Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 14:39

Quand l’évocation de Juifs combattant aux côtés des soldats nazis débouche sur une argumentation islamophobe !


Ce n’est pas un fait abondamment couvert par le presse française, mais d’anciens membres lettons de la Waffen SS viennent dé défiler à Riga comme ils le font chaque année depuis que la Lettonie n’est plus une république membre de l’.

La Légion lettone de la Waffen SS continue de déchaîner les passions, aussi bien dans ce pays balte de 2 millions d’habitants qu’à l’étranger, notamment au sein de la communauté juive. Moscou et la minorité russe de Lettonie y voient une glorification du nazisme, alors que les anciens combattants et leurs partisans affirment que les légionnaires n’étaient pas des nazis, mais qu’ils se battaient pour l’indépendance.

Le ministre letton en charge de l’environnement, Einars Cilinskis , a participé à ce rassemblement, ce qui lui a quand même valu d’étre évincé du gouvernement.

Einars Clinkis, ex ministre de l’environnement de Lettonie

Einars Clinkis, ex ministre de l’environnement de Lettonie

A la différence de l’Ukraine, on note ici que communauté juive et communauté russe sont sur la même longueur d’onde pour stigmatiser cette marche de commémoration.

Une marche qui nous vaut un excellent numéro de pilpoul de la part du Centre Simon Wiesenthal (Marque déposée).

« Dans les pays baltes, beaucoup de ceux qui ont lutté contre le communisme ont aussi assassiné des juifs. De ce point de vue, ils ne méritent pas d’être les héros de la nouvelle et démocratique Lettonie », a déclaré le directeur du centre Simon Wiesenthal à Jérusalem. « Ce qui se passe en Ukraine reste évidemment en rapport avec ce qui se passe ici. Si des gens sont inquiets ici, je comprends parfaitement qu’ils ont raison de l’être. Une marche nazie ici ne peut que nourrir la propagande de Poutine », a-t-il ajouté.

On aimerait connaître la position du Centre Simon Wiesenthal sur le sujet dont je vous entretins dans ce post.

On savait que des soldats « juifs » avaient combattu dans les rangs de l’armée allemande pendant la seconde .

On apprend maintenant que des Juifs avaient aussi servi et combattu dans l’armée finlandaise aux côtés des troupes allemandes. A l’époque l’Union Soviétique était l’ennemi commun de l’Allemagne et de la Finlande.

Cette est relatée dans un long article du Daily Telegraph, un article qui étonne pour certaines raisons.

La première est que justement, l’auteur ne s’étonne pas plus que ça de l’implication de soldats finlandais de confession juive aux côtés de l’armée allemande. En effet, non seulement les Allemands savent (assez souvent apparemment) qu’ils combattent avec des Juifs mais ces derniers étaient aussi informés de la politique antisémite du Reich.

Et comme on le voit dans l’article, la relation entre les uns et les autres est pour le moins cordiale, au point que des soldats allemands assistent par exemple à un office religieux dans une synagogue dressée non loin du théâtre des combats..

Si l’article explique corrrectement les motivations des soldats juifs finlandais, patriotisme et défense du pays, il n’explique pas le comportement des militaires allemands qui apparemment se laissent éjecter sans broncher d’un commerce tenu par un Juif ! Et qui accordent la distinction prestigieuse qu’est la Croix de Fer à trois citoyens finlandais dont ils n’ignorent pas qu’ils sont juifs !

Le deuxième – et principal en réalité – motif d’étonnement est que cet article qui soulève d’importantes questions sur le rapport des Juifs à l’Allemagne et de l’Allemagne aux Juifs à l’époque glisse finalement vers un argumentaire islamophobe et à la gloire des Juifs si ce n’est du judaïsme.

On se demande effectivement par quel chemin tortueux l’auteur de l’article, qui semble ignorer que des centaines de milliers de soldats musulmans ont contribué à la défaite du nazisme, en vient à comparer la position de l’Islam qui chercherait à modifier les lois du pays où ses adeptes sont installés et le judaïsme qui exhorterait ses fidèles à adhérer aux lois du pays et à prouver qu’ils sont parmi les « meilleurs citoyens ».

