Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 16:43

http://www.alterinfo.net/RESEAUX-JUDEO-SIONISTES-1-2-l-avilissement-rampant_a80077.htmllink

===================================================================================

 

RESEAUX JUDEO-SIONISTES [1/2] : l'avilissement rampant


Le CRIF délivre des certificats de bonne conduite à ceux qui montrent patte blanche et clament leur soutien indéfectible au projet judéo-sioniste. Tout se passe comme si la double allégeance était entrée dans les mœurs.

1 2 3 4 5 Notez


Thami BOUHMOUCH
Samedi 11 Août 2012

« Les attentats du 11 septembre furent principalement l’œuvre du Mossad et des réseaux sionistes établis aux États-Unis » Alan Sabrosky

RESEAUX JUDEO-SIONISTES [1/2] : l'avilissement rampant
En France, des voix se sont élevées pour affirmer que les menées du lobbying sioniste sont « une menace réelle pour la souveraineté nationale ». Aux Etats-Unis, nombre de militants de poids pensent que l'arrêt de l'expansion d’Israël et le retrait des territoires occupés sont « une question d’intérêt national »… Dans ces deux pays pourtant, l'asservissement à l'entité sioniste est persistant et sans retenue.
Mais comment les agissements des sionistes arrivent-ils à subjuguer autant d'intervenants et de décideurs dans les sphères de la politique, des médias, de la culture, des affaires ? Que l'on me permette de reprendre ce que j'ai écrit antérieurement : « si l’influence du mouvement sioniste est opérante au plus haut point, c’est parce qu’elle est perçue et accueillie favorablement, parce qu’elle s’accorde avec les intérêts bien compris de l’Occident. En somme, la politique de Washington concernant la Palestine s’avère être l’œuvre du Pentagone et des affairistes de l’armement autant que et parallèlement à celle des officines sionistes. A cela il faut s’empresser d’ajouter le rôle joué par les chrétiens sionistes dans la prééminence accordée historiquement à Israël dans le champ politique officiel des Etats-Unis ». (1) Tenons-nous ici à l'emprise des lobbys.

L'emprise des lobbys sionistes
Le sionisme influence de manière directe et flagrante l’ensemble de la politique étasunienne au Moyen-Orient. On se rappelle de l'interrogation d’Avnery : « Est-ce le chien qui remue la queue ou la queue qui remue le chien ? ». (2) Sous Clinton, Bush et Obama, les exigences de l'Etat juif ont toujours triomphé, même les plus délirantes. Si le travail de nettoyage ethnique se poursuit sans aucune retenue ni contrainte, c’est bien en raison du soutien immoral de l’allié étasunien (en plus de l’appui au moins silencieux de l’Europe). Bush, débordant de ferveur, avait « promu le lobby israélien, ou du moins sa branche la plus active, aux plus hauts échelons des cercles de décision de l’administration. […] Les néoconservateurs américains sont tous des membres du Likoud ». (3) Les sionistes, soucieux de maintenir leur hégémonie régionale au Moyen-Orient, ont joué un rôle déterminant dans la dévastation funeste de l’Irak. C'est eux qui dictent, à un degré ou à un autre, la politique agressive concernant l’Iran et la Syrie. Hier, ils faisaient pression sur l’administration Obama pour qu’elle assure en Egypte une « transition ordonnée » de l’après-Moubarak. Aujourd'hui, avec un aplomb cynique, Clinton ose demander au nouveau président de maintenir le blocus sur Gaza. Quant au candidat Romney, qui a perdu toute notion de l'honneur, il a déclaré que se sont « les différences culturelles » qui expliquent la disparité de niveau de vie entre Israël et les Palestiniens…
Si les pseudos négociations successives avec les Palestiniens, n'ont jamais eu la moindre signification, c'est « parce qu’aucun président [étasunien] n’a voulu payer le prix politique intérieur nécessaire pour forcer Israël à se retirer des territoires occupés, d’autant plus qu’ils savaient que leurs efforts seraient contrecarrés par l’écrasante majorité des deux chambres du Congrès quelle que soit leur affiliation politique, de même que par les médias qui sont aux mains des sionistes ». (4) Du reste, de tels pourparlers n'ont aucune chance d'aboutir aussi longtemps qu'ils sont pensés en termes politiques et non en termes de droit international. Le problème est mis au rancart en alternance : avant les élections, en raison de l'agitation fougueuse des préparatifs ; au cours de la campagne électorale, à cause de l'état de focalisation générale ; après les élections, parce qu'on a d'autres chats à fouetter… et ainsi de suite jusqu'à l'infini. Aucune issue n'est envisagée, le processus d'expropriation suit son cours et les colons déploient leurs implantations à qui mieux mieux, rendant chaque fois une partie du territoire de Palestine définitivement sioniste.
Obama qui a recueilli 61 % des voix des électeurs juifs ne voudrait pour rien au monde voir ce pourcentage diminuer, d'où son empressement à servir la bonne cause. Du reste, il est tenu de « rembourser » le crédit qui lui a été accordé et sans lequel sa victoire en 2008 n'aurait pas été possible. « S'il est vrai que le Congrès étasunien est contrôlé par le lobby israélien, alors ce lobby est contrôlé par le gouvernement israélien qui est lui-même contrôlé par les colons. Et donc les colons peuvent faire tout ce qu’ils veulent : construire de nouvelles colonies et agrandir celles qui existent, ignorer la Cour Suprême, donner des ordres à la Knesset et au gouvernement, attaquer leurs voisins chaque fois que ça les tente, tuer les enfants arabes qui jettent des pierres, déraciner les oliviers et brûler les mosquées ». (5) Notons, pour nuancer le propos, que nombre de lobbyistes ne sont pas d'accord avec la politique actuelle d'implantation et d'expansion : ils veulent par-dessus tout renforcer la sécurité d'Israël, craignent qu'un Etat malveillant et raciste soit exécré de par le monde…
« Mais qui sont donc ces chiens de garde du sionisme, avec collier, bave et crocs ? ». (6)
En France, les supporters d'Israël, qui sont supposés agir dans l’ombre, s'affichent au grand jour et interviennent tous azimuts. Les uns ont leurs entrées à l'Elysée et sont abondamment médiatisés (Finkielkraut, Bruckner, Lellouche, BHL…) ; les autres sont des artistes connus (Attal, Arditi, Boujenah…). Nombre d'entre eux occupent des postes clés, comme ces députés adhérents au Groupe France-Israël.
Quant aux grands commis de l'Etat et autres politiques qui s'évertuent à être « israélo-compatibles », ils sont bien contents de prendre part au buffet annuel du CRIF. Cette coterie, qui prétend représenter la communauté juive, n’est en réalité qu’une représentation diplomatique de l’État colonial. Elle délivre des certificats de bonne conduite à ceux qui montrent patte blanche et clament leur soutien indéfectible au projet judéo-sioniste.
Aujourd'hui, avec Fabius au Quai d'Orsay, Valls à l'Intérieur, Moscovici aux Finances, Kouchner à l'ONU... Hollande est décidément pris en tenailles par des sionistes exaltés, impénitents et sans vergogne. Tout se passe comme si la double allégeance était entrée dans les mœurs. Selon Blanrue, « ce n’est pas la tendance gauche ou droite qui prime, mais le fait que tel politicien est clairement identifié comme sioniste. […] Sarkozy n’a jamais caché qu’il allait mettre Israël au centre de tout ; et la France au service du projet unipolaire des Etats-Unis. Il a laissé entrevoir, bien avant d’être candidat, qu’il se consacrait au lobbying en faveur d’Israël ». (7)
La plupart des politiques français sont pro-israéliens, mais un certain DSK est allé très loin en déclarant en 1991 : « dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël ». (8) Il a également déclaré, en 2003, dans Tribune Juive : « Chaque matin, je me lève en me demandant comment être utile à Israël »… (9) Voici un personnage – par la suite candidat à la présidence – qui déclare sans ambages que les intérêts de tel pays étranger constituent la motivation principale de sa carrière politique ; il sait que personne ne va s'en offusquer. Et comment, une fois élu président, aurait-il pu servir l'Etat juif ? Mais tout simplement en consentant avec zèle à ses diktats, en s'impliquant dans ses desseins hégémoniques et ses agissements criminels, en prenant parti contre le peuple palestinien spolié. « La France est méconnaissable ! Toutes ses valeurs, toutes ses traditions, tous ses idéaux, tous ses Droits de l'Homme, sont piétinés… ». (10)
Les partis politiques français ne sont pas en reste de signes d'allégeance. Le Front national, par exemple, n'a pas hésité à présenter un candidat franco-israélien dans la 8e circonscription des Français de l'étranger (bassin méditerranéen). « Se définissant comme un "juif de la Halakha" [loi juive], Michel Thooris, un flic d’extrême droite fondateur du syndicat Action Police faisait ami ami avec les gros bras du Bétar et de la Ligue de Défense Juive ». (11) Il est vrai d'ailleurs que l'entité sioniste (comme l’Afrique du Sud de l’apartheid) a toujours cherché le soutien de l’extrême droite européenne – des populistes islamophobes de l’UDC suisse aux fascistes suédois, y compris ceux qui ont un passif nazi ou antisémite avéré.
Les choses sont en train de prendre une tournure alarmante : le lobby israélien se démène pour faire passer la loi appelée « Martin Luther King ». Sur ce point, Blanrue écrit : « Cette loi, qui est en gestation, vise à assimiler légalement l’antisionisme à l’antisémitisme. Si cette loi passe, cela veut dire qu’en France, l’antisionisme sera considéré comme un délit. Critiquer Israël pourra vous conduire en prison. C’est très grave. C’est l’Union des patrons juifs de France (UPJF), qui soutient ce projet de loi transmis à tous les députés français. C’est le plus fort syndicat sioniste de France ». (12)
Que dire de la création en février dernier du « parlement juif européen », dont les 120 membres ont été élus par des internautes ? Il ne s'agit pas d'un canular. Courroucé, le porte-parole de l’Union Juive française pour la Paix en dit ceci : « Cette histoire de parlement est un nouvel épisode du chantage permanent à l’exception juive, parce que l’antisémitisme, parce que la Shoah, parce que Israël. Que l’Union européenne fasse siéger non un conseil représentatif des Juifs d’Europe (qui n’a pas lieu d’être), mais un assez misérable lobby du sionisme en grande pompe dans son siège même, dit à quel niveau d’aplatissement devant Israël l’institution en est arrivée ». (13) Pendant qu'on y est, pourquoi les Musulmans ne créeraient-ils pas un « parlement islamique européen », eux qui sont victimes d'un racisme morbide et d'une flopée de préjugés ? Après ce serait le tour des Noirs, des ROM, des Rapatriés, des Bretons…

