Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 14:05

La dictature de l'empire américain " Young Leaders " - Comment secouer ce joug ?

Dans la même rubrique:

< >

Vendredi 12 Décembre 2014 - 16:07 L'âge post-théologique de la folie du monde

Samedi 6 Décembre 2014 - 12:34 L'Europe, un asile d'aliénés - La modernité de L'Eloge de la folie d'Erasme

Manuel de Diéguez

Samedi 20 Décembre 2014

Autres articles

Il est des heures où le fleuve du temps semble ralentir sa coulée, tellement la légèreté des jours paraît prendre le pas sur le train plus pesant de l'histoire. Alors le ralentissement des horloges paraît donner de l'éclat à un monde immobile. Mais la fixité soudaine des écrans donne également le signal du basculement d'une civilisation dans le vide. Il en est ainsi de l'Europe au souffle coupé : son vol dans un ciel déserté souligne l'effacement du continent de la pensée.

Jamais encore les nations du Vieux Monde n'avaient quitté l'arène de leur propre histoire, jamais encore la patrie de la raison, jamais encore le coin de terre qui a servi de berceau aux mathématiques et à la musique, à la philosophie et à la géométrie, à l'histoire et à la politique raisonnées n'avaient déclaré une guerre des ventres à un membre glorieux de la famille, tellement la géographie imposait un voisinage naturel des têtes et des cœurs.

Mais les circonstances de cette dislocation des âmes et des cervelles éclairent l'évènement en retour et le placent dans la lumière de nos retrouvailles avec le tragique grec: c'est sur l'ordre d'un tyran étranger que Paris, Rome, Madrid, Berlin ont tenté d'affamer la patrie de Tolstoï et de Dostoïevski, c'est une Europe vassalisée qui n'a mis un terme à sa trahison d'elle-même qu'en raison du tarissement brutal de ses profits commerciaux avec sa victime, c'est une Europe opprimée par un mythe de la Liberté dont son délivreur de 1945 brandit trompeusement le drapeau sur sa tête, c'est une Europe domestiquée par un empire en expansion messianique qui a jugulé une civilisation de la lucidité et de la mesure. Quelle honte que ce ne soient pas sa tête et son cœur qui aient contraint l'Europe à battre en retraite, mais seulement l'amaigrissement de son gousset. Le temps de l'histoire s'accélère dans les siècles de la volonté et du courage, il traîne la patte quand la lâcheté et la honte retardent l'horloge de la mort.

2 - Les flatteurs des puissants

Mais l'eau sale de la servitude n'arrose jamais que le fumier qui la reçoit; et, bien souvent, le paysage s'éclaire à la lumière de la bassesse, bien souvent la lucidité s'éveille dans la suffocation des consciences, tellement l'infamie est aussi une sentinelle en alerte. C'est dans la pestilence de son abaissement que le Vieux Continent a commencé d'observer ses chaînes et ses garrots. On se demande maintenant pourquoi le bâillonneur est devenu si puissant, alors que le prisonnier à ligoter demeure tellement faible et misérable qu'il ne mérite pas, semble-t-il, des barreaux de cette taille. On commence de s'apercevoir que l'Europe est tombée dans les mains du plus puissant empire que le monde ait jamais vu régner.

Mille soixante quinze forteresses, garnisons et places fortes du maître enserrent le globe terrestre. La flotte de guerre du géant des mers sillonne tous les Océans du globe. Sa monnaie dicte sa loi à tous les marchés. Sur les cinq continents, les matières premières augmentent leur prix ou l'abaissent à l'écoute de sa voix, sur les cinq continents, les banques craignent ses froncements de sourcils, partout, le coût du crédit dépend du bon vouloir de cet Hercule des taux de change, partout les nations vassalisées se pressent à sa porte, partout ses agents bâillonnent l'économie des peuples que ce César montre du doigt. L'ami bien en cour étale ses rubans, l'ennemi en disgrâce tremble et pâlit.

