Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 11:04
Le rabbin Dovid Feldman et son allocution à Toronto contre l'attaque israélienne sur Gaza
http://www.nkusa.org/activities/demonstrations/20121115.cfmlink

Rabbi Dovid Feldman Speaking in Toronto Against Israeli Attack on Gaza - 15 Nov 2012

Anti-Zionist Orthodox Jews Condemn Zionist Atrocities in Gaza

November 15 2012

Once again the Jewish people stand and watch, in horror and shame, at the atrocities being perpetrated-in our name-against the inhabitants of Gaza.

Mere words are insufficient to express the pain that all mankind feels at the plight of the Gaza and Palestinian people.

For over one hundred years, they have been subject to a carefully conceived plan, to drive them from their homes and their land.

Throughout their history, the Zionists have resorted to intimidation, war, ethnic cleansing and state-sponsored terrorism to achieve their goals.

This is, has been and continues to be, the criminal agenda of the Zionist movement. But among this movement's greatest crimes, is that it has claimed to carry out these nefarious actions in the name of holiness, in the name of the Almighty, in the name of Judaism and the Jewish people!!

This is a wicked and monstrous lie!!

It is a desecration of our religion!!

Judaism forbids and rejects Zionism and the existence of the State of "Israel". We have been expressly commanded by the Almighty that we are forbidden to have our own sovereignty in this heavenly decreed exile, we are also forbidden to rebel against any nation. Torah believing Jews, under the leadership of the most esteemed rabbis of the 20th century have always opposed and fought against Zionism and ultimately the State of "Israel".

Unfortunately in recent years the Zionists have succeed in seducing and co-opting members of the religious community and some rabbis into support of not allowing the return of the rightful owners, the Palestinian people, to their land, by fear mongering, by appealing to their worst fears, that there is a religious conflict and that the Arabs always have had an ingrained hate for the Jews. Especially, they claim, that because of the many years of the existence of the State of "Israel", if the Palestinians where to return to their land, they would massacre the Jews, may the Almighty protect us.

Anyone familiar with the ploys and techniques of the Zionist State is aware of this fact.

Before the advent of Zionism, Muslims and Christian, Arabs and Jews, lived peacefully together in the Holy Land, as in all the Muslim lands, — Ask your grandparents! — They remember those peaceful days! And in fact it is here the opportune time to thank all the Muslim countries for their extraordinary friendship, hospitality and safe haven that they have provided to the Jewish people throughout the ages!

The Zionists rely on the Bible, the Torah, for their imaginary right to ethnically cleanse the Palestinian people and to subjugate them. This is a pathetic joke! The Zionists have always been heretics and rejected all the fundamental tenets of our faith, and yet they have the nerve, the arrogance, the audacity, the chutzpa, to pretend to base their behavior on our holy Torah.

We know what our holy writings and our great rabbis have taught us — that we are forbidden to subjugate or oppress anyone or to desecrate the holiness of the Holy Land with paths of violence, ethnic cleansing, discrimination and military power. Our religion teaches justice. It teaches peace. It teaches compassion. In fact, the greatest and ultimate hope and prayer of the Jewish people is, that when the Messiah comes that then "Nation shall no longer lift up sword against nation, and they will make war no more." All nations will serve God together in peace.

To the governments of the world, it is not through your support of the Zionist regime — the State of "Israel", that the Jewish people are being helped! On the contrary, this tragic historical mistake has led to the killing of Arabs and Jews alike. The governments of the great powers, by supporting the State of "Israel" are not only harming the Palestinian people but they are also unwittingly contributing to the growth of hostility towards Jews worldwide!

To our Jewish brethren, we beg! Do not be intimidated by ruthless Zionist bullying and violence!! — Proclaim loudly and clearly your outrage, pain and sympathy for the people of Gaza and that those who show contempt for the Torah, the teachings of our rabbis, and disregard the ethical and moral basics of our faith, have no right to speak on behalf of the Jewish People or Judaism!

We must tell the world that self-rule, sovereignty and ALL the rights of the Palestinian people, must be restored throughout historic Palestine! This is a requirement of Jewish ethics and values! Jewish justice demands the return of the Palestinian refugees to their homes, towns, villages and cities throughout Palestine! Tell the world, loudly and clearly, that you support Palestinian statehood over the ENTIRE Holy Land — not despite your Jewish identity, but because of it.

To our Islamic brethren – let us speak up for the people of Gaza and please do not judge the Jewish faith or its people, on the basis of this passing lunacy of Zionism. The Jews have always been your friends and cousins. Do not allow your understandable anger to be directed at those who are innocent of wrongdoing, regardless of whether they reside in Occupied Palestine, Europe, or anywhere around the globe.

Together, people of all nations, may we be worthy, with God's help, speedily and peacefully, without further suffering and bloodshed of anyone, be it Arab or Jew, to witness the peaceful end of the Zionist occupation over every inch of Palestine.

And may we yet merit to see, in the very near future, the revelation of the One God, over the entire world, with all mankind in His servitude, in joyous brotherhood.

AMEN

Let's Proclaim Together: 
FREE GAZA — FREE PALESTINE!!
JUDAISM YES ZIONISM NO!!

 

French Translation:
Anti-sioniste des juifs orthodoxes condamne les atrocités sionistes à Gaza

 

Protest Rallys were held in these cities:

 

(Check back for updated information, videos and photos from these demonstration venues)

Repost 0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 16:44
Une réponse de Gilad Atzmon à Dominique Vidal (2/2)

La politique identitaire juive et la censure par l’insulte


Comme il l’avait annoncé, l’auteur et musicien d’origine israélienne Gilad Atzmon revient vers l’intellectuel sioniste « pro-palestinien » Dominique Vidal-Sephiha pour préciser le propos de son dernier ouvrage, la Parabole d’Ester. Opposant aux insultes de celui-ci des arguments logiques et dépassionnés, Atzmon démontre que la crispation communautariste consistant en une lecture systématiquement biaisée de la réalité peut-être surmontée au prix d’un certain courage et d’un minimum d’honnêteté intellectuelle.

Réseau Voltaire | Londres (Royaume-Uni) | 18 mai 2012
+
JPEG - 27.7 ko

Dans cette seconde partie [1] de ma réponse [2] à M. Dominique Vidal [3], je veux revenir sur certaines des phrases de mon livre, La Parabole d’Esther, qu’il a citées, et qui semblent l’avoir tellement bouleversé.

Je souhaite souligner qu’à l’instar de l’ouvrage dans son ensemble, aucun des passages sélectionnés par M .Vidal ne contient de propos racistes. Aucune de ces citations ne parle des juifs en tant que « race », en tant que peuple ou en tant qu’ethnie. Ce qui m’intéresse, ce que je critique, c’est une idéologie et la politique identitaire sur laquelle celle-ci se fonde. Toutefois, la sélection opérée par M. Vidal démontre l’orientation profondément suprématiste et judéo-centrée de l’ancien rédacteur adjoint du Monde diplomatique.

Voici mes réponses en détail :

- « Si « l’argumentaire colonial » a été populaire durant un certain temps, c’est non seulement parce qu’il exonérait les juifs (en tant que peuple) des crimes perpétrés par Israël, mais aussi parce qu’il comportait une promesse : tôt ou tard, l’“État colon israélien” grandirait, sortirait de son cauchemar colonial, et la paix pourrait éventuellement l’emporter » (La Parabole d’Esther, page 28) ;
À vrai dire, j’apprécierais beaucoup que M. Vidal avance ne serait-ce qu’un seul argument à l’encontre de ce plaidoyer pour que la paix s’installe dans la région…

- « Dès lors qu’Israël se définit comme l’“État juif”, nous sommes parfaitement en droit de nous interroger sur la signification réelle des notions de judaïsme, judéité, culture et idéologie juives.  » (La Parabole d’Esther, page 29) ;
Je me demande si M. Vidal pense réellement que ces questions peuvent être éludées, alors qu’elles sont à la base même de toute future négociation de paix. Le caractère juif d’Israël ne devrait-il donc faire l’objet d’aucune recherche ou réflexion intellectuelle ?

- « J’ai franchi certaines lignes jaunes en toute conscience. J’examine philosophiquement les aspects tribaux inhérents au discours juif séculier tant sioniste qu’antisioniste » (La Parabole d’Esther, page 29) ;
Je me demande également si M. Vidal s’oppose à l’examen philosophique en général et par principe, ou si un tel refus concerne uniquement le tribalisme laïc juif, qu’il estime devoir être au-delà de tout questionnement.

- « Le nationalisme juif est un état d’esprit, et une mentalité n’a pas de frontières clairement tracées. En fait, personne ne sait où, exactement, finit la judéité et où commence le sionisme, et vice-versa » (page 30) ;
Si M. Vidal connaît la réponse, s’il sait « où finit la judéité et où commence le sionisme », pourrait-il avoir l’amabilité de nous en informer ?

- « Manifestement, nous n’avons pas affaire seulement à Israël et aux Israéliens. En réalité, nous sommes en conflit avec une philosophie pragmatique extrêmement déterminée qui génère et promeut des conflits internationaux d’une ampleur gigantesque » (page 30) ;
Alors que je tente de calmer la crise d’hystérie de M. Vidal, l’AIPAC – le lobby pro-israélien le plus influent aux États-Unis – mobilise en coulisse et fait pression pour une guerre totale contre l’Iran.

- « Il s’agit en réalité d’une guerre contre une mentalité regrettable qui a pris l’Occident en otage et l’a, tout au moins momentanément, détourné de ses inclinations humanistes et de ses aspirations athéniennes » (page 31) ;
De fait, le temps est venu pour l’Occident de regarder son héritage en termes d’universalisme, de pluralisme et de tolérance. M. Vidal semble opposé à ces valeurs, et je me demande bien pourquoi. Est-il un Occidental, ou pas ?

- « Je compris qu’Israël et le sionisme n’étaient que des sous-parties constituantes d’un problème beaucoup plus vaste, le problème juif » (page 51) ;
Il est temps d’admettre qu’Israël et la diaspora juive ne sont pas des entités séparées. Et il est plus que temps d’examiner les relations entre ces deux entités.

- « Le sionisme n’est pas un mouvement colonialiste ayant des intérêts en Palestine, contrairement à ce que suggèrent certains spécialistes. Le sionisme, en réalité, est un mouvement mondial alimenté par une solidarité tribale sans équivalent entre membres de notre troisième catégorie de juifs  » [4] (page 56) ;
M. Vidal serait bien inspiré de procéder à une petite introspection, et de se demander ce qui le pousse à s’opposer ainsi à mon livre. Est-il réellement d’abord et avant tout un humaniste et un universaliste, ou bien appartient-il à la « 3e catégorie » dont je parle, c’est-à-dire est-il quelqu’un qui s’intéresse en premier lieu aux juifs et à leurs intérêts ?

- « Tout au long des siècles, certains banquiers juifs ont acquis la réputation d’être des partisans et des financeurs de guerres, et même d’une révolution communiste  » (page 66) ;
M. Vidal devrait commencer à accepter que certains faits, dans l’Histoire juive, sont dérangeants. Avoir un passé peut en fait être un sérieux handicap ; néanmoins, Vidal pourrait remarquer que cette citation fait référence à certains juifs et non « aux juifs ».

- « L’Holocauste a été une “victoire sioniste”, exactement de la même manière que tout viol est interprété par les idéologues féministes séparatistes comme une vérification de la validité de leurs théories » (page 85) ;
Comme toutes les autres, cette citation doit être lue dans son contexte. L’holocauste a confirmé le syndrome de stress pré-traumatique, il « prouve » que les juifs ne peuvent être en sécurité parmi les goyim. De la même manière, d’un point de vue séparatiste féministe, chaque cas de viol « prouve » l’idée stupide selon laquelle « tout homme est un violeur en puissance ».

- « En raison de la nature raciste, expansionniste et judéo-centrique de l’État juif, le juif de la Diaspora se trouve intrinsèquement associé à une idéologie intégriste et ethnocentrique, ainsi qu’à une interminable liste de crimes contre l’Humanité. » (page 92) ;
C’est là un fait, et les récents événements survenus à Toulouse le confirment. Inutile de dire que je suis opposé à tout acte contre des civils innocents.

- « En juxtaposant des stéréotypes juifs (ceux que les juifs semblent abhorrer par opposition à ceux que les propagandistes ethniques juifs s’efforcent de promouvoir), on pourrait sans doute mettre en lumière, de manière cruciale, certaines problématiques relatives à l’identité juive » (page 95) ;
Je me demande bien ce qui dérange Vidal dans un tel exercice ? Aura-t-il le courage de partager avec nous les stéréotypes juifs qu’il aime, et ceux qu’il abhorre ?

- « Les antisionistes d’origine juive (cette catégorie peut englober des gens haineux d’eux-mêmes et fiers de l’être, comme moi) sont là pour donner une image de pluralisme idéologique et de souci de l’éthique. » (page 118) ;
Vidal apporte de lui-même la preuve que la citation ci-dessus décrit la réalité. Apparemment, Vidal semble préoccupé par le fait qu’un pluralisme tel que celui-là pourrait ouvrir la porte à une critique réelle susceptible de l’englober, lui, personnellement.

- « Le socialisme juif, comme le socialisme, est une idéologie sans équivalent, ésotérique, avant tout préoccupée des intérêts juifs et de la judéité » (page 124) ;
En effet, je fais la distinction entre le socialisme juif et les socialistes qui se trouvent être juifs de par leur naissance. Ceux-ci constituent une catégorie de gens innocents, alors que les premiers sont mus par le tribalisme, le judéo-centrisme et le racisme. C’est, en fait, une forme édulcorée du national-socialisme, qui était, comme son nom l’indique, à la fois nationaliste et socialiste !

- « Le socialisme et le militantisme progressiste juifs s’intègrent parfaitement dans le projet sioniste. En tant que parties constitutives du projet sioniste, ils ont pour rôle de rassembler les âmes perdues parmi les juifs humanistes et de les ramener à la maison pour Hanouka » (page 125) ;
Manifestement, avec moi, ça ne marche pas.

- « Le débat entre les sionistes et les soi-disant “juifs antisionistes” n’a strictement aucun impact sur Israël ni sur la lutte contre la politique israélienne. Il a pour seule fin de maintenir le débat “au sein de la famille”, tout en semant davantage de confusion chez les Goyim. Cela permet aux militants juifs ethniques prétendument “progressistes” d’affirmer que “tous les juifs ne sont pas sionistes”. Cet argument de peu de poids a pourtant réussi à faire voler en éclats toute critique du lobbying juif ethnocentrique qui a pu être exprimée au cours des quatre décennies passées. » (page 157) ;
C’est vraiment triste, mais c’est vrai : le sionisme n’a pas grand-chose à voir avec la politique israélienne. Comme je l’affirme dans mon livre, le sionisme est un discours intrinsèque de la diaspora juive.

- « Quand il s’agit de “passer à l’action” contre les soi-disant “ennemis du peuple juifs”, les sionistes et les “juifs antisionistes” se comportent comme un seul homme, comme un seul peuple, pour la bonne raison qu’ils sont effectivement un seul et même peuple » (page 157) ;
C’est là une description fidèle de l’action menée par Vidal. Cet homme s’oppose lui-même à mon livre à l’instar d’un sioniste patenté.

- « Le légendaire Matzpen progressiste et les néoconservateurs réactionnaires ont recours au même concept abstrait, non sans prétendre à l’universalité, pour justifier rationnellement le droit juif à l’autodétermination et à la destruction de tout pouvoir régional édifié par les Arabes et l’islam » (page 166) ;
Il est bien triste de constater que tant le Matzpen que les Néocons prêchent la même idéologie de l’interventionnisme moral, les uns et les autres sachant mieux que quiconque ce qui est bon pour des Arabes. Toutefois, cela n’a rien d’une simple coïncidence.

- « Très souvent nous entendons dire à propos de juifs de gauche que leur affinité pour les problèmes humanitaires résulte de leur “héritage humaniste juif”. Plus d’une fois, j’ai moi-même expliqué que c’est là un mensonge absolu. Il n’existe pas d’héritage juif de cette nature. Déterminés qu’ils sont par des préceptes tribaux, tant le judaïsme que l’“idéologie juive” sont exempts de toute éthique universelle » (page 172) ;
Je suggère à Vidal la lecture de Yishayahou Leibovitch. Aussi embarrassant que cela paraisse, le judaïsme n’est pas fondé sur une éthique universelle. Pour autant que je sache, il n’existe aucun texte qui prêcherait une morale juive séculière et universelle. Quand des juifs progressistes s’expriment au nom de valeurs juives universelles, ils mentent, tout simplement. Soit ils ignorent leur héritage culturel, soit ils embobinent consciencieusement le bon peuple.

- « Le vol interminable de la Palestine au nom du peuple juif fait partie d’un continuum spirituel, idéologique culturel et pratique entre la Bible, l’idéologie sioniste et l’État d’Israël sans oublier ses zélotes d’outremer. Israël et le sionisme (…) ont institué le pillage promis par le Dieu hébreu dans les écritures saintes judaïques » (page 182) ;
Je m’interroge : le soi-disant « anti »sioniste Vidal remet-il en question l’affinité entre le projet sioniste d’émigration des juifs en Palestine et le récit du retour biblique en Palestine tel qu’il est évoqué par le Deutéronome ?

- « On dirait que l’armée israélienne, en rayant de la carte le nord de la bande de Gaza, en janvier 2009, mettait en application le verset du Deutéronome 20:16 ; de fait, elle n’a “laissé la vie à rien de ce qui respire”. » (page 184) ;
Comment le soi-disant « anti »sioniste Vidal explique-t-il l’assassinat de près de 1 500 civils palestiniens durant l’opération Plomb durci ? Ne s’agissait-il pas là d’un crime perpétré dans l’esprit du Deutéronome ?

- « Le vol et la haine imprègnent l’idéologie politique  [5] juive contemporaine, que celle-ci soit de gauche ou de droite » (page 185) ;
Eh oui, c’est bien triste. Je suis d’accord avec Vidal, et pourtant, je ne comprends pas pour quelle raison il s’acharne à réduire au silence le seul livre qui expose cette complexité inhérente au noyau de l’idéologie et de la culture juive contemporaine.

- « Alors que le contexte biblique judaïque est plein de références à des faits violents habituellement commis au nom de Dieu, dans le contexte national et politique juif contemporain les juifs tuent et volent en leur propre nom, au nom de l’autodétermination, de la “politique de la classe laborieuse”, de la “souffrance juive” et de leurs aspirations nationales » (page 185) ;
Je partage l’avis de Vidal ; c’est effectivement préoccupant. C’est bien pourquoi j’ai écrit un livre à ce sujet (l’expression “politique de la classe laborieuse” fait référence au Bund, mouvement socialiste juif, qui est discuté dans mon livre).

- « Si Shlomo Sand est dans le vrai (…), si les juifs ne sont pas une race et s’ils n’ont rien voir avec le sémitisme, alors l’“antisémitisme” est formellement un mot vide de sens. Autrement dit, la critique du nationalisme, du lobbying et du pouvoir juifs ne peut être considérée comme autre chose qu’une critique légitime d’une idéologie, d’une politique et d’une praxis. » (page 212) ;
Nous y voilà ! Si Sand est dans le vrai, alors Vidal nous fait perdre notre temps ; il a tort, et voilà tout. Inutile de préciser que je pense que Sand a raison sur ce point.

- « Il m’a fallu des années pour comprendre que l’Holocauste, cette croyance centrale de la foi juive contemporaine, n’était pas un récit historique, dès lors que les narrations historiques n’ont que faire de la protection de la loi et des politiciens. » (page 215) ;
Vidal est-il en mesure de citer un quelconque autre récit ayant besoin d’être protégé par la loi ? J’entrevois tout au plus quelques textes religieux et politiques. L’Histoire et la vérité n’ont pas besoin de la protection des lois.

- « La religion de l’Holocauste est de toute évidence judéo-centrique jusqu’à la moelle. Elle définit la raison d’être juive. Pour les juifs sionistes, elle signifie un épuisement total de la Diaspora et elle fait du Goy un assassin irrationnel en puissance. Cette nouvelle religion juive prêche la revanche. Il pourrait s’agir de la religion la plus sinistre de tous les temps car, au nom de la souffrance juive, elle délivre des permis de tuer, d’écraser, de nucléariser, d’annihiler, de piller, d’épurer ethniquement. Elle a fait de la vengeance une valeur acceptée en Occident. » (page 216) ;
La notion de religion de l’Holocauste a été créée par le regretté philosophe israélien Yeshayahou Leibowitz. Elle a ensuite été reprise par le Professeur Adi Ophir, qui a écrit Les Dix Commandements de la religion de l’Holocauste. Inutile de préciser que si l’Holocauste est effectivement une religion, alors je préfère rester athée.

- « La religion de l’Holocauste est le stade final, conclusif, de la dialectique juive (…) Au lieu d’avoir besoin d’un Dieu abstrait pour désigner les juifs en tant que peuple élu, dans la religion de l’Holocauste, les juifs se passent de ce divin intermédiaire et ils s ‘élisent eux-mêmes. » (page 217) ;
Manifestement, Vidal s’est élu lui-même pour nous dire ce qui est casher et ce qui ne l’est pas. Mais pour remporter ce débat, Vidal devra développer une argumentation, ce qu’il n’a pas encore fait jusqu’ici.

- « Ceux qui tentent de réviser l’Histoire de l’Holocauste sont victimes de mauvais traitements des grands prêtres de cette religion (…) Nous ne sommes pas autorisés à y toucher, pas plus qu’il ne nous est permis de l’examiner. » (page 220) ;
Certes. La question à poser à Vidal est celle de savoir s’il pense que l’Histoire doive être mise sous scellés ?

- « La religion de l’Holocauste était déjà bien établie très longtemps avant la Solution finale (1942), bien avant la Nuit de Cristal (1938), les Lois de Nuremberg (1936) et même avant la naissance d’Hitler (1889). La religion de l’Holocauste est sans doute aussi ancienne que les juifs le sont eux-mêmes.  » (page 221) ;
C’est réellement un fait. La peur juive des persécutions et de la destruction est aussi ancienne que les juifs eux-mêmes. Vidal ne peut pas y faire grand-chose, si ce n’est se libérer lui-même et libérer les juifs de troisième catégorie qui lui sont contemporains en reconnaissant que l’Holocauste appartient au passé et que son destin personnel pourrait lui aussi être entre ses mains.

- « La morale de cette histoire [celle d’Esther] est très claire : si les juifs veulent survivre, ils ont intérêt à infiltrer les arcanes du pouvoir. À la lumière du Livre d’Esther, de Mardochée et de Pourim, l’AIPAC et la notion de “pouvoir juif” semblent l’incarnation d’une idéologie profondément biblique et culturelle. » (page 226) ;
Vidal a raison. J’ai oublié de faire référence au lobby pro-israélien français, ainsi qu’au rôle direct que Bernard-Henri Lévy a joué dans de récentes guerres interventionnistes.

- « L’authenticité historique du Livre d’Esther est très largement remise en cause par la plupart des biblistes contemporains (…) Autrement dit, toute considération morale mise de côté, la tentative de génocide décrite est fictive. » (page 226) ;
Vidal veut-il que nous traitions la Bible comme un document historique ? Son ignorance est-elle donc sans limites ?

- « Le Livre d’Esther esquisse une identité exilique. Il provoque le stress existentiel et constitue un prélude à la religion de l’Holocauste. » (page 227) ;
En effet, et ce fait pourrait expliquer à lui seul la collaboration extensive entre les sionistes et les nazis tout au long de la seconde guerre mondiale. Vidal pourrait consacrer un peu de temps à étudier les documents rassemblés par Lenni Brenner, un archiviste juif enthousiaste, ainsi qu’un anti-sioniste : 51 Documents : Zionist Collaboration With the Nazis.

- « Tant dans Exode que dans le Livre d’Esther, l’auteur du texte réussit à prédire le genre d’accusations qui allaient être jetées contre les juifs pour les siècles à venir, telle que la recherche du pouvoir, le tribalisme et la tricherie. De manière choquante, le texte d’Exode fait penser à une prophétie de l’Holocauste nazi (…) Pourtant, aussi bien dans Exode que dans le Livre d’Esther, au final, ce sont les juifs qui tuent. » (page 227-228) ;
Dans une certaine mesure, cela va même plus loin : tant l’Exode que le Livre d’Esther prophétisent les accusations portées par Vidal contre Atzmon. S’agit-il d’une simple coïncidence ? Je ne le pense pas. La réaction de Vidal à mon intervention est aussi ancienne que la tribu.

- « Il m’a fallu des années pour comprendre que mon arrière grand-mère n’avait pas été transformée en “savonnette” ou en “abat-jour” contrairement à ce qu’on m’enseignait en Israël. Elle a sans doute péri d’épuisement ou du typhus, ou peut-être a-t-elle été victime d’un mitraillage collectif (au cours de ce qu’on appelle la Shoah par balles). C’était assurément triste et tragique, mais cela n’est pas très différent du sort qu’ont connu des millions d’Ukrainiens qui ont eu à apprendre le sens réel du mot communisme. Le sort de mon arrière grand-mère n’a pas été très différent de celui de centaines de milliers de civils allemands tués dans un bombardement aveugle cyniquement orchestré, pour l’unique raison qu’ils étaient allemands. » (page 248) ;
Je me demande ce qui dérange Vidal dans l’affirmation ci-dessus. Pense-t-il réellement que la mort de mon arrière grand-mère juive est plus importante que celle de n’importe quelle autre arrière grand-mère ? Pense-t-il vraiment, à l’instar du rabbin Ovadia Youssef, qu’une vie juive a plus de valeur que toute vie non juive ?

- « Soixante-six ans après la libération du camp d’Auschwitz, nous devrions pouvoir poser la question du “pourquoi”. Pourquoi les juifs étaient-ils haïs ? [6] Pourquoi les peuples européens se sont-ils levés pour faire la guerre à leurs voisins ? Pourquoi les juifs sont-ils haïs au Moyen-Orient, où ils avaient sûrement une chance d’ouvrir une nouvelle page de leur histoire ? S’ils avaient envisagé de le faire, comme le clamaient les pionniers du sionisme, pourquoi ont-ils échoué ? Pourquoi l’Amérique a-t-elle durci ses lois d’immigration au plus fort du danger pour les juifs européens ? Nous devons aussi nous demander à quoi servent, au juste, les lois sanctionnant le négationnisme de l’Holocauste ? Qu’entend cacher la religion de l’Holocauste ? Tant que nous ne nous poserons pas de questions, nous serons assujettis aux sionistes et à leurs complots. Nous continuerons à tuer au nom de la souffrance juive. » (page 249) ;
Le temps n’est-il pas venu, pour Vidal, d’essayer de nous apporter quelques réponses ? Pourquoi les juifs ont-ils été ainsi haïs ? Pourquoi la plupart des Allemands sont-ils d’accord avec ce qu’a écrit M. Gunther Grass ? [7] Pourquoi mon livre a-t-il reçu le soutien des humanistes et des intellectuels les plus importants, à l’intérieur de notre discours ? Et pourquoi, lui, Dominique Vidal, ne voit-il pas pourquoi ces gens, soutiennent ma croisade pour la vérité ?

- Et les dernières lignes de l’épilogue du livre sont les suivantes : « Je ne saurais laisser passer l’opportunité qui m’est ici offerte de remercier du fond du cœur ma demi-douzaine de détracteurs juifs marxistes qui m’ont harcelé, moi et ma carrière musicale, nuit et jour, des années durant, et sans lesquels je n’aurais jamais pris toute la mesure de la profondeur de la férocité tribale. Ce sont ces activistes juifs soi-disant “antisionistes” qui m’ont appris infiniment plus de choses que n’importe quel sioniste enragé au sujet de la véritable signification pratique – ô combien dévastatrice – de la politique identitaire juive. » (page 268).
Je suis heureux d’ajouter M. Vidal à la liste croissante de mes détracteurs ; sa réaction à mon livre, tout comme son attitude nous offre un aperçu du caractère morbide du sionisme.

Du fond du cœur, merci M. Vidal.

JPEG - 28.8 ko
La parabole d’Esther : Anatomie du Peuple Élu
Editions Demi Lune

Traduction française de l’ouvrage de Gilad Atzmon « The Wondering Who ? » est disponible dans la boutique en ligne du Réseau Voltaire.

http://www.voltairenet.org/La-politique-identitaire-juive-et%2c174213

[1] « La politique identitaire juive et la censure par l’insulte, 1ère partie », par Gilad Atzmon, Réseau Voltaire, 13 avril 2012.

[2] « Les protocoles de Gilad Atzmon », par Dominique Vidal, La Feuille de Chou, 5 avril 2012.

[3] « Les fantassins français de Salam Fayyad », par Pierre-Yves Salingue, Réseau Voltaire, 31 août 2010.

[4] Le passage mis en évidence en caractères gras a été laissé de côté par M. Vidal ; nous l’avons rajouté, car il est essentiel pour comprendre ce qu’exprimait l’auteur.

[5] Là encore, M. Vidal occulte le mot qui donne sa signification à la phrase, (le mot « politique »)

[6] Ici, M. Vidal oublie une note de l’auteur qui est pourtant signifiante ; la voici : « Loin de moi l’idée de laisser entendre qu’ils méritaient la haine qu’on leur portait à l’époque ; il n’est pas question de blâmer les victimes. Par ailleurs, les juifs ne sont pas les seules victimes de ce conflit. »

[7] « Ce qui doit être dit », par Günter Grass, Réseau Voltaire, 10 avril 2012.

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 14:29

Commemorating the Nakba in 2012

This year’s commemoration of the Nakba (or ‘catastrophe’ in Arabic) is marked with actions by the Israeli state and its Zionist counterparts that reflect their continuing inability to conquer the indomitable spirit of the Palestinian liberation struggle or the solidarity it inspires from so many around the world.
 
Below are some of the current examples of Palestinian struggle, the forms of repression imposed, and actions you can take to express your solidarity with their struggle for self-determination.   
 
More than 2,000 Palestinian Political Prisoners on Hunger Strike
Tha"ir Halahleh is on the seventy-six day of his hunger strike. According to the British Medical Association, death generally occurs between day 55 and 75 of a hunger strike. Here is the powerful letter Halahleh has written to his daughter
 
In an extraordinary act of collective resistance, more than 2,000 Palestinian prisoners began an open-ended hunger strike on 17 April 2012. The hunger strike (named ‘the battle of empty stomachs’) is a protest against Israel's unjust arrest procedures, arbitrary detention, abusive interrogation and inhuman prison conditions. Read here about the strike
 
May 17 marks a month of hunger striking by Palestinian political prisoners in Israeli jails.

Join a global 24-hour hunger strike in front of Israeli embassies, consulates and UN offices on Thursday, May 17. 


Stop the Wall Offices Raided a Second Time
Stop the Wall is one of the most vibrant organizations of human rights defenders in Palestine, and has been promoting, for almost ten years, civil resistance and advocacy campaigns against the Wall and in defense of Palestinian rights to self determination.
 
On Tuesday, May 8, their offices were raided for the second time. This is the same day that the Israeli High Court rejected the appeals of Palestinian hunger strikers Bilal Diab and Tha’’ir Halahleh, imprisoned without charge and without trial, effectively condemning them to death. Israel fears popular resistance so it intensifies repression. This is the day Israeli authorities chose to escalate their repression against the Stop the Wall grassroots network of civil resistance against the Wall and the settlements. This raid is also a challenge to the powerful work they’ve done for a decade and their  organizing for a World Social Forum - Free Palestine in November of this year in Porto Alegre. 

Contribute to support the work of Stop the Wall and help pay for property damage.  


Boycott, Divestment and Sanctions continue
On April 24th, the New York Times published a dangerous and slanderous ad paid for by the David Horowitz 'Freedom Center.' The ad invokes the Nazi holocaust in order to attack supporters of BDS, specifically professors who have signed the USACBI mission statement. This slanderous attack on proponents of BDS reveals that our movement is gaining strength, and that the opposition to BDS recognizes this. 
 
Click here to read an Open Letter from the U.S. Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (USACBI).
 
Sign the IJAN petition in defense of those who bravely promote justice for Palestinians and against the egregious misuse of the legacy of the holocaust.

____________________________________

On May 17, join people around the world to stand with Palestinian political prisoners and support their demands.

International Jewish Anti-Zionist Network

Argentina :: Canada :: England :: Europe :: India :: Israel :: United States


ijan@ijsn.net :: www.ijsn.net

Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 15:00

http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=r1l4VnS9uQY&NR=1

)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

 


 


Repost 0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 18:09
Le rabbin Weis: "Israël" est une mutinerie contre Dieu

Le rabbin juif américain, connu pour ses positions antisioniste, Yisroel Dovid Weiss, s'est exprimé pendant une heure au site d'Al Manar sur le conflit israélo-palestinien et le devenir de l'entité sioniste.
Interview: Sara Taha
traduction: Nada Raad

 

1- Comment évaluez-vous la situation actuelle entre Palestiniens et Israéliens?
Le conflit entre les Palestiniens et le soi-disant Etat d'Israël, qui est « l'Etat sioniste », est totalement mal compris, parce que les gens pensent qu'il s'agit d'un conflit religieux entre les juifs et les arabes ou les juifs et les musulmans.
L'idéologie d'Israël est le sionisme et le sionisme réduit la religion juive au nationalisme ou au matérialisme. Le judaïsme est l’adoration du Tout-Puissant, la soumission à Lui,  et le respect des enseignements de la Torah ... alors que le sionisme est une révolte  contre le Tout-Puissant et contre ses ordres au peuple juif. 

Depuis la destruction du temple de Salomon il y a des milliers d'années, le peuple juif a été placé sous serment de ne pas essayer de retourner la terre sainte, d'être des citoyens loyaux dans tous les pays où nous résidons, comme c’est le cas des Juifs aux Etats-Unis, des Juifs au Liban, des Juifs dans la République islamique d'Iran, etc. ... Mais bien sûr il ne s’agit pas de juifs vivant en Israël, parce que c’est une entité illégitime. Le sionisme est venu après une centaine d'années et s’est révolté  contre tout ce qui nous a été dit. 
La création d'un Etat dans un pays, contrairement à la volonté de son peuple, est un crime parce que dans la Torah, nous ne sommes pas autorisés à tuer, voler, ni opprimer. Tout comme Dieu est compatissant, nous devons être compatissants.
 
2- Comment les rabbins sionistes feignent ignorer cette vérité dans la Torah et autorisent de tuer et d'opprimer d'autres personnes?
Tout d'abord, nous soulignons que c’est par la ruse que les sionistes ont pu acquérir la légitimité à la fois à l’échelle internationale et parmi les Juifs eux-mêmes, afin d'être en mesure d'établir leur Etat. Ce sujet a été bien étudié, et de nombreux documents sur ce sujet peuvent être retrouvés sur nkusa.org.

 L'un des documents a été présenté par le grand rabbin de Palestine - quand nous disons le grand rabbin de Palestine, nous n'entendons pas le rabbinat d'Israël parce que ce dernier est une farce et ces rabbins n'ont pas de légitimité – mais le rabbinat appelé "Eidah Chareidis» existe toujours et ne reconnaît pas le droit d'existence de l'Etat d'Israël.
Le 16 Juillet 1947, le grand rabbin à l'époque Yosef Tzvi Dushinsky a présenté un document aux Nations Unies dans lequel il dit: "... En outre, nous tenons à exprimer notre opposition déterminée à un Etat juif dans n'importe quelle partie de la Palestine ..."
Nous, en tant qu’hommes de religion, sentons les souffrances du peuple palestinien ... Nous avons manifesté quotidiennement dans les rues de Jérusalem AlQods et à travers le monde contre l'existence de l'Etat d’Israël, et contre tous ses crimes. Nous avons été arrêtés, jetés dans les prisons, et parfois tués à cause de cela.
En fait, le premier martyr a été un boursier juif, il s’appelait Yaakov Yisrael Dehan. Il a été assassiné lorsqu’il était un diplomate et qu’il allait présenter au gouvernement anglais la vision des rabbins lors de l’avènement des sionistes au début du 20ème siècle.
En 1924, il a effectué une visite en Palestine, il dit: «Je vais revenir en Europe pour révéler au monde la fausse représentation des Juifs», et c’est ainsi que les sionistes l’ont assassiné.
Depuis lors, de nombreux dirigeants du peuple juif qui se sont exprimés sur cette question ont été tués, assassinés, et cette situation demeure jusqu'à aujourd'hui.
Nous avions un grand leader, le rabbin Moshe Hirsch, qui est décédé il y a un an après qu’on eut jeté de l'acide sur son visage.
Malheureusement, vous trouvez des juifs qui soutiennent Israël, mais ils ont tort. Les sionistes ont exploité sur l'ignorance des juifs.
La presse est manipulé par les sionistes et détenue par les sionistes qui ne dépeignent que le côté sioniste des choses et ignorent totalement la vision ou la voix de la vraie religion.

3- Comment trouvez-vous la situation israélienne aujourd'hui? Voyez-vous une fin proche de l'Etat occupant d'Israël?
Nous croyons en Dieu et nous suivons la Torah, et nous sommes certains que le Tout-Puissant dirige le monde et rien ne peut être fait sans sa volonté.
Dans la Torah, Dieu dit aux gens : "Pourquoi avez-vous défié les paroles de Dieu? Vous n’allez pas réussir ». Par conséquent, comme l'Etat d'Israël est clairement une révolte contre Dieu, nous savons que sa fin est inéluctable.
Nous prions Dieu pour que cela arrive facilement, parce que nous ne savons pas l’ampleur des souffrances que cette entité a apportées à tous les êtres humains.
4- Pensez-vous que toutes les actions et les mouvements que vous faites sont efficaces et provoqueront la fin prochaine de l'Etat d'Israël?
Nous croyons que nous sommes tenus de prendre des mesures, de parler au monde entier de ce crime terrible qui défie le Tout-Puissant. Maintenant ce que nous pouvons faire est de laisser le monde connaître et être conscient de la propagande sioniste et les gens commencent à reconnaître les véritables victimes qui sont les Palestiniens et la population de Gaza.

5- Pensez-vous que la communauté juive à travers le monde répond à vos efforts et que son soutien à l'entité sioniste est en baisse?
Il y a des Juifs qui ont été influencés par la propagande médiatique sioniste, mais maintenant il y a des médias alternatifs tels que l'Internet et les nouvelles publications, qui informent les gens de la réalité. Nous sommes capables d'atteindre des dizaines de milliers de Juifs.
Nous avons reçu de nombreux mails de la part des Juifs qui ont changé leur point de vue sur le monde arabo-musulman. Les sionistes veulent créer des ennemis pour avoir toujours une excuse qui justifie leur existence. Cependant, le monde arabo-musulman connait actuellement la vérité.

6- Connaissez-vous des citoyens israéliens qui ont regretté la possession de cette identité après avoir été influencés par les véritables enseignements juifs?
Oui, nous avons toujours des cas similaires. Nous recevons des courriels où les gens nous disent qu'ils sont frustrés, qu'ils sont embarrassés et humiliés parce qu'ils voient les crimes commis par Israël. Ils nous disent qu'ils pensaient avoir fait le bon choix, puis ils ont pris conscience que ce qui se passe n'est pas juste, et qu’ils ont changé leur position. De même, des gens dans le monde arabo-musulman nous appellent et ils présentent leurs excuses parce qu'ils avaient une haine pour les Juifs depuis des années, et qu’ils pensaient qu'ils étaient tous en faveur de l'oppression du peuple palestinien.

7- Concernant la politique américaine au Moyen-Orient et sa totale partialité en faveur d'Israël, quelle est votre position concernant cette politique?


Bien sûr, nous sommes opposés à la politique américaine, et nous avons exprimé notre opposition à l'Organisation des Nations Unies. Vous pouvez consulter nkusa.org. Depuis l'existence du soi-disant l'Etat d'Israël, nous avons effectué plusieurs manifestations.

Depuis que j’étais enfant, j'avais l'habitude d'aller avec des dizaines de milliers de Juifs pour protester contre cette entité au sein des Nations Unies, devant son siège, et à proximité de la maison blanche. Nous avons manifesté contre cette terrible tragédie soutenue par les Etats-Unis.

Nous, en tant que citoyens américains, respectons nos présidents, mais nous essayons de leur envoyer un message et leur dire qu'ils se sont trompés dans leur politique envers les sionistes, et que les peuples arabes et musulmans ont été constamment nos amis et qu’ils nous ont hébergés.

Nous leur disons que leur soutien aux sionistes crée plus de haine et favorise encore plus les carnages. Soutenir l'occupation israélienne n'est pas la bonne façon d'aider le peuple juif. Nous disons au peuple juif la même chose, que ce que vous faites à l’encontre des Palestiniens apportera plus de haine.

Les sionistes ont un immense pouvoir aux Etats-Unis ainsi qu'en Europe, ils ont aussi l'AIPAC qui exerce une pression énorme sur chaque leader politique. Ils les menacent de provoquer leur suicide politique s’ils affichent leur solidarité avec les juifs religieux antisioniste ou avec le peuple palestinien alors qu'ils doivent montrer leur soutien et leur respect à Israël.

Mais nous savons qu'avec ce que nous faisons dans les coulisses, ils nous voient, et ils tiennent compte de notre position. On leur montre que le vrai Judaïsme s'oppose à l'existence de l'occupation

http://www.alterinfo.net/Le-rabbin-Weis-Israel-est-une-mutinerie-contre-Dieu_a67242.htmllink

Repost 0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 20:10

 


http://www.youtube.com/watch?v=YsgoNuPBvvU&feature=youtu.belink 





















Download: www.ieType.com/e.php?EyOali

Repost 0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 12:47

Hommage à Edmond Amran El Maleh, et Abraham Sarfati, l’honneur du judaïsme marocain

18 novembre 2010 329 views No Comment

Hommage à Edmond Amran El Maleh, et Abraham Sarfati, l’honneur du judaïsme marocain
René Naba | 18.11.2010 | Paris

Deux personnalités éminentes du combat pro palestinien, qui représentaient l’honneur du judaïsme marocain, l’écrivain Edmond Amran El Maleh, et l’ingénieur Abraham Sarfati viennent de décéder en mois d’une semaine, à trois jours d’intervalle, endeuillant le Maroc, le judaïsme marocain et le combat palestinien.

Edmond Amran El Maleh, militant de la première heure de la cause de l’Indépendance du Maroc, est décédé lundi 15 novembre à l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat à l’âge de 93 ans. Né en 1917 à Safi (Maroc), au sein d’une famille juive originaire d’Essaouira, Edmond Amran El Maleh a longtemps été le responsable du Parti Communiste Marocain, du temps de la clandestinité, à l’époque du combat pour l’indépendance du Royaume du protectorat français.
A l’indépendance du Maroc, il cessera toute activité politique, quittant le Maroc en 1965 pour s’exiler, volontairement, en France, l’année où s’impose la dictature d’ Hassan II. A Paris où il demeurera pendant près de trente ans, Edmond Amran El Maleh, enseignera la philosophie, parallèlement à des activités journalistiques
À partir de 1980, à 63 ans, il se met à écrire une série de romans et un recueil de nouvelles. Ses écrits sont tous imprégnés d’une mémoire juive et arabe qui célèbre la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère et juif.
Il a reçu, en 1996, le Grand Prix du Maroc pour l’ensemble de son œuvre. «Écrivant en français, je savais que je n’écrivais pas en français. Il y avait cette singulière greffe d’une langue sur l’autre, ma langue maternelle l’arabe, ce feu intérieur», soutiendra Edmond Amran El Maleh dans la revue « Le Magazine littéraire » en mars 1999.

Juif marocain, défenseur résolu de la cause palestinienne, à l’instar du mathématicien Sion Assidon et de l’ingénieur Abraham Sarfati, qui connaîtront la prison, Edmond Amran El Maleh appartient à cette catégorie de personnes qui font honneur au judaïsme marocain en ce qu’ils n’ont jamais renié leurs convictions, en dépit des contraintes et des tentatives de séduction.
Sa notoriété intellectuelle, grande, ne lui vaudra toutefois pas les feux de la rampe, en raison précisément de ses positions pro palestiniennes. Un hommage sera rendu mardi à ce grand intellectuel et homme de gauche au cimetière juif de Rabat, avant d’être inhumé le même jour, selon ses voeux, à Essaouira (sud-ouest).

Abraham Sarfati,
Le plus célèbre des opposants marocains au régime du roi Hassan II, est décédé, lui, le 18 novembre 2010, dans une clinique de Marrakech.

Né à Casablanca, au Maroc, en 1926, dans une famille juive de la petite bourgeoisie de Tanger, il sort diplômé de l’École Nationale Supérieure des Mines de Paris, en 1949.
Son parcours militant commence très tôt. Il adhère en février 1944 aux Jeunesses communistes marocaines, puis rejoint à son arrivée en France en 1945 le Parti communiste français. À son retour au Maroc en 1949, il adhère au Parti communiste marocain. Son combat anticolonialiste lui vaut d’être arrêté et emprisonné par les autorités françaises en 1950, puis assigné à résidence en France jusqu’en 1956.
Il exerce des responsabilités importantes au lendemain de l’indépendance du Maroc. En tant que chargé de mission auprès du ministre de l’Économie (1957-1960), il est l’un des promoteurs de la nouvelle politique minière de Maroc indépendant. De 1960 à 1968, il est directeur de la Recherche-développement à l’Office chérifien des phosphates. Abraham Sarfaty est révoqué de son poste pour s’être montré solidaire d’une grève de mineurs. De 1968 à 1972, il enseigne à l’École d’ingénieurs de Mohammedia. Parallèlement, il anime la revue Souffles dirigée par Abdelatif Laâbi.
Il payera un lourd tribu à son combat pour la démocratie au Maroc: 15 mois de clandestinité, 17 ans de prison et 8 ans de bannissement.

Juif anti-sioniste, Abraham Sarfati reconnaît l’État d’Israël, mais exige l’abolition de la loi dite «du retour» et milite pour la création d’un État palestinien. En 1967, il ne se reconnaît plus dans le nationalisme israélien et s’indigne du sort fait aux Palestiniens.
En 1970, il rompt avec un Parti communiste trop doctrinaire à ses yeux et s’engage plus à gauche en participant à la fondation de l’organisation d’extrême gauche Ila Al Amam (En avant), en 1970. En janvier 1972, il est arrêté une première fois et sauvagement torturé. Des manifestations étudiantes en sa faveur pousse les autorités à le relâcher. À nouveau menacé, il entre en clandestinité en mars 1972. Une enseignante française, Christine Daure, l’aide à se cacher.
En 1974, il est arrêté après plusieurs mois de clandestinité. En octobre 1977, lors du grand procès de Casablanca, il est l’un des cinq condamnés à perpétuité. Il est accusé officiellement de « complot contre la sûreté de l’État », mais la lourdeur de la peine provient de son parti pris contre l’annexion du Sahara occidental, même si ce reproche ne figure pas dans l’acte d’accusation. Il passe 17 ans à la prison de Kenitra où il obtient, grâce à l’intervention de Danièle Mitterrand, d’épouser Christine Daure qui l’a toujours soutenu.

La pression internationale est telle, en sa faveur, qu’il est libéré en septembre 1991, mais aussitôt banni du Maroc. Il trouvera refuge en France avec son épouse, Christine Daure-Serfaty. De 1992 à 1995, il enseigne à l’Université de Paris-VIII (département de Sciences Politiques) sur le thème «Identités et démocratie dans le monde arabe».
Il est autorisé à renter au Maroc, en septembre 2000, et son passeport marocain lui est restitué. Il s’installe à Mohammedia avec son épouse, dans une villa mise à sa disposition et perçoit une retraite. En septembre 2000, il est nommé conseiller auprès de l’Office national marocain de recherche et d’exploitation pétrolière (Onarep). Abraham Sarfaty n’en transige pas moins sur les principes, face aux atteintes à la liberté de la presse, il demande en décembre 2000, la démission du Premier ministre Abderrahmane Youssouffi.

Pour aller plus loin

Cf. à ce propos Abraham Sarfati, la problématique du judaïsme marocain et le sionisme
http://www.renenaba.com/?p=2326

Parmi les œuvres de Edmond Amran El Maleh, citons:
Le Parcours immobile (Maspero, 1980 puis réédité par André Dimanche, 2001) : Roman
Le café bleu. Zrirek (La pensée sauvage, 1999)
Mille ans, un jour (Le Fennec, 1990 – André Dimanche, 2002)
Le Retour d’Abou El Haki (La Pensée sauvage, 1990).
Jean Genet, Le Captif amoureux et autres essais (La Pensée sauvage/Toubkal, 1988)
Aïlen ou la nuit du récit (La Découverte, 1983, réédité par André Dimanche, 2000)
Des livres sur l’auteur
Edmond Amran El Maleh : cheminements d’une écriture
Edmond Amran El Maleh (André Dimanche éditeur, Marseille, 2000)

Bibliographie d’Abraham Sarfati
(Avec Mikhaël Elbaz) L’Insoumis, Juifs, marocains et rebelles, Desclée de Brouwer, 2001, ISBN 2220047245
• Le Maroc du noir au gris, Syllepse, 1998, ISBN 2907993895
• La mémoire de l’autre, Stock, 1993, ISBN 9954419004
• Dans les Prisons du Roi – Écrits de Kenitra sur le Maroc, Éditions Messidor, Paris, 1992, ISBN 2209066409
• Écrits de prison sur la Palestine, Éditions Arcantère, 1992, ISBN 2868290590. Éditions Rahma, Alger, 1992.
• Lutte anti-sioniste et Révolution Arabe (Essai sur le judaïsme marocain et le sionisme), Éditions Quatre Vents, 1977, ISBN

___________________________________________________________________________

source http://www.renenaba.com/?p=2917

____________________________________________________________________________

Articles tagged with: Maroc

Headline, News »

[18 nov 2010 | No Comment | 328 views]
Hommage à Edmond Amran El Maleh, et Abraham Sarfati, l’honneur du judaïsme marocain

 

Hommage à Edmond Amran El Maleh, et Abraham Sarfati, l’honneur du judaïsme marocain
René Naba | 18.11.2010 | Paris

Deux personnalités éminentes du combat pro palestinien, qui représentaient l’honneur du judaïsme marocain, l’écrivain Edmond Amran El Maleh, et l’ingénieur Abraham Sarfati viennent de décéder en mois d’une semaine, à trois jours d’intervalle, endeuillant le… Read the rest

Featured, News »

[20 déc 2009 | 2 Comments | 1 560 views]
Jordanie et Maroc Additif

Dossier Jordanie et Maroc Additif
René Naba | 20.12.2009 | Paris

Le mandat d’arrêt lancé le 14 décembre 2009 par la justice britannique à l’encontre de Mme Tzipi Livni pour sa responsabilité dans la guerre de destruction israélienne de Gaza a retenti comme un désaveu du Maroc pour l’accueil que le Royaume avait réservé en novembre… Read the rest

News »

[13 déc 2009 | 5 Comments | 1 422 views]
La Jordanie et le Maroc, deux voltigeurs de pointe de la diplomatie occidentale

La Jordanie et le Maroc, deux voltigeurs de pointe de la diplomatie occidentale
Part 2/2
René Naba | 13.12.2009 | Paris

La CIA de l’un, le Mossad de l’autre

Paris, 13 décembre 2009. Hassan et Hussein ont manifesté très tôt un intérêt marqué pour l’Occident, sans doute en raison de leur éducation, mais aussi dans… Read the rest

News »

[13 déc 2009 | No Comment | 651 views]
Mehdi Ben Barka

Mehdi Ben Barka, le principal opposant socialiste au Roi Hassan II et un des animateurs de la tricontinentale.

René Naba | 13.12.2009 | Paris

Mehdi Ben Barka , né en janvier 1920 à Rabat, Maroc, disparu le 29 octobre 1965 à Fontenay–le-Vicomte, était un homme politique marocain, principal opposant socialiste au roi Hassan II et leader du mouvement tiers-mondiste… Read the rest

News »

[5 déc 2009 | 3 Comments | 1 540 views]
Hassan et Hussein, le modernisme au service de l’archaïsme

 

Jordanie / Maroc: Deux voltigeurs de pointe de la diplomatie occidentale. Part 1/2

Hassan et Hussein, le modernisme au service de l’archaïsme.
René Naba | 05.12.2009 | Paris

Paris, 5 décembre 2009. Dans le récit de la prophétie musulmane, ils portent deux prénoms de légende celui des deux petits… Read the rest

Page 1 of 1 
Repost 0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 00:05

es passagers juifs ont bien été tabassés par la soldatesque israélienne

Publié le 28-09-2010


Les passagers juifs ont bien été tabassés par la soldatesque israélienne Contrairement à ce que racontait la propagande militaire israélienne au cours de la journée de mardi, les passagers du bateau Irene pris d’assaut par la marine israélienne dans les eaux internationales ont été traités très brutalement par leurs agresseurs, les Juifs de citoyenneté israélienne ayant droit à un supplément de coups, rapporte mardi soir le quotidien Haaretz dans son édition en ligne en anglais.

Les témoignages des prisonniers, conduits après l’arraisonnement vers le port israélien d’Ashdod, ont été confirmés par un journaliste de la chaîne de télévision Channel 10, Eli Usharov.

Voici la traduction –par CAPJPO-EuroPalestine- de l’article du Haaretz http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/jewish-gaza-bound-activists-idf-used-excessive-force-in-naval-raid-1.316247

Titre : Les militants juifs en route pour Gaza : « L’armée a utilisé une force excessive lors de son assaut maritime »

Sous-titre : « Les activistes à bord du bateau Irene en route pour Gaza démentent la version de l’armée selon laquelle l’embarcation aurait été arraisonnée de manière pacifique »

Par Yanir Yagna

Les soldats des Forces de Défense d’Israël ont fait un recours excessif à la force en prenant le contrôle du bateau en route pour Gaza, une opération organisée par des militants juifs et israéliens, ont déclaré mardi soir ces derniers, contredisant la version officielle, selon laquelle tout s’était déroulé pacifiquement.

Plus tôt dans la journée, en effet, (alors qu’elle avait le monopole de la communication, NDLR), l’armée avait affirmé que ses troupes de commando avaient abordé pacifiquement le bateau de secours juif à la bande de Gaza, déclarant : « Les forces navales de l’armée viennent d’intercepter le bateau ‘Irene’, et il est actuellement remorqué vers le port d’Ashdod avec ses passagers ».

Cependant, les témoignages des passagers libérés par la police après interrogatoire à Ashdod contredisent la version officielle, notamment le témoignage du passager israélien Yonathan Shapira, ancien pilote de l’armée de l’air, pour qui « il n’y a pas de mots pour décrire ce qui s’est passé pendant l’assaut ».

Shapira indique que les passagers, qui tous affirment n’avoir à aucun titre un quelconque geste violent, ont été l’objet de comportement extrêmement violents de la part des soldats. « Ils nous ont sauté dessus, ils nous ont frappé. Moi, ils m’ont tiré au Taser », déclare Shapira.

« Certains des soldats ont eu une attitude particulièrement odieuse. Il y a un gouffre entre la version officielle de l’armée et la réalité de l’attaque », ajoute-t-il.

L’ex-aviateur indique que lui-même et ses camarades sont « « fiers de l’aventure », réalisée sur une base simple : « le siège de Gaza constitue un crime, il est immoral, cette chose-là n’est pas juive, et c’ est un impératif moral que de le crier. Quiconque se tait, alors que le crime se déroule, devient un complice de ce crime »

Eli Usharov, reporter pour la chaîne de télévision Channel 10 (à bord du bateau, NDLR), confirme le récit de Shapira. Il dit à Haaretz que l’assaut a été conduit avec une brutalité non justifiée. « Ils ont tiré au Taser sur Yonathan. Lui a crié, et il a été traîné sur le bateau de la marine. Yonathan et son frère Itamar, autre passager, ont ensuite été menottés.

Le journaliste de Channel 10 ajoute cependant que les passagers ont réussi à engager une véritable conversation avec les soldats, une fois qu’ils étaient captifs, et que l’atmosphère s’est alors quelque peu détendue.

Reuven Moskowitz, un Israélien rescapé du génocide également passager de l’Irene, exprime quant à lui son incrédulité : « Je n’imaginais pas que des soldats israéliens puissent traiter 9 Juifs d’une telle façon. Ils nous ont cogné ».

« En tant que survivant de l’Holocauste, je ne supporte pas le fait que l’Etat d’Israël emprisonne un peuple entier derrière des murailles. C’est profondément immoral. Ce qui m’est arrivé pendant l’Holocauste me fait faire des cauchemars toutes les nuits. Je ne veux pas que nous fassions la même chose à nos voisins. Oui, je compare ce que j’ai enduré avec ce qu’endurent les enfants palestiniens assiégés », ajoute-t-il.

CAPJPO-EuroPalestine


 

lire l'article précédent  Article précédent

afficher une version imprimable de cet article  Imprimer l'article
envoyez cet article à un amis Envoyer cet article à un ami

   

  http://www.europalestine.com/spip.php?article5435

Repost 0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 12:26

 

Einstein et Bricmont sur l’imposture sioniste

 

Einstein qualifie les Sionistes de Criminels et d’Egarés, et Bricmont nous dit qu’on n’est pas coupable de l’Holocauste !

Einstein et Bricmont sur l’imposture sioniste

Le massacre de Deir Yassin s'est produit le 9 avril 1948 durant la guerre de Palestine. À l'époque, la presse rapportait le nombre de 254 victimes avec une majorité de civils, femmes et enfants. Le colonel Meir Païl témoin du massacre relate : « Il était midi quand la bataille se termina. Le calme régnait mais le village ne s’était pas rendu. Les irréguliers de l’Irgoun et du Stern sortirent de leurs caches et commencèrent les opérations de nettoyage. Faisant feu de toutes leurs armes, ils balançaient également des explosifs dans les maisons. Ils abattirent ainsi toutes les personnes qu’ils y trouvèrent, y compris les femmes et les enfants. Par ailleurs, près de vingt-cinq hommes qui avaient été sortis de chez eux furent chargés dans un camion et exposés, à la romaine, à travers les quartiers de Mahahneh Yehuda et Zakron Josef. Après quoi ils furent emmenés dans une carrière de pierre et abattus de sang-froid ». Einstein y exprime par lettre son refus d’être associé à ceux qu’il qualifie de Criminels :

10 avril 1948,

à M. Shepard Rifkin, directeur exécutif des amis Américains des combattants pour l’indépendance d’Israël (une émanation du Lehi ou groupe Stern, NdT)


Cher monsieur,


Quand une véritable catastrophe finale s’abattra sur la Palestine, le premier responsable en sera le gouvernement britannique et les seconds responsables seront les organisations terroristes qui émanent de nos rangs. Je ne veux voir personne associé avec ces gens égarés et criminels.


Sincèrement, Albert Einstein


http://www.dailymotion.com/video/xc8cll_lettre-d-albert-einstein-sur-le-mas_news?start=1#from=embed




Conférence de Jean Bricmont sur l’imposture sioniste :
http://www.dailymotion.com/video/xcsp8w_1-3-lyimposture-sioniste_news#from=embed

___________________________________________________________________________________________

http://www.dailymotion.com/video/xcspez_2-3-l-imposture-sioniste_news#from=embed

________________________________________________________________________________________________________________
http://www.dailymotion.com/video/xcspho_3-3-l-imposture-sioniste_news?start=0#from=embed








Jean Bricmont, né en 1952, est un physicien et essayiste belge. Docteur en sciences, il a travaillé comme chercheur à l’université Rutgers puis a enseigné à l’Université de Princeton toutes deux situées au New Jersey (États-Unis). Il est actuellement professeur de physique théorique à l'université catholique de Louvain, dans l'unité de physique théorique et de physique mathématique (département de physique).

DJAMELITO

http://djamelitoinfo.blogspot.com


Lettre d'Albert Einstein sur le massacre de Deir Yassine...

 

 

 


1/3 : L’imposture sioniste.

2/3 : L'imposture sioniste.

3/3 : L'imposture sioniste.



Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 14:06
Anti Sionisme

Sionisme : Un Rêve Antisémite ?

Pour en finir avec le Sionisme, expérience raciste suprémaciste coloniale, une « Loi du Retour » philosémite inversée offrant à tout Israélien juif la possibilité de se réinstaller dans son pays d’origine (ou celui de sa famille) ou celui de son choix, car Sionisme et Antisémitisme sont inextricablement liés.



Les Sionistes ne sont pas des Juifs
Les Sionistes ne sont pas des Juifs

Sionisme : Une idée terriblement mauvaise, insoutenable

Dans un commentaire publié le 17 Octobre dans les informations arabes (Jeddah) le journaliste britannique, Neil Berry, s’est concentré sur une réalité rarement mentionnée dans le monde politiquement correct : le Sionisme est, et a toujours été, un rêve antisémite qui s’est réalisé, fournissant l’espoir qu’en ayant leur propre pays les Juifs pourraient être incités à partir et aller ailleurs.

Berry écrit : « l’homme d’état britannique impérieux, A.J. Balfour, qui a donné son nom à la Déclaration, était un sérieux supporter de l’Alien Act de 1905 spécifiquement conçu pour arrêter le flot de Juifs fuyant les persécutions tsaristes en Russie et cherchant à entrer en Grande Bretagne. Il y a un siècle, les Juifs immigrants étaient perçus par beaucoup comme le sont les Musulmans actuellement, comme des envahisseurs subversifs menaçant le mode de vie britannique… Le Sionisme et l’antisémitisme sont devenus inextricablement liés l’un à l’autre. »

Citant une cause mieux connue, un sujet continuel de honte pour les pays occidentaux, Berry continue : « juste après la liquidation par les Nazis de quelque 6 millions de Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Etats Unis, l’Australie, et le Canada, repoussant les demandes arabes de traiter les Juifs déplacés comme un défi à relever par le monde entier, ont refusé d’assouplir leurs restrictions sur l’immigration faisant en sorte que la grande majorité d’entre eux se déversent en Palestine bien que beaucoup eurent préféré s’installer ailleurs… Herzl, visionnaire, avait prédit que l’antisémitisme deviendrait le plus grand allié du Sionisme ».

Les gouvernements occidentaux qui aujourd’hui ne sont pas antisémites devraient plutôt que de bafouer la justice la décence humaine et le droit international par une soumission aveugle à une expérience raciste suprémaciste coloniale (et par conséquent récoltant la haine de la plupart de l’humanité) ouvrir largement leurs portes à tous les Juifs israéliens qui seraient tentés de reconstruire une vie nouvelle et meilleure pour eux-mêmes et leurs enfants, avec moins d’injustice et moins d’insécurité, en retournant dans leurs pays d’origine ou en émigrant dans d’autres pays de leur choix, leur offrant des droits de résidence immédiats, une assistance généreuse pour s’installer et un chemin rapide pour obtenir la nationalité (s’ils ne l’ont pas déjà).

Une telle « Loi du Retour » serait profondément philosémite, pro juive et, oui, antisioniste. Cela reflèterait une reconnaissance morale éthique et intéressante en soi, que le Sionisme, comme d’autres « ism » connus du XXème siècle, qui ont à une certaine époque capturé l’imagination de millions de gens, était une idée terriblement mauvaise - - non seulement pour les innocents pris et écrasés sur son passage mais aussi pour ceux qui l’ont adopté - - qui est insoutenable, qui ne mérite pas d’être soutenue et qui a déjà causé ( et si elle perdure causera ) des problèmes profonds pour le monde occidental et les relations de celui-ci avec le reste du monde.

La Démocratie et des droits égaux dans un état unitaire sur la terre qui jusqu’en 1948 était appelé Palestine, associés à la liberté de choix (avec des choix attractifs pour se réinstaller ailleurs généreusement proposés) pour ceux qui préfèrent ne pas vivre dans un tel état, offrirait un espoir bien plus grand pour la paix au Moyen Orient que le « processus de paix » basé sur une partition recyclée cyniquement en continu, qu’on reconnaît maintenant largement comme étant une fraude et une farce et qui, même si elle « réussissait » légitimerait simplement, récompenserait et perpétuerait le nettoyage ethnique, le racisme et l’apartheid - - solution peu probable d’une paix durable, encore moins d’un peu de justice.

Si les hommes politiques occidentaux se soucient plus du bien être et du bonheur des êtres humains juifs qu’ils ne le font de l’argent et de la capacité à leur faire du mal de quelques riches et puissants Sionistes , la plupart d’entre eux vivant confortablement et en sécurité loin du Moyen Orient, la démocratie, les droits égaux et la liberté de choix, tous des principes que les états occidentaux disent prôner, pourraient voir le jour en « Terre Sainte ».

Les hommes politiques étant ce qu’ils sont, c’est à la société civile de prendre l’initiative de délégitimer le Sionisme et montrer la voie vers un avenir meilleur pour tous ceux concernés - - et, que vous l’aimiez ou non, tout le monde sur cette planète est concerné.

John V. Whitbeck 19/10/09 – www.counterpunch.org – Juriste international qui a conseillé l’équipe de négociation palestinienne lors des discussions avec les Israéliens. Il est l’auteur de « The World According to Whitbeck ».

Article originellement publié le 20/10/2009


Mardi 21 Septembre 2010
Myriam Abraham traduction


 


Dans la même rubrique :
1 2 3

Sarkochienlit | changements stratégiques géopolitiques | Mossad Cia et Cie | Sanctions Contre Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | En Palestine | Obama Gang | Union Européenne | OTAN | Terrorisme Américain et Sioniste | Nucléaire | Iran | Asie | Medias Net Propagande | Pandemies | Sarkozie | EcoDictature Verte | Monde Arabe | Economie | Collaboration Au Sionisme Archives | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives Impérialisme Américain 2005-2008 | archives ressources educatives | archives humour | archives informations 1 | archives informations 2 | Special Marche Pour Gaza
http://www.planetenonviolence.org/Sionisme-Un-Reve-Antisemite_a2039.html

Repost 0

Pages