Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 21:28
Des rabbins sionistes ont revendiqué haut et fort ce qu'Israël a toujours fait tout bas depuis sa création.
Dans un recueil intitulé "Dogme du roi", inspiré des préceptes de la Thora,   selon les auteurs les deux rabbins Itshak Shapira et Youssi Allistor, et s'apparentant au "Prince" italien de Machiavel, une véritable sentence de mort  est lancée.  
Répondant à la question, quand est-il permis de tuer les "autres", (ou les Goyims selon le terme hébraïque donné aux non juifs), elle en appelle à tuer par anticipation, par prévention et par vengeance tout ceux qui sont contre Israël, que ce soit de par les actes, les paroles, ou  même les sentiments.
Par extension, elle permet de tuer mêmes ceux qui ne sont pas les ennemis d'Israël, mais seulement parce qu'ils se trouvent sr le lieu où se trouve l'ennemi à abattre.
De part et d'autre, le manuscrit vise surtout les civils.
" Partout, là où la présence de ce Goyim pourrait porter atteinte à la vie d'un Israélien, il est permis de le tuer, même s'il aime les autres peuples du monde, et n'est pas coupable de la condition naissante". Et d'expliquer "qu'il faut tuer quelqu'un qui ne veut pas tuer de Juif lorsque ceci permet d'empêcher la mort d'un juif ".
Concernant les civils en temps de guerre, le pamphlet ne prescrit aucune précaution. Bien au contraire, arguant " les nécessités de la guerre", il accorde une certaine légitimité à leur massacre: à l'origine, selon les préceptes de la Thora, tous les Goyims sont censés avoir du sang juif sur les mains.
Lorsqu'il s'agit du peuple de l'ennemi, les règles sont encore plus sanguinaires. Tous sont considérés être des ennemis voire des combattants, du fait "qu'ils aident les combattant, les encouragent ou expriment leur satisfaction quant à leur combat".
En dehors des temps de guerre, ils devraient faire l'objet des mesures de rétorsion, dans le but d'opérer " l'équilibre de terreur". Le texte cite: "Ceux qui appartiennent au peuple de l'ennemi sont l'ennemi, car ils aident les assassins. Raison pour laquelle il faut agir avec eux par vengeance et selon la loi du talion; la vengeance est indispensable avec eux pour rendre vain le mal. Les actes pourraient parfois être féroces mais ils ont pour but de créer un équilibre de terreur efficace".  
    
Mêmes les enfants ne sauraient être épargnés: Qualifiés " d'obstructeurs du chemin", il devient permis de les tuer à bout portant: sont évoqués les fils des commandants des ennemis d'Israël, car le fait de les tuer devrait permettre de faire pression sur leurs pères. Figurent aussi les enfants qui peuvent constituer une menace lorsqu'ils grandiront, ou ceux qui constituent un obstacle dans l'affrontement des méchants ou durant les opérations de sauvetage de Juifs.
 
Une sentence de mort peut même être décrétée à l'encontre de ceux qui critiquent Israël, ou a contrario de ceux qui flattent la résistance contre lui. Faisant partie des "oppresseurs", le paragraphe les concernant permet des explications aléatoires, voire arbitraires.  "…est considéré oppresseur celui qui affaiblit notre royaume de par les paroles".
 
 Selon des observateurs, la publication de ce livre qui dispose déjà du soutien d'un  grand nombre de rabbins influents, à l'instar d'Itshak Guinsbourg, Dov Léor et Jacob Joseph est porteuse de plusieurs significations.  
De point de vue sociologique, il illustre une volonté d'insuffler à son paroxysme l'esprit belliciste à tous les Israéliens, voire à tous les sionistes pour les amener à s'investir totalement, en cas de guerre.
S'attaquant de front à ceux qui sont contre l'entité sioniste, le livre n'en comporte pas moins insidieusement des menaces contre ceux qui sont contre la politique israélienne ou s'aventure à la critiquer. Ils pourraient désormais payer de leur peau leurs positions. Pas seulement en Palestine, mais aussi partout ailleurs dans le monde.
De par la franchise avec laquelle il révèle la dimension frôlant les thèses d'extermination du  dogme qui régit l'action militaire et d'intelligence de l'entité sioniste depuis sa création, il reflète plus que jamais l'arrogance d'impunité chez les Israéliens.
Une arrogance qui ne saurait dissimuler la peur qui l'attise!


Heureusement qu'il y a aussi très peu certes, des rabbins anti sionistes comme Naturei karta pour démontrer la supercherie sioniste et son influence néfaste sur le Judaïsme et le monde

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

maxim 11/11/2009 21:33


L’acteur, François Cluzet, face au mur de la honte de l’antisémitisme instrumentalisé

mardi 10 novembre 2009

Il y a des paroles libératrices qui s’affranchissent avec courage d’une sombre perfidie instrumentalisée, brisant d’un coup les chaînes d’un amalgame qui s’ingénie à confondre une saine critique de
la tyrannie coloniale d’Israël avec une posture antisémite.

Dans un tel climat anxiogène, rares sont les artistes du septième art qui osent s’aventurer sur ce terrain mouvant, prêts à faire passer leurs convictions intimes avant leur propre notoriété et
leur promo du moment.

Invité dimanche sur France 2, dans le cadre de l’émission « le 13h15, le dimanche », le talentueux comédien, François Cluzet, n’a pas craint, en marge de son dernier film, de rebondir sur la
thématique brûlante de l’identité nationale pour prendre fait et cause sous les caméras pour le jeune franco-palestinien, Salah Hamouri (voir vidéo ci-dessous), mis aux fers israéliens depuis
quatre longues années.

Face au député-maire de Meaux, Jean-François Copé, demeuré impassible, feignant d’ignorer tout de l’affaire, l’acteur engagé, qui milite en faveur de la libération du ressortissant français au sein
de son comité de soutien, a dénoncé le sort inique réservé à ce prisonnier à part, dont l’identité nationale, tombée dans les oubliettes gouvernementales, est tout sauf un cas de conscience
nationale.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant que les représailles du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) ne s’abattent sur François Cluzet, dans un nouvel accès de névrose
obsessionnelle dès lors que l’on a l’outrecuidance de choisir le camp des opprimés : les palestiniens.

Se retrouvant sur le banc des accusés aux motifs de "désinformation" et « d’incitation à la haine », rien de moins, l’acteur est ainsi désigné à la vindicte par les responsables du BNVCA qui en
appellent au CSA pour rétablir une vérité, selon eux, tronquée, en contraignant la rédaction de France 2 à s’exécuter.

Pour grandiose que fut la commémoration de la destruction du mur de Berlin, elle ne doit pas occulter tous les autres murs de la honte, qui n’ont cessé depuis de s’ériger comme autant de remparts
de la peur, qu’ils relèvent d’un odieux conditionnement idéologique, ou d’une frontière délimitant la prison à ciel ouvert de Gaza.

Partager sur Facebook

Partager sur Twitter
Mots clés
International Société


Pages