Que voulez-vous, il se trouve que quatre-vingt dix-huit pour cent des humains sont nés craintifs et le restent jusqu'au trépas, que voulez-vous, la peur est la reine du monde, que voulez-vous, la Démocratie d'un sépulcre blanchi dispose des armes les plus modernes de la terreur. Un journaliste candide demandait à Sergei Lavrov, Ministre des affaires étrangères de la Russie, s'il ne se sentait pas isolé parmi tant d'Etats hostiles à son pays. Un éclat de rire lui répondit: "Je passe sept heures sur huit à écouter les ambassadeurs des Etats asservis. Ces malheureux viennent pleurer dans mon gilet et je les vois tout transis". Sachez que le despotisme américain règne par l'épouvante qu'il inspire aux prudents, apprenez que la religion de la Justice, du Droit et de la Liberté fonctionne sur le modèle des religions. Les Grecs disaient de la leur: "La sagesse commence par la crainte des dieux".

3 - La corruption de la classe dirigeante de la France

Mais la peur du fouet n'est pas le seul moteur de l'hégémonie durable du tyran de la Maison Blanche: jamais aucun empire n'avait seulement songé à fonder son omnipotence sur l'achat, à titre préventif et d'une génération à la suivante de toute la classe dirigeante de ses vassaux. L'exemple de la France est particulièrement éloquent sur ce point focal. Ce pays est le seul au monde à se forger quatre-vingt dix-huit pour cent de ses élites politiques sur les bancs d'une seule et puissante entreprise d'Etat, l'école nationale d'administration. Quelle proie bien apprêtée pour un empire toujours aux aguets et prêt à bondir sur son gibier!

C'était tout sourires que les Perses vaincus appelaient chez eux un Thémistocle vacant et prêt à se laisser capturer - l'ingratitude de ses compatriotes avaient rendu le achetable le vainqueur de la bataille de Salamine. Et maintenant, il suffit à Washington d'inviter systématiquement les élèves issus d'un séminaire d'Etat à venir "s'instruire" des bienfaits que le messie d'une démocratie mondiale est censé répandre sur notre astéroïde pour que les phalanges de futurs responsables des affaires du pays de 1789 se trouvent inhibés à vie et dans leurs résolutions les plus décisives - celles qui commandent leur conduite sur la scène internationale.

Car l'esprit des mordus de ce picotin demeure relativement intact sur l'accessoire ; mais si la nourriture d'un Etat dans l'arène du monde se réduit au fourrage de la bureaucratie du cru, le pays de Descartes et de Montaigne placera chaque année aux commandes de son destin des régiments de manchots de la géopolitique. Ni la connaissance de l'histoire, ni celle de la philosophie ne figureront dans la trousse d'une France réduite à la dictature de ses guichets.

Comment une élite européenne de ce type chasserait-elle de son territoire les camps militaires de l'étranger qui y bivouaquent depuis trois quarts de siècle, comment ces petits administrateurs ne se trouveraient-ils pas en conflit, dans leur for intérieur, entre leur devoir envers leur pays occupé et leur gratitude pour un empire qui leur a offert l' hospitalité et témoigné mille égards tant pour leur jeunesse ambitieuse que pour leurs mérites encore méconnus? Un seul de ces dirigeants a demandé qu'on le rayât de la liste officielle des patriotes rendus schizoïdes pour la vie, M. Dupont-Aignan. A l'heure actuelle, les anciens " jeunes chefs " invités aux Etats-Unis dès leur sortie de l'école nationale de la politique comptent le Président de la République lui-même.

4 - Les nouveaux "jeunes chefs"

En 1981, lors de l'accession au pouvoir d'une gauche française encore branchée sur l'évangélisme et le messianisme des marxistes, le Département d'Etat, le Pentagone et les services secrets américains - notamment la Central Intelligence Agency (CIA) - ont décidé de se doter d'un organisme plus efficace et d'un commandement ultra centralisé, qui programmerait plus sûrement les cerveaux politiques les plus prometteurs du Vieux Monde. Il s'agissait de gagner non plus seulement la crème des anciens élèves de l'Ecole Nationale d'Administration mais, selon les propres termes de l'administration américaine, "les hommes et les femmes capables d'occuper des postes-clés dans l'un et l'autre pays". Cette chasse programmée aux personnalités responsables dans tous les ordres de l'action et du savoir "rassemble aujourd'hui quatre cents dirigeants d'entreprise, des chefs de la haute fonction publique, des généraux, des responsables des médias et des guides de la recherche scientifique".

