Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 12:55

Une centaine de Norvégiens célèbres appellent au boycott culturel et universitaire d’Israël


Oslo (European Jewish Press ) - Une centaine de Norvégiens célèbres, conduits par l’entraîneur de l’équipe nationale de football du pays, ont signé une pétition appelant au boycott culturel et universitaire de l’Etat d’Israël, accusant ses institutions d’enseignement de « jouer un rôle clé dans l’occupation » et en l’assimilant à un apartheid.
Cnaan Liphshiz - EJP

_________________________________________________


Une centaine de Norvégiens célèbres appellent au boycott culturel et universitaire d’Israël
Egil Drillo Olsen, entraîneur de l’équipe nationale norvégienne de football, a récemment écrit dans Aftenposten, deuxième journal du pays, que l’appel au boycott d’Israël était « conforme à ce que pensent 90 % de la population du monde. Il ne peut pas y avoir beaucoup d’opinion contraire. »




Un ancien Premier ministre norvégien a dénoncé leur appel au boycott.

La pétition est la plus récente de toute une série d’initiatives similaires et intensives qui ont eu lieu en Norvège ces deux dernières années. Elle a été signée par l’entraîneur Olsen et 99 autres personnalités issues des milieux culturels et artistiques, qui ont déclaré qu’un boycott est « nécessaire » non seulement pour aider les Palestiniens, mais aussi pour « soutenir les Israéliens qui s’opposent à l’occupation ».

Un ancien Premier ministre norvégien, Kjell Magne Bondevik, a qualifié l’appel au boycott d’ « inutile » et de « non représentatif » de la politique actuelle du gouvernement.

Bondevik, qui a dirigé le gouvernement norvégien pendant sept ans, de 1997 à 2005, au nom du Parti chrétien démocrate, a ajouté qu’il souhaitait « rassurer » les Israéliens, que « le boycott n’était pas une question à l’ordre du jour en Norvège ».

Mais le Dr Manfred Gerstenfeld, chercheur qui travaille sur les tendances à l’antisémitisme et à l’antisionisme en Scandinavie, affirme que la Norvège est un « pionnier » dans le monde occidental pour la promotion des boycotts et de la haine contre Israël.

Gerstenfeld, président du comité directeur du Centre des Affaires publiques et de Jérusalem (basé à Jérusalem), note certains « développements spécifiquement norvégiens sans égal en Occident ».

Notamment, il cite les éloges écrits de l’an dernier du ministre des Affaires étrangères norvégien, Jonas Gahr Stoere, à propos d’un livre qui accuse l’armée israélienne de meurtres délibérés de femmes et enfants gazaouis, et aussi la promotion d’un diplomate norvégien qui avait comparé l’opération Plomb durci contre Gaza à ce que faisaient les nazis.

Cette même année, les principaux Fonds de pension de l’Etat norvégien se sont désinvestis de Elbit Systems en raison de l’implication de cette société dans la construction de la barrière de sécurité.

Depuis lors, les parts norvégiennes dans plusieurs autres sociétés israéliennes ont été désinvesties. En novembre 2009, une université norvégienne, NTNU à Trondheim, a été la première université occidentale dont le conseil d’administration lança un débat public pour le boycott d’Israël. La proposition fut rejetée à l’unanimité.

« Le cas de la Norvège est unique parce que c’est un pays dominé par des élites politiques, médiatiques et culturelles qui ont des positions anti-israéliennes profondément ancrées en raison de leur vision du monde » déclare Gerstenfeld. « Cela constitue une menace pour Israël, car ce peut être le lieu pour créer des précédents dans la campagne de délégitimation d’Israël ».



ligne-mediane

ligne-notes
 EJP - traduction : JPP

Vendredi 26 Novembre 2010

http://www.info-palestine.net http://www.info-palestine.net


Furl
Repost 0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 23:57
Dernière mise à jour : 27-09-2010

http://www.europalestine.com/

http://www.planetenonviolence.org/Proces-BDS-mobilisation-generale-Touche-pas-a-ma-senatrice-_a2283.htmllink

 


 



Commandez
"la brochure BDS" !

cliquez ici!

Repost 0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 15:53

our un boycott d’Israël moralement cohérent

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

                        

                        
Pour un boycott d’Israël moralement cohérent                       
                                                

                        Par                         Pacbi                                                                                                 
                                                Ce document de la Campagne Palestinienne pour le Boycott Universitaire et Culturel d’Israël (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel - PACBI) a été publié pour la première fois dans le n° de septembre 2010 du Bulletin du British Committee for Universities for Palestine (BRICUP) newsletter, puis repris par Electronic Intifada le 7 septembre 2010.                                                                      
 

                        Suite à la récente annonce de l’inauguration d’un centre culturel à Ariel, quatrième colonie juive par son importance dans le territoire palestinien occupé, 150 personnalités universitaires, écrivains et intellectuels israéliens ont déclaré qu’« ils ne prendront part à aucune activité culturelle qui se déroulerait au-delà de la Ligne Verte, ne participeront à aucun débat ou séminaire ou conférence dans quelque cadre que ce soit à l’intérieur de ces colonies. » (1) Quelques-uns sont même allés jusqu’à dire que toutes les colonies israéliennes construites en terre palestinienne occupée sont une violation de la Quatrième Convention de Genève et constituent donc un crime de guerre.                        


                                                                                                                                                                                                             

                                                Cette prise de position assumée par des dizaines d’universitaires et artistes israéliens a suscité un torrent de polémiques dans la sphère publique israélienne, s’attirant ainsi la réprobation de tous les milieux politiques et en particulier de l’establishment universitaire et culturel. Tous les théâtres les plus en vue se sont empressés de déclarer leur refus de boycotter Ariel, sous prétexte d’être au service « de tous les Israéliens » ; les administrateurs des universités ont fait écho à ces déclarations ou ont choisi de se taire, continuant à faire comme d’habitude avec Ariel et les autres colonies. Les termes de la querelle posent cependant une série de questions aux mouvements de solidarité aux Palestiniens. Tandis que nous sommes heureux d’accueillir des actions de protestation contre toute manifestation du régime israélien colonial et d’apartheid, nous croyons que ces actions doivent être moralement cohérentes et solidement ancrées au droit international et aux droits humains universels.

Nous pensons tout d’abord que focaliser l’attention exclusivement sur les institutions localisées dans les colonies conduit à ignorer et à laisser dans l’ombre la complicité de toutes les institutions universitaires et culturelles dans le soutien du système de contrôle colonial et d’apartheid imposé au peuple palestinien.
PACBI pense que la collusion entre l’establishment universitaire et culturel israélien et les principaux organes d’oppression de l’Etat israélien est absolument évidente. Focaliser l’attention uniquement sur les institutions manifestement complices, tels que les centres culturels dans une colonie de Cisjordanie, ne sert qu’à protéger de l’opprobre les principales institutions israéliennes et, finalement, à protéger celles-ci du mouvement croissant du boycott global qui prend systématiquement pour cibles toutes les institutions complices.

En outre, choisir de cibler une colonie bien connue au cœur de la Cisjordanie occupée détourne l’attention des autres colonies construites sur des terres occupées. Les supporters de ce boycott particulièrement sélectif doivent s’interroger : est-il acceptable de faire une conférence ou un spectacle à la Hebrew University, dont le campus situé sur le Mont Scopus occupe une terre palestinienne dans Jérusalem Est ?


Si ce qui guide ce mouvement est l’opposition à l’occupation militaire israélienne, comment se fait-il alors qu’on ait ignoré, par exemple, l’étranglement déplorable d’institutions culturelles dans Jérusalem occupée ? En 2009, la Ligue Arabe, avec le soutien de l’UNESCO, a déclaré Jérusalem «
capitale culturelle arabe » de l’année. Les célébrations qui devaient avoir lieu au cours de cette année là dans divers lieux de la ville, pour mettre en évidence le rôle historique et culturel de Jérusalem à l’intérieur de la société palestinienne et au-delà, ont été bloquées et parfois physiquement attaquées par les forces de sécurité israéliennes, dans leur effort continuel d’étouffer toute expression de l’identité palestinienne à l’intérieur de la ville occupée. Dans des scènes dignes des romans de Kafka, des activités organisées dans tout Jérusalem-Est ont été supprimées abruptement, obligeant artistes, écrivains et intellectuels palestiniens à avoir recours à des techniques clandestines pour célébrer le patrimoine culturel et populaires de leur cité.

Si le rôle des artistes et des intellectuels, en tant que voix de la raison morale, sous-tend ce récent appel à boycotter Ariel, où étaient ces  voix lorsque des institutions universitaires et culturelles [palestiniennes] étaient détruites sans aucune justification pendant la guerre d’agression israélienne contre Gaza de 2008-2009 ?


Le fait n’est pas passé inaperçu en Israël que le mouvement BDS est en train de prendre de plus en plus d’ampleur au niveau international comme forme efficace de résistance à l’oppression coloniale israélienne. Dans ce contexte, on peut affirmer que cet effort récent pour restreindre la focalisation du boycott contre Israël est l’arbre qui cache la forêt. Il est important de réitérer la justification moralement cohérente et les principes de cette campagne palestinienne de boycott contre Israël.


Les principes du mouvement BDS sont issus des demandes de
l’Appel palestinien au BDS, signé par plus de 150 organisations de la société civile palestinienne en juillet 2005, et, concernant le domaine universitaire et culturel, par l’Appel palestinien au boycott universitaire et culturel d’Israël - PACBI, lancé un an avant, en 2004.

Ces deux appels, BDS et PACBI, représentent ensemble les déclarations stratégiques faisant autorité et recueillant le plus vaste consensus qui ait émergé en Palestine depuis des décennies ; tous les partis politiques, organisations syndicales et étudiantes, et de femmes, groupes de réfugiés à l’intérieur du monde arabe, les ont signés et les soutiennent. Les deux appels soulignent l’opinion palestinienne prévalente selon laquelle la forme la plus efficace de solidarité internationale avec le peuple palestinien est l’action directe et la pression continue visant à mettre fin au régime colonial et d’apartheid israélien, et ceci de la même manière que le régime d’apartheid d’Afrique du Sud fut aboli, par l’isolement international d’Israël par le boycott et les sanctions, en le forçant à se soumettre aux lois internationales et à respecter les droits des Palestiniens.


Nous exhortons ceux qui clament qu’ils ont à cœur l’application cohérente du droit international et la primauté des droits humains à reconnaître la « forêt » de la complicité universitaire et culturelle derrière l’arbre d’Ariel et à agir en conséquence et en cohérence.


6 septembre 2010.

Pacbi (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel)



(
1) "150 academics, artists back actors' boycott of settlement arts center," Haaretz, 31 August 2010.

                     
  Source                         :                                                                         Electronic Initifada                                                                        
  Traduction                         :                         MAP/MR pour ISM 
Repost 0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 22:03
Selon un article publié dimanche dans la revue commerciale en hébreu « The Marker », 21% des exportateurs israéliens disent avoir subi un impact direct du boycott des produits israéliens depuis le début de l’année 2009. Le sondage a été commandé par le Syndicat israélien des industriels, et le pourcentage est extrait d’un échantillon de 90 entreprises de diverses industries, dont la haute technologie, la construction, le textile et l’alimentation.

the-marker

L’appel au boycott global des produits israéliens, lancé en 2005, a gagné du terrain en janvier 2009 après que les forces israéliennes aient envahi la Bande de Gaza, tuant 1.400 personnes, dont plus de 400 étaient des femmes et des enfants.

Partout dans le monde, les Palestiniens de la diaspora et les militants pour les droits de l’homme se sont rassemblés pour protester, par des manifestations et des actions, centrant l’attention sur le boycott d’Israël. Certains groupes ont appelé au boycott des produits exportés depuis les colonies et les entreprises israéliennes qui profitent de l’occupation militaire, mais d’autres groupes ont appelé au boycott de tous les produits israéliens.

Les militants impliqués dans le mouvement de boycott disent qu’ils se sont inspirés du modèle créé en opposition à l’Afrique du Sud de l’apartheid dans les années 1980, et affirment qu’il y a beaucoup de similitudes entre le système d’apartheid sud-africain, qui avait établi une discrimination contre la population indigène africaine du pays, et l’occupation israélienne, qui applique des lois différentes à la population indigène palestinienne de celles qui encadrent la population israélienne qui est arrivée, pour sa majorité, dans le pays au cours des 60 dernières années.

Ces groupes d’activistes soulignent que d’autres parallèles existent entre l’occupation israélienne et l’apartheid sud-africain, dont les lois sur la circulation, les expulsions forcées des populations, les checkpoints et des lois et des pratiques discriminatoires. Selon la Campagne Stop the Wall, «  l’apartheid commence et s’enracine dans la création même du régime israélien colonialiste, fondée comme Etat exclusivement pour les Juifs, à la fois dans la législation (de jure) et dans la mise en œuvre de ses buts à différents niveaux (de facto). Ceci comprend les mécanismes utilisés pour justifier ces pratiques. L’apartheid est caractérisé par le transfert forcé de populations, le contrôle de la terre, l’exploitation des travailleurs, l’humiliation et le meurtre de masse. »

Parmi les compagnies boycottées, on trouve Motorola, qui produit des fusibles pour les roquettes M80 ; Caterpillar, qui construit les bulldozers D9 utilisés pour la destruction des maisons palestiniennes ; Connex et Alstom, qui ont remporté le marché de construction d’un tramway qui traversera les quartiers palestiniens de Jérusalem Est - détruisant les maisons de tous les Palestiniens le long de son tracé, sans compensation ni recours juridique ; Agrexco, qui exporte des fruits et des légumes sous la marque Carmel, en provenance des colonies israéliennes en Cisjordanie.

Certaines de ces actions ont déjà eu lieu depuis janvier, dont le retrait des produits israéliens des rayons d’un supermarché à Paris, le blocage des ports en Afrique du Sud, des protestations de masse en Jordanie et en Turquie contre les importations israéliennes, et beaucoup d’autres.

Le site web israélien Who Profits a établi et met à jour une base de données sur les entreprises qui soit profitent de l’occupation israélienne, soit exportent des produits en provenance des colonies israéliennes. Le mouvement BDS a appelé au boycott de ces compagnies.

Une analyse complète et la traduction du sondage récent des exportateurs israéliens sera réalisée par le Alternative Information Center dans les jours prochains.

 

 http://www.enfantsdepalestine.org/
Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 16:21
Crimes De Guerre D'Israël/Sanctions/Justice

Campagne De Boycott D'Israël En IDF: Le Lobby Macarthyste Sioniste Attaque En Justice

Une campagne de boycott contre Israël connaît en Ile de France un succés croissant avec notamment des interventions dans les supermarchés pour expliquer aux consommateurs pourquoi il faut boycotter les produits estampillés "made in Israël", et demandant aux grandes surfaces de respecter la loi sur l'origine des produits. Le Lobby Macarthyste Sioniste avec à sa tête un ami des colons Sionistes de Cisjordanie occupée, Sammy Gozlan - montage photo ci dessous tiré de la page d'accueil du site des colons Arouts 7, où Gozlan tient des "chroniques" - lâche ses chiens en robe noire dans le prétoir.



Campagne De Boycott D'Israël En IDF: Le Lobby Macarthyste Sioniste Attaque En Justice

Un groupe qui comprend le Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme (BNVCA), le Conseil des communautés juives de Seine Saint Denis (CCJ 93) a déposé une plainte vendredi dernier auprès du procureur de Bobigny contre " les organisateurs, instigateurs, auteurs, complices de ces appels à boycott des produits israéliens devant les magasins CARREFOUR".

En fait la campagne de boycott a été lancée 1) pour appeler les consommateurs à boycotter les produits israéliens suite aux crimes de guerre commis contre les Palestiniens mais aussi contre le régime d'Apartheid instauré en Palestine à l'instar du boycott contre l'Afrique du Sud, et 2) pour exiger des supermarchés, dont Carrefour, qu'ils affichent la véritable provenance des produits estampillés "made in Israël". Un certain nombre de ces produits viennent en fait des colonies illégales Sionistes de Cisjordanie occupée et les supermarchés sont donc en infraction sur ce point puisqu'ils dissimulent la véritable provenance de ces produits.

La plainte porte sur " l'invasion des supermarchés situés en banlieue parisienne par des boycotteurs anti Israël". Ceux qui ont porté plainte affirme que la langage de la campagne - qui vise les supermarchés Carrefour autour de Paris- comprend " une incitation à la haine d'Israël" et "incite à des actes anti juifs dans le pays". Toujours selon le Lobby Sioniste Macarthyste " cette campagne de boycott devrait être considérée comme une discrimination et un crime punissable, car un grand nombre des produits visés servent aux besoins diététiques casher des citoyens juifs". A l'appui de ses accusations ce groupe a fourni des prospectus, autocollants et une liste de produits ciblés.

Ce n'est pas la première fois que ces officines communautaristes Sionistes essaient d'empêcher toute manifestation publique de soutien aux Palestiniens, la campagne de boycott en faisant partie. En effet, alors qu'Israël commettait ses crimes de guerre - désormais bien documentés et qui font l'objet d'une plainte déposée par plus de 300 ONG auprés de la CPI - le CCJ 93 et le Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme avaient déjà tenté de faire interdire un rassemblement le 8 janvier devant la mairie de Saint Denis pour protester contre les massacres des Gazaouites. Là aussi, le prétexte avancé par Sammy Gozlan, l'ami des colons de Cisjordanie en France ( voir sa petite bio plus bas) c'était qu'une telle initiative "risque de provoquer des dérapages, inciter à la haine et au passage à l’acte anti-juif ".

Qui sont ces officines Macarthystes Sionistes qui veulent imposer la dictature du Sionisme dans la République, Qui est derrière tout cela ?

Le Conseil des communautés juives de Seine St Denis (CCJ 93), présidé par Mr Sammy Gozlan, délégué du CRIF, est une organisation communautariste. Son activité fébrile de défense des intérêts Sionistes s'explique, selon ce qu'on lit dans un article publié sur le site Guysen International News du 22/06/08 commantant la publication aux éditions L’Harmattan d'un livre de Marc Hecker intitulé : " La défense des intérêts de l’Etat d’Israël en France", car : "...les Conseils des communautés juives..., en Ile-de-France, visent notamment à promouvoir les intérêts d’Israël par leur vigilance à l’égard de manifestations pro-palestiniennes diffamant cet Etat..."

Le Bureau National de Vigilance Contre l'Anntisémitisme, (BNVCA) dont le président est... Mr Sammy Gozlan, est une officine qui s'est auto proclamée responsable de la surveillance des actes antisémites commis sur le territoire de la République laïque, faisant souvent l'amalgame entre antisémitisme et antisionisme, ce qui rend les statistiques émises par ce bureau pour le moins douteuses. Il n'a aucun caractère institutionnel bien qu'il essaie par tous les moyens de le faire croire et d'imposer ses statistiques sur les actes de discrimination à l'égard des français de confession israélite comme étant les seules valables. ll s'en vante d'ailleurs sur son site dans sa rubrique présentation :

"Il est intéressant d'observer que les médias nationaux (Le Parisien, le Figaro, le Nouvel Observateur, M6, France 5…) et internationaux (BBC World, NBC, Aroutz 2, Yedioth Aharonoth, Vanity Fair…) ainsi que les médias communautaires (Actu J, Tribune Juive, l'Observatoire du Monde juif…) se réfèrent eux-mêmes aux sources d'information de ce Bureau de Vigilance pour tout ce qui concerne les actes hostiles à la communauté juive...."

Ce bureau a été crée, comme indiqué dans cette présentation ::

"En avril 2002 par les CCJ de la région parisienne. Dirigé par Sammy Ghozlan, président du CCJ 93 et commissaire de police honoraire, ce Bureau continue sous une forme beaucoup plus structurée le combat qui avait été commencé par les CCJ dès le début de la seconde Intifada pour faire face à toutes les formes d’agression et d’hostilité antijuives et anti-israéliennes dont les départements de la région parisienne ont été les premières à souffrir. Son action s’inscrit dans la continuité de la Cellule de Crise constituée par Roger Pinto et Sammy Ghozlan au plus fort des événements d’octobre 2000.

Nous estimons à plus de 500 le nombre d’interventions des CCJ en région parisienne depuis octobre 2000. Du 1er avril au 31 décembre 2002, ce sont 232 déclarations (82% écrites et 18% verbales), référencées, archivées et informatisées (voir liste jointe), qui ont été enregistrées par le BVCA, auxquelles il faut ajouter une soixantaine d’actions de prévention, de protestation et même de lobbying effectuées spontanément à l’initiative des CCJ auprès des pouvoirs publics, des élus, des médias et d’institutions diverses...."


En ce qui concerne son soutien indéfectible à Israël, on peut lire toujours dans sa rubrique présentation :

"...Israël : communication et «public relation» tous azimuts auprès des élus, des instances et des médias locaux et départementaux pour défendre l'image d'Israël – qui est la cible directe de nos adversaires...."

"...Il ne faut pas oublier également que les CCJ ont la possibilité de prendre un certain nombre d'initiatives (par exemple le «lobbying» en faveur d'Israël) sur le terrain desquelles les institutions centrales ne peuvent se risquer sans dommage..."


Ce qui vient confirmer ce qui était écrit dans l'article de Guysen International News cité plus haut. Il ne faut pas s'étonner ensuite que certains déséquilibrés confondent Sionisme et Judaïsme et s'en prennent stupidement à des édifices, écoles et centres religieux. A qui la faute ? Qui pousse au passage à l'acte ? Qui incite pour reprendre le vocabulaire favori de Gozlan ?

La plainte déposée semble donc le fait d'une initiative de Sammy Gozlan, derrière la vitrine d'officines Sionistes qu'il dirige et manipule. Pour le compte de qui ?

Qui est Sammy Gozlan ?

Ancien commissaire de police - il a donc ses entrées au ministère de l'intérieur où il peut faire "son lobbying" sous étiquette CCJ 93, ou BNVCA - Sammy Gozlan fait partie de la cellule opérationnelle du BNVCA. C'est le flic en chef du Lobby Macarthyste Sioniste qui sème la terreur à Paris et en région parisienne en agitant le spectre d'un procès contre quiconque ose critiquer les crimes de guerre commis par Israël, et soutenir les victimes palestiniennes, et en brandissant bien sûr, l'arme fatale de l'antisémitisme. Gozlan est en fait un ami et l'un des porte parole informels des colons Sionistes installés en Cisjordanie occupée, qui diffuse leur propagande coloniale raciste sur un groupe de médias basé en Cisjordanie occupée, dont un site internet Arouts 7 en français devenu Actu.Co.II -ww.actu.co.il Un rapide coup d'oeil sur ce site donne un aperçu de la "tendance" en matière d'information.

Sammy Gozlan tient une rubrique intitulée " les chroniques de Sammy Gozlan" sur ce site web des colons de Cisjordanie Arouts 7/Actu.Co.Il.

Accepter de tenir des chroniques sur ce site c'est bien sûr être d'accord avec sa ligne éditoriale, et les positions de ceux qui gèrent ce groupe de médias. Qui plus est, étant donné que ce groupe est basé en Cisjordanie occupée, Sammy Gozlan affiche donc ainsi publiquement son soutien pour les colons Sionistes qui occupent illégalement les terres palestiniennes. Les colonies sont considérées en droit international comme illégales et le fait de transférer sa population pour une puissance occupante dans les territoires qu'elle occupe, est qualifié de crime de guerre. Donc Mr Gozlan soutient et participe indirectement à ce crime de guerre d'Israël.

On comprend mieux maintenant pourquoi les actions de boycott contre les produits israéliens estampillés "made in Israël" et vendus comme tels en grandes surfaces alors qu'ils proviennent pour certains des colonies sionistes de Cisjordanie occupée rendent Sammy Gozlan furieux au point qu'il use et abuse de son autorité à la tête du CCJ 93 et du BNVCA pour porter plainte en manipulant l'accusation d'antisémitisme ( "inciter à des actes anti juifs dans le pays")

Quels intérêts défend t-il en portant plainte ?

Celui de ses amis colons d'Arouts 7 ?

Il serait intéréssant d'enquêter pour savoir si ces "chroniques" publiées sur un média appartenant à des colons Sionistes de Cisjordanie occupée, le sont à titre gracieux, ou si elles sont rémunérées ?

Pour plus d'informations sur les actions pour le boycott en IDF voir le Site d'Europalestine





Mardi 24 Mars 2009
Myriam Abraham
http://www.planetenonviolence.org/Campagne-De-Boycott-D-Israel-En-IDF-Le-Lobby-Macarthyste-Sioniste-Attaque-En-Justice_a1859.html
Repost 0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 23:34
Capjo-Europalestine
La campagne palestinienne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) appelle au boycott de l’Oréal, en raison de son soutien actif à la colonisation israélienne. Voir le communiqué ci-dessous.

L’Oréal pour maquiller l'apartheid israélien

Le Comité National Palestinien BDS en appelle aux consciences des citoyens du monde et demande à ceux-ci de boycotter tous les produits du géant français des cosmétiques L’Oréal**, en raison de sa profonde et intensive implication dans les relations d’affaires avec Israël. Ceci en dépit de la poursuite et de l’amplification de la colonisation, et en dépit des politiques d’apartheid menées à l’encontre du peuple palestinien.

L’Oreal, s’est converti dans les années 1990 dans une étroite collaboration avec Israël.

Ainsi, L’Oréal Israël, la filiale du groupe en Israël, exploite une usine située dans la ville israélienne de Migdal Ha’emek, en basse Galilée. La colonie de Migdal Ha’emek a été établie en 1952 sur des terres appartenant au village palestinien, ethniquement nettoyé, de Al Mujaydil. Village dont les habitants originels se voient toujours niés le droit au retour dans leurs maisons. Comme presque toutes les colonies juives construites en lieu et place des villages palestiniens de Galilée, dans l’Etat d’Israël, Migdal Ha’emek pratique la discrimination envers les citoyens palestiniens d’Israël, leur déniant le droit d’acheter, louer ou simplement vivre dans cette ville, sous le prétexte qu’ils sont « Non-Juifs ».

La Mer Morte : surtout pour les Palestiniens !

L’Oréal Israël fabrique une ligne de produits utilisant des minéraux de la Mer Morte, baptisée « Natural Sea Beauty », qui est exportée vers 22 pays. Il faut noter qu’un tiers des rives occidentales de la Mer Morte se situe en Cisjordanie occupée par Israël. Alors que l’ensemble des rivages et des ressources de la Mer Morte sont systématiquement interdits aux Palestiniens par l’occupation militaire israélienne et les pratiques d’apartheid, Israël exploite la Mer Morte pour le tourisme international, l’extraction minière, et pour soigner son image.

L’Oréal remet un prix de 100 000 dollars à un scientifique israélien de l’Institut Weizmann

Les activités de l’Oréal en Israël ne se limitent pas, cependant, à L’Oréal Israël. Pendant que les universitaires et étudiants palestiniens, dans les territoires occupés et en Israël, sont systématiquement empêchés, par les checkpoints de l’occupation et bien d’autres mesures répressives, de poursuivre leurs activités et leurs recherches normalement, L’Oréal récompensa en juillet 2008 d’un prix de 100 000 dollars, pour « l’ensemble de sa carrière », un scientifique de l’Israël Weizmann Institute of Science. L’Institut Weizmann, depuis sa fondation, a été un centre majeur de recherches secrètes, de développement du nucléaire, des armes chimiques et biologiques, au service de l’armée israélienne avec laquelle elle entretint des liens très étroits. Il s’agit donc de l’une, parmi beaucoup d’autres, de ces institutions académiques en Israël qui sont complices des violations de la loi internationale et des droits humains des Palestiniens. Et qui sont visées par l’appel au boycott académique du PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israël).

Merci Sarko !

Le président de L’Oréal Israël est Gad Propper, par ailleurs président fondateur de la Chambre de Commerce Israël-U.E., également très investi dans la promotion du commerce entre Israël et l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La France a reconnu le rôle important joué par les activités israéliennes de L’Oréal dans le développement global du groupe, en honorant au début décembre 2008, Gad Propper de la distinction civile la plus importante du pays, la Légion d’Honneur. « Cette distinction reconnaît la contribution de Propper à la "success story » du groupe L’Oréal, ainsi que le rapporte le Jerusalem Post.

Israel, siège de L’Oréal pour tout le Moyen-Orient

En 1994, L’Oréal acheta 30 % des parts de la compagnie de Propper, Interbeauty, à partir de laquelle fut créée L’Oréal Israël. Depuis, Israël est devenu le siège commercial de L’Oréal pour l’ensemble du Moyen-Orient.

L’une des marques les plus connues de L’Oréal, The Body Shop, s’enorgueillit de certaines valeurs : « Nous avons toujours défendu la cause des plus fragiles et des défavorisés, et nous poursuivons notre campagne pour la défense de la justice sociale et des droits humains. » Cependant, la maison mère, guidée par des motivations politiques et la recherche du profit, par son implication profonde dans l’apartheid israélien, fait preuve d’un dédain flagrant envers les droits humains des Palestiniens et dessert les causes de justice et de paix.

** Marques appartenant au groupe L’Oréal, tel qu’il est indiqué sur le site du groupe : Outre Body Shop, Garnier, Maybelline New York, Softsheen, Carson, CCB Paris.

Donc : plus de Elsève, Studio-Line, Laetitia Casta, ni La Roche-Posay, Boitherm et Vichy. Et dans les marques de parfums et cosmétiques de luxe, on peut aussi rayer Lancôme, Giorgio Armani, Ralph Lauren, Cacharel et Diesel.

Voilà qui va faire du bien à notre porte-monnaie !
Repost 0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 14:22

Des stars de Hollywood boycottent Zara

Publié le 3-03-2009


Dans le cadre de la lutte contre l’apartheid et la guerre, des stars de Hollywood, dont Salma Hayek, Sharon Stone, Whitney Houston, Halle Berry, Drew Barrymore, Brooke Shields, Andie Macdowell et Lucy Liu, ont exigé le retrait immédiat de leurs photographies sur les sites internet de Lev Leviev (marques : Zara, Bershka, Pull and Bear, Massimo Dutti, Stradivarius, Oysho, Kiddy’s Class - Skhuaban, Zara Home, Uterqüe).

Le réseau Voltaire communique dans les termes suivants :

"Déjà l’ONG britannique Oxfam depuis janvier 2008 et l’UNICEF depuis juin 2008 ont coupé tout lien avec le célèbre milliardaire (210e fortune du monde) et refusé tout don de sa part, compte tenu de l’origine criminelle de sa fortune et des projets illégaux qu’il finance.

Lev Leviev, principal concurrent de De Beers, a constitué un empire financier sur l’exploitation des diamants africains, notamment angolais, en entretenant des situations de guerre. Via la holding Africa Israël Investments, il possède aujourd’hui de nombreuses sociétés immobilières dans le monde (Danya Cebus, AFI), des groupes financiers, des hôtels, des sociétés gazières et pétrolières (Alon/Fina), des médias (Israel Plus TV) et des chaînes de mode.

En violation des résolutions de l’ONU, il a utilisé sa fortune pour construire des colonies de peuplement sioniste en volant des terres dans les Territoires palestiniens.

Vous aussi, vous pouvez exiger le respect du droit international : boycottez les sociétés qui servent au financement de l’apartheid et de la guerre."

http://www.voltairenet.org/article158942.html

CAPJPO-EuroPalestine

Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 21:55
Samedi, des militants de plusieurs associations, dont EuroPalestine Nord, ont fait une information auprès des clients de trois supermarchés à la fois, pour les mettre en garde contre la vente de produits israéliens.

Petite promenade dans les rayons de "Carrefour" à Wasquehal, de "Auchan" à Roncq, et de "Geant" à Roubaix, avec des caddies joliment décorés, et repérage des produits venant de l’Etat dirigé par des criminels de guerre.

Eux-mêmes bien visibles avec leurs affichettes autocollantes “Gaza on n’oublie pas” et “Je refuse de consommer les produits des criminels de guerre israéliens”, appliquées sur leurs vêtements, nos amis ont pu donner aux consommateurs des informations importantes sur le caractère à la fois immoral et illégal de la présence de ces produits.

Ils ont rencontré un vif intérêt, beaucoup de gens se demandant comment sanctionner Israël, après avoir pris connaissance — eh oui, malgré l’interdiction faite aux journalistes de pénétrer dans la bande de Gaza— de l’ampleur des massacres et ravages causés par l’armée israélienne.

"Une ambiance de fête s’est vite installée dans le supermarché, malgré la mauvaise humeur des responsables du magasin, qui ont été jusqu’à appeler la police, qui n’a pas constaté d’obstruction particulière dans ces échanges pacifiques sur l’art et la manière de consommer "éthique".

Les tracts et les ballons “Boycott Israël” ont été particulièrement bien accueillis dans les trois villes, par les familles, qui ont prodigué remerciements et encouragements aux militants présents.

Une matinée dans la joie et la bonne humeur, qui a fait des émules, bon nombre de passants, exprimant leur désir de se joindre aux prochaines actions de sensibilisation.

CAPJPO-EuroPalestine

Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 21:53
La campagne palestinienne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) appelle au boycott de l’Oréal, en raison de son soutien actif à la colonisation israélienne. Voir le communiqué ci-dessous.

L’OREAL, POUR MAQUILLER L’APARTHEID ISRAELIEN

Le Comité National Palestinien BDS (BNC)* en appelle aux consciences des citoyens du monde et demande à ceux-ci de boycotter tous les produits du géant français des cosmétiques L’Oréal**, en raison de sa profonde et intensive implication dans les relations d’affaires avec Israël. Ceci en dépit de la poursuite et de l’amplification de la colonisation, et en dépit des politiques d’apartheid menées à l’encontre du peuple palestinien.

L’Oreal, dont le passé n’est guère glorieux, puisque son propriétaire finançait dans les année 1930 la Cagoule, organisation fasciste et antisémite, s’est reconverti dans les années 1990 dans une étroite collaboration avec Israël.

Ainsi, L’Oréal Israël, la filiale du groupe en Israël, exploite une usine située dans la ville israélienne de Migdal Ha’emek, en basse Galilée. La colonie de Migdal Ha’emek a été établie en 1952 sur des terres appartenant au village palestinien, ethniquement nettoyé, de Al Mujaydil. Village dont les habitants originels se voient toujours niés le droit au retour dans leurs maisons. Comme presque toutes les colonies juives construites en lieu et place des villages palestiniens de Galilée, dans l’Etat d’Israël, Migdal Ha’emek pratique la discrimination envers les citoyens palestiniens d’Israël, leur déniant le droit d’acheter, louer ou simplement vivre dans cette ville, sous le prétexte qu’ils sont « Non-Juifs ».

La Mer Morte : surtout pour les Palestiniens !

L’Oréal Israël fabrique une ligne de produits utilisant des minéraux de la Mer Morte, baptisée « Natural Sea Beauty », qui est exportée vers 22 pays. Il faut noter qu’un tiers des rives occidentales de la Mer Morte se situe en Cisjordanie occupée par Israël. Alors que l’ensemble des rivages et des ressources de la Mer Morte sont systématiquement interdits aux Palestiniens par l’occupation militaire israélienne et les pratiques d’apartheid, Israël exploite la Mer Morte pour le tourisme international, l’extraction minière, et pour soigner son image.

L’Oréal remet un prix de 100 000 dollars à un scientifique israélien de l’Institut Weizmann

Les activités de l’Oréal en Israël ne se limitent pas, cependant, à L’Oréal Israël. Pendant que les universitaires et étudiants palestiniens, dans les territoires occupés et en Israël, sont systématiquement empêchés, par les checkpoints de l’occupation et bien d’autres mesures répressives, de poursuivre leurs activités et leurs recherches normalement, L’Oréal récompensa en juillet 2008 d’un prix de 100 000 dollars, pour « l’ensemble de sa carrière », un scientifique de l’Israël Weizmann Institute of Science. L’Institut Weizmann, depuis sa fondation, a été un centre majeur de recherches secrètes, de développement du nucléaire, des armes chimiques et biologiques, au service de l’armée israélienne avec laquelle elle entretint des liens très étroits. Il s’agit donc de l’une, parmi beaucoup d’autres, de ces institutions académiques en Israël qui sont complices des violations de la loi internationale et des droits humains des Palestiniens. Et qui sont visées par l’appel au boycott académique du PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israël).

Merci Sarko !

Le président de L’Oréal Israël est Gad Propper, par ailleurs président fondateur de la Chambre de Commerce Israël-U.E., également très investi dans la promotion du commerce entre Israël et l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La France a reconnu le rôle important joué par les activités israéliennes de L’Oréal dans le développement global du groupe, en honorant au début décembre 2008, Gad Propper de la distinction civile la plus importante du pays, la Légion d’Honneur. « Cette distinction reconnaît la contribution de Propper à la "success story » du groupe L’Oréal, ainsi que le rapporte le Jerusalem Post.

Israel, siège de L’Oréal pour tout le Moyen-Orient

En 1994, L’Oréal acheta 30 % des parts de la compagnie de Propper, Interbeauty, à partir de laquelle fut créée L’Oréal Israël. Depuis, Israël est devenu le siège commercial de L’Oréal pour l’ensemble du Moyen-Orient.

L’une des marques les plus connues de L’Oréal, The Body Shop, s’enorgueillit de certaines valeurs : « Nous avons toujours défendu la cause des plus fragiles et des défavorisés, et nous poursuivons notre campagne pour la défense de la justice sociale et des droits humains. » Cependant, la maison mère, guidée par des motivations politiques et la recherche du profit, par son implication profonde dans l’apartheid israélien, fait preuve d’un dédain flagrant envers les droits humains des Palestiniens et dessert les causes de justice et de paix.

** Marques appartenant au groupe L’Oréal, tel qu’il est indiqué sur le site du groupe : Outre Body Shop, Garnier, Maybelline New York, Softsheen, Carson, CCB Paris.

Donc : plus de Elsève, Studio-Line, Laetitia Casta, ni La Roche-Posay, Boitherm et Vichy. Et dans les marques de parfums et cosmétiques de luxe, on peut aussi rayer Lancôme, Giorgio Armani, Ralph Lauren, Cacharel et Diesel.

Voilà qui va faire du bien à notre porte-monnaie !

* Le Comité National Palestinien BDS (BNC) comprend : Council of National and Islamic Forces in Palestine ; General Union of Palestinian Workers ; Palestinian General Federation of Trade Unions ; Palestinian Non-Governmental Organizations’ Network (PNGO) ; Federation of Independent Trade Unions ; Union of Arab Community Based Associations (ITTIJAH) ; Union of Palestinian Charitable Organizations ; Global Palestine Right of Return Coalition ; Occupied Palestine and Golan Heights Advocacy Initiative (OPGAI) ; General Union of Palestinian Women ; Palestinian Farmers Union (PFU) ; Grassroots Palestinian Anti-Apartheid Wall Campaign (STW) ; Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI) ; National Committee to Commemorate the Nakba ; Civic Coalition for the Defense of Palestinian Rights in Jerusalem (CCDPRJ) ; Coalition for Jerusalem ; and Palestinian Economic Monitor.

CAPJPO-EuroPalestine

Repost 0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 09:50

Publié le 8-02-2009


L’exposition "La ville blanche, le mouvement moderne à Tel-Aviv", qui devait se tenir à Bruxelles, à l’occasion du "centenaire" de la capitale israélienne, vient d’être annulée.

La présidente du conseil d’administration du CIVA a annoncé l’annulation de cette exposition à la suite des protestations de la direction de l’école d’architecture de La Cambre, qui s’est retirée de l’organisation de cet événement.

" BELGIQUE ISRAËL- CENTENAIRE de TEL AVIV - SCANDALE - Déprogrammation brutale de l’exposition " La ville blanche, le mouvement moderne à Tel-Aviv" , titre la chambre de Commerce France-Israël, sur son site.

Dans un article en date du 7 février 2009, Mati Ben-Avraham éructe :

"Cette annulation, car il s’agit bien d’une annulation et d’un boycott qui refuse de dire son nom (la convocation du conseil d’administration extraordinaire du CIVA du 21 janvier portait comme seul objet à l’ordre du jour « annulation de l’exposition Tel-Aviv » sans autre précision, de sorte qu’on pouvait penser qu’il s’agissait de raisons techniques), intervient au mépris de la parole donnée à tous les passionnés d’architecture, que le revirement opéré par le CIVA prive d’une exposition de qualité".

"Une telle attitude est en fait symptomatique d’une manière parfaitement déraisonnable de disqualifier, y compris dans le domaine de la culture, tout ce qui a trait, spécifiquement, à Israël. Une réaction aussi incohérente et brutale est inédite."

Et de s’interroger : "Les motifs en seraient-ils politiques ?"

Suit le bla-bla habituel sur la nécessaire séparation entre "art" et "politique", et la nécessité de "dialogue", que les architectes belges ont, dans leur grande sagesse, écarté comme non pertinent. Ils ne sont pas là pour célébrer la culture de l’occupation.

http://www.israelvalley.com/news/2009/02/07/21536/belgique-israel-centenaire-de-tel-aviv-scandale-deprogrammation-brutale-de-l-exposition-la-ville-blanche-le-mouvement-moderne-a-tel-aviv

CAPJPO-EuroPalestine

Repost 0

Pages