Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 17:50
Repost 0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 19:51

18 novembre 2013

« J’ai fui d’un Etat nazi pour me retrouver dans un Etat fasciste »

Le poète israélien Natan Zakh a déclaré : « J’ai fui d’un Etat nazi pour me retrouver dans un Etat fasciste »

Le 10 novembre 2013, le journal hébreu Yediot Ahronot a rapporté que le grand poète israélien Natan Zakh a déclaré que le sionisme a échoué à réaliser son objectif. Selon lui, « l’Etat du lait et du miel » promis n’est maintenant que mal et corruption. Il a par ailleurs appelé à boycotter les colonies sionistes.

« Si j’avais su que le sionisme se concrétiserait dans un pays qui vit par l’épée, je serais resté en Europe. J’ai fui d’un Etat nazi pour me retrouver dans un Etat fasciste », dit-il.

Gaza est toujours sous un affreux blocus, ses roquettes reflètent une résistance légitime, a ajouté le critique littéraire, Lauréat du Prix Bialik (en 1982) et Lauréat du Prix d’Israël (en 1995).

Israël vit « aujourd’hui comme l’empire romain dans ses derniers jours. Ici, ils nous apprennent la haine et préparent des bombes atomiques, au lieu d’essayer de nous rapprocher de nos voisins dont nous avons volé la terre », a-t-il conclu.

source

Posté par MCPalestine à 18:06 - ARTICLES - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : democratie, israel, racisme

Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 18:05

Aux USA, les victimes de vaccins ont déjà été plusieurs fois auditionnées par les parlementaires, devant différentes Commissions du Parlement, contrairement à la France ou à la Belgique où des experts irresponsables continuent de prétendre qu'ils sont sûrs du bon rapport bénéfices/risques des vaccins, que les cas graves ne sont que des coïncidences et qu'une causalité ne peut jamais être retenue par Dieu sait quel tour de leur esprit....

VACCINATIONS – TEMOIGNAGES
Etats-Unis, Audition 28 juin 2011




Ameya, 10ans, a eu la santé endommagée par les vaccins. Il a souffert d’importantes crises d’asthme et d’allergies. Son frère est devenu autiste à la suite des vaccinations.

Mark Blaxil est le papa d’une fille autiste. Il se demande :

« S’agit-il ici d’une vaste expérimentation humaine réalisée sur cette génération d’enfants ? Nous ne savons pas ! Nous ne savons pas non plus si les 26 doses de 9 vaccins que les enfants reçoivent au cours de leur première année de vie contribue ou non à améliorer leur santé ! »


Allison Chapman. Mère de 3 enfants dont la santé a été endommagée par les vaccinations.

« Ma fille aînée a fait des convulsions dans l’heure qui a suivi l’injection d’un vaccin. A 15 mois, après le ROR, mon enfant n’a pas pu dormir et a pleuré toute la nuit. 48 heures après le vaccin, il avait toujours une forte fièvre ; tout son corps était couvert d’éruptions. Les jours qui ont suivi, il n’arrêtait pas de me dire : « mal tête, mal tête, mal tête ».-Les procédures médicales ne doivent jamais être des actes « passe-partout ». Les parents doivent avoir le droit de protéger leurs enfants.


Mish Michaels - Au cours de mes enquêtes et communications scientifiques, j’ai eu l’occasion de présenter plusieurs cas d’enfants dont la santé avait été endommagée par les vaccinations.


Dr Janet Levitan, Pédiatre : « J’ai vu mourir un enfant dans les heures qui ont suivi une vaccination. Ce drame s’est encore produit deux fois au début de ma carrière !Les vaccinations de routine ont leur part dans les maladies chroniques que nous voyons aujourd’hui chez les enfants. »


Ryan quelques heures après qu’il ait reçu son vaccin ROR (Rougeole, Oreillons, Rubéole)

Erin Williams – « En cette seule année, 120 enfants du Massachussets ont présenté de graves réactions aux vaccins : 47 recours aux urgences, 11 hospitalisations. Un enfant a passé 60 jours à l’hôpital avec de graves complications. Il a aussi eu un arrêt cardiaque. »




Les Etats des USA qui comptent le plus grand pourcentage de gens en bonne santé ont tous un système d'exemptions philosophiques qui permettent de se soustraire aux vaccinations.

http://www.initiativecitoyenne.be/article-temoignages-choquants-sur-les-effets-des-vaccins-118277771.html

Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 17:57
Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 17:51

BHL veut faire réécrire le Coran par un juif

Mercredi 29 Mai 2013 - 12:12 WORLD KISS DAY EN TUNISIE: on s'embrassera aussi à Tunis, le samedi 6 juillet
Samedi 25 Mai 2013 - 11:57 Biden: les leaders Juifs ont été à la tête du changement en faveur du mariage homosexuel (gay)

Voilà qui est clair, BHL, a le mérite d’être pour le coup honnête parlant de ce qu’il appelle lui-même l’oeuvre de sa vie, faire réécrire le Coran par un juif... En même temps cela ne reste que la continuation de l’oeuvre des siens, qui on réécrit la Bible, tué le Christianisme en pervertissant la société Chrétienne de jadis...

En réalité on se fout pas mal des petits caprices de BHL, ce qui est intéressant c’est d’entendre clairement les intentions de la clique juifiste parler ouvertement de leurs réelles intentions par la voix de BHL, vis-à-vis du monde musulman où l’on crée le chaos un peu partout (Libye, Syrie, Afghanistan, Irak etc.)...

L’auto-proclamé Imam de Drancy en est une démonstration claire de vouloir contrôler l’Islam par la ruse, en habillant certaines marionnettes telles que Chalghoumi, en Imam pour tenter d’orienter, tromper et falsifier l’Islam pour en faire non pas un Islam de France comme on peut l’entendre, mais, un Islam juif...

Les juifistes ont mis l’Eglise sous tutelle, la franc-maçonnerie juive sont les garant, les décideurs de l’Eglise (Vatican) les clefs sont entre leur main, ils veulent faire la même chose avec l’Islam...

Cessez de croire que BHL, qui est vu par une grande majorité de gens comme un farfelu et moqué comme c’est le cas pour François Hollande, que cela soit la réalitée, vous feriez plutôt bien de regardez les changements qui s’opèrent vous comprendriez mieux qui sont les réels imbéciles ?...

LA BETE SAUVAGE SE DECHAINE DE NOUVEAU CONTRE L’ISLAM !?

Vendredi 6 Juillet 2012

Le criminel de guerre et fervent partisan du Grand Israël, Bernard-Henri Lévy a déclaré qu’il souhaitait voir le Saint Coran réécrit et, de plus, par un juif.

L’information, qui est passée totalement inaperçue, a été diffusée par WikiBHL, un site dédié à ce chauvin partisan du sionisme. Bernard-Henri Lévy a fait cette déclaration à Marc Roussel, le photographe qui l’accompagnait dans ses sorties à travers le monde : « La grande œuvre de ma vie sera de faire réécrire le Coran par un juif », a-t-il lancé à son collaborateur.

Le photographe révèle que cette confidence lui a été faite à Kaboul, aux premières heures de la guerre lancée par les Américains contre les talibans. Bernard-Henri Lévy n’en est pas à sa première sottise du genre s’agissant de l’islam et des musulmans. Dans un film réalisé à El-Qods occupée, il a invité les musulmans à s’inspirer de sa religion, voire à se convertir carrément au judaïsme.

Ces dernières années, Lévy se montre particulièrement agressif contre la religion musulmane, alliant propagande anti-arabe et actions directes sur le terrain des opérations en Libye et en Syrie. Du statut controversé de philosophe - beaucoup d’universitaires lui renient cette qualité pour ses lacunes scientifiques -, Lévy le criminel est passé à celui de prosélyte et de partisan de la violence. En Libye, il a été pris en photo à Tripoli descendant le drapeau vert, après la chute du régime de Kadhafi, signe qu’il venait de gagner une guerre qu’il a lui-même planifiée et conduite.

En Syrie, il ne cesse d’appeler les dirigeants occidentaux à une escalade militaire jusqu’à aboutir à une guerre civile dans un pays où on compte déjà 16 000 morts.

http://m.reflexiondz.net/BHL-veut-f...

http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=3756

Repost 0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 14:06

http://www.alterinfo.net/Une-enquete-sur-le-mythe-fondateur-d-Israel-derange-la-BBC_a90157.html

Une enquête sur le mythe fondateur d’Israël dérange la BBC

  1. Israël - Le mythe de l’exil, par Stéphane Baillargeon.
  2. Les mythes fondateurs de la politique israélienne, thèse du Dr Roger Garraudy. (voir également internet.)

La bible judéo-chrétienne, est divisée en deux testaments : l’Ancien testament ( bible juive) contient 39 livres, et le Nouveau Testament ( bible chrétienne) contient 27 livres.IL y a cependant une observation : pour reconnaitre la bible des chrétiens protestants et la bible des chrétiens catholiques. La différence se trouve dans le nombre des livres de l’ancien testament. Les chrétiens protestants reconnaissent 27 livres bible chrétienne, et 39 livre bible juive = 66 livres. Une bible qui a 66 livres est donc, une bible protestante. En revanche, les catholiques, reconnaissent 27 livres bible chrétienne et 46 livres, au lieu de 39 livres de la bible juive= 73 livres. Les catholiques, veulent prouver qu’ils plus juifs que les juifs. ?
Ni la bible juive, ni la bible chrétienne, ne sont les paroles de Dieu. Les 73 livres sont une compilation d’une œuvre fabriquée par des hommes anonymes, des narrateurs, des fabulateurs, des menteurs, faussaires, falsificateurs, fraudeurs et manipulateurs, qui attribuent à Dieu, les mensonges blasphématoires, et ils impliquent les prophètes, qui n’ont jamais écrits ces livres imaginaires. Dieu ne pardonne jamais aux menteurs qui fraudent et dénature la vérité divine. Malheurs à vous alliés de Satan, les incrédules, impies et coupables de crimes et de génocides sur les peuples innocents sans défenses. Kse
l.

À voir le vendredi 29 mars –
Israël - Le mythe de l’exil, par Stéphane Baillargeon.
23 mars 2013 |

Stéphane Baillargeon |

Télévision
Zone doc
L’exil
Radio-Canada, 22h35
Les Juifs, installés autour de Jérusalem il y a des milliers d’années, ont essaimé en Afrique du Nord, en Europe, en fait partout dans le monde. Mais pourquoi et comment? Ce documentaire en deux volets utilise de multiples sources, et en particulier l’archéologie, pour faire le point sur ce que l’on sait maintenant de cette fabuleuse histoire. Le résultat, franchement captivant, se regarde un peu comme une enquête policière à l’échelle des siècles et des continents.

Le premier épisode s’intéresse à la construction du mythe constitué notamment par Flavius Josèphe, Juif romanisé, voulant que les siens aient résisté à l’envahisseur romain, jusqu’à la destruction finale du temple de Jérusalem. Les archéologues montrent une situation plus complexe, avec des régions comme la Galilée, divisée entre les rebelles et les collaborateurs, pourrait-on dire. Un judaïsme incite à la résistance. Un autre prône la coexistence. Dans la ville juive de Tsipori, les fouilles mettent au jour un temple païen, un théâtre, des fresques de dieux aux visages humains.

La légende de la destruction totale s’amplifie avec Massada, lieu de la dernière bataille à la suite de la destruction du temple. Encore aujourd’hui, les visiteurs et les guides répètent le récit de la résistance jusqu’à l’ultime sacrifice, suivi par l’exil des malheureux survivants. Là encore, les preuves déterrées ne correspondent pas à cette théorie. L’archéologie montre plutôt que les Juifs sont restés dans la région, où ils ont de nouveau prospéré.