On aurait aimé que le journaliste nous cite les extraits du Talmud qui invitent les Juifs à s’intégrer, tel est le mot qui convient, dans les sociétés où ils vivent. Eh bien non, puisqu’il choisit ce citer une femme rabbin d’une synagogue libérale, c’est-à-dire un courant du judaïsme minoritaire, sauf peut-être aux Etats Unis et qui jusqu’à la seconde guerre mondiale était défavorable à l’idéologie . Par ailleurs, ce judaïsme libéral (ou réformé) est un courant tout à fait récent et n’est en rien caractéristique essentielle du judaïsme dans le rapport avec la société où il est présent.

Ce qui n’empêche pas l’auteur de conclure que, [excellent] citoyen ou pas, le Juif restera toujours fondamentalement séparé du non juif.

Autant dire qu’il n’y a pas de remède possible à l’ hormis l’émigration en Palestine occupée.

Un article qui, en fin de compte, nous rappelle qu’il serait salutaire de revisiter l’histoire de la seconde guerre mondiale et des événements qui ont abouti à son déclenchement, Et que l’inversion de « l’antisémitisme » délitant « en un « philosémitisme » tout aussi dénué de raison, permet au racisme, contre les Musulmans notamment, de s’exprimer en toute bonne conscience.

 Les Juifs qui combattaient pour Hitler : «’Nous n’aidions pas les Allemands. Nous avions un ennemi commun’

Ils combattaient à leurs côtés , les soignaient et se liaient souvent d’amitié avec eux. Mais quel est aujourd’hui le sentiment des Juifs finlandais sur leur troublante – et rarement mentionnée – alliance avec les Nazis ?

Par Paul Kendall, The Daily Telegraph (UK) 14 mars 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

En Septembre 1941, un médecin a effectué un acte si héroïque, qu’il a été décoré de la Croix de Fer par le haut commandement allemand. Au mépris de sa propre sécurité, et en sous un intense bombardement soviétique, le Major Leo Skurnik, un médecin généraliste qui avait autrefois ambitionné de devenir pianiste de concert, avait organisé l’évacuation d’un hôpital de campagne à la frontière russo-finlandaise, sauvant la vie de plus de 600 hommes, y compris des membres de la SS.

Skurnik était loin d’être le seul soldat à avoir reçu la Croix de Fer au cours de la Seconde Guerre mondiale . Plus de quatre millions de personnes ont reçu cette décoration. Mais Skurnik avait une particularité remarquable: il était juif. Et Skurnik n’était pas le seul Juif à combattre au côté des Allemands. Plus de 300 d’entre eux faisaient équipe avec les Nazis lorsque la Finlande, qui avait un ennemi commun en l’Union soviétique, est entrée à son tour en guerre en Juin 1941.

L’alliance entre Hitler et la race qu’il voulait anéantir – le seul exemple de Juifs combattant pour un allié de l’Allemagne – est un des plus extraordinaires aspects de la seconde guerre mondiale, et pourtant, très peu de gens, y compris en Finlande, en ont une connaissance quelconque.

« J’ai vécu 25 ans ici avant d’en avoir entendu parler, et je suis juif, » déclare John Simon, un Newyorkais qui s’est établi à Helsinki en 1982. « Ce n’est pas une histoire dont on parle beaucoup. »

Les raisons pour lesquelles on en parle rarement racontées touchent au cœur même de ce que signifie être juif et la quête d’acceptation par cette race [juive!] pour être acceptée dans une longue série de pays d’accueil peu enthousiastes. Les anciens combattants juifs – une poignée d’entre eux est encore en vie aujourd’hui – insistent pour dire qu’ils n’ont pas honte de ce qu’ils ont fait. Mais passez une soirée en leur compagnie et parlez à d’autres membres de la communauté qui ont étudié les événements en détail, et vous comprendrez vite que «le compromis », un Choix de Sophie sur le champ de bataille, a laissé de profondes cicatrices psychologiques.