Mais, depuis lors, le peloton des quatre cents pionniers originels sont devenus, plus d'un millier de vigies et de sentinelles du Nouveau Monde et leur phalange occupe tous les points stratégiques, tant dans la société civile française qu'au sein de l'Etat.

Nicolas Escoulan, Directeur de la Rédaction d'Europe 1 (2014) , Frank Gervais, Président-Directeur Général de Thalys International (2014), Le Lieutenant-Colonel Jean de Monicault, Rédacteur du Chef d'Etat-Major des Armées en charge des affaires stratégiques au Ministère de la Défense (2014) , Alexis Morel, Directeur de la Stratégie de Thales (2014), Abdel Malek Riad, Conseiller économique du Président de l'Assemblée Nationale (2014) , Julien Aubert, Député du Vaucluse, Assemblée Nationale (2013), Jérôme Chapuis, Rédacteur en chef adjoint, RTL (2013), Benoit Claveranne, Directeur Général, AXA Prévoyance et Patrimoine, AXA France (2013), Matthias Fekl, Député de Lot-et-Garonne, Assemblée Nationale (2013), Caroline Flaissier, Director of Procurement and Portfolio Management, TOTAL Energie Gaz (2013), Renaud Guidée, Executive Director, Goldman Sachs, Vincent Menuet, Head of Contracts and Marketing, Customer Services, Airbus (2013), Capitaine de frégate Philippe Naudet, commandant le sous-marin nucléaire d'attaque " Améthyste " (2013), Vanessa Scherrer, Directrice Adjointe, Ecole des Affaires Internationales, Sciences Po Paris (2013), Myrto Tripathi, New Builds Reactors, Offer Director, AREVA.

A lire attentivement la liste des agents publics d'un service nullement protégé par le secret militaire, puisque le système se trouve désormais habilement déguisé en une sorte de conseil paroissial à l'échelle de la nation, on se pose des questions indiscrètes sur l'esprit d'orthodoxie qui paraît inspirer des citoyens français censés d'une "bonne volonté" pastorale à l'égard d'une puissance étrangère. Mais pourquoi se donner la chasuble innocente d'une démocratie de patronage? Les démocraties messianiques s'apparenteraient-elles au scoutisme politique qu'elles affichent? Que de ruse et de candeur mêlées ! Ne croyez pas que les apôtres de ce patriotisme vertueux ne se doutent de rien. Leur mission catéchétique de convertisseurs et de moralistes américains n'est que leur masque d'agents doubles - ils assument pleinement leur vocation de serviteurs et de catéchètes d'un empire étranger.

Henri de Castries (1994, président du directoire du groupe Axa) Emmanuel Chain (1999, journaliste) Jérôme Clément (1982, président d'ARTE) Laurent Cohen-Tanugi (1996, ancien vice-président de Sanofi-Synthélabo) Annick Cojean (2000, journaliste au Monde) Jean-Marie Colombani (1983, fondateur de Slate et ancien directeur du Monde) Matthieu Croissandeau (2002, rédacteur en chef adjoint du Nouvel Observateur) Jean-Louis Gergorin (1994, ancien responsable d'Airbus ) Nicolas Gaume (1999, PDG de Mimesis Republic et président du Syndicat national du jeu vidéo) Bernard Guetta (1981, journaliste à France Inter) François Hollande (1996, président de la République française) Stéphane Israël (2012, directeur de cabinet d'Arnaud Montebourg puis PDG d'Arianespace) Erik Izraelewicz (+1994, directeur du Monde) Jean-Marc Jancovici (2002, ingénieur consultant pour l'ADEME, vulgarisateur dans les médias des questions énergétiques) Jean-Noël Jeanneney (1983, président de la Bibliothèque nationale de France) Laurent Joffrin (1994, PDG de Libération) Alain Juppé (1981, maire de Bordeaux, ancien premier ministre et différents postes de ministre) Sylvie Kauffmann (1998, journaliste au Monde) Yves de Kerdrel (2005, éditorialiste au Figaro) Nathalie Kosciusko-Morizet ( 2005, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy ) Pierre Kosciusko-Morizet (2008, PDG de PriceMinister) Marie Lajus (2006, préfète déléguée pour l'égalité des chances) Anne Lauvergeon (1996, ancienne présidente d'AREVA) Philippe Le Corre (2005, professeur à SciencesPo et à l'IRIS) Frédéric Lemoine (2007, directeur du groupe Wendel, à ce titre administrateur de Saint-Gobain) François Léotard (1981, ancien ministre de la Défense) Bruno Le Roux (1998, député depuis 1997 et président du groupe socialiste à l'Assemblée depuis 2012) Pierre Mariani (1996, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy de 1993 à 1995, puis responsable à BNP Paribas et enfin dirigeant de Dexia) Alain Minc (1981, conseiller politique, économiste, essayiste et dirigeant d'entreprise) Arnaud Montebourg (2000, ancien ministre de l'Économie) Aquilino Morelle (1998, ancien conseiller politique au cabinet du président de la République François Hollande) Pierre Moscovici (1996, ancien ministre de l'Économie et des Finances, commissaire européen) Philippe Naudet (2013, commandant du sous-marin nucléaire d'attaque Améthyste (S605), possible futur chef d'état-major des armées) Olivier Nora (1995, président des Éditions Fayard) Christine Ockrent (1983, journaliste) Denis Olivennes (1996, président d'Europe 1) Valérie Pécresse (2002, ancienne ministre de l'Éducation nationale) Éric Raoult (1994, ancien député et ancien ministre) Alain Richard (1981, ministre de la Défense tout le long du gouvernement Jospin) Pierre Richard (1984, fondateur et président de Dexia de 1987 à 2008) Pascal Riché (2000, co-fondateur de Rue89) Guy Sorman (1982-1984, essayiste libéral) Jacques Toubon (1983, député UMP) Marisol Touraine (1998, ministre des Affaires sociales et de la Santé) Najat Vallaud-Belkacem (2006, ministre des Droits des femmes puis ministre de l'éducation nationale) Laurent Vigier (2010-2011, PDG de la branche internationale de la Caisse des dépôts et consignations) Cédric Villani (2012-2013, Médaillé Fields, en tant que membre d'EuropaNova) Emmanuel Macron (2012, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique)

Depuis 1981, la nouveauté révolutionnaire de la version à visage apparemment découvert de cette ecclésiocratie démocratique donne aux chefs américano-français de la nation la cohésion d'une phalange macédonienne. Celle-ci se révèle crûment dans le mode individualisé de recrutement des candidats: ils ne sont plus recherchés en secret par le Département d'Etat américain et par la CIA. En raison de l'américanisation avancée du monde actuel, ils se présentent spontanément et en pleine connaissance de cause à leur employeur. Leur première qualité, aux yeux de Washington, est de se montrer inspirés par une volonté propre et clairement affichée de se mettre au service de l'eschatologie démocratique américaine et de se donner à juger sur le critère de la sotériologie immanente au monde moderne.

En 1976, leur apostolat larvé était officialisé, puis pesé par James Lowenstein, James Chase et Nicolas Wahl. Les deux premiers examinateurs de leur candidature étaient membres du très influent Council of Foreign Relations (CFR) où s'élabore la politique étrangère américaine. Quant à Nicolas Wahl, il leur servait de conseiller en tant que professeur de sciences politiques. Mais le but est demeuré de recruter chaque année et dans un espeit sourcilleux de l'orthodoxie des " candidats français susceptibles d'occuper de hautes responsabilités".

En 2011, Daniel Cohn-Bendit a pris la tête de l'European Young Leaders. On sait que les documents déclassifiés par l'Administration américaine en été 2000 ont apporté la preuve écrite que l'homme de mai 1968 a été constamment financé par les services secrets américains. De nos jours, le financement du service secret des "Friends of Europe" bénéficie de 428.940 € (24% des ressources) d'institutions "européennes et internationales" telles que l'UE, l'OCDE, mais aussi le FMI et la Banque Mondiale situés à Washington. Il faut y ajouter 952.840 € (56,7% des ressources) "d'entreprises privées". Le fonds des "Amis de l'Europe" - ou plutôt des "Amis de l'Amérique" - est notamment dirigé par Jean-Luc Dehaene, ancien Premier ministre belge et ancien vice-président de la Convention pour l'Avenir de l'Europe et par Pascal Lamy, Directeur Général de l'OMC.

7 - Les cas paradigmatiques de M. Alain Juppé de nos sous-mariniers d'assaut

En 2014, Alain Juppé, maire de Bordeaux, recevait en grande pompe les "lauréats" français et américains de l'année. Arrêtons -nous un instant à l'examen de ce cas paradigmatique: recruté dès 1981 dans la première légion du salut démocratique américain, cet ancien élève de Normale Supérieure de la rue d'Ulm et de l'ENA était-il coupable, à l'âge de trente sept ans à peine, de troquer le monastère de la piété marxiste déclinante ou celui des dévotions de la gauche pour les services liturgiques du capitalisme de Wall Street? Cet innocent "aux mains pleines", comme on dit, ce faux naïf est-il coupable, pour le moins, d'imprudence pour s'être soumis motu proprio à la procédure imposée aux ambitieux américano-français? Pouvait-il prévoir qu'il appellerait un jour les troupes américaines à débarquer en Yougoslavie et qu'il permettrait au Pentagone d'installer, au cœur de ce pays, la base militaire américaine la plus puissante du monde, celle de Bondsteel dans un Kosovo proclamé indépendant en raison, précisément, de son ralliement forcé au drapeau d'une démocratie américaine désormais planétarisée? Savait-il qu'il placerait un jour son pays sous le commandement militaire exclusif de l'Amérique en Libye?

Peut-être n'a-t-il découvert que tardivement, le rôle réel qui lui est dévolu aujourd'hui. Car sa vision actuelle de la géopolitique ne porte pas encore sur la course effective du monde. Il ne le voit pas se rendre à marches forcées en direction de l'Est, alors qu'il réunit d'ores et déjà, les pièces du procès des collaborateurs qui se seront livrés à l'occupant, pieds et poings liés et de leur plein gré. Nous savons aujourd'hui, comme il est rappelé ci-dessus, qu'ils se sont soumis en pleine connaissance de cause aux critères précis édictés par l'étranger et qui guident le choix - annuel et conjoint - des candidats au titre et au rang de Young Leaders en Amérique et en Europe.

Prenons un cas plus éloquent encore que celui de M. Alain Juppé, celui du capitaine de frégate Philippe Naudet, qui commande le sous-marin français d'attaque, donc à propulsion nucléaire, l'Améthyste. Comment cet officier a-t-il pu poser sa candidature et sur quels critères a-t-il été retenu par les services secrets américains? Pour qu'il soit considéré comme un "futur chef d'Etat-major des armées", comme il est écrit noir sur blanc dans la notice qui le concerne et qui figure dans le site officiel des Young Leaders? Pour cela, il faut que des agents de l'étranger, mais déguisés en benoîts défenseurs de la démocratie américaniste, se trouvent en relations étroites avec Washington depuis des années et qu'il en été débattu à un haut niveau de responsabilité du Ministère de la Défense.

Il est donc prouvé que notre flotte nucléaire est truffée d'agents de l'étranger depuis belle lurette et que le pouvoir hiérarchique dont il dépend a autorisé le Capitaine de frégate Philippe Naudet (2013), ainsi que le Lieutenant-Colonel Jean de Monicault, Rédacteur du Chef d'Etat-Major des Armées en charge des affaires stratégiques au Ministère de la Défense (2014) à présenter leur candidature et à se mettre au service d'un pavillon étranger.

Si vous scrutez à la loupe, année après année et des deux côtés de l'Atlantique, la liste des Young Leaders exclusivement sélectionnés par Washington, vous repèrerez aisément les personnalités de haut rang appelées à se trouver en relations suivies et évidentes avec les chefs du Pentagone et ceux de la CIA.

8 - Le double jeu des agents d'influence

On comprend que personne en France ne se demande qui a mission de centraliser et d'exploiter les renseignements que fournissent ces rabatteurs et de les communiquer officiellement à qui de droit. Quels sont les liens qui se tissent depuis 1981, entre l'instance française et l'instance américaine? Quel est le chef suprême de cette armée à la fois dédoublée, tentaculaire et miniaturisée seulement en apparence? Imagine-t-on l'influence inouïe qu'exerce en France un réseau transatlantique à deux branches composées de centaines d'agents de haut rang et étroitement interconnectés entre eux?