En fait, ce documentaire devient d’autant plus intéressant qu’il fait état de la manipulation ou de la politisation de la discipline archéologique dans un sens ou dans l’autre. Le professeur Yadin, héros de la guerre d’indépendance, partit à la recherche de traces de la révolte de Bar Kokhba, au Ier siècle. Les preuves accumulées ont servi à établir la légitimité de la nouvelle occupation juive du territoire.

Yigael Yadin, archéologue national, a finalement proposé que l’exil a commencé avec la perte de la souveraineté juive sur le territoire et s’est terminé avec l’établissement de l’État moderne.

Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 21:23

Le nouvel accord US-Israël sur les armes est une menace pour la paix


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 26 Avril 2013 - 12:12 Le fantoche Maliki met ses menaces à exécution


Un nouveau contrat d'armement important entre les Etats-Unis et Israël va renforcer la capacité de l'Etat hébreu à frapper l'Iran, même sans implication étatsunienne opérationnelle directe. Le "package", d'un montant de plusieurs milliards de dollars, comprend des missiles anti-radar conçus pour trouver et détruire les systèmes de défense anti-aérienne ennemis, de nouveaux radars sophistiqués pour les avions de chasse, des avions ravitailleurs KC135 et des appareils de transport à rotors basculants Osprey V-22. Le contrat n'inclura cependant pas de bombes anti-bunker guidées par laser, d'après le New York Times.


Khaled Amayreh
Dimanche 28 Avril 2013

Le nouvel accord US-Israël sur les armes est une menace pour la paix
L'accord a été annoncé cette semaine, pendant la visite en Israël du secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel. Ce dernier a rassuré les responsables israéliens sur l'engagement traditionnel des Etats-Unis pour la sécurité d'Israël et le maintien de sa suprématie militaire sur tous ses voisins.

Israël peut utiliser les pétroliers KC135 pour des opérations à longue portée contre l'Iran. La vente des V-22 inaugurerait également le départ de l'avion des Etats-Unis. L'accord sera mis en oeuvre dans plusieurs mois.

Cherchant à apaiser ses hôtes israéliens, Hagel a dit que le maintien de la supériorité militaire israélienne était une priorité pour l'administration Obama. "Le Président Obama a fait une priorité non seulement du maintien mais de l'amélioration de l'avantage miliraire d'Israël," a-t-il dit.

Hagel a réitéré des déclarations antérieures concernant l'Iran, disant que toutes les options pour traiter avec ce pays étaient sur la table. Le responsable étatsunien a également dit que son pays continuerait à aider Israël à développer son système de défense anti-missile Dôme d'Acier.

Selon des rapports des services du renseignement publiés par les médias israéliens, les performances du Dôme d'Acier ont été "bien pire que prévu" pendant la guerre de novembre dernier entre le Hamas et Israël. Des fonctionnaires israéliens ont affirmé alors que le coûteux système de défense avait eu un taux de succès de 80%, une affirmation fortement contestée par les médias hébreux.

Le fait que les Etats-Unis continuent de financer la recherche relative au système anti-missile suscite des articles sur ses piètres performances.

Il est prévu que l'accroissement militaire renforce les arguments de ceux, en Israël, qui préconisent de frapper unilatéralement les installations nucléaires de l'Iran, c'est-à-dire sans coopération ni coordination avec les Etats-Unis.

Après les pourparlers avec Hagel, Moshe Yaalon, ministre israélien de la Guerre a déclaré : "D'une manière ou d'une autre, le programme nucléaire de l'Iran sera interrompu".

Yaalon est un habitué de la guerre, étant donné son rôle dans le meurtre et la mutilation de milliers de civils palestiniens lorsqu'il était Chef d'Etat-Major de l'armée israélienne au milieu des années 1950.

La visite d'Hagel à Israël est la première étape d'une tournée qui l'amènera aussi en Egypte, en Arabie saoudite et dans les Emirats arabes unis. L'Arabie saoudite et les Emirats signeront eux aussi un contrat d'armement avec Washington, qui a toujours cherché à attiser les contradictions arabo-iraniennes au détriment du conflit arabo-israélien.

Selon des sources israéliennes informées, les armes que ces deux pays achèteront à Washington seront d'une qualité inférieure à celles vendues à Israël. De plus, Washington veillera à ce que les deux pays n'essaient pas de les transférer à un tiers, en particulier à un pays hostile à Israël.

Photo
Chuck Hagel accueillit à l'aéroport international de Riyadh par le vice-ministre de la Défense d'Arabie Saoudite, le Prince Fahd bin Abdullah, le 23 avril 2013 (Photo Jim Watson)

 
Une alliance à part entière contre l'Iran

On ne sait pas si l'alliance américano-israélienne si bien affichée contre l'Iran, ira jusqu'à son terme en lançant une attaque israélienne ou américano-israélienne contre les installations nucléaires iraniennes.

Certains commentateurs en Israël soutiennent que les réticences américaines à fournir à l’État hébreu des armes plus stratégiques, comme les bombes anti-bunker, peuvent indiquer que les États-Unis tentent de brider Israël et de convaincre Tel Aviv de donner aux manœuvres diplomatiques une chance de réussir.

Cependant, l'un des objectifs principaux - sinon le principal objectif - de l'actuel gouvernement israélien est « de neutraliser le danger iranien ».

Israël, qui possède un très vaste arsenal d'armes nucléaires, avec leurs systèmes de lancement, n'est pas confronté à une véritable menace existentielle venant de l'Iran. Cela signifie en fait que le langage excessif et souvent phobique utilisé par les officiels et dirigeants israéliens pour mettre en évidence un « danger iranien », vise essentiellement à maintenir la suprématie militaire et l'hégémonie de l’État sioniste dans la région.

En outre, il est largement admis que si l'Iran possédait un jour des armes nucléaires, cela déclencherait une course aux armements nucléaires impliquant des pays comme l'Arabie saoudite et l’Égypte. Un responsable saoudien a été cité comme disant dans une interview à la presse, il y a quelques mois, que « si l'Iran a la bombe, nous en obtiendrons quelques semaines plus tard. »

Ainsi, si ce scénario cauchemardesque devenait réalité, Israël serait alors face non pas à un Iran mais à plusieurs, et la possession d'une dissuasion nucléaire par plusieurs pays du Moyen-Orient changerait les règles du jeu dans la région, au détriment d'Israël.

Plus tôt ce mois-ci, l'ancien chef du renseignement militaire israélien, Amos Yadlin, a déclaré que si une attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes ne faisait que retarder la capacité nucléaire de l'Iran, « ce délai pourrait être important car nous pourrions assister à un changement de régime. »

Yadlin a ajouté : « Israël a défini ce qui sonnait pour nous l'alarme, ce qui était la ligne rouge. Et l'Iran y est déjà. »

Néanmoins, la plupart des observateurs et des experts doutent qu'un changement de régime en Iran conduirait à un diminution et encore moins à une disparition du programme nucléaire du pays. D'autres experts affirment que le programme nucléaire de l'Iran a déjà atteint le point de non retour.

Un dernier point : il est très probable que le nouveau contrat d'armement rendra Israël encore plus intransigeant sur la question palestinienne.

La semaine dernière, le secrétaire d’État américain John Kerry a averti que la solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien serait morte dans les deux années à venir si des mesures n'étaient pas prises dès maintenant.

« Je crois que la fenêtre de la solution à deux États est en train de se fermer, » a déclaré Kerry à la commission des affaires étrangères de la Chambre des Représentants. « Je pense que nous avons encore une certaine période devant nous, un an, un an et demi. Ou deux ans. Ou alors c'est fini. »

L'expérience a prouvé que le renforcement de l'armée israélienne au détriment des pays arabes et musulmans de la région, rendait Israël encore plus intransigeant et beaucoup moins enclin à vouloir la paix.


Traduction : CZ pour Info-Palestine.net et MR pour ISM-France.

Source : Al Ahram

 

http://www.alterinfo.net/Le-nouvel-accord-US-Israel-sur-les-armes-est-une-menace-pour-la-paix_a89744.html

Repost 0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 12:07

Le vrai antisémitisme



Avic
Mardi 9 Avril 2013

Le vrai antisémitisme
Le monde est aujourd’hui gouverné selon un seul critère : être ou ne pas être… antisémite. Tout dans les comportements et les aspirations humaines est désormais lu à travers ce concept. Progressivement, au fil des années, tous les sentiments humains se sont vus analysés à la lumière de ce critère. N’est pas antisémite ce qui, après un examen approfondi, a échoué à être caractérisé d’antisémite. Il y a eu captation, non seulement des actions humaines, mais aussi de la pensée et des émotions humaines au profit d’un système de pensée manichéen beaucoup plus facile à gérer.

L’antisémitisme, tel qu’il nous est présenté aujourd’hui, est un fourre-tout que l’on ne cherche même plus à examiner, tenant pour acquis que l’on en connait le contenu. Chercher à mettre son nez dans ce contenu peut lui-même être suspect. Suspect, cela veut dire que l’on peut être mis en cause et accusé d’un délit ou un méfait. Tout le problème est là. Aujourd’hui, l’antisémitisme se résume en un mot : tribunal. Ce qui semble être une dérive sociétale n’en est pas une. C’est quelque chose de voulu, et pas par ceux qu’on croit. Cela nous amène à nous poser un certain nombre de questions, essentiellement les trois classiques : qui, pourquoi, comment. En répondant au comment, c’est-à-dire comment est utilisé l’antisémitisme, on arrive aisément à répondre aux deux autres.

L’antisémitisme dont on parle aujourd’hui a des références historiques essentiellement européennes et russes. Elle ne concerne pas les autres parties du monde, même si des tentatives sont faites pour inclure des pays arabes dans ces références. La raison en est fort simple : on ne peut pas haïr un peuple que l’on ne connait pas. Pour les africains francophones, par exemple, un français est un français. Il ne distinguera pas un breton d’un auvergnat ou un protestant d’un catholique. Il en est de même pour les Chinois, les Japonais ou les Indous. L’antisémitisme ne pouvait donc se définir que dans les pays où il y avait des populations de confession juive. Il nous est présenté comme un sentiment général de rejet ou de haine envers ces populations juives. Cette haine, existe-t-elle aujourd’hui en France ou en Occident en général, comme semblent le sous-entendre certaines associations ? Pour mesurer la mise à l’écart d’une minorité, ou l’oppression dont elle est victime, le meilleur moyen est de regarder la composition de son gouvernement pour voir si le pourcentage de sa représentation correspond à sa population. Ensuite on peut vérifier si le nombre de postes administratifs attribués à cette minorité est en rapport avec ce qu’il représente quantitativement.. Dans le secteur privé, pour se rendre compte d’une discrimination, il suffit de comparer les chiffres des personnes en vue dans la société. Selon ces critères on peut constater aux Etats-Unis par exemple, une réelle discrimination des Noirs et des Hispaniques. En France la discrimination concernerait, dans ce cas, les noirs et les magrébins. Mais selon ces critères, il n’y a aucune discrimination vis-à-vis des juifs, ni aux Etats-Unis, ni dans aucun pays d’Europe. On ne peut penser qu’un peuple en hait un autre sans manifester aucune discrimination.

Si l’antisémitisme c’est la discrimination, la ségrégation, le rejet ou la haine des juifs, alors il n’y a pas d’antisémitisme en Occident. Ce serait même le contraire. Ce qu’il y a, en revanche, c’est le clanisme, sentiment commun à toute l’humanité. Le clanisme n’est pas le rejet de l’autre, mais un sentiment de solidarité envers un groupe. Il peut se manifester à l’échelon de la famille, de la cité, de la région ou du pays. Il peut aussi se créer à partir de critères de sentiment d’appartenance à un groupe se reconnaissant des points communs. Même si la race peut être un de ces critères, ce n’en est qu’un parmi des milliers d’autres. Un des exemples les plus spectaculaires du clanisme se retrouve chez les supporters des clubs sportifs. Le sentiment qui les domine est plus l’adhésion à leur club que la haine des autres, même si, lors de matchs, il peut y avoir des manifestations hostiles. Peut-on parler de haine contre les anglais lors d’un match France-Angleterre au cours duquel on entendrait des insultes? Y a-t-il haine entre Marseille et Paris quand ces deux villes se rencontrent pour en découdre au stade de France ? Non, bien sûr. Et on dira, ce n’est pas la même chose ; on ne peut pas comparer. Si, comparons encore. Que va-t-on dire pour un match Israël-France dans lequel on entendrait les mêmes insultes ? Ces insultes seront automatiquement classées on sait comment.

Le classement différentiel. C’est exactement la base de que l’on veut universaliser comme valeur à l’humanité toute entière. Objectivement, cela semble bénéficier, à première vue, à une minorité, au détriment de l’ensemble des habitants de cette planète. Et souvent on s’arrête là pour fustiger la minorité en question pour l’accuser de tout. C’est même l’essentiel de ce que l’on appelle actuellement l’antisémitisme. Mais si l’on va plus loin, les choses se présentent autrement. Qu’est-ce qui est important ? Le petit nombre de pseudo bénéficiaires ou l’exploitation du reste de l’humanité ? La réponse est évidente, encore faut-il se poser la question. Ce qui domine, c’est bien l’exploitation du grand nombre. Qu’il y ait quelques bénéficiaires, au passage, ce n’est là qu’un aspect tactique pour parvenir à la gestion et à l’exploitation des humains. Tout au long de l’Histoire, on a vu comment l’antagonisme entre les peuples a toujours été utilisé pour asservir ces peuples. Il serait donc erroné de croire que les bénéficiaires intermédiaires de ce système en soient les organisateurs. Ils sont un outil que le passé européen a fourni aux véritables gestionnaires du système dans lequel le concept de l’antisémitisme joue un rôle clé.

Ce système il a fallu le bâtir, avec méthode. Il s’est construit en deux étapes. La première consiste à créer ou gérer un clan minoritaire.

- Prendre une petite minorité et concentrer toutes les phobies créées par les soubresauts sociaux sur cette minorité. Cela est d’autant plus facile que cette minorité est souvent composée d’immigrés récents ou anciens.

- Inciter cette minorité à prendre acte de cette stigmatisation et la pousser de plus en plus à adopter un esprit communautaire, attitude d’autodéfense tout à fait compréhensible. Pour faciliter l’esprit communautaire, on restructure l’Histoire dans le sens souhaité. On ira même jusqu’à historiser Dieu pour renforcer la communautarisation, et toujours autour de l’idée de persécution permanente. Ainsi l’histoire des grands juifs qui ont façonné l’Occident passera presque à la trappe dans un premier temps, au profit d’une histoire de malheurs, de pogroms, de stigmatisation et de haine. Le malheur a toujours été le meilleur ciment pour assurer la cohésion entre individus dans un groupe humain.

- Ayant des visées universelles, avoir sous la main une minorité universelle, présente dans tous les pays, est une aubaine. Dans un Occident troublé, il est ainsi facile de ramener chaque évènement historique à l’échelle de la vision communautaire, renforçant encore plus la cohésion.

Une fois la communauté bien soudée, avec une histoire commune en dépit de la vérité historique (un maghrébin n’a jamais eu d’histoire commune avec un moldave) et un long passé commun de persécution, il en découle forcément une certaine soif commune de justice et de réparation. C’est logique. Il reste à faire admettre cette logique aux autres. C’est le travail de la seconde étape.

De tout temps, la lutte des opprimés et des déshérités a été considérée comme juste et noble. On ne peut s’y opposer sauf à paraître égoïste ou inhumain. Le tout est que ceux qui luttent soient vraiment des opprimés. Eux, y croient fermement, tout ayant été fait pour cela. Pour les autres, l’histoire récente de l’Europe est là pour servir de jalons à un certain nombre de principes. L’exploitation qui en est faite a conduit, non seulement à renforcer les revendications de la minorité en question, mais aussi à culpabiliser tous les européens, car tous les pays y ont été, d’une manière ou d’une autre impliqués. Partant de là, tout citoyen européen est tenu de reconnaître la responsabilité des siens. Ce qu’on a fait avec la communauté juive, on tente de le refaire avec le reste des européens, en les obligeant à se regrouper en une communauté centrée sur la responsabilité d’actes communs. Communauté contre communauté, artificielles toutes deux. D’un côté, des gens qui luttent pour une libération (laquelle ?), et de l’autre des oppresseurs dont aucun, pris individuellement, n’a jamais oppressé personne. Mais tous ont fini par accepter, dur comme fer, qu’il y a des oppresseurs et des oppressés. Comment prendre cette affirmation que m’a faite un jour une personne haut placée « je n’ai jamais subi de ségrégation mais tout le monde sait que les gens nous haïssent » ? On peut aussi entendre « je n’ai jamais rien fait contre les juifs, mais ce sont les autres ». Deux expressions que l’on entend souvent : « tout le monde sait » et « les autres ». C’est commode.

La vérité est déconnectée de la réalité, mais peu importe, pourvu qu’elle soit reconnue comme vérité. Cela permet d’assoir les bases d’une législation permettant de gérer les comportements par rapport à cette vérité. Des lois sont créées, entérinant la division de la société humaine en deux communautés distinctes. Normalement, dans une démocratie, le respect des lois est assuré par l’état avec l’appareil judiciaire et les forces de l’ordre. Ici, ça ne suffit pas. On crée des polices parallèles sous forme d’associations qui se transforment en véritables gendarmes, d’abord censés défendre les minorités, puis devenant les véritables gardiens du bien contre le mal. Bien que s’appuyant sur les lois républicaines, ces associations se comportent comme si elles étaient les dépositaires de certaines de ces lois, poussant le législateur toujours plus loin dans la ségrégation jusqu’à légiférer sur des mots spécifiques. Si, au début elles ont pu apparaître comme des organismes de défense des minorités, aujourd’hui elles se montrent clairement comme des organes de décision, structurés et hiérarchisés autour du pouvoir, et confiés à quelques représentants de ces minorités pour continuer le bluff.

On ne change pas une méthode qui a fait ses preuves. Ce qui a marché avec un peuple sémite, peut marcher avec un autre peuple sémite. Il s’agit de refaire avec les arabes ce qu’on a déjà fait avec les juifs, c’est-à-dire les stigmatiser au sein de la population occidentale. Un communautarisme créé à partir du rejet d’une communauté par une autre formée par le reste de la population (incluant les juifs cette fois), le but étant, comme toujours, de se servir des uns pour manipuler les autres et inversement, en vue d’une meilleure gestion de la population elle-même, car c’est elle la cible. Là est le véritable antisémitisme. L’utilisation de la minorité juive et de la minorité arabe, n’hésitant pas parfois à sacrifier l’une et l’autre, à des fins de gestion du monde. On retrouve le sens étymologique du mot.

Qui sont ceux qui se trouvent derrière tout ça ? On sait déjà qui ils ne sont pas. Contrairement à ce que l’on veut faire croire, ce ne sont pas les juifs. Les minorités juives, arabes et immigrés de toute origine ne sont que des instruments. Ce ne sont pas non plus les gouvernants, ni les associations, aussi influentes soient-elles. Ce ne sont que des relais. On parle beaucoup de sionisme. Pour ma part, je verrai le sionisme comme un élément ayant servi à construire et à consolider la première phase qui, en toute logique, devait aboutir à la création d’un état pour abriter cette communauté que l’on a voulu persécutée de partout, quitte à la terroriser par des attentats dans ses pays d’origine pour l’ inciter à émigrer dans l’état créé pour elle. Ici encore on s’arrange avec la vérité. Il existe plus de juifs dans les pays « persécuteurs » que dans cet état sensé les protéger de la persécution. La logique du sionisme continue du seul fait que ses conséquences sont encore là. Mais ce n’est qu’une partie, même si, faute de mieux, le mot est commode pour désigner quelque chose dont tout le monde sait qu’il dépasse largement la signification première du mot. On sait par exemple que les sionistes n’ayant rien à voir avec le judaïsme ou Israël sont beaucoup plus nombreux que les sionistes de confession juive. On sait aussi que le mot sionisme n’a aucun sens à un certain niveau quand des intérêts majeurs entrent en ligne de compte. Ils peuvent s’entre-dévorer sans pitié comme ils le feraient pour n’importe qui. Le cas de Strauss Kahn en est un exemple.

A la lumière de ce qui se passe aujourd’hui, on voit que tous les néoconservateurs de la terre, américains, européens, arabes, mènent le même combat. Les autres pays aussi sont aspirés dans ce combat, en victimes ou en acteurs. Combat pour l’argent ? Pour la puissance ? Personne dans ce petit monde ne semble vraiment le savoir. On ne retient de leurs discours que le mot « intérêts ». Il est la base de tout ce qu’ils font. Quand on parle d’intérêts, on peut être sûr d’une chose ; ceux qui détiennent la plus grosse part des richesses du globe sont justement ceux que les intérêts de ces actions concernent le plus. Quand on sait que pour ceux-là une vie humaine, qu’elle soit juive ou non, ne se mesure qu’en terme de rentabilité, il y a des pas qu’on peut être tenté de franchir pour les rattacher à la vraie cause du problème.

Avic

http://avicennesy.wordpress.com/

http://www.alterinfo.net/Le-vrai-antisemitisme_a88921.html

Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 14:05

http://www.alterinfo.net/Le-role-demasque-du-sionisme_a88532.htmllink

=====================================================================

Le rôle démasqué du sionisme



Nazim Rochd
Dimanche 31 Mars 2013

Le rôle démasqué du sionisme
Il se trouvera bien un jour la lucidité qui fera la lumière sur une incongruité qui désarçonne les cerveaux les plus assis. La première puissance mondiale, le summum de la force, serait menée par la minuscule entité sioniste. Rien ne se ferait dans le monde, sans la main de Tel-Aviv et du lobby qui lui assure son influence au sein du centre de la décision mondiale. Le Congrès des Etats-Unis, la Maison-Blanche et son locataire seraient des marionnettes agitées par les habiles doigts de l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) et de ce qui lui ressemble en manipulations. Rien ne vient contredire ce constat, tant la servilité du gouvernement étatsunien n'a jamais contrevenu à l'impunité qu'elle devait assurer aux criminels qui sévissent contre le peuple palestinien et sporadiquement contre le peuple libanais. La conviction est profondément ancrée dans les esprits les plus critiques. Il ne tiendrait qu'à un changement d'attitude de Washington pour que le droit reprenne sa place. Il suffirait que Barack Obama, par exemple, vu que c'est lui le chef du moment, décide de faire valoir la justice en Palestine pour que tout se mette en place en faveur d'un rappel à l'ordre des sionistes et de leur disqualification au rang de criminels. En fait, la réalité est, pourtant, moins confortable que ce schéma qui en est fait et qui dédouane les Etats-Unis, en dernière instance, de leur responsabilité pleine et entière dans la tragédie qui perdure au Moyen-Orient. Car, si l’on remet en question l’opinion dominante, la situation paraît plus prosaïque qu’elle ne se présente à première vue. Il suffit, une fois les ruptures faites avec la théorie de la toute puissance du lobby juif, de chercher le véritable moteur de la stratégie étatsunienne dans la région.
Wall-Street et ses démembrements internationaux, éliminés du champ de réflexion proposé, ne peuvent objectivement pas ne pas peser dans la gestion des affaires qui affectent la planète et, pour ce qui nous concerne ici, dans la politique hostile aux résolutions onusiennes et négatrice des droits humains les plus criards, au profit de la «sécurité» d’une barbarie qui ne cache rien de ses exactions quotidiennes, ni de son inhumanité. Wall-Street serait, par trop, ingénue et naïve, qui n’interviendrait pas au cœur d’enjeux vitaux pour ses intérêts. Toute la problématique se dévoile dans une éclatante évidence. La mise en avant de la «juiverie mondiale» sert de masque éhonté à une démarche des plus sordides, que la «grande démocratie», le bastion de la «liberté», ne peut idéologiquement assumer. Israël, bouc-émissaire des prêtres du grand capital, est chargé à l’infini de l’opprobre de l’humanité. Les Etats-Unis, eux, se présentent à la morale universelle comme les victimes du diabolique pouvoir tentaculaire du sionisme. Le sionisme qui, en retour, capitalise une réputation qui ne tient qu’à la généreuse promotion qui en fait l’incarnation du complot. Jusqu’ici, pour une bonne part, ils s’en sortent saufs. Cela durera tant que ne seront pas démasqués la duplicité et le statut de comparses des sionistes.

http://www.lejourdalgerie.com/Editions/300313/une/Lejour.htm http://www.lejourdalgerie.com/Editions/300313/une/Lejour.htm


Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 15:16

Cheikh Imran Hosein: «Le wahhabisme saoudien est au service d'Israël»

Dans les conférences que vous donnez à travers le monde, vous focalisez sur les prédictions contenues dans le Saint Coran relatives à plusieurs aspects de la vie. Pourriez-vous nous citer quelques exemples ?

J’ai utilisé la méthodologie qui nous a été enseignée par Le Tout-Puissant au début du Coran. Dieu n’est pas déficient dans l’usage de la langue ; quand Il dit fasajadoû i’lâ Iblîs (Alors ils se prosternèrent sauf Iblis) – trois mots seulement –, cela signifie que la phrase a été délibérément construite comme cela. Si nous prenons ce verset à part, si nous utilisons cette méthodologie paresseuse et défectueuse, nous ne pouvons pas échapper à la conclusion qu’Iblis était un ange. Aussi, la phrase est-elle construite dans le Coran de cette manière pour nous apprendre les règles de l’exégèse (usûl a’atfsîr). Quand nous utilisons la méthodologie correcte qui consiste à collecter toutes les données pertinentes de la totalité du texte coranique et, ensuite, organisons ces données en tant qu’un tout harmonieux, alors nous comprendrons que les anges ne sont pas libres de leurs actes. Les anges ne peuvent pas dire non quand ils reçoivent un ordre. Quand on demande quelque chose à son conjoint et que celui-ci refuse, cela veut dire que ce n’est pas un ange. Wa yaf’âlûna mâ yu’marûn. Si Dieu ordonne à Ses anges et que l’un d’entre eux désobéit, il n’a donc pas pu être un ange. Dans la sourate d’Al Kahf (La caverne), nous trouvons ceci : Wa kâna min al-Jin’ (Qui était du nombre des djinns). Une profonde leçon de méthodologie nous est apprise dans ce simple verset du Coran, à savoir que nous devons prendre le Coran en tant que texte entier ; prendre toutes les données qui ont trait à un sujet particulier et les relier pour obtenir un tout harmonieux. Law kâna min ‘îndi ghayri Allah lawajadû fîhi ikhtilâfen kathîrâ. Nous devons nous rappeler que le Coran est cohérent avec lui-même. Il n’y a pas d’inconstance dans le Coran. De ce fait, et puisque le Prophète (QSSL) a été envoyé (à l’humanité) pour enseigner le Coran, il s’en suit qu’il ne peut (non plus) y avoir d’incohérence entre le Coran et le hadith. Donc, notre méthodologie consiste à prendre la totalité des données du Coran et de les appuyer par le hadith qui est en parfaite harmonie avec la Parole d’Allah. Par conséquent, nous pouvons rejeter tel ou tel hadith s’il ne concorde pas avec le Coran.
En adoptant cette méthodologie, j’ai eu à comprendre la signification du verset dans la sourate de «Yûnus» (Jonas), qui nous informe que lorsque Pharaon coulait, Allah retira le voile de ses yeux et il reconnut alors qu’il n’était pas un dieu. Avant cela, il déclarait : «Ana ra’bukum al a’âlâ» (je suis votre dieu suprême). Une fois sous l’eau, il déclara sa foi en le Dieu unique des Israélites. Ce à quoi Allah Le Très Haut répondit en ces termes : «Al âna wa qad âssayta qabl wa kounta min al moufsidîn fal yaouma nouna’jîka bibadanik litakoûna liman khalfaka âya wa in’â kathîran min a’nâssi â’n âyâtina la ghâfiloûn» (Maintenant ? Alors qu’auparavant tu as désobéi et que tu as été du nombre des corrupteurs. Nous allons aujourd’hui épargner ton corps, afin que tu deviennes un signe à tes successeurs. Cependant, beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à Nos signes avertisseurs). Son corps fut préservé par le Livre divin et il sera découvert en 1897. Je pose deux questions : qu’est-ce que la âya ? (litakoûna liman khalfaka âya) ; qui sont ces successeurs (liman khalfaka) ? Dans la confrontation entre le vrai et le faux, entre Pharaon et Moussa (QSSL), une partie était puissante, arrogante, suréquipée en armes ultramodernes (pour l’époque, ndlr), etc., tandis que l’autre n’avait pas d’armes, était peu nombreuse, mais détenait la vérité. Cette confrontation a abouti à l’intervention divine dans laquelle les eaux de la mer Rouge se séparèrent et cette intervention divine a conduit au triomphe de la Vérité. Le mot âya signifie que, dans âkhirou a’zamân, le corps de Pharaon sera découvert et que le monde sera le témoin de la représentation de cet affrontement épique entre la Vérité et le mensonge. C’est ce que nous voyons maintenant, d’où une (future) intervention divine dans cette confrontation comme ce fut le cas dans la précédente. Cette intervention divine coïncidera avec le retour du prophète Aïssa (QSSL). Quand ce dernier retournera sur Terre, le monde verra la victoire finale de la Vérité sur la tromperie et le mensonge, et de la justice sur l’oppression. Qui sont li man khalfaka ? Réponse : les sionistes. De la même façon que Pharaon mourut et eut à déclarer sa foi en la Vérité avant de rendre l’âme – sans qu’il eût été secouru donc –, les sionistes devront accepter l’islam quand le prophète Aïssa (QSSL) retournera sur Terre. Mais cela ne leur sera d’aucun secours. Je leur ai dit cela à New York. Je suis parti dans une synagogue et j’ai animé une conférence devant 200 juifs. Je le leur ai dit. Ils m’ont entouré après la conférence et m’ont demandé : «Pourquoi serions-nous obligés d’accepter ce que nous avons rejeté ?» Ma réponse fut qu’Allah retirera le voile de leurs yeux. Ce verset coranique revêt une importance centrale pour la compréhension de la politique, de l’économie, du système monétaire… (Je disais donc que) le corps de Pharaon avait été découvert en 1897. Le mouvement sioniste a été fondé la même année. En 1907, la Grande-Bretagne et la France mirent les pièces de l’échiquier en place en faisant alliance avec la Russie, laquelle alliance scella le sort de son allié, l’Empire ottoman. La Première Guerre mondiale commença en 1914. Le Traité de Balfour fut signé en 1917. Durant cette même année, Jérusalem tomba aux mains des Croisés britanniques. De 1918 à 1948, la Grande-Bretagne demeura la puissance mandatée sur la Terre sainte, jusqu’à ce qu’elle cédât ce mandat à l’Etat sioniste d’Israël nouvellement créé, en 1948. Depuis la date de la découverte du corps de Pharaon, tout est en train de se mettre en place. Où sommes-nous maintenant dans ce compte à rebours jusqu’au retour du prophète Aïssa (QSSL) ? Ceci est le compte à rebours de la fin du temps (âkhirou a’zamân). Mais les penseurs musulmans négligent ce sujet.
Je vais vous donner un exemple de verset du Coran qui est directement lié à la fin du temps, sourate Al-mâ’ida (La table servie) : Yâ a’youha al’adhîna âmanou lâ ta’takhidhoû al yahoâda wa’nassâra awliyâ’a (Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens). Le Coran a-t-il interdit l’amitié et l’alliance avec tous les juifs et tous les chrétiens ? C’est impossible. Pourquoi ? Wa latajida’na aqrabahoum mawa’daten lil’adhîna âmanoû wa’ladhîna qâloû i’nâ nassârâ (Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : «Nous sommes chrétiens»). Ainsi, l’interdiction ne peut pas concerner tous les juifs et tous les chrétiens. Dans ce cas, avec quels juifs et quels chrétiens l’amitié et l’alliance sont-elles interdites pour les musulmans ? La réponse se trouve dans les mots qui suivent dans le verset : Baâdhouhoum awliyâ’ou baâdh (Ils sont les alliés les uns des autres). Le Coran a donc anticipé l’émergence d’une alliance judéo-chrétienne. Quand le monde vivra une réconciliation, une amitié et une alliance entre les chrétiens et les juifs, c’est avec ces chrétiens et ces juifs qu’il est fait interdiction aux musulmans de garder des liens d’amitié et de conclure des alliances. Cette alliance judéo-chrétienne est déjà apparue dans le monde. C’est l’alliance sioniste judéo-chrétienne européenne. L’Empire ottoman avait constamment entretenu des relations amicales avec eux (les judéo-chrétiens, ndlr) et ils furent souvent ses alliés. Les Wahhabites saoudiens et la république de Turquie – qui a remplacé les Ottomans – ont fait de même. Si vous vous tournez vers eux pour (construire) une amitié et (sceller) une alliance – je ne pense pas que l’Algérie ferait cela –, vous serez des leurs et non pas des nôtres. C’est ce qu’ils ont fait en Libye avec l’Otan. Alors, je leur dis : «Je ne veux pas voir vos figures ! Je ne veux pas entendre vos voix ! Vous n’êtes plus mes frères ; vous êtes des leurs désormais. Vous êtes plus des nôtres, à moins que vous déclariez la tawba (le repentir).» Un autre verset du Coran explique (ce qui se passe dans) le monde aujourd’hui. Sourate Al-Anbi’yâ’ (Les prophètes) : Wa harâmoun ‘âlâ qaryatin ahlaknâha a’nahoum lâ yarji’oûn (c.-à-d. ahlou al qarya) ha’tâ idhâ foutihat ya’djoudj wa ma’djoudj wa houm min kou’li hadabin yanziloûn (Il est défendu aux habitants d’une cité que Nous avons fait périr de revenir à la vie d’ici-bas jusqu’à ce que soient relâchés les Yâjûj et les Mâjûj et qu’ils se précipiteront de chaque hauteur). Quelle qarya (cité) ? Il est facile pour vous de dire (qu’il s’agit de) Jérusalem. Tellement d’événements se sont produits qu’il devient facile de comprendre que le mot qarya renvoie à Jérusalem et que ceux qui ramènent les Israéliens à la Terre sainte pour s’en proclamer propriétaires sont Gog et Magog. Les juifs sont de retour à la Terre sainte aujourd’hui et un Etat d’Israël a été réinstauré sur cette Terre sainte. Israël est en train de remplacer les Etats-Unis en tant que prochain pays régnant sur le monde. De la même façon que la Pax Americana a remplacé la Pax Britannica, les sionistes planifient la Pax Judaica pour remplacer (à son tour) la Pax Americana. J’ai expliqué cela dans mon livre Jérusalem dans le Coran, il y a une dizaine d’années. Les penseurs musulmans n’utilisent pas ce verset du Coran. Ils refusent d’admettre que (le mot) qarya est une référence à Jérusalem. Il existe de nombreux autres versets dans le Coran relatifs à âkhir a’zamân et qui nous aident à comprendre le monde aujourd’hui. Il est grand temps pour les savants musulmans de retourner au Coran pour comprendre le monde aujourd’hui.

http://www.algeriepatriotique.com/article/cheikh-imran-hosein-algeriepatriotique-le-wahhabisme-saoudien-est-au-service-disrael-v http://www.algeriepatriotique.com/article/cheikh-imran-hosein-algeriepatriotique-le-wahhabisme-saoudien-est-au-service-disrael-v

Repost 0

Pages