C’est en 1939 qu’Aron Livson connut son baptême du feu. A l’âge de 23 ans, ce fils de chapelier de la ville de Vyborg avait été incorporé dans l’armée quand l’armée soviétique envahit la Finlande. Comme beaucoup de Juifs, il était déterminé à accomplir son devoir au mieux de ses capacités, et à donner sa vie pour son pays si nécessaire.

Presque sans exception, les Juifs de Finlande étaient des descendants de soldats russes qui avaient été affectés dans la région pendant leur service militaire. (Sous la domination russe, les Juifs étaient enrôlés de force dans l’armée dès l’âge de 10 et devaient servir jusqu’à 25 années). Ils étaient considérés avec suspicion par le reste de la Finlande, qui avait elle-même été gouvernée par la Russie jusqu’à son indépendance en 1917, et la guerre qui a éclaté en 1939, connue en Finlande sous le nom de guerre d’hiver, avait été considéré par la petite population juive comme une chance de prouver qu’ils étaient de loyaux citoyens finlandais .

Livson avait combattu dans l’isthme de Carélie et, quoique l’armée finlandaise avait dû finalement battre en retraite devant des forces russes beaucoup plus importantes, il avait combattu si vaillamment, faisant preuve d’une grande compétence et initiative, qu’il avait été promu sergent.

Pendant un certain temps, une paix fragile régna entre la Finlande et l’Union soviétique, mais, quand Hitler lança l’opération Barbarossa , l’invasion surprise de l’État communiste, la Finlande vit une occasion de reprendre le territoire qu’elle avait perdu dans la guerre d’Hiver et elle unit donc ses forces avec Allemagne.

Comme tous les Juifs, Livson avait entendu les diatribes venimeuses de Hitler contre son . Il avait entendu parler de la Nuit de Cristal , des attaques contre les maisons, les entreprises, les écoles et les synagogues des Juifs allemands en Novembre 1938. Mais, quand il reçut l’ordre de rejoindre la lutte contre la Russie, il n’envisagea pas un instant de désobéir.

Livson a 97 ans aujourd’hui et il na plus grand chose du rude soldat difficile qu’i il était à l’époque, mais sa voix reste forte et claire, sa poignée de main ferme et ses opinions inébranlables.

«Je faisais mon devoir, comme tout le monde, » dit-il. «Nous n’étions pas des Juifs qui combattaient dans une armée finlandaise – nous étions des Finlandais, des soldats finlandais, combattant pour notre pays. » Nous nous sommes rencontré dans la cafétéria au sous-sol de la synagogue de Helsinki, en présence de l’épouse de Livson et d’autres membres de l’association des anciens combattants juifs finlandais. L’ambiance était conviviale, joviale même, comme c’est parfois le cas dans les discussionss entre anciens combattants, mais on ne pouvait pas se méprendre sur le sérieux de Livson. Quand il évoque un point important, il martèle le sol avec sa canne pour souligner chaque mot.

 En plus d’avoir fait leur devoir de soldats et d’avoir prouvé leur loyauté envers leur pays, les anciens combattants insistent pour dire qu’ils étaient heureux de se battre pour une autre raison: de leur point de vue, la Finlande et l’Allemagne menaient deux guerres distinctes, disent-ils, la Finlande une guerre d’auto-défense et l’Allemagne une guerre de conquête. «Je n’avais rien à voir avec les Allemands», dit Livson. « Il n’y avait pas d’Allemands là où je servais. Ils étaient 200 km au nord de mon régiment ».

Mais tous les Juifs n’ont pas été aussi chanceux. A la frontière avec la Russie, dans la région de Carélie, les troupes finlandaises et allemandes combattaient côte à côte et les Juifs devaientcomposer avec deux ennemis : un en face d’eux et l’autre dans leurs rangs.

Ils vivaient dans la crainte permanente que leur identité soit révélée, mais, fait incroyable, quand c’était le cas où il était, les soldats allemands ont pris l’affaire plus loin. Les hommes étaient finlandais, ils avaient l’entier soutien de leurs officiers supérieurs, et les Allemands – bien que souvent choqués de se retrouver à combattre aux côtés de Juifs – n’avaient pas le pouvoir de s’en prendre à eux. En fait, quand ils [les Allemands] se retrouvaient face à un officier juif supérieur en grade, ils étaient obligés de saluer.