La naïveté politique des brebis de la grâce démocratique a d'ores déjà éclaté au grand jour et à grand bruit, car dans le passé, ces vigies dormantes et de "bonne foi", dit-on, ont bien souvent et publiquement, dénoncé la vassalisation de l'Europe par l'Amérique, et cela avec des accents de sincérité troublants. Mais à l'heure où, sur l'ordre de Washington, Paris, Londres, Berlin, Rome, Madrid, ont déclaré une guerre économique stérile et idiote à la Russie, ces "dormants" sont sortis comme un seul homme de la .latence de leurs convictions réelles et se sont rués sur le Staline artificiel et déguisé en potiche qu'on leur montrait du doigt. Tel est le cas de MM. Guetta, Juppé et de tant d'autres: la trahison est un plat qui se mange froid.

9 - Une démocratie militaire

On comprend que la corruption insidieuse, doucereuse et rampante des élites politiques, économiques ou médiatiques du Vieux Monde ait joué un rôle essentiel dans la vassalisation de cette civilisation biface: jamais les catéchisés d'une puissance étrangère ne porteront un regard de l'extérieur sur le charmant livre d'images à l'usage des enfants de Janus qu'on leur met entre les mains et qui leur enseigne un messianisme démocratique et une sotériologie politiques greffés sur le calvinisme américain. Du coup, l'éducation nationale française a pris le relais d'une histoire en bandes dessinées de la démocratie américaine. C'est pourquoi il n'existe aucun parti de la fierté nationale ou du patriotisme en Italie, en France et en Allemagne - cela y paraîtrait "vieux jeu", n'est-ce pas...

Il y a peu, un humoriste de talent, Beppe Grillo, avait obtenu, aux élections législatives, un pourcentage étonnant des voix du peuple italien. Mais on aurait cherché en vain, dans son programme politique, un seul mot concernant l'occupation du pays par cent trente sept camps militaires de l'étranger. Non seulement Venise, Pise, Bologne, Florence sont des places fortes américaines depuis trois quarts de siècle, mais Naples est devenu un port américain aux yeux du droit international, donc à titre perpétuel et par la volonté de l'Etat italien. Qui se souvient de ce que Naples avait donné à l'empire romain l'arme de guerre indispensable à la domination navale de la Méditerranée, donc le seul moyen de succéder à Carthage dans le commerce avec la Phénicie. Mais seul un chef d'Etat étranger, Jacques Chirac, a tenté de redonner Naples à l'Italie.

L'histoire se répète : de même que la victoire de Scipion l'Africain sur Hannibal avait été suivie de la conquête romaine de la Sicile, de même, l'empire américain s'est étendu à Syracuse sans que personne levât le petit doigt et songeât un seul instant à faire comparaître M. Berlusconi en haute cour. De même, Mme Merkel s'indigne, au nom du mythe universel d'une Liberté habillée à l'américaine, de ce que la Russie ait retrouvé la Crimée, mais elle ne songe nullement à chasser de sa cuisine deux cents bases militaires américaines incrustées en Allemagne depuis 1944. Le grotesque des pot-au-feu du sceptre de la Liberté est devenu le pilier d'une géopolitique du fantastique.

10 - Attrape-nigauds, simulacres, contrefaçons et tutti quanti

Ici encore, l'habileté de M. Barack Obama à l'égard d'une Europe vassalisée à l'école de ses propres songes politiques devrait attirer l'attention des anthropologues d'une géopolitique tombée dans la folie. Mais, faute que l'école des sciences politiques de la rue saint Guillaume traite d'un sujet aussi épineux que celui de la vie onirique de la politique (- L'Europe, un asile d'aliénés - La modernité de L'Eloge de la folie d'Erasme , 5 décembre 2014), les relations de la Russie avec l'Ukraine sont subitement devenues l'épicentre démentiel de l'histoire des microcéphales. Les Etats-Unis font glisser à grand bruit l'échiquier d'un monde asilaire en direction d'une nouvelle "guerre froide", alors que, sur les mille soixante quinze camps militaires évoqués ci-dessus, un demi-millier sont censés défendre, l'arme au pied, une Europe qu'aucun ennemi ne menace. La puissance effective des empires d'hier et d'aujourd'hui n'est jamais autre que celle dont s'imprègne leur présence militaire tour à tour tonitruante et tranquille et non celle de la prétendue puissance guerrière d'un adversaire rendu imaginaire. Les vassaux sont consentants à leur mise doucereuse sous le joug pacificateur de leur maître.

On a pu le vérifier à nouveau en 2010 quand, aux applaudissements ravis d'une bonne ménagère, Mme Merkel, Washington a réussi à disqualifier l'arme nucléaire française et à lui substituer son propre baudrier salvifico- mythique. Où le Ministre de la Défense et le Ministre d'Etat de M. Sarkozy se cachait-il? Il s'appelait Alain Juppé. Et en novembre 2014, il prônait, sous la pression de la Maison Blanche, le refus de livrer le Mistral à la Russie. Qui peut croire qu'un homme d'apparence "gaullienne" aurait soudainement tourné casaque? Ne faut-il pas chercher le ver dans le fruit et remonter à 1981?

Car enfin, voyez le fonctionnement des têtes dichotomisées de longue date par l'argent de l'étranger : non seulement le Mistral n'est plus un signe voyant de la politique extérieure de la France et de son honneur, donc du type de présence de notre pays sur la scène internationale, mais un produit industriel déloyal et construit en cachette. La France devient un boutiquier attentif à la prospérité de son tiroir-caisse. Pendant ce temps, M. Vladimir Poutine se comporte en chef d'Etat: il substitue aux relations traditionnelles d'un gros vendeur avec son petit client et d'un créancier obèse avec son débiteur maigrichon une collaboration entre égaux qui fera de l'Inde un producteur et un vendeur à son compte d'hélicoptères de combat de la cinquième génération. La vassalisation abêtit les deux parties, la souveraineté partagée les élève côte à côte.

11 - La sotériologie démocratique

La classe dirigeante européenne manque avant tout d'une connaissance anthropologique, donc psychogénétique de la stratégie mondiale qui commande l'expansion militaire du mythe démocratique. Le modèle en remonte pourtant à la bonne conscience de l'Athènes de Périclès. Comme au Ve siècle avant notre ère, les citoyens d'un Etat victorieux s'identifient spontanément à la puissance et au rayonnement de leur patrie dans le monde. A ce titre, ils entrent en fureur au spectacle des obstacles, incompréhensibles à leurs yeux, que des malappris et des ignorants sont censés opposer à l'honnêteté viscérale de la foi qui chapeaute d'angélisme les glaives aiguisés sur la meule de leurs victoires.

Dès le berceau, l'opinion publique américaine se trouve messianisée à l'école du mythe eschatologique de la Liberté. Cet empire, rendu sotériologique et rédempteur dès le berceau, enrageait à la seule vue du Général de Gaulle, puis de Jacques Chirac - et toujours pour des motifs de croisés du monde vertueux des modernes. On se souvient que M. Jacques Chirac avait eu l'outrecuidance de s'opposer à la "guerre sainte" de la démocratie catéchisée en Irak, ce qui a contraint le sorcier de la Maison Blanche à brandir sa fiole magique, celle d'une apocalypse proclamée imminente. Six milliards de simianthropes ignorants ont vu se ruer sur l'Irak des armées de croisés privés de l'aval du bénisseur mondial de la sottise qu'on appelle les Nations Unies. Certes, c'était violer ouvertement le droit international qui sert de masque apostolique au genre humain d'aujourd'hui. Mais pourquoi la politologie pseudo scientifique actuelle se trouve-t-elle réduite au rang d' un infirme cérébral, sinon du seul fait qu'une classe dirigeante sous-informée manque d'une pesée métazoologique de la boîte osseuse actuelle d'un animal non encore parvenu à destination puisqu'il demeure en évolution.

12 - Les ensorcelés

Et maintenant l'homme à faire haïr non seulement par trois cent cinquante millions d'Américain, mais par un demi-milliard d'Européens s'appelle Vladimir Poutine, dont le seul tort est le même que celui du Général de Gaulle et de Jacques Chirac : ces deux hérétiques n'avaient-ils pas la prétention de demeurer d'aplomb sur leurs jambes et de défendre leur pays face aux aliénés d'un mythe politique en expansion? Par la faute d'une presse et d'une télévision évangélisées en sous-main au seul profit d'un empire étranger, le monde entier est devenu le nouvel agora où les citoyens d'Athènes criaient leur indignation contre les adversaires de l'expédition de Sicile à laquelle s'opposait un seul expert en politique, un certain Périclès.

Mais tout messianisme universalise le délire qui l'inspire: l'agora est tombée dans une sotériologie sacralisée par ses bûchers. Ses armes de guerre sont désormais celles d'un salut et d'une rédemption du genre humain par la religion de la Liberté. Comme au Moyen-Age, l'absolu sert de porte-drapeau mondial à une politique de la "délivrance", à cette différence près que la sotériologie laïque des modernes a pris le relais de celle du salut de type monothéiste.

Dans un contexte eschatologisé sur ce modèle, comment M. Juncker donnerait-il à une civilisation aussi décérébralisée par l'absolu qu'autrefois, comment M. Juncker, dis-je, donnerait-il à un monde pseudo évangélisé par des abstractions sanctifiées une lucidité et un élan de la raison qui ne peuvent résulter que d'une intelligence capable de surplomber la pensée des ensorcelés du XXIe siècle ? Cette raison-là, hélas, n'est accessible qu'aux anthropologues du déclin des civilisations délirantes. Car, pour la première fois au monde, l'angélisme et l'utopie religieuse en folie deviennent non seulement des acteurs, mais les protagonistes les plus puissants de l'histoire semi-animale du monde.

13 - Pour une métrazoologie de la géopolitique

Si vous ne comprenez pas les règles du jeu en simiantropologues, vous demanderez, comme M. Juncker, que les négociations sur le traité transatlantique ne se déroulent pas en secret - revendication sacrilège et qui a été enterrée dans les dix jours, puisque les commissaires censés élus par le pseudo Parlement supra-national de Strasbourg ne sont que les créatures des Etats dépossédés d'avance de leur souveraineté par Washington et dont chacun délègue au sein du pouvoir administratif central un concitoyen précisément chargé de faire bonne figure dans le rôle d'otage falot du mythe atlantiste qui lui est assigné.

Certes, les croisades du Moyen-Age précipitaient des masses immenses dans le sable et la poussière. On allait "délivrer" un tombeau mythique et chu par malencontre dans les mains des profanateurs. Puis, au XVIe siècle, la guerre de religion entre les catholiques et les protestants a déchiré le simianthrope entre, d'un côté, les consommateurs dominicaux de la chair et du sang réputés "réels" d'un prophète crucifié un millénaire et demi auparavant, de l'autre, les méditants d'une métaphore riche de sens. Mais, en ce IIIe millénaire, la planète en folie fait délirer des centaines de millions de cervelles - on se rue sur le Satan qu'un empire de la sainteté démocratique vous montre d'un index vengeur et justicier.

Faute de porter un regard de l'extérieur sur le cerveau messianisé des semi-évadés de la zoologie, l'histoire et la politique n'accèdent plus à une compréhensibilité qualifiable de scientifique, donc de rationnelle. Ou bien Clio s'efforcera de se rendre un peu plus pensante qu'autrefois et son récit deviendra intelligible à une profondeur du "connais-toi" inconnue des Anciens, ou bien les paramètres cognitifs du passé rendront la muse de la mémoire plus titubante que jamais au sein d'une espèce en attente d'un nouveau sacrilège, celui d'un décryptage métazoologique de ses neurones.

Post Scriptum

J'écrivais le 25 juillet :

"A partir de cette date, et compte-tenu qu'on ne luttera efficacement contre le naufrage de la langue française que si le Président de la République et le Premier Ministre se voient nommément mis en cause, je relèverai quelques-unes de leurs fautes."

M. Manuel Valls 1 confond aussi et ainsi. Aussi demande l'inversion, ainsi l'exclut. On dit: Ainsi nous sommes satisfaits.

2 - M. Hollande ignore que le verbe impulser n'est pas français.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages