Faraby
Samedi, 07 février 2009

A lire aussi :
Les juifs d’Israël (1)
Je suis juif, et aujourd’hui j’ai honte
Effacez le nom de mon grand-père à Yad Vashem

Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 00:49

Les juifs d’Israël

vendredi 6 février 2009, par Al Faraby

"Pourquoi t’as titré, je te cite, les juifs d’Israël ?"
"qu’est-ce qui te choque dans la formule ?"
"j’sais pas... as-tu voulu dire qu’il existe autre chose que des juifs en Israël ?"
"oui, bien sûr... mais pas seulement"
"qu’as-tu voulu dire d’autre ?"
"qu’il y a des juifs qui ne sont pas en Israël"
"oui mais ceux-là, ils ne sont pas dans le coup"
"que veux-tu dire ?"
"ceux qui ne sont pas en Israël ne votent pas"
"t’as raison, mais ils sont dans le coup malgré tout... jusqu’au cou même"
"ouf... à ce point-là !?"
"bien sûr... puisque sans les juifs en-dehors d’Israël il n’y aurait jamais eu tant que ça à l’intérieur"
"eeeuuhhhh... oui... logique, puisque la grande majorité vient de l’extérieur"
"et donc..."
"et donc quoi ?"
"sans ces juifs de l’extérieur, il n’y aurait jamais eu d’Israël... et le problème n’aurait jamais existé"
"quel problème ?"
"celui de la Palestine et du peuple Palestinien"
"logique... mais dis-moi..."
"quoi ?"
"les juifs de l’extérieur qui viennent en Israël, votent-ils ?"
"évidemment qu’ils votent"
"comment se fait-il ?... en France ce ne serait pas possible..."
"simplement parce qu’à leur arrivée en Israël, ils deviennent israéliens"
"c’est pas très démocratique tout ça... et les pays du Quartet n’ont jamais protesté !?"
"ben non... puisqu’ils sont tous d’accord qu’Israël soit un Etat juif... c’est aussi un moyen de se débarrasser de leurs juifs à eux..."
"mais dis-moi... c’est de l’antisémitisme d’Etat !"
"non... c’est du sionisme, puisque ces juifs-là font le choix de devenir israéliens"
"... !?"

Al Faraby
Vendredi, 06 février 2009

Repost 0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 20:50

 

 

lundi 2 février 2009, par Al Faraby

"T’as finalement raison"
"de quoi ?"
"Abbas est arrivé au Caire ce dimanche"
"ah ! ... et alors ?"
"il est allé rendre visite à des Palestiniens de Gaza, blessés et évacués dans des hôpitaux d’Égypte"
"normal... il est le Président... tous font ça... ils vont rencontrer et réconforter leurs concitoyens"
"sauf que là... ça se passe au Caire"
"oui... puisqu’il ne peut pas aller à Gaza"
"qui l’en empêche ?"
"eeuuuhhhh..."
"je veux dire qu’il s’entend bien avec Olmert"
"oui pas de problème... c’est son partenaire pour les pourparlers de paix"
"il s’entend bien aussi avec Moubarak"
"pas de problème non plus... ils sont dans le même camp"
"lequel ?"
"celui des arabes modérés"
"t’as raison... en bien voilà"
"voilà quoi ?"
"il peut rentrer à Gaza par où il veut... du nord et du sud... c’est comme il veut"
"je comprends"
"tu comprends quoi ?"
"que ça soit comme il veut... après tout, Gaza c’est encore la Palestine dont il est le Président"
"que veux-tu dire ?"
"quoi, j’ai dit une bêtise ?"
"pas du tout... mais tu me fais penser à quelque chose"
"quoi ?"
"peut-être n’est-il plus si populaire que ça à Gaza... qu’il craint d’y aller"
"pourquoi ?"
"à cause de sa politique"
"laquelle ?"
"celle des pourparlers avec Olmert et de son appartenance au camp de Moubarak... il serait donc devenu Persona non grata à Gaza"
"et que veut dire cette formule ?"
"c’est du latin signifiant littéralement personne n’étant pas la bienvenue"
"carrément"
"attends... c’est juste une hypothèse pour essayer de comprendre"
"comprendre quoi ?"
"pourquoi Abbas ne vient pas à Gaza rencontrer les Palestiniens et les réconforter... comme feraient tous les autres Présidents"
"peut-être se prend-il pour de Gaulle et qu’il attend la libération"
"oui mais de Gaulle n’a jamais négocié un quelconque processus de paix avec l’occupant"
"mais alors, pour qui se prend-il ?"
"peut-être pour le chef de l’OLP"
"tout le monde sait que l’OLP est une coquille vide"
"et qui l’a vidée ?"
"... !?"

Al Faraby
Lundi, 02 février 2009

Mahmoud Abbas a accusé dimanche 1er février au Caire le Hamas d’avoir risqué la vie et la destinée des Palestiniens.
"Ces gens ont risqué ont risqué la vie du peuple, risqué le sang du peuple, risqué la destinée du peuple, risqué le rêve et l’espoir du peuple d’établir un Etat palestinien indépendant", a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse dans la capitale égyptienne, retransmise par la chaîne satellitaire Al-Jazira.
Il a en outre refusé tout dialogue avec "quiconque rejette l’Organisation de libération de la Palestine", faisant allusion au chef du bureau politique du Hamas en exil à Damas, Khaled Mechaal.

http://www.aloufok.net/spip.php?article79

 

Repost 0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 15:14


Sous les decombres de Gazernica.



Gazernica !




Sous les décombres de Gaza
Il y a la seule partie libérée de la Palestine

Sous les décombres de l’humanité
Il y a l’espoir qu’un jour
le plus fort ne pourra plus faire la loi

Sous les décombres de Gaza
Il y a les martyrs universels-Bombardés
par les meurtriers de l’exclusion

Sous les décombres de Gaza
Il y a les enfants du tiers monde
morts et partis
pour faire place à la cupidité .

Sous les décombres de Gaza
Il y a toujours encore, les tunnels
qui mènent à la Libération


Raja Chemayel

C'est moi, Raja !

C\
un Arabe-Libanais-Chrétien par naissance, un Musulman par culture , et un démocrate par nature
http://arabefrustre.blogspot.com/


Mardi 20 Janvier 2009
http://www.alterinfo.net/Sous-les-decombres-de-Gazernica-_a28755.html
Repost 0

Pages