Il y avait certes eu des soldats allemands en Finlande et un commandement allemand ainsi que la Gestapo à Helsinki, mais la Finlande rejeta les demandes de Hitler d’introduction de lois anti-juives. Lorsque Heinrich Himmler , l’architecte de la solution finale, vint en Finlande en Août 1942 et interrogea le Premier ministre Jukka Rangell sur la «  », Rangell répondit: «Nous n’avons pas de ».

« Il faut savoir», dit John Simon, qui a interviewé pendant plusieurs années des anciens combattants au sujet de la guerre pendant plusieurs années, « que seulement 20 ans avant, la Finlande avait connu une horrible guerre civile qui avait coupé la société en deux. Par la suite, il y avait eu un effort concerté, mené par quelques brillants hommes politiques, pour unir le pays – pour que les Rouges et les Blancs [communistes et non communistes, NdT] vivent ensemble.Les Juifs faisaient partie de cette action de rassemblement de tout le peuple.

«Les responsables politiques étaient déterminées à protéger tous les citoyens, même les anciens communistes. S’ils avaient fait une exception, même pour les Juifs, ils auraient détruit leur propre raisonnement. « 

Un général, Hjalmar Siilasvuo, était ouvertement fier de l’origine juive de ses soldats. Dans les mémoires de Salomon Klass, un autre soldat juif qui a été décoré de la Croix de Fer, Klass, qui avait perdu un oeil dans la guerre d’hiver, raconte une histoire sur le général lui demandant de venir à une une réunion et le présentant aux officiers allemands présents comme « un de mes meilleurs commandants de compagnie « . « Le Général Siilasvuo savait très bien qui j’étais et à quelle partie de la population j’appartenais », écrit Klass. Les Allemands n’avaient rien dit.

Leo Skurnik, (à g.), et Salomon Klass

Leo Skurnik, (à g.), et Salomon Klass

Plus troublants peut-être, étaient ces histoires d’amitiés nouées entre des juifs et de simples soldats de la Wehrmacht, révélées par l’historien finlandais Hannu Rautkallio,

« J’ai entendu une histoire à propos d’un soldat juif qui faisait le chemin de retour au camp [militaire] avec un Allemand de même grade, » dit Simon. «Le Juif a dit à l’allemand,« Quand nous serons de retour au camp, il ne faut pas dire aux gens que je suis juif.  » L’allemand lui a répondu: «Mais rien ne va t’arriver – tu es un soldat finlandais. C’est moi qui aurais des ennuis.  » « 

Les sentiments étaient particulièrement vifs chez les blessés. Un album qui appartenait à Chaje Steinbock, une infirmière juive du principal hôpital de Oulu, à près de 400 kilomètres au nord d’Helsinki, contient plusieurs messages sincères de patients allemands. « Pour ma chérie, ce que vous êtes pour moi, je vous l’ai dit, » commence un d’un soldat qui se fait appeler Rudy. « Ce que je suis pour vous, je ne l’ai jamais demandé. Je ne veux pas le savoir, je ne veux pas pas l’entendre parler, parce que trop savoir peut détruire le bonheur. Je vais vous dire une seule chose: je voudrais vous donner tout ce que votre coeur désire. Vous êtes la femme la femme que j’ai aimée par dessus tout. Jusqu’à présent, je n’avais jamais cru que cela puisse exister. « 

L’album de Chaje Steinbock

L’album de Chaje Steinbock

Une autre femme, Dina Poljakoff, qui travaillait comme aide-soignante, aurait fait une telle impression sur ses patients allemands que, comme Skurnik et Klass, elle a reçu la Croix de fer (la troisième et dernière des Juifs finlandais à avoir été décorée de cette médaille). « Les femmes non-aryennes n’étaient pas supposées soigner des hommes aryens et les Allemands savaient que ma mère était juive, mais en dépit de tout cela, ils l’aimaient, » dit Aviva Nemes-Jalkanen, la fille de Steinbock.

On rapporte même que lesAllemands auraient visité une synagogue de campagne installée à proximité de la ligne de front. «C’était une image incroyable, » disait Rony Smolar, le fils de Isak Smolar, l’homme qui avait fondé la synagogue, lors d’une conférence aux États-Unis en 2008. « Les soldats allemands en uniforme, assis coude à coude avec les hommes juifs priant. Les fidèles juifs avaient même remarqué que certains Allemands témoignaient d’un certain respect pour l’office religieux juif ».

Synagogue de campagne dressée près de la ligne de front finno-soviétique

Synagogue de campagne dressée près de la ligne de front finno-soviétique

Bien sûr, de nombreux détails de l’Holocauste étaient alors encore secrets. Les soldats juifs ne connaissaient pas les et les horreurs d’, de Dachau et Bergen-Belsen. Mais la plupart étaient en contact avec des parents en Pologne et dans d’autres pays d’Europe orientale.

«Ils recevaient des lettres», explique Simo Muir, professeur adjoint d’études juives à l’Université d’Helsinki. «Ils étaient au courant des déportations. »

Leo Skurnik était certainement conscient des dangers. Scientifique de talent dont la carrière avait été bloquée par l’antisémitisme en Finlande, il avait dans sa famille des commis voyageurs qui lui avaient écrit sur les nuages qui s’amoncelaient sur l’Europe. « Il en savait assez pour avoir peur», dit son fils, Samuli. Néanmoins, en tant que médecin en charge de soldats allemands et finlandais, il a refusait de discriminer.”

« Si vous voulez décrire mon père, la seule caractéristique vraiment saillante chez lui était son humanité. Il avait fait le serment d’Hippocrate et c’est pourquoi il ne  seserait jamais détourné d’un homme blessé, quelle que soit sa nationalité « .

Et il y avait beaucoup d’Allemands blessés qui avaient besoin de son aide. Le secteur où Skurnik était stationné a vu certains des combats les plus féroces de la guerre et aussi bien son régiment, le 53e d’infanterie, que la division SS allemande avec laquelle il combattait, avaient subi de lourdes pertes.

«C’était vraiment horrible», dit Samuli. « Il y avait beaucoup de victimes et mon père n’avait pas assez de médicaments. » Mais Skurnik n’a jamais renoncé. A un moment, il s’est même aventuré dans un no man’s land pour sauver des soldats allemands blessés quand aucun autre officier n’osait le faire. Enfin, comme il n’y avait aucun signe d’accalmie dans le bombardement russe, il prit la décision d’évacuer l’hôpital de campagne. Cette opération, à travers près d’une dizaine de kilomètres de tourbières, lui a valu la Croix de fer, mais, comme Klass, qui a remporté sa décoration pour avoir ouvert la voie à un assaut allemand à flanc de colline, et Dina Poljakoff, Skurnik la refusa.

«Quand les Allemands ont décidé qu’ils aimeraient donner cette décoration à mon père, ils l’ont fait savoir au général Siilasvuo. Il l’a alors dit à mon père qui pensait que ce devait être une erreur et avait décidé de voir ce qui se passerait lorsque Berlin aura découvert qu’il était juif. Mais, après un certain temps, le général Siilasvuo revint vers mon père et lui a dit que la décision avait été approuvée. Il a dit au général: «Mon bon ami, pensez-vous que je peux prendre ce genre de décoration? Faites savoir à vos collègues allemands que je me torche le cul avec! Le général leur a répété, mot pour mot, ce que mon père avait dit. « Les Allemands, furieux, ont alors dit à Siilasvuo de leur livrer Skurnik pour qu’il soit puni peine, mais il a refusé.