Mensonge et travestissement de la réalité
Israël roule à tombeau ouvert, chacun en convient. Colonisation galopante, démolition de maisons et arrachage des arbres, déni d'accès à l'eau, emprisonnement inhumain de résistants, torture d'enfants, système d'apartheid et agressions quotidiennes, recours aux armes interdites par les conventions de Genève, non application des résolutions votées par l’ONU, assassinats en catimini, manipulations et intimidations partout dans le monde... La liste des crimes et exactions est notoirement longue.
Qu'importe, la vérité historique est négligeable, seul compte l'utopie sioniste. Il s’agit de marteler sans répit : « Palestiniens terroristes », « une terre sans peuple », « territoires contestés » (surtout pas occupés), « Hamas ne veut pas la paix »… L’argument massue « Israël une démocratie » est démenti quotidiennement par les faits (rappelons-nous la déportation en juin dernier des demandeurs d’asile africains), mais répété des centaines de fois, il finit par s’imposer. L'anesthésique médiatique marche à merveille. Désormais le monde consent à la vision israélienne du drame palestinien : il est question non pas d'une force d'occupation et d'un peuple spolié, mais de deux parties « en conflit » – lequel conflit se ramène progressivement à une simple question humanitaire.
Le sionisme travaille à pervertir les faits, à manœuvrer l’opinion publique. Dans la guerre de propagande, il n’a jamais cessé d'innover, d’acquérir toujours plus de vigueur et d'habileté. Un câble a été transmis en décembre 2010 aux ambassades de l'Etat juif dans dix pays européens. Il ordonne de trouver rapidement un millier de personnes qui agiront en amis d’Israël. « Elles devront être recrutées parmi des journalistes, universitaires, étudiants et militants soit juifs soit chrétiens. Elles seront informées par des fonctionnaires israéliens pour intervenir en faveur d’Israël par des articles, lettres et interventions dans des assemblées publiques ». (14)
Les profondes manipulations idéologiques, les mensonges variés ont eu des conséquences inattendues. En France, par exemple, les profanations de tombes sont en grande majorité perpétrées dans des cimetières chrétiens ou musulmans, mais les médias pervertissent sciemment la réalité en se focalisant sur les tombes juives. De même faut-il évoquer « l’imposture de ce juif rescapé d’Auschwitz, Herman Rosenblat qui a fait pleurer dans les chaumières sur son histoire d’amour alors que tout cela n’était que fabulation ». (15) Quant aux « agressions antisémites » qui soulèvent l'indignation empressée des officiels, nombre d'entre elles sont fondées sur de simples mensonges. (16)
Le statut de victime, entretenu par les média-menteurs, a permis aux conquérants juifs de passer outre les lois internationales, de se moquer des actions de protestation. L’idée trompeuse, bien incrustée dans les esprits, de « la terre promise par Dieu à Israël » continue de sévir parce que justement les sionistes détiennent ces médias. Alan Hart (auteur de «Zionism, The Real Enemy of the Jews») écrit : « Le plus grand de tous les mensonges de la propagande sioniste est celui qui affirme qu’Israël est en danger constant d’anéantissement, que ses juifs seraient jetés à la mer ». (17) Chacun est à même de comprendre que l’entité censée être en danger est une puissance nucléaire, fabrique des drones, des blindés, des satellites, des bombes atomiques… Mais les clairons de l'intoxication agissent directement sur le subconscient ; et voilà qu'on se met à croire que le pot de fer est menacé de mort par le pot de terre. Il doit bien y avoir des moments où les manipulateurs doivent pouffer de rire.
Rudi Barnet se met ironiquement dans la peau d'un israélien : « Une de nos grandes forces a été de parler de paix depuis 60 ans, de proposer des négociations, d'afficher une volonté de solution pacifique... tout en continuant notre expansion territoriale. Nous sommes les rois du "faire traîner", les experts du piétinement ! » (18) Le mouvement judéo-sioniste, fort du soutien inique des Occidentaux, se complait désormais dans la posture du « chien enragé » (Moshé Dayan). C'est l'objet du prochain article.


Thami BOUHMOUCH
Août 2012
Professeur Université Aïn Chock Casablanca
http://bouhmouch.blogspot.com
______________________________________
(1) T. B., Judéo-sionisme : lorsque la mystification devient vérité, in : http://bouhmouch.blogspot.com/2011/09/judeo-sionisme.html septembre 2011.
(2) Cf. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-queue-ne-remue-pas-le-chien-97483
(3) Kathleen Christison, http://www.legrandsoir.info/Les-USA-sont-au-service-d-Israel-au-Moyen-Orient-Counterpunch.html février 2011.
(4) Jeffrey Blankfort, http://www.legrandsoir.info/Israel-est-la-menace-la-plus-immediate-au-futur-de-notre-planete-Dissident-Voice.html octobre 2010.
(5) Uri Avnery, http://www.legrandsoir.info/Les-colons-font-tout-ce-qu-ils-veulent-au-pays-des-colons.html avril 2011.
(6) DR, http://www.resistance-politique.fr/article-a-propos-de-boycott-des-produits-israeliens-106257420.html juin 2012.
(7) Paul-Éric Blanrue (interview), http://www.silviacattori.net/article872.html juin 2009.
(8) Cité par Diana Johnstone, http://www.legrandsoir.info/La-gauche-francaise-devrait-voir-le-bon-cote-des-choses-Et-ne-pas-pleurer-Strauss-Kahn.html mai 2011.
(9) Cité par Eva R-sistons, http://r-sistons.over-blog.com/article-dsk-une-catastrophe-pour-la-gauche-et-pour-la-france-eva-r-sistons-dossier-57887874.html février 2010.
(10) Eva R-sistons, http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/20-categorie-10550742.html Janvier 2011.
(11) Bakchich, http://www.alterinfo.net/Le-Front-la-joue-communautaire-en-Israel_a78485.html juin 2012.
(12) Paul-Éric Blanrue, op. cit. Je souligne.
(13) Cf. http://www.ujfp.org/spip.php?article2212 février 2012.
(14) Manlio Dinucci, http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22262 décembre 2010.
(15) http://effondrements.wordpress.com/2012/07/28/comment-francois-hollande-est-soumis-pieds-et-mains-lies-au-lobby-sioniste-franc-maconnique/
(16) Cf. http://judeologie.com/2012/07/12/fausses-agressions-antisemites/
(17) Alan Hart, http://www.alterinfo.net/Le-sionisme-demasque-un-conte-de-fees-qui-est-devenu-un-cauchemar-terrifiant_a42775.html février 2010.
(18) Rudi Barnet, http://michelcollon.info/Tout-va-bien-Aux-defenseurs-du.html février 2012.



Samedi 11 Août 2012
Repost 0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 14:31

RESEAUX JUDEO-SIONISTES [2/2] : la posture du chien enragé


Ne faudrait-il pas en Occident mettre le holà à la mainmise des sionistes sur les rouages du pouvoir ? Ceux-là ne sont-ils pas coupables de trahison, de servir les intérêts d’un pays étranger ?

1 2 3 4 5 Notez


Thami BOUHMOUCH
Jeudi 16 Août 2012

« Si les juifs ne se souvenaient pas des leçons de 2000 ans de martyre, ils mériteraient ce qu’il adviendrait d’eux » A. Einstein

RESEAUX JUDEO-SIONISTES [2/2] : la posture du chien enragé
Le mouvement sioniste, fort du soutien exalté de l'Empire et ses alliés, ragaillardi par la complicité des potentats du Golfe et par les trahisons des dirigeants palestiniens apprivoisés, se complait désormais dans la posture du « chien enragé » (Moshé Dayan).
Le système de propagande fait flèche de tout bois et met à contribution les juifs de la diaspora, de gré ou de force, partout où ils se trouvent. Des dizaines de milliers de sayanim – informateurs en hébreu – collaborent avec les sionistes, souvent contre les intérêts du pays de résidence. De nombreux attentats concoctés par le Mossad (ceux de Buenos-Aires par exemple) ont été exécutés grâce à leur aide discrète. Ils sont mobilisés pour embellir l’image de l'Etat juif et faire taire ceux qui osent s’indigner des forfaits commis. Ces collaborateurs de l'ombre apprennent les diatribes appropriées : « nazi, négationniste, fabulateur, paranoïaque ». Si l'inculpé est un juif, il est traité de « kapo, traître, juif honteux ». Gare à vous si vous dites que « le Grand Israël est une utopie criminelle », que « la puissance nucléaire d’Israël menace la paix mondiale » ou seulement « soyons moins durs avec les Palestiniens »… Vous serez black-listé séance tenante.
Mais c'est l’accusation d’antisémitisme, brandie à tout bout de champ, qui semble provoquer la paralysie. Alain Ménargues, un des responsables de RFI en France, a rédigé deux livres : « Les secrets de la guerre du Liban » et « Le Mur de Sharon ». Il y fit de terribles révélations au sujet du massacre des civils palestiniens des camps de Sabra et Chatila (Beyrouth, 1982). « Aux lendemains de la parution, en septembre 2004, le lobby pro-israélien déclencha, à l’intérieur comme à l’extérieur de RFI, une campagne de calomnies, sur le thème pourri de l’antisémitisme. Il fut rapidement licencié. […] En abandonnant la défense de leur confrère, journalistes et syndicats de RFI avaient ouvert la voie à une remise au pas, comme le montra un peu plus tard le licenciement scandaleux d’un autre journaliste non-aligné de RFI, Richard Labevière ». (1)
L'accusation d'antisémitisme en France rend l'atmosphère totalement exécrable. Ainsi, après une bagarre entre un jeune juif et un autre d'origine maghrébine, il suffit que le premier dise que l'autre « m'a frappé parce que je suis juif » pour que le second voie sa vie basculer. Il aura à subir les assauts virulents d'un avocat aguerri, du représentant du CRIF, du président de la LICRA, de la meute médiatique, du ministre de l'Intérieur, du grand rabbin et tutti quanti. (2) Que cherchent au juste les commanditaires des battages médiatiques ? L'idée est-elle de pousser les juifs français à émigrer en « Israël » comme le préconisait Sharon ? Est-ce pour stigmatiser davantage les Français musulmans ?

Menaces, sanctions, agressions
Les intellectuels intègres qui se font un devoir de dévoiler la réalité du terrorisme sioniste sont pourchassés, insultés, terrifiés, agressés. Le juge Goldstone, en avril 2011, a été ébranlé par les assauts virulents des groupes de pression et a fini par rentrer dans les rangs. Ces groupes ne prouvent rien mais réussissent à créer un malaise, des suspicions. A cet égard, J. Bricmont écrit : « Si le lobby sioniste fonctionne en apparence comme tous les autres lobbies, à travers le ciblage, la propagande, les pressions, la corruption, etc., il s’en distingue par un facteur essentiel qui permet d’expliquer sa puissance extraordinaire, il inspire la peur. […] On ne peut rien comprendre à ce qui se passe en Europe et aux Etats-Unis tant qu’on ne prend pas en compte le facteur de peur – peur des organisations sionistes, de leurs campagnes de dénigrement et d’intimidation ». (3)
Les méthodes d’intimidation vont du black-out médiatique aux menaces d'arrêter les subventions, en passant par les pressions multiples pour empêcher la projection d'un film, un débat en milieu universitaire ou la publication d'un livre. « Les médias évitent de parler d’Israël parce qu’ils ont peur que leur directeur ne reçoive des lettres furieuses et que les supporters d’Israël n’annulent leurs abonnements. Les membres du Congrès ne veulent pas mettre en danger leurs campagnes de fonds en parlant honnêtement à Israël. Et c’est ainsi qu’Israël a disparu des écrans radars ». (4) Si d'aventure un politique se rebelle, l'AIPAC ne tarde pas à l'attaquer en allouant de gros budgets à des campagnes hostiles – ce qui est arrivé à la députée Cynthia McKinney. (5)
L’archevêque Desmond Tutu, en 2007, devait prendre la parole dans une université américaine, mais le débat a été annulé parce qu'auparavant il avait dénoncé l’occupation de la Palestine. A l'université Paris 8, le colloque « Israël, un État d'apartheid » était prévu en février dernier. Le CRIF ne se contentait pas d'appeler à la censure, mais menaçait : « De par sa nature, ce colloque pourrait être susceptible de provoquer des troubles manifestes à l'ordre public ». (6) Il n'en a pas fallu plus pour que la direction de l’établissement se plie à l'injonction… P.-E. Blanrue, qui n'a pas trouvé d'éditeur en France pour son livre « Sarkozy, Israël et les juifs », affirme : « les gens sont en général terrorisés, moralement, mentalement, professionnellement. Mon éditeur est un Belge, ce n’est pas par hasard ! Lui au moins ne peut pas subir les foudres de Sarkozy. Ces foudres peuvent être multiples ; aller du redressement fiscal, aux convocations à la police, à la garde à vue, et à la perte de son emploi ». (7)
La pression s'étend ainsi à la perte d'emploi et aux actions de criminalisation. Assange, le créateur de Wikileaks, a déclaré l'an dernier avoir au début hésité à divulguer les documents relatifs à « Israël » de peur de susciter la colère du lobby. Il semble d'ailleurs, selon Murray, que les indiscrétions en amont ne soient pas très nombreuses : « Un diplomate étasunien qui se permettrait de décrire honnêtement et ouvertement les crimes d’Israël se retrouverait rapidement sans emploi. Je ne veux pas brandir ici mon propre cas mais je ne souhaite à personne d’endurer ce qu’ils font subir à ceux qui osent parler ». (8)
Irait-on jusqu'à démissionner ? Oui, c'est arrivé à Helen Thomas, la doyenne des journalistes à la Maison Blanche. Très critique à l'égard du lobby aux Etats-Unis, elle a appelé les israéliens à quitter la Palestine et à rentrer dans leurs pays d’origine. Malgré sa longue expérience et son origine juive, elle a été obligée de renoncer à son poste. « Il est difficile, a-t-elle dit, de coexister avec la force illimitée du lobby sioniste ici ». (9) C'est le cas également de la Baronne Tonge, chef du groupe parlementaire du parti Libéral Démocrate en Grande-Bretagne. Elle a exprimé son indignation de voir son parti céder en permanence aux pressions du lobby sioniste, alors que l'Etat juif viole le droit international, les Conventions de Genève et les droits de l’homme. Elle a refusé de s’excuser comme son parti (soumis au lobby) le lui a demandé et a préféré quitter son poste. (10)
Il n’y a qu’en France qu’il est pénalement répréhensible d’appeler au boycott d’« Israël ». Vous pouvez appeler au boycott de la Chine ou la Syrie sans la moindre anicroche. Sarkozy, en supporter dévoué, faisait tout pour couvrir les méfaits des sionistes, quels qu’ils soient. Les procureurs, à cet égard, recevaient des ordres stricts du gouvernement. (11)
Fort des complicités multiples dont il bénéficie, le lobby recourt au grand jour aux agressions physiques et à la destruction de biens. Les hommes de main de la LDJ en France n'hésitent pas à molester les intellectuels non-alignés (Olivia Zémor et Jacob Cohen, très récemment). Ces nervis ont blessé de nombreuses personnes et saccagé une librairie à Paris ; ils ont la double nationalité et partent régulièrement en Palestine occupée pour prendre part au nettoyage ethnique. Ouvertement actifs, ils sont protégés par l’UPJF (Union des Patrons Juifs de France) et autres supporters de la politique coloniale sioniste.
Les gouvernements français successifs refusent de dissoudre cette milice fasciste et les politiques (Moscovici, Copé, Guéant…) se gardent bien de dénoncer ce scandale. A chaque agression ou saccage – revendiqués, publiés impudemment sur internet et assortis de menaces de mort – l'issue des procès illustre la règle « deux poids, deux mesures » pratiquée par le système politico-judiciaire. En juillet dernier, J.-C. Meyer, militant de l’UJFP (Union Juive française pour la Paix), a été agressé à Strasbourg, en présence du ministre de l’intérieur. (12) Et les agresseurs, à ce jour, ne voient aucune raison de s'arrêter… « Il est clair que la LDJ bénéficie en France de protections en haut lieu. C’est dans un bâtiment officiel, protégé par la police française, que ses membres s’entrainent. […] Ce n’est pas le sémite qui est protégé ici mais le sioniste ! » (13)
Ne voilà-t-il pas que le groupuscule du rabbin Kahane, dont se revendique la LDJ, diffuse sur son site une liste de près de 9.000 personnes livrées à la vindicte publique. Ces personnes – parce qu’elles critiquent l'entité sioniste – sont présentées comme étant des juifs « ayant la haine de soi » ou « désirant un second holocauste » et méritant le sort des « kapos ». (14) Surtout ne vous attendez pas à ce que les auteurs de cette liste soient poursuivis pour incitation à la haine et la violence… Breivik, le tueur norvégien d'extrême droite qui a perpétré les attentats de juillet 2011 en Norvège (77 morts et 151 blessés) a explicitement reconnu avoir été influencé par la propagande sioniste. Il a écrit : « combattons aux côtés d'Israël, de nos frères sionistes »… (15)

La mesure est comble
Comment en venir à soutenir fanatiquement le judéo-sionisme, ce mal absolu, sans se sentir avili à jamais ? Begin, un terroriste de la pire espèce, qui s'était distingué par une série de massacres impitoyables, parlait ainsi des goyims (non-juifs) : « Les autres races sont comme l'excrément humain. Notre destin doit être de régner sur ces races inférieures. Les masses lécheront nos pieds et nous serviront comme des esclaves ». (16) A tout seigneur tout honneur, cet individu était reçu partout avec déférence et a eu droit au Prix Nobel de la Paix. Il se riait d'ailleurs lui-même de cette idée saugrenue.
La lâcheté et les connivences ont bien atteint leur paroxysme ; mais elles ne se limitent pas aux gouvernants. Les citoyens lambda sont coupables de gober sur-le-champ les mensonges fondateurs du sionisme (« une terre sans peuple pour un peuple sans terre »), d'entériner les falsifications de la vérité (« l’armée israélienne la plus morale de tous les temps »), de consentir aux jérémiades à répétition. D'aucuns s'interrogent : « Peut-on encore critiquer Israël sans être taxé d’antisémitisme ? ». (17) Ergoter sans fin sur ce thème perverti, c'est faire le jeu des manipulateurs, c'est se laisser proprement manœuvrer, c'est faire preuve d'une candeur inconcevable.
Au surplus, ne sait-on pas que les officines sionistes, ici et là, sont financées sur le dos des contribuables ? Jusqu'à quand peut-on tolérer une telle aberration ? Nul n'est censé ignorer « les masses d’argent qui sont collectées en France et dans d’autres pays pour être envoyées en Israël […] par un racket des contribuables organisé par des municipalités et conseils régionaux, versant de confortables subventions à des officines israéliennes de toutes sortes (dont la Chambre de Commerce France-Israël)… ». (18) Baronne Tonge, persécutée par le lobby, avait dit : « Israël ne restera pas indéfiniment sous sa forme actuelle. Un jour, les Etats-Unis en auront marre de verser 70 milliards de livres sterling par an pour soutenir ce porte-avions américain au Moyen-orient. Un jour, le peuple américain dira au lobby israélien : trop, c’est trop ». (19)
Les juifs de la diaspora qui se croient obligés de faire cause commune avec le sionisme doivent répondre moralement des atrocités commises en Palestine. Les lobbyistes sont arrivés au summum de leur puissance tyrannique et ne peuvent que péricliter. S'adressant à eux, A. Sabrosky affirme : « Votre trahison, votre perfidie et vos crimes sont connus. Vous pouvez ne pas y croire pour l'instant, mais votre jour du jugement dernier politique et stratégique pointe finalement à l'horizon… ». (20) Lorsqu'une ignominie atteint son apogée, en effet, c'est qu'elle s'oriente vers la fin. G. Atzmon écrit : « En dépit de sa puissance nucléaire, de son armée de criminels de guerre, de son occupation, de son Mossad et de ses lobbyistes répandus dans le monde entier, Israël s’avère très vulnérable. Il est catastrophiquement aliéné à la terre qu’il prétend posséder ». (21) Le lobby anti-Palestinien devient plus passionné, plus belliqueux, moins rationnel et, en fait, très inquiet.
C’est que l’arrogance et la violence bestiale, tout cet arsenal de propagande, cet échafaudage de contrevérités finissent par susciter l'agacement. Chacun devient conscient de la nature perverse et contre nature de l'entité coloniale. « Pour la première fois de l’histoire des Etats-Unis, il existe un fort mouvement de contestation contre un discours unilatéral qui couvre ou justifie la répression actuelle des Palestiniens par Israël et la culpabilité des Etats-Unis dans cette répression ». (22) Dans ce pays, cinq sionistes viennent d'être condamnés à payer des dommages et intérêts pour avoir attaqué en justice, de manière indue, des citoyens boycottant les produits israéliens. (23) En ce moment, une campagne d’affichage montrant le vol des terres palestiniennes est lancée dans 50 stations de métro new-yorkais. Les promoteurs ont pour cela déboursé 25.000 dollars… (24)
Les extravagances infiniment périlleuses du sionisme sont une épreuve pour les Juifs eux-mêmes. D'où les appels insistants aux communautés juives à rompre tout lien avec les réseaux sionistes. Alan Hart, qui pense que la dé-sionisation des Juifs occidentaux est en route, écrit : « Il est peut-être trop tard pour sauver d’eux-mêmes les Juifs israéliens auxquels la propagande sioniste a lavé le cerveau, mais il n’est pas trop tard pour que les Juifs de la diaspora se libèrent de l’entreprise coloniale sioniste et de tous les maux qu’elle a engendrés et qu’elle engendre encore ». (25)
Le tort historique terrible infligé aux Palestiniens a flétri l'humanité, a suscité un malaise souterrain même dans les milieux sionistes. La cause de l'occupant est viciée par essence et dès son départ. A présent, les citoyens épris des droits humains prennent conscience de leur capacité à construire un monde débarrassé de la barbarie sioniste… Ne faudrait-il pas en Occident mettre le holà à la mainmise des sionistes sur les rouages du pouvoir ? Ceux-là ne sont-ils pas coupables de trahison, de servir les intérêts d’un pays étranger ?

Thami BOUHMOUCH
Professeur, Université Aïn Chock, Casablanca
Août 2012
http://bouhmouch.blogspot.com
______________________________________
(1) CAPJO – Europalestine, http://www.europalestine.com/spip.php?article6056 avril 2011.
(2) Voir un exemple sur : http://www.europalestine.com/spip.php?article7461 juillet 2012, ainsi que : http://blogs.mediapart.fr/blog/kafur-altundag/080712/agression-antisemite-du-train-toulouse-lyon-les-arroseurs-arroses juillet 2012.
(3) Cité par Diana Johnstone, http://www.legrandsoir.info/Lettre-Ouverte-a-propos-d-un-Faux-Debat.html décembre 2010.
(4) Kathleen CHRISTISON, http://www.legrandsoir.info/Les-USA-sont-au-service-d-Israel-au-Moyen-Orient-Counterpunch.html février 2011.
(5) Cf. http://www.alterinfo.net/notes/La-quasi-majorite-des-hommes-politiques-americains-sont-payes-par-Israel_b2702706.html Février 2011.
(6) Cf. http://collectifpalestineparis8.over-blog.com/article-lettre-du-departement-de-philosophie-de-paris-8-99774812.html février 2012.
(7) Paul-Éric Blanrue (interview) http://www.silviacattori.net/article872.html juin 2009. Je souligne.
(8) Craig Murray, http://www.legrandsoir.info/Levons-nos-verres-a-Wikileaks.html décembre 2010. Je souligne.
(9) Cité in : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=42936&st=Thomas&cid=29&fromval=3&frid=18&seccatid=22 décembre 2011.
(10) Cf. http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2012/03/04/23668650.html
(11) Cf. http://www.mecanopolis.org/?p=25085 mars 2012.
(12) Cf. http://www.ujfp.org/spip.php?article2343
(13) http://effondrements.wordpress.com/2012/07/28/comment-francois-hollande-est-soumis-pieds-et-mains-lies-au-lobby-sioniste-franc-maconnique/ Juillet 2012. A propos du bâtiment officiel, voir : http://www.youtube.com/watch?v=QMBA7MzaK34&feature=player_embedded
(14) http://www.masada2000.org/shit-list.html
(15) Cf. http://www.alterinfo.net/Anders-Behring-Breivik-le-tueur-prosioniste-dOslo_a61639.html
(16) Cité in : http://libreeurope.blogspot.com/2009/01/quelques-citations.html
(17) Cf. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/antisemitisme-une-critique-aujourd-119986 juillet 2012.
(18) http://www.europalestine.com/spip.php?article7463
(19) Cité in : http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2012/03/04/23668650.html mars 2012.
(20) Alan Sabrosky, http://www.alterinfo.net/Riposte-contre-le-sionisme-par-Alan-Sabrosky_a71476.html février 2012.
(21) Gilad Atzmon, http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9759 décembre 2010.
(22) Emcee, http://blog.emceebeulogue.fr/post/2011/04/28/Pas-le-droit-de-parler-des-droits-des-Palestiniens avril 2011.
(23) Cf. http://www.europalestine.com/spip.php?article7472 juillet 2012.
(24) Cf. http://www.europalestine.com/spip.php?article7473
(25) Alan Hart, http://www.legrandsoir.info/La-de-sionisation-pour-parler-franchement-des-Juifs-anglais.html décembre 2010.



Jeudi 16 Août 2012
http://www.alterinfo.net/RESEAUX-JUDEO-SIONISTES-2-2-la-posture-du-chien-enrage_a80261.html
Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 14:20

http://www.alterinfo.net/Affaire-Arafat-rien-de-nouveau_a78771.htmllink

==========================================================

Affaire Arafat: rien de nouveau


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 2 Juillet 2012 - 11:36 Mouammar Kadhafi : une si longue traque.


1 2 3 4 5 Notez


W. Chekkat
Samedi 7 Juillet 2012


Affaire Arafat: rien de nouveau
Tout le monde le savait mais personne n’a osé le dire. La France sait mais ne révèlera jamais la cause du décès, le 11 novembre 2004, du dirigeant historique palestinien Yasser Arafat. Pour certains de ses anciens gardes du corps comme pour une bonne partie de l’opinion palestinienne, Arafat a été assassiné à l’issue d’un siège d’une violence inouie.

Malgré ses défauts, Arafat incarnait l’unité palestinienne: tous les courants politiques palestiniens, aujourd’hui à couteaux tirés lui reconnaissent ce rôle fédérateur. Un rôle d’icône du combat palestinien.
Longtemps confinée dans ce que l’on veut bien appeler les “théories du complot”, la thèse de l’assassinat de Yasser Arafat refait surface après la découverte de quantités anormale de Polonium sur des échantillons biologiques prélevés sur ses effets personnels par un laboratoire suisse. Le Polonium est une substance radioactive très toxique. Cette substance a été utilisé en 2006 pour empoisonner à Londres Alexandre Litvinenko, un ex-agent du FSB russe en défection. Les empoisonnements de Chefs d’Etat ont une longue tradition historique mais demeurent assez rare depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le troisième président d’Ukraine, Victor Iouchtchenko a échappé en septembre 2004 à une tentative d’empoisonnement impliquant un agent biologique tandis que d sérieux soupçons pèsent toujours sur la mort de l’ancien président algérien Houari Boumediène en 1978. Le dirigeant cubain Fidel Castro a également échappé à de multiples tentatives d'empoisonnement.
Quoi qu’il en soit, la découverte de traces de Polonium sur les effets personnels de l’ancien président palestinien a poussé des dirigeants palestiniens à demander le soutien de l’Organisation de la Ligue arabe pour l’ouverture d’une enquête internationale sur la véritable cause de la mort de Yasser Arafat.

Riad Al Malki, le ministre palestinien des Affaires étrangères a déclaré à ce propos: “nous demanderons la constitution d’une commission d’enquête internationale semblable à celle créée sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri afin que nous puissions résoudre toutes les questions sans réponse…Nous voulons montrer que l’Autorité, la direction et le peuple palestiniens sont tous impatients de connaître tous les détails de la mort d’Arafat, afin de clore ce dossier”, a assuré le ministre à la radio officielle “la Voix de la Palestine/Sawt Filastine”, au lendemain de l’accord donné par le président Mahmoud Abbas.

Au Caire, le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Ahmed ben Helli, a indiqué que des consultations étaient en cours pour fixer une date à la réunion d’urgence mais il reste trés peu probable sinon improbable que cette organisation panarabe puisse faire quoi que ce soit dans cette affaire.

Yasser Arafat est décédé à Paris le 11 novembre 2004 de cause inconnue. Il a passé les deux dernières années de sa vie assiégé dans son QG de Ramallah (près de Jérusalem) par les forces de l’armée israélienne. Isolé, amoindri, Arafat a su toutefois garder le contrôle de l’OLP et de l’Autorité palestinienne. Son autorité morale tenait en respect les courants islamistes. Le président de l’Autorité palestinienne en sera réduit à attendre la visite d’un émissaire étranger pour s’approvisionner en eau minérale. Le 2 avril 2004, Ariel Sharon déclare publiquement qu’Arafat n’a aucune assurance sur sa vie. Confronté au siège israélien, faisant face à des dissidences internes (opposition à Mahmoud Abbas sur la nomination du très controversé Mohamed Dahlan au poste de ministre de l’intéreur), lâché par l’administration américaine et assistant impuissant à l’indifférence de l’Union europénne, Arafat a tenu jusqu’au bout avant de succomber de manière suspecte à Paris. Dès ses funérailles-nationales-, des dizaines d’experts avaient déjà évoqué son assassinat par empoisonnement.

La mort du président Arafat a été catastrophique pour la cause palestinienne.



Samedi 7 Juillet 2012



Repost 0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 20:18

L’Islam A Sauvé Le Judaïsme


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 12 Juin 2012 - 00:31 L'Algérie réclame ses archives


1 2 3 4 5 Notez


Myriam Abraham
Mardi 12 Juin 2012


L’Islam A Sauvé Le Judaïsme

Alors que la tribu juive sioniste colonisant la Palestine et sa cohorte d’agents chrétiens sionistes surtout américains tirent les ficelles dans les coulisses des attaques ciblant l’Islam et les Musulmans dans les pays occidentaux il est utile de rappeler que sans l’Islam le Judaïsme et les Juifs auraient tout simplement disparu. Un article du site du Jewish Chronicle l’explique en détails. Ci-dessous sa traduction.

L’Islam A Sauvé Le Judaïsme

Qu’ont donc fait les Musulmans pour les Juifs ? David J. Wasserstein - 24/05/2012

L’Islam a sauvé le Judaïsme. C’est une affirmation impopulaire et dérangeante dans le monde moderne. Mais c’est une vérité historique. L’explication de cela est double. D’abord en 750 AJC lors de la naissance du prophète Mohammad les Juifs et le Judaïsme étaient en voix d’extinction. Et ensuite l’arrivée de l’Islam les a sauvés leur offrant un nouvel environnement dans lequel non seulement ils ont survécu mais se sont épanouis établissant les fondations d’une prospérité culturelle juive à venir- ainsi que dans le monde chrétien - passant du monde médiéval au monde moderne.

Dés le 4ème siècle le Christianisme était devenu la religion dominante dans l’Empire Romain. L’un des aspects de ce succès s’était l’opposition aux autres religions dont le Judaïsme en même temps que la pratique des conversions des membres de ces religions parfois par la force au Christianisme. La plupart des témoignages dont nous disposons sur l’existence juive dans l’Empire Romain de cette époque sont constitués de témoignages de conversions.

D’importantes et permanentes réductions du nombre de Juifs par le biais de conversions entre le IVème et le VIIème siècle ont contribué à l’extinction du statut des droits de l’existence sociale et économique et de la vie religieuse et culturelle des Juifs partout dans l’empire romain.

D’importantes séries de lois ont privé les Juifs de leurs droits comme citoyens les ont empêché de respecter leurs obligations religieuses et les ont exclu da la société de leurs semblables.

Ceci s’est passé lors des siècles d’affrontements militaire et politique avec la Perse. Comme minuscule élément du monde chrétien, les Juifs n’auraient pas du être très touchés par ce vaste problème politique. Pourtant cela les a touché très sévèrement car l’Empire Perse à l’époque incluait Babylone - actuellement l’Irak- hébergeant la plus grande communauté juive du monde.

C’est là aussi que se trouvaient les plus grands centres de la vie intellectuelle juive. L’unique plus important ouvrage de créativité juive culturelle en plus de 3000 ans mis à part la Bible elle-même - le Talmud- est né à Babylone. Le combat entre la Perse et Byzance à cette époque a conduit à une séparation de plus en plus nette entre les Juifs vivant sous domination byzantine et la loi chrétienne et ceux vivant sous domination perse.

Mis à part cela les Juifs qui vivaient sous domination chrétienne semblent avoir perdu la connaissance de leurs propres langues culturelles spécifiques - l’Hébreu et l’Araméen - au profit du Latin et du Grec utilisés comme langues locales non juives. Par conséquent ceci implique qu’ils n’avaient plus non plus accès aux œuvres littéraires principales de la culture juive - la Torah, la Mishna les poèmes midrashiques et même la liturgie.

La perte de la force unificatrice que constituait la langue - et la littérature qui lui était associée - était une étape majeure vers l’assimilation et la disparition. Dans ces circonstances, alors que les contacts avec le seul endroit où la vie culturelle juive continuait de prospérer - Babylone - à cause du conflit avec la Perse disparaissaient la vie juive dans le monde chrétien de la fin de l’Antiquité n’était pas seulement un pâle reflet de ce qu’elle avait été 3 ou 4 siècles avant.

Elle était condamnée.

Si l’Islam n’était pas survenu le conflit avec la Perse aurait continué. La séparation entre le Judaïsme occidental celui du monde chrétien et celui de Mésopotamie se serait intensifié. Le Judaïsme à L’Ouest aurait décliné jusqu’à disparaître dans certains endroits. Et le Judaïsme à l’Est serait devenu juste un autre culte oriental.

Mais tout ceci a été empêché par l’arrivée de l’Islam. Les conquêtes islamiques du VIIème siècle ont changé le monde et l’ont fait avec des effets décisifs de grande envergure et permanents pour les Juifs.

En l’espace d’un siècle depuis la mort de Mohammad en 632 les armées musulmanes ont conquis presque tout les parties du monde où les Juifs vivaient de l’Espagne vers l’Est à travers l’Afrique du Nord et le Moyen Orient aussi loin que la frontière Est de l’Iran et au-delà. Pratiquement tous les Juifs du monde étaient sous gouvernance de l’Islam. Cette nouvelle situation a transformé la vie juive. Leur sort a changé en terme léga, démographique social, religieux, politique, géographique, économique, linguistique, et culturel - tout cela pour le meilleur.

Le changement politique s’est fait parallèlement au statut légal de la population juive : bien que ce ne soit pas toujours évident de déterminer ce qui s’est passé lors des conquêtes musulmanes une chose est sûre le résultat de la conquête c’était principalement de faire des Juifs des citoyens de deuxième classe.

Ceci ne doit pas être mal interprété : être un citoyen de deuxième classe était une bien meilleure chose que de ne pas être du tout considéré comme citoyen. Pour la plupart des Juifs la citoyenneté représentait un progrès majeur. Dans l’Espagne visigothe par exemple peut avant la conquête musulmane en 711 les enfants des Juifs leur avaient été retirés et convertis par la force au Christianisme et eux-mêmes avaient été réduits en esclavage.

Dans les sociétés islamiques en développement pendant les périodes classiques et médiévales être Juif cela impliquait d’appartenir à une catégorie définie par la loi avoir certains droits et certaines protections parallèlement à différentes obligations.

Ces droits et obligations n’étaient pas si étendues ni si généreuses que ceux dont bénéficiaient les musulmans et les obligations étaient plus importantes mais pour ces quelques premiers siècles les Musulmans eux -mêmes étaient une minorité et pratiquement les différences n’étaient pas si grandes.

A côté de cette quasi égalité légale il y a eu celle sociale et économique. Les Juifs n’étaient pas confinés dans des ghettos ni littéralement parlant ni en terme d’activité économique. Les sociétés de l’Islam étaient en fait des sociétés ouvertes. En termes religieux aussi les Juifs ont bénéficié d’une liberté quasi-totale. Ils n’ont pas construit beaucoup de synagogues - en théorie- et ils ne montraient pas trop en public leur foi mais il n’y avait pas de restriction réelle dans la pratique de leur religion. En même temps que l’autonomie légale ils bénéficiaient d’une représentation formelle via des dirigeants de leur choix devant les autorités de l’état. Aussi imparfait et pas si rose que cela c’était au moins la norme en vigueur.

L’unité politique apporté par le nouvel Empire Mondial Islamique n’a pas duré mais il a crée une vaste civilisation mondiale islamique identique à la civilisation chrétienne qu’il a remplacée. Au sein de cette immense zone les Juifs ont vécu et largement bénéficié de statuts et droits identiques partout. Ils pouvaient se déplacer maintenir des contacts et développer leur identité de Juifs. Une nouvelle vaste expansion commerciale à partir du IXème siècle a favorisé les contacts entre les Juifs espagnols - comme les Musulmans - avec les Juifs et Musulmans même ceux de l’Inde.

Tout ceci a été encouragé par un développement encore plus crucial. Un grand nombre de personnes dans le nouveau monde musulman ont adopté la langue des Arabes musulmans. L’Arabe est devenu progressivement la langue principale de cette vaste zone excluant pratiquement les autres. Le Grec et le Syriaque l’Araméen et le Copte et le Latin toutes se sont éteintes remplacées par l’Arabe. Le Perse lui-même a régressé pour réapparaître plus tard largement influencé par l’Arabe.

Les Juifs ont adopté l’Arabe très rapidement. Au début du Xème siècle seulement 300 ans après les conquêtes, Sa’adya Gaon, a traduit la Bible en Arabe. La traduction de la Bible est un vaste chantier qui n’est entrepris que s’il y en a besoin. Aux environs de l’an 900 les Juifs avaient largement abandonné d’autres langues et utilisaient l’Arabe.

Le changement de langue a à son tour mis les Juifs en contact avec des développements culturels plus vastes. A partir du Xème siècle le résultat cela a été une coopération culturelle étonnante. Les juifs du monde musulman ont développé une culture entièrement nouvelle différente de celle d’avant l’Islam en terme de langage de formes culturelles d’influences et de pratiques. Au lieu d’être essentiellement préoccupés par la religion la nouvelle culture juive du monde islamique comme celle de ses voisins mélangeait le religieux et le séculier à des niveaux très élevés. Le contraste à la fois avec le passé et l’Europe médiévale chrétienne était énorme.

Comme leurs voisins ces Juifs écrivaient en Arabe pour partie et dans une forme judéo arabe aussi. L’utilisation de l’Arabe les a rapprochés des Arabes. Mais l’utilisation d’une forme spécifique judéo arabe a maintenu une séparation entre Juifs et Musulmans. Les sujets sur lesquels écrivaient les Juifs étaient pour l’essentiel nouveaux de même que les formes employées empruntées aux Musulmans et développées en tandem avec l’essor de l’Islam arabe.

De même à cette époque là l’Hébreu a été réactivé comme langue littéraire de haut niveau en parallèle avec l’utilisation chez les Musulmans d’un Arabe de haut niveau à des fins identiques. En même temps que son utilisation en poésie et prose artistique l’écriture séculière sous toutes ses formes en Hébreu et en Judéo Arabe s’est développée parfois de haute qualité.

La plupart des meilleures poésies en Hébreu écrites depuis la Bible viennent de cette période. Sa’adya Gaon, Solomon Ibn Gabirol, Ibn Ezra (Moses and Abraham), Maimonides, Yehuda Halevi, Yehudah al-Harizi, Samuel ha-Nagid, et bien d’autres encore tous ces noms bien connus de nos jours appartiennent au meilleur de la littérature et œuvre culturelle juive.

Où tous ces Juifs ont-ils produit tout ceci ? Quand eux et leurs voisins sont-ils parvenus à ce mode symbiotique du vivre ensemble ? Les Juifs l’ont fait dans un certain nombre de centres d’excellence. Le plus connu de tous est l’Espagne islamique où il y eu un authentique Age d’Or juif parallèlement à une vague d'épanouissement culturel parmi la population musulmane.

L’exemple espagnol montre un modèle plus général de ce qui s’est passé aussi dans l’Espagne islamique - des vagues de prospérité culturelle juive en parallèle avec des vagues de prospérité culturelle parmi les Musulmans - typique d’un modèle étendu dans l’Islam arabe. A Bagdad, entre le Xème et le XIIème siècle, au Qayrawan (en Afrique du Nord) entre le IXème et le XIème siècles, au Caire entre le Xème et le XIIème siècles et ailleurs l’épanouissement puis le déclin des centres culturels de l’Islam à eu tendance à se refléter dans l’épanouissement et le déclin de l’activité juive culturelle aux mêmes endroits.

Cela n’était pas une coïncidence et ce n’était pas non plus la résultante d’un patronage libéral éclairé des dirigeants musulmans. C’était la conséquence d’un certain nombre de traits de ces sociétés plus profonds ,social et culturel, légal et économique, linguistique et politique, qui ensemble ont permis et effectivement encouragé les Juifs du monde islamique à créer une nouvelle sub culture au sein de la haute civilisation de l’époque.

Cela n’a pas duré éternellement la période de symbiose culturelle réussie entre Juifs et Musulmans arabes au moyen Age s’est achevée aux environs de l’an 1300. En réalité elle avait atteint ce point déjà plus tôt avec le déclin relatif général de l’importance et de la vitalité de la culture arabe à la fois en lien avec les cultures européennes occidentales et en lien avec d’autres formes de cultures au sein de l’Islam même perse et turc.

La prospérité culturelle juive au Moyen Age a fonctionné pour une grande part au sein de la prospérité culturelle arabo musulmane (et jusqu'à un certain point de la prospérité politique) Quand la culture arabo musulmane était en plein épanouissement il en allait de même de celle des Juifs quand la culture arabo musulmane a décliné celle des Juifs aussi.

Dans le cas des Juifs cependant le capital culturel ainsi créé a aussi servi comme terreau pour un développement ailleurs - dans l’Espagne chrétienne et plus généralement dans le monde chrétien.

Le monde islamique n’a certainement pas été la seule source d’inspiration pour la renaissance culturelle juive qui s’est produite plus tard dans l’Europe chrétienne mais il a certainement contribué majoritairement à ce développement. On ne peut pas sous estimer sa signification.

http://www.planetenonviolence.org

 

http://www.alterinfo.net/L-Islam-A-Sauve-Le-Judaisme_a77609.html

L’Islam A Sauvé Le Judaïsme

Repost 0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 23:28

Le sionisme

 

Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 8 Juin 2012 - 10:25 Il y a 45 ans, la Naqsa : le « rêve » sioniste n’ira pas plus loin

Le sionisme est un sujet tabou, sacralisé par des inquisiteurs aux pouvoirs redoutables. En France, aborder cette question est périlleux compte tenu des pressions politico-médiatiques, judiciaires et des intimidations de groupuscules violents.

1 2 3 4 5 Notez

Alexandre Freydier
Vendredi 8 Juin 2012

Le sionisme
Le projet sioniste remonte à plusieurs siècles, notamment lorsqu’au XVIème siècle, des puritains anglais souhaitaient le retour du peuple juif en Palestine « terre promise » et la reconstruction de temple du Roi Salomon pour que s’accomplisse une prophétie biblique.

En conflit avec l’Eglise anglicane, certains puritains s’exilèrent en Irlande, d’autres aux Pays bas. En 1620, une centaine part aux Amériques à bord du « Mayflower » pour fonder une colonie à Plymouth. Ce sont les « pères pèlerins », ils se définissent comme le nouveau peuple élu. Le projet sioniste est donc antérieur à l’organisation fondée par Théodore Herzl en 1897 et son livre programmatique « l’Etat juif ». Ouvrage qui appelle de ses vœux la création d’un état pour les juifs, en Argentine ou en Palestine.
Pour des raisons religieuses au départ, puis suite aux pogroms et à la Shoah, le mouvement sioniste s’est renforcé et a pris de l’importance dans le monde. Au fur et à mesure, la Palestine s’est imposée comme lieu d’élection. Les sionistes ayant refusé l’offre britannique d’installer le peuple juif sur une partie de l’Ouganda.
Le mouvement sioniste va donc légitimer l’occupation de territoires en Palestine, en transformant des textes sacrés et une histoire en cadastre. Le pullulement des colonies en Cisjordanie (appelée Judée Samarie) et Gaza devient donc chose naturelle, selon l’expression de Benyamin Netanyahou !

Chose naturelle semble-t-il, comme le sont aujourd’hui les centaines de barrages, les expropriations, les destructions de cultures, le détournement de sources, la surexploitation des nappes phréatiques, les humiliations quotidiennes aux check-points, les incarcérations arbitraires, les crimes de guerre (voir rapport Goldstone), et la désinformation…

En novembre 1917, les sionistes obtinrent d’Arthur James Balfour, ministre des affaires étrangères Britannique, une déclaration en faveur de l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. Au fil du temps, une diaspora s’est implantée dans une région où vivait un peuple sédentaire : les palestiniens. Ainsi l’allégation : « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre » est inexacte. Très organisé, le mouvement sioniste a trouvé des appuis politiques, des sources de financement (Rothschild), a créé une armée (la Haganah, l’Irgoun) et a conduit des attentats (Hôtel King David 22/07/1946). La création de l’Etat d’Israël s’est produite en 1948 suite à un vote à l’ONU, dans le contexte post-traumatique de la Shoah. Pour les palestiniens, ce fut la « Nakba » : la catastrophe.
Nous ne prolongerons pas l’histoire d’Israël et du sionisme jusqu’aujourd’hui. Mais force est de constater que les sionistes n’ont jamais eu autant d’influence dans le monde. Via de multiples réseaux, le mouvement poursuit sa stratégie de lobbying et de désinformation. Le but est d’agrandir le territoire israélien en faisant croire que l’on s’implique dans un processus de paix : il faut gagner du temps pour gagner du terrain.

De cessez le feu en négociations de sécurité, il y a chaque jour un peu plus de constructions dans les territoires occupés. Jamais de retrait de ces territoires, les palestiniens n’obtiennent au mieux qu’un gel de la colonisation. Car pour les sionistes et le premier d’entre eux, Benyamin Netanyahou, la colonisation est une « chose naturelle ». Ainsi à l’exception du retrait de Gaza en 2005, les palestiniens ont vu leurs territoires fondre depuis 1948. Il représente aujourd’hui moins de 22 % de la Palestine sous mandat britannique, sans continuité territoriale et avec un blocus sur Gaza.
Sans relâche, la manipulation médiatique perdure grâce à une novlangue bien rodée :
- « Clôture de sécurité » pour désigner un affreux mur de 8 m de haut, rognant 9 % du territoire de la maigrichonne Cisjordanie.
- « Pacifier » pour attaquer avec des armes interdites par la Convention de Genève.
- « Paix en Galilée » pour désigner l’attaque du sud Liban (et Sabra et Chatila).
- Abuser du mot « terrorisme » même pour parler d’une résistance à l’occupant.
- « Processus de paix » pour colonisation accélérée.
Les sionistes sont mêmes allés jusqu’à déformer les propos du pape pour le décrédibiliser.

L’Etat israélien, création du droit international, est un état hors-la-loi en matière de droit international, maintes fois épinglé par l’ONU. Puissance nucléaire monopolistique au Moyen-Orient, Israël n’a pas signé le traité de non-prolifération. Sur le plan sociétal, cet état colonialiste et théocratique interdit les mariages mixtes. Pourtant, l’influence de « la seule démocratie du Moyen-Orient » n’a jamais été aussi grande dans le monde. Aujourd’hui, Israël est même un des sous-traitants du projet impérialiste de remodelage du Moyen Orient. La majorité du congrès américain est sioniste et le puissant lobby AIPAC, où chaque futur président américain vient donner des gages de sionisme, est situé à une portée de fusil de la Maison blanche. Le mouvement sioniste participant largement au financement des campagnes électorales, il est toujours payé de retour : les USA opposent quasi systématiquement leur véto aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU concernant Israël. En septembre 2011, Barack Obama a refusé l’octroi d’un siège à L’ONU pour la Palestine.

Le B’nai Brith, sorte de franc maçonnerie sioniste recense plus de 500 000 membres sur toute la planète. Le groupe Simon Wiesenthal fait également partie du réseau. Le site internet sioniste Yerouchalmi montre que le magazine « Vanity fair » a dénombré 51 juifs sionistes sur les 100 personnalités les plus puissantes du monde.
En France, l’influence du mouvement sioniste est grandissante.
Lorsque l’autorité palestinienne fit sa demande d’un siège à l’ONU en septembre 2011, 108 parlementaires de droite et de gauche réclamèrent le véto de Sarkozy. La mémoire de la Shoah est entretenue : une plaque a été vissée devant chaque école parisienne en mémoire des déportés juifs de la Shoah, ce qui est bien compréhensible. Mais quid des noirs, des communistes, des homosexuels, des handicapés victimes de cette tragédie ?

A l’assemblée nationale un mouvement d’amitié franco israélien joue son rôle de lobby. Depuis que la France est devenue « l’ami d’Israël » en 2007, le CRIF donne ses directives au gouvernement dans de nombreux domaines. Les détracteurs de cette organisation sont peu nombreux et immédiatement marqués du sceau infamant d’antisémite. Lors de l’opération plomb durci en janvier 2009, Nicolas Sarkozy envoie une frégate pour protéger Israël alors que plus de 1500 victimes ont été dénombrées chez les palestiniens. Dernier privilège communautaire octroyé au CRIF : le calendrier des examens prend en compte la pâque juive (Pessah). Comble du sophisme, le ministre des cultes s’appuyait sur la loi de 1905 pour justifier sa mesure… http://diktacratie.com/le-sionisme-partie-2 http://diktacratie.com/le-sionisme-partie-2

http://diktacratie.com/le-sionisme-partie-2 http://diktacratie.com/le-sionisme-partie-2


Sous le silence et la myopie international depuis 1948...
Sous le silence et la myopie international depuis 1948...
Repost 0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 23:23

Selon des plans qui existaient depuis la création de l’Etat-colonie Israël, une nouvelle Nakba s’abattait sur le peuple palestinien le 6 juin 1967. L’entité sioniste occupa alors l’ensemble de la Palestine historique, y compris al-Quds, ainsi que les hauteurs du Golan syrien et le Sinaï égyptien. La mise en place d’un gouvernement militaire pour ces territoires avait été préparée dès 1963. Comme en 1948, les forces militaires juives bombardèrent de nombreuses régions sans aucun intérêt stratégique militaire. Le seul objectif était de faire fuir la population palestinienne et de poursuivre l’épuration ethnique pour donner réalité au « rêve sioniste du Grand Israël ».

1 2 3 4 5 Notez


Comité Action Palestine
Vendredi 8 Juin 2012

Il y a 45 ans, la Naqsa : le « rêve » sioniste n’ira pas plus loin
Selon des ordres du général Yitzhak Rabin, plusieurs villes et villages palestiniens furent entièrement détruits. La totalité du quartier marocain dans la vieille ville d’Al-Quds, jouxtant le Mur occidental du Haram esh-Sharif, fut réduite à néant pour laisser place à l’Esplanade des Lamentations.
 
Dans un processus qui visait à terminer le travail d’épuration ethnique démarré 20 ans plus tôt, 400 à 450.000 Palestiniens furent expulsés par la force en juin 1967, la moitié d’entre eux étant déjà des réfugiés de 1948. Les camps de réfugiés de Ein as-Sultan, Aqbat Jabr, Nuweimeh et de al Ajajra près de Jéricho furent bombardés et le camp de Karameh sur la rive orientale du Jourdain totalement détruit  en 1968.
 
Mais en 1967, contrairement à ce qui s’est passé au moment de la Nakba,  la majorité de Palestiniens des nouveaux territoires occupés resta en place. Malgré tous les plans mis en œuvre pour finir le nettoyage ethnique, le cauchemar commençait alors pour l’entité sioniste car son projet colonial et raciste en Palestine n’irait pas plus loin. Depuis, le processus s’est même inversé puisque l’entreprise sioniste n’a cessé de reculer sous les coups de la résistance en 2000 au Liban, puis en 2005 à Gaza.

Photo
Manifestation commémorant la Naksa à Al-Quds occupée le 5 juin 2012
(photo Afif Amira / WAFA)


 Pour pallier l’affaiblissement de son avant-poste au Moyen Orient, l’impérialisme occidental redouble d’efforts pour maintenir son hégémonie dans la région et mater toutes les résistances, qu’elles viennent des peuples ou des Etats. Dans ce contexte, la Syrie tient bon. Depuis plus d’un an, et malgré toutes les tentatives de déstabilisation orchestrées de l’étranger et la propagande, les puissances occidentales ont pour l’instant totalement échoué à détruire l'un des piliers de l'axe de la résistance ( Iran, Liban, Gaza, Syrie). Pourvu que tout ce qui fasse obstacle aux plans impérialistes et sionistes s'inscrive dans la durée car l’impérialisme ne recule devant aucune atrocité pour arriver à ses fins.
 
En ce 45ème anniversaire de la Naqsa, force est de constater que la détermination des peuples est toujours victorieuse face à l’injustice que représentent le colonialisme et l’impérialisme. Plus de 60 ans après la Nakba, force est de constater que la Palestine est toujours au centre des revendications des mouvements révolutionnaires dans les pays arabes et des choix stratégiques des Etats de la région. Ce constat est celui de l’échec du projet sioniste et annonce sa fin prochaine. Vive la résistance du peuple palestinien et des peuples arabes.

COMITE ACTION PALESTINE
6 bis rue de Janeau
33100 BORDEAUX
06 74 60 02 36


Photo

Photo
Manifestation commémorant la Naksa à Al-Quds occupée le 5 juin 2012
(photo Afif Amira / WAFA)


Source : Comité Action Palestine

http://www.ism-france.org/analyses/Il-y-a-45-ans-la-Naqsa-le-reve-sioniste-n-ira-pas-plus-loin-article-17065 http://www.ism-france.org/analyses/Il-y-a-45-ans-la-Naqsa-le-reve-sioniste-n-ira-pas-plus-loin-article-17065
http://www.alterinfo.net/Il-y-a-45-ans-la-Naqsa-le-reve-sioniste-n-ira-pas-plus-loin_a77463.html
Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 14:24

Bernard-Henri Lévy : « Je suis le représentant de la tribu d’Israël »

http://oumma.com/12986/bernard-henri-levy-representant-tribu-israellink

Bernard-Henri Lévy : « Je suis le représentant de la tribu d’Israël »

Repost 0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 19:33

Monde musulman, vers des Emirats ethniques.


Le brasier qui brûle en Syrie a atteint son voisin libanais où la situation s'est passablement aggravée lors des trois derniers jours où des combats, de plus en plus violents, opposent les sunnites (partisans de l'opposition syrienne) aux alaouites pro-Assad.

1 2 3 4 5 Notez


Karim MOHSEN
Mardi 22 Mai 2012


Le plan israelien Oded Ynon prônait la morcellisation des pays musulmans
Le plan israelien Oded Ynon prônait la morcellisation des pays musulmans
Or, le meurtre, hier, d'un dignitaire sunnite hostile au régime de Damas a ravivé les rancoeurs dans un pays encore fragilisé par les guerres civiles - dont la plus meurtrière a duré quinze ans (1975-1990) - faisant courir le risque de rouvrir des plaies que d'aucuns estimaient cicatrisées. Bâti sur le confessionnalisme (garanti par la Constitution de 1943), le Liban est en fait une mosaïque religieuse ingouvernable. Ainsi, la grave situation où s'est embourbée la Syrie depuis 14 mois semble avoir déteint sur le pays du Cèdre. Mais est-ce seulement cela? Cela semble plus compliqué qu'il n'y paraît de prime abord. En fait, une sorte de puzzle se met en place au Moyen-Orient avec ce qui se passe en Syrie - et désormais au Liban - où des combats opposent essentiellement sunnites et alaouites (une fraction du chiisme) d'où est issu le président syrien. Ce postulat se retrouve également en Irak où, depuis l'invasion américaine de mars 2003, sunnites et chiites ne sont pas en bons termes, faisant craindre une partition du pays. Ce postulat est aussi vrai dans le petit royaume du Bahreïn qu'en Arabie Saoudite où islam sunnite et islam chiite s'adonnent à un bras de fer. Le pouvoir pyramidal fondé sur l'appartenance religieuse et/ou ethnique a été mis au point et institué par la France, alors mandataire du territoire libanais, au début du XXe siècle. Or, il semble que ce modèle de gouvernance marqué par la croyance et la race serait appelé à devenir la norme dans un Moyen-Orient promis à l'atomisation.

A l'aune des bouleversements (ledit «printemps arabe») que connaît cette région depuis 2011 - induit par les chutes successives des chefs d'Etat tunisien, égyptien, libyen et yéménite - semble revenir à l'ordre du jour la fameuse «initiative» pour un «Grand Moyen-Orient» (GMO) annoncé en 2004 par l'ex-président américain George W.Bush. Or, la paternité de ce projet attribué à M.Bush est en fait un vieux dessein sioniste de déstructuration de la société arabe et d'atomisation des pays arabes en autant d'Emirats que de fractions religieuses ou ethniques. Nous en voyons le contour avec un Irak quasiment divisé en trois entités (un Kurdistan autonome, un pays chiite et un autre sunnite). Ce remodelage du Moyen-Orient inspiré donc par Israël, devait être soumis à l'opinion mondiale, sous l'allégation de «démocratisation» du Monde arabe. Ce que fit le plus officiellement du monde l'ancien président Bush. Cela dans l'optique de «sécuriser» l'Etat hébreu et surtout empêcher l'émergence d'une puissance arabe, capable de remettre en cause la domination sioniste sur la région, outre de garantir aux Américains la mainmise sur le pétrole dont le Moyen-Orient contrôle 60% des gisements prouvés. Pour ce faire, il fallait donc favoriser l'éclatement des pays arabes sur la base confessionnelle. Ce qu'Israël avait tenté de réaliser dès 1982, lors de l'invasion du Liban avec l'aide et la complicité des Maronites. Outre le dépeçage du Liban en Etats confessionnels, il était aussi question de diviser la Syrie en trois Etats (alaouite, druze et sunnite). Le projet Bush reprend ce plan d'atomisation des pays arabes, en l'élargissant au Maghreb et en y incluant une partie de l'Asie orientale (Afghanistan, Iran et Pakistan). Le projet prévoit ainsi l'avènement d'une vingtaine «d'Emirats» fondés sur les ethnies et les confessions.

L'Arabie Saoudite, alliée stratégique des Etats-Unis, n'y échappe pas qui serait le plus grand perdant en étant réduite à la portion congrue et se verrait même amputée des Lieux Saints de l'Islam, promus à une sorte de Vatican musulman dans un improbable «Islamic Sacred State». Or, ce qui se passe en Syrie, au Yémen, en Irak et au Liban, favorise, quelque part, les desseins de ceux qui veulent réduire les pays arabes dans cette région stratégique en les soumettant au joug d'Israël. Des monarchies du Golfe participent à ce complot contre le Monde arabe. Hélas!

http://www.lexpressiondz.com/edito/154072-emirats-ethniques.html http://www.lexpressiondz.com/edito/154072-emirats-ethniques.html

 

et

http://www.alterinfo.net/Monde-musulman-vers-des-Emirats-ethniques_a76604.html

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 20:53

 


 

 

 Diminuer la taille du texte    Partager Partager

Palestine occupée

Extraordinaire la mosquée al-aqsa, le temple de salomon, la partie souterraine filmée pour la premiere fois


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 21 Mai 2012 - 13:20 une lionne poignarde un sioniste


1 2 3 4 5 Notez


Halil
Lundi 21 Mai 2012


Extraordinaire la mosquée al-aqsa, le temple de salomon, la partie souterraine filmée pour la premiere fois


http://www.youtube.com/watch?v=u7h2Cca2wEs&feature=player_embedded 

. Mérite de la mosquée Al-Aqsa.

1. 1. Elle se situe sur une terre sacrée, terre des Prophètes et des Révélations.

1. 2. Elle représente la première qibla des musulmans.

1. 3. Elle représente le troisième endroit sacré [après la Ka’ba et la mosquée de Médine], le Messager de dieu a dit : « On ne sangle les selles que pour trois mosquées, la mosquée de la Ka’ba [à la Mecque], la mosquée al-Aqsa [à Jérusalem] et ma mosquée [sis à Médine]. » Rapporté par Muslim et d’autres.

1. 4. Dernière étape du voyage nocturne [voyage horizontal d’isra’ effectué par notre Prophète PSL de la Mecque vers la ville d’al-Qods], Dieu dit : « Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Muhammad], de la Mosquée al-Haram à la Mosquée al-Aqsa dont Nous avons béni l’alentour, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C’est Lui, vraiment, qui est l’Audient, le Clairvoyant. » Isra 01.

1. 5. Première étape de l’ascension [voyage vertical d’al-mi’raj], commençant par la mosquée al-aqsa et se terminant à la sidrat al-Muntaha [le jujubier céleste, très proche de Dieu le Tout Puissant.

1. 6. Une seule salât en son sein représente l’équivalent de 500 salât accomplies dans une autre mosquée.

2. Construction de la mosquée Al-Aqsa

C’est le second lieu de culte construit sur terre après celui de la Ka’ba, Dieu dit : « La première maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bakka [la Mecque] bénie et une bonne direction pour l’univers. » Imran 96.

Abou Dhar al-Ghiffari raconta : j’ai demandé au Messager PSL de Dieu : « Ô Messager de Dieu ! Quelle mosquée fut construite la première sur terre ? » Le Messager PSL de Dieu répondit : « La mosquée sacrée. » Je dis encore : « Puis encore ? » Il dit : « La mosquée d’al-Aqsa » Je lui dis encore : « Quel temps les sépara ? » Le Messager PSL répondit : « Quarante ans. » Boukhari, Ibn Majah et Ahmed.

3. Jérusalem, pour la première fois pour la première fois aux musulmans.

En l’an 15 après l’hégire, Omar commandeur des croyants entra dans la ville sainte de Jérusalem [par le même porte empruntée par le Messager de Dieu lors de son voyage céleste], il pria au sein de la mosquée al-Qods [au même endroit où l’a fait le Messager de Dieu].

4. L’Occupation de Jérusalem.

La ville de Jérusalem [y compris la mosquée sacrée], tombe aux mains des croisés [chrétiens] en l’an 1099. Son siège dura 40 jours environ.

5. Libérée de nouveau.

Libérée par le grand chef Salah Din al-Ayoubi le 27 rajab 583 de l’hégire correspondant à l’année 1187. Al-Ayoubi ne vivait que pour la Palestine, quand on lui demanda la cause de sa permanente tristesse, il répondit : « Par Dieu ! J’ai honte devant Dieu, de rire ou de sourire alors que la ville d’al-qods se trouve entre les mains des croisés ! »

Après sa libération, il parfuma la ville sainte de l’eau de fleur. »

6-Réoccupée de nouveau.

La chute du califat musulman était la première étape pour la destruction de la nation [morale et matérielle] de l’Islam, Jérusalem était de nouveau dans la ligne de mire.

Le 09 juin 1967, la ville al-Qods tomba aux mains des ennemis et la prière du vendredi fut [pour la première dans l’histoire] interdite.

Les Juifs montrèrent [enfin] clairement leur convoitise pour la ville et on clama les fameux slogans :

« La route est enfin ouverte pour [aller vers] Babel et yathrib [Médine]. »

« Tes limites oh Israël ! Sont du Furat au Nil ! »



Lundi 21 Mai 2012
http://www.alterinfo.net/Extraordinaire-la-mosquee-al-aqsa-le-temple-de-salomon-la-partie-souterraine-filmee-pour-la-premiere-fois_a76497.html
Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 21:15

400 à 500 personnes se suicident chaque année en entité sioniste


1 2 3 4 5 Notez


Dimanche 20 Mai 2012


400 à 500 personnes se suicident chaque année en entité sioniste
Nazareth – CPI

Le journal hébreu "Yediot Aharonot" a déclaré que 400 cas de suicide sont signalés chaque année dans l'entité sioniste, dans un contexte de négligence des autorités concernées face à leurs responsabilités pour faire face à ce phénomène.

Le journal a cité du membre de la fondation "Pour la vie" spécialisée dans la sensibilisation sur le phénomène du suicide, Danny Tzipi, que beaucoup ne savent pas que 400 à 500 personnes suicident en Israël chaque année.

Il a ajouté : "Dans la pratique, ce nombre est relativement important, et il devrait être plus élevé si les autorités ne cachent pas les véritables chiffres sur ce phénomène en raison du silence sur ce sujet".

Il a poursuivi que les autorités parlent de ce phénomène dans de nombreux endroits et secteurs, dans des cas de mort résultant d'incidents différents pour cacher la réalité du suicide.

Les familles des suicidés sionistes ont décidé d'organiser une marche silencieuse pour condamner le silence adopté par leur gouvernement vis-à-vis de l'amplification de ce phénomène, et dans le but de pousser les responsables et les côtés concernés à assumer leurs responsabilités dans le traitement de ce sujet.
))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
http://www.alterinfo.net/400-a-500-personnes-se-suicident-chaque-annee-en-entite-sioniste_a76468.html
Repost 0

Pages