 Il y eut beaucoup d’autres actes de mini-rébellion pendant la guerre. Un médecin en poste à Oulu, qui avait moins – ou plus, diront certains – de principes que Skurnik, qui avait refusé de soigner les Allemands avait été transféré à un autre secteur. Sissy Wein, une chanteuse juive qui était la réponse de la Finlande à Vera Lynn, refusait de chanter pour les soldats allemands. Et le père et le frère de Aron Livson, stationné dans la ville de Kotka affichaient au quotidien leur dédain pour leurs soi-disant « alliés ». « Mon frère, qui était un sergent dans la défense anti-aérienne, refusait de saluer les Allemands et mon père mettait les Allemands dehors quand ils venaient dans sa boutique», dit Livson. Un tel comportement dans une autre partie de l’Europe aurait signifié une mort certaine.

Néanmoins, après la guerre, quand les horreurs de l’Holocauste se révélèrent, un malaise relatif à leur traitement de faveur se répandit tant parmi les Juifs finlandais eux-mêmes que dans la communauté juive dans son ensemble. Lors d’une réunion d’anciens combattants à Tel Aviv en 1946, les Finlandais avaient presque été rejetés comme des traîtres. Ne leur était-il jamais venu à l’esprit, leur avait-on demandé, qu’en aidant Hitler, ils avaient prolongé la durée de son pouvoir et ainsi permis que plus de Juifs aillent dans les chambres à gaz que s’ils s’étaient comportés autrement?

Ce malaise est encore décelable aujourd’hui. Quand je le répète le passage sur la Finlande « aidant l’Allemagne », je sens la température baisser dans la pièce où nous sommes.

« Nous n’avons pas aidé les Allemands, » jette Kent Nadbornik, le président de la Guilde des anciens combattants finlandais juifs. «Nous avions un ennemi commun qui était les Russes et c’est tout. »

Sémantique mise à part, une autre justification essentielle pour les anciens combattants – que preuve a été faite de leur loyauté envers l’Etat finlandais – a également été l’objet de critiques au cours de ces dernières années. La « ligne officielle » est que la présence des Juifs dans l’armée a non seulement mis à mal l’antisémitisme dans le pays, mais qu’elle a également protégé de l’Holocauste l’ensemble de la population juive de Finlande.

La réalité d’une phrase très importante citée ci-après et qui aurait été, suppose-t-on, dite par le commandant en chef de l’époque de la guerre  Gustav Mannerheim à Himmler – « Alors que des juifs servent dans mon armée, je ne vais pas permettre leur expulsion » – a été mise en doute par les historiens, qui pensent maintenant que Mannerheim ne savait même pas que des Juifs avaient combattu dans l’armée finlandaise avant une visite pour un service commémoratif dans une synagogue d’Helsinki en 1944. «Peut-être que», explique Simo Muir, « dans la période de l’après-guerre, la valeur des juifs [sic] qui ont combattu pour la Finlande a été surestimée. » S’ils étaient coupables de quelque chose, c’est d’avoir fait trop d’efforts pour s’adapter.

Contrairement à l’islam, qui exhorte ses disciples à réformer la loi de leur pays d’accueil afin qu’elle se conforme à la loi musulmane, les textes principaux du judaïsme soulignent l’importance d’adhérer à la loi du pays, même si la société est laïque [secular]. Des centaines d’années de persécution et un désir d’échapper aux ghettos, d’aller à l’université et de jouer un rôle actif dans la politique et la société, ont ajouté au fort désir d’adaptation des Juifs.

« Au long des siècles, les Juifs ont voulu prouver qu’ils étaient parmi les meilleurs citoyens, » affirme Lea Mühlstein, une femme rabbin de la synagogue libérale Northwood and Piner. « Il voulaient montrer qu’il n’y avais pas de conflit entre être un Juif et être un patriote, qu’il n’y avait pas de double loyauté. »

Mais les Juifs finlandais étaient dans une mission impossible.Quoiqu’ils aient pu faire, il y avait toujours une différence incontournable [inescapable] entre eux et leurs compatriotes finlandais : ces derniers se battaient pour leur destin, mais si Hitler avait gagné, les soldats juifs n’auraient eu aucun avenir. Qu’étaient-ils supposés faire ? C’est la question à laquelle personne en peut répondre.

http://mounadil.wordpress.com/2014/03/16/quand-levocation-de-juifs-combattant-aux-cotes-des-soldats-nazis-debouche-sur-une-argumentation-islamophobe

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages