Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 16:22
Coopération Sionisme/US/UE/Allemagne.....

Allemagne-Israël : La Coopération En Matière D'Armement Sur Mer, Sur Terre, Et Dans L'Air



Sous marin Dolphin israélien en cale sèche
Sous marin Dolphin israélien en cale sèche

Note Editoriale

On fait souvent référence, de façon tout à fait justifiée, au soutien militaire des Etats Unis à Israël. Ainsi, concernant la guerre récente menée contre la population civile de Gaza, il apparaît clairement que les US ont été complices des crimes de guerre et contre l'humanité commis par l'armée israélienne en fournissant les "smart bombs" - au DIME, un matériau hautement toxique, cancérigène - et le système GPS pour les guider. L'armée israélienne a affirmé que 81% des bombes larguées sur Gaza au cours de cette Opération étaient des "smart bombs".

Cependant, on parle moins de la coopération étroite Allemagne Israël en matière d'armement et donc de la responsabilité de l'Allemagne dans les crimes commis par Israël. Cette coopération permet à Israël depuis des décennies de bénéficier de technologies allemandes de pointe, que le régime Sioniste reçoit, inclut et adapte à son matériel de guerre. Ci dessous la traduction d'un article qui "scrute ce type particulier de rédemption" de l'Allemagne Post Nazie. Il a été publié en Octobre 2006, juste après la deuxième guerre du Liban, et garde toute son actualité, l'Allemagne n'ayant pas cessé sa coopération, l'inverse. A noter que tous les dirigeants et partis politiques allemands n'ont jamais critiqué cette aide militaire à Israël, y compris les Verts de Cohn Bendit . Ce dernier, en campagne pour les élections européennes, ratisse large dans le monde associatif et des ONG, notamment auprès des anti guerre. Cohn Bendit est un adepte de la "guerre juste" (exemple: l'Irak).

Allemagne Israël : La Coopération En Matière D'Armement Sur Mer, Terre Et Dans L'Air

L'armée de l'air israélienne a bombardé des cibles au Liban. L'armée a attaqué des villages et villes libanaises qu'ils considéraient comme des fiefs du Hezbollah. La marine de guerre israélienne a imposé un blocus du pays. Pendant toutes ses opérations, la technologie militaire "fabriqué en Allemagne " a été utilisée. Une raison suffisante pour scruter ce type particulier de rédemption.

Guenther Hillinger ( nom changé) a un problème. L'ingénieur expérimenté de l'usine AEG à Wedel l'avait simplement trouvé sur une note interne. Un memoire interne l'instruisait lui et ses collègues : " Sujet : LTDS hardware/documents de production : il ne doit pas y avoir de logos "AEG" sur aucune des pièces détachées (...) Au cas ou le hardware existe déjà avec des logos AEG pour les prototypes, cette marque doit être enlevée avant que l'équipement soit livré". C'était en 1986.

Le LTDS est un chef d'oeuvre du savoir faire de l'ingénierie allemande, et à l'origine du fait que le tank Léopard II vise mieux que tous ceux en compétition avec lui. Même en se déplaçant à vitesse maximum en terrain difficile, cette pièce assure le maintien de la tourelle précisément dans la direction de la cible visée. Elle stabilise la tourelle du tank et la guide précisément. Par conséquent, le Leopard II peut tirer et toucher la cible alors que de nombreux autres tanks ne font que des trous dans l'air.

Les prototypes et les documents étaient prêts à être livrés. Le problème c'était le destinataire : c'était en Israël et il travaillait à la fabrication d'un nouveau tank le Merkava III. Comme Hillinger savait de par les prototypes et les documents de production, c'était possible pour les Israéliens de reproduire le LTDS, qui pouvait alors être adapté au Merkava.

Devaient-ils aider Israël avec une telle livraison embarrassante de la technologie d'armement la plus moderne? La livraison était -elle vraiment légale ? L'origine devait - elle être dissimulée ?

Cela faisait seulement 4 ans qu'Israël, sous la direction du ministre de la Défense, Ariel Sharon, avait entrepris une campagne sanglante au Liban, pour éliminer l'OLP et pour installer un gouvernement bien disposé à l'égard de Tel Aviv. Israël continuait d'occuper la partie Sud du pays, et il continuait d'y avoir des accrochages armés. Maintenant c'était principalement avec la milice Shi'ite du Hezbollah, qui avait été formée pour lutter contre l'occupation dans le Sud.

Guenther Hillinger avait des problèmes avec sa conscience. Mais avant qu'il ne trouve un moyen sûr de rendre la chose publique, le matériel avait été acheminé.

Fabriqué en Israël - Fabriqué en Allemagne ?

Aujourd'hui, 20 ans plus tard, le LTDS et ses modèles plus avancés se retrouvent dans les tanks israéliens Merkava III et Merkava IV. Ils sont de nouveau en action au Liban. C'est vrai, il y a des rumeurs dans les revues spécialisées que les composants importants du Leopard, connu actuellement comme Geadrive, sont dans le Merkava. Israël affirme cependant qu'il s'agit de son propre prototype, fabriqué en Israël.

Une histoire inhabituelle ? C'est plutôt symptomatique de la coopération germano israélienne en matière d'armement. La technologie pour le calibrage régulier de 120mm de la tourelle du Leopard a aussi trouvé son chemin en Israël par des voies de contournement. Soit directement des ateliers du fabricant Rheinmetall ou via la production américaine sous licence, on ne le sait pas. Là aussi, Israël affirme que c'est du à sa propre activité de développement. En ce qui concerne le blindage, c'est différent car il y a une coopération avec la société conceptrice allemande, IDB-Deisenroth.

Il existe d'autres composants allemands dans les Merkavas dont on parle plus ouvertement. Les systèmes de transmission des tanks sont fournis par Renk AG d'Augsburg. Les moteurs sont développés par MTU et assemblés à partir des pièces détachées par un américain sous licence. De là ils sont envoyés en Israël.Cela représente des avantages pour "Jerusalem" ( ndlt : Jerusalem n'est pas la capitale d'Israël, nous remplaçons par Tel Aviv pour ne pas utiliser le vocabulaire de propagande israélienne), car Israël - qui manque de fonds - peut utiliser l'aide militaire US pour payer les livraisons des employeurs américains.

" Cà baigne".

Ainsi va l'adage attribué à Hans Dietrich Genscher, qui a servi longtemps comme ministre des affaires étrangères. Cela s'applique aussi pour Israël. La corvette Saar 5, touchée par un missile terre mer du Hezbollah lors du blocus maritime au large des côtes libanaises, avait un moteur MTU. Les mêmes moteurs de l'entreprise sont également installés dans les vedettes et corvettes de types Saar 4.5, Super Dvora Mk2, et Shaldag.

La marine de guerre israélienne utilise des sous marins conçus en Allemagne. D'abord il y a eu trois sous marins type GAL, produits clandestinement en Angleterre selon des plans allemands et avec l'aide d'ingénieurs allemands. Actuellement il y a 3 sous marins de type Dolphin. Ils ont été conçus dans les années 80 au Ingenieurkontor de Luebek, à Werft HDW à Kiel, et à Atlas Elecktronic à Bremen, selon les demandes faites par Israël. ils ont été construits à Kiel et Emden par HDW, et Thyssen Nordseewerken. La livraison a eu lieu entre 1998-2000. En Israël, ils ont été de nouveau ré équipés. Comme Israël ne pouvait se payer financièrement ces sous marins, ils ont été payés à hauteur de plus de 80% par le budget féderal allemand. L'occasion pour ce cadeau, se sont les roquettes de Saddam Hussein contenant de la technologie allemande, qui ont frappé Israël lors de la première Guerre du Golfe. L'une des principales armes de ces sous marins vient aussi d'Allemagne - les grosses torpilles de la société Atlas Electronic pour cibles en mer. Elles sont également livrées via les USA, de sorte que l'aide militaire US puisse être utilisée pour le financement. Israël peut utiliser les sous marins en Mer Méditerranée et dans la région du Golfe pour des missions de reconnaissance et pour la guerre navale traditionnelle. Ils peuvent amener des plongeurs de combat sur sites d'opérations, placer des mines sous marines, et tirer des missiles sur des cibles en mer et sur terre. Cependant , un mystère entoure leurs missions les plus délicates.

Les sous marins Dolphin possèdent un équipement spécial. Des lance torpilles de différentes tailles ont été construits dans la proue. 6 lance torpilles normaux, calibre 533 mm, 4 surdimensionnés, de calibre 650mm. Avec les petits lance torpilles le sous marin peut accomplir les tâches décrites ci dessus. Mais les surdimensionnés sont prévus pour quoi faire ?

Israël est une puissance nucléaire non déclarée. Elle considère les sous marins Dolphin comme faisant partie de son potentiel stratégique. Comme cela s'est su qu'Israël avait testé au large de la côte du Sri Lanka en 2000 un missile d'une portée de 1000-1500 Km, de nombreux observateurs croient qu'Israël veut placer certaines de ses bombes atomiques sur les sous marins, où ils seront invulnérables. Comme les sous marins sont mobiles, ils peuvent couvrir bien plus de cibles et des cibles bien plus lointaines. Du point de vue allemand la question se pose de savoir si l'Allemagne a contribué à la prolifération nucléaire avec l'exportation du Dolphin, puisqu'il a fourni à Tel Aviv une plateforme d'armement pour des missiles nucléaires. La crédibilité de la politique de non prolifération de l'Allemagne se trouve effectivement mise à mal par le simple fait qu'on soupçonne Israël d'utiliser les sous marins pour transporter des armes nucléaires.

Petits composants - Effets majeurs

Ce sont des spécialistes qui travaillent à la société AIM-Infrarot-Module d'Heidelberg. Ils fabriquent des modules infrarouge, pour la reconnaissance, le ciblage et le tir sur cible. 280 employés ont fait 47 millions d'euros de chiffre d'affaires ( 2004), 45% avec les Etats Unis. Là bas, des milliers de modules d'Heidelberg sont installés dans des pièces d'avions de combat, tels que les conteneurs de ciblage LANTIRN ou dans des systèmes d'hélicoptères tels que le TADS, qui entrent en action dans la mitrailleuse AH-64 de l'hélicoptère Apache. Plus ces armes de précision guidées pour tir à distance sont utilisées, et plus ces composants électo-optiques deviennent importants. Pour la première fois, ils rendent possible l'utilisation efficace de plateformes d'armements qui coûtent cher.

Cela s'applique aussi aux systèmes d'armes utilisés en vol par Israël. La plupart de ceux ci viennent des Etats Unis. Israël a de nombreux types de bombardiers F-16 et d'hélicoptères Apache. Quand ils tirent sur des cibles au Liban, les modules infrarouge allemands sont habituellement à bord. Alors qu'Israël est impliqué, le label " Fabriqué en Allemagne" n'est souvent pas visible de l'extérieur, mais plutôt de l'intérieur sur des composants importants.

Israël et l'Allemagne coopèrent depuis des années, au bénéfice des deux, dans les domaines de l'électronique et des systèmes électro-optiques, pour les avions de combat, par exemple. "Cerberus" est né dans les années 70 comme un projet secret, un système électronique de brouillage contre les systèmes aériens de défense, qui vole aujourd'hui avec le Tornado, comme TSPJ. Le parlement allemand (Bundestag) lui-même n'a découvert l'existence du projet pour la première fois que quelques années plus tard. La société Zeiss Optronic GmbH, coopére avec la société Raphael Israélienne dans la production et le marketing de systèmes de reconnaissance et de ciblage types légers Litering et Recce également appréciés à l'exportation.

Armes de petit calibre

Bien qu'Israël possède une petite industrie de l'armement très performante, parfois certaines de ses armes viennent d'Allemagne. La société Mauser fournissait des fusils pour les tireurs d'élite dans les années 80. Le PSG1 fabriqué par la société Heckler & koch a été testé comme successeur mais trouvé trop cher. Le savoir faire de la production du bazooka 3 allemand a été passé à Israël. A présent, Rheinmetall travaille avec un partenaire au "Proche Orient" sur un système pour localiser un tireur d'élite. Difficile d'imaginer que ce partenaire ne réside pas en Israël.

Coopération traditionnelle

Il y a des choses qui ne devraient même pas exister. Déjà en 1955 et 1956, le chantier naval Burmester a construit deux navires de patrouille et les a envoyés à Israël. L'Allemagne avait à cette époque interdiction de produire ce type d'armement. En 1958, Shimon Peres et Franz Josef Strauss se sont mis d'accord sur d'autres livraisons d'armement. D'abord cela devait se fait de façon détournée : des avions de transport Noratlas sont passés par la France avant d'arriver en Israël, des sous marins du type Gal ont été construits en Grande Bretagne, la construction de vedettes rapides à été finalisée en France et en période de guerre ont aussi été " emportées" par la marine israélienne. La coopération sur les armements a fonctionné comme un catalyseur pour l'établissement de relations officielles entre l'Allemagne et Israël. Néanmoins c'était et cela reste une affaire tellement sensible que même en 1991 le ministre de la défense allemande a fait remarquer : "depuis le début de la collaboration avec Israël , cela à été une pratique constante de toutes les administrations d'arranger cette coopération avec le moins de publicité possible ni de la formaliser." . Ce n'est pas surprenant que les services secrets à l'étranger, la Bundesnachrichtendienst - la BND - - services secrets allemands - - et le Mossad ont eu la responsabilité de faire en sorte que de nombreux projets développés dans le cadre de la coopération germano -israélienne d'armement deviennent une réalité.

La coopération dans l'analyse de la technologie des armements soviétiques qui a également débuté en 1957 était aussi délicate. Jusque dans les années 80, Israël a mis à disposition de l'Allemagne les armes prises et des rapports d'analyse sur ces armements saisis. 3 guerres, en 1967, 1973, et 1982, ont fourni régulièrement une provision en nouveau matériel. La bundeswher ( forces armées allemandes) et l'industrie de l'armement allemande en ont considérablement profité - et vice versa, Israël aussi une nouvelle fois. Après la réunification des deux Allemagnes, l'Allemagne elle aussi pouvait fournir un tel armement. Elle avait hérité de toute une armée, l'Armée Nationale du Peuple ( Nationale Volksarmee). De nombreuses livraisons ont été coordonnées par le Service Féderal de Renseignements. L'une d'entre elles a été révélée quand la police portuaire d'Hambourg l'a découvert dans le port. Les armements étaient déclarés comme " machine agricole" - - et l'histoire des Services Secrets Allemands se sont enrichis d'un nouveau scandale.

Avantage réciproque

La coopération germano israélienne en matière d'armement n'est pas à sens unique. La Bundeswehr passe également des commandes en Israël. Munitions pour tanks, composants de sous marins, des dispositifs pour la guerre électronique, des appareils de ciblage pour les avions, de la technologie de reconnaissance, et encore bien d'autres choses. L'industrie de l'armement allemande coopère de plus en plus souvent avec ses homologues israéliens. Les produits développés israéliens, tels le missile guidé Spike ou des systèmes de ciblage comme le conteneur Recce-Lite ont un marketing qui se fait conjointement. Le fait que des entreprises d'armements allemandes obtiennent même des autorisations collectives d'exportation pour la collaboration avec Israël expose clairement l'importance de cette coopération du point de vue allemand. Normalement, de telles autorisations existent seulement pour une coopération avec des états qui appartiennent à l'Union européenne ou à l'OTAN, ou qui reçoivent un traitement équivalent. "Des programmes (de la Bundeswehr) qui contiennent des composants électro optiques(...) ne peuvent continuer à être produit avec la dernière technologie de pointe sans l'implication du fabricant israélien de ces composants", selon l'information fournie par le gouvernement allemand à Paul Schaefer, un représentant du parti de gauche.

Futur sûr.

La coopération germano israélienne en armement a un futur. C'est assuré, car l'Allemagne se sent obligée de garantir la sécurité de l'existence d'Israël et importe elle-même quantité d'armements d'Israël. Ce qu'a fait remarquer le chancelier Schroeder en 2002, sera applicable dans le futur ; " Israël reçoit ce dont il a besoin pour ses besoins pour maintenir sa sécurité et il le reçoit quand il en a besoin".

Rien la dessus ne change, même si les autorisations d'exportations des armements allemands ne sont pas délivrés pendant des périodes de crises aigües au Proche Orient. L'Allemagne n'imposera pas un embargo. Les autorités délivrant les autorisations ont alors recours à un vieux proverbe : " être retardé ce n'est pas être annulé". Les demandes sont collectées, mises de côté puis satisfaites quand la crise aigües est passée. Cela a été le cas en 2002, quand Israël a entrepris des opérations militaires punitives contre les territoires palestiniens. Et cela a été le cas également lors de la campagne au Liban. La bonne collaboration entre les deux états dans le secteurs de l'armement ne souffre pas de cela. Tel Aviv connaît la procédure et peut s'y adapter de lui -même.

Des exemples courants montrent également qu'Israël reçoit ce dont il a besoin. En 2005, lors de son dernier jour de fonctionnement l'administration allemande rouge verte ( Socio Democrates et Verts) a signé un contrat avec Israël, qui autorise la fourniture de deux sous marins Dolphin en plus. Les contribuables allemands paieront 1/3 du coût de plusieurs milliards d'euros; ils paieront 1/3 indirectement quand la Bundeswehr - - comme prévu - - achètera des armes en Israël. Israël paiera le 1/3 restant. Le contrat industriel a été signé le 6 juillet à Berlin, mais l'autorisation de construction n'a probablement pas encore été délivrée. Les sous marins sont supposés contenir l'actuelle pièce phare de la technologie navale allemande : une cellule de transmission du combustible, indépendant de l'air extérieur, permettant aux sous marins de rester immergés plus longtemps et de naviguer plus loin que tous les autres sous marins conventionnels. Israël trouve cela formidable. Les sous marins sont équipés pour patrouiller dans la Mer d'Arabie, et dans l' Océan Indien. Israël croit que ses plus sérieux opposants se trouvent là : le Pakistan,une puissance nucléaire, et l'Iran, avec son programme nucléaire.

Le journal "Die Welt" a rapporté un autre projet autorisé par le Conseil de Sécurité Fédéral (Bundessicherheitsrat) dans la dernière semaine de Juin. Un véhicule blindé de combat type Dingo - 2 était supposé être fourni à Israël pour qu'il soit testé. Depuis longtemps, Israël voulait acheter 103 de ces véhicules. Ils sont spécialement appropriés dans les conflits armés pour combattre des militants ou des insurgés armés. Sous l'administration rouge verts, Berlin s'était abstenu de les livrer. Une licence pour la production a été attribuée à la société US Textron, qui autrement ne reçoit pas de licence d'exportation. Maintenant un précédent a été établi. Quiconque autorise la livraison d'un véhicule doit fournir des raisons alors que l'autorisation n'est pas délivrée aux autres. Le véhicule est supposé être livré sans être équipé d'armes. Pourtant Israël a déjà déclaré avoir l'intention de monter ses propres armes fonctionnelles sur le Dingo. Par conséquent, il reste à voir si les entreprises allemandes pourront se satisfaire d'un contrat pour le Dingo passé à Israël ou si dans quelques années un "Dingo" - - "Fabriqué en Israël" - - apparaîtra sur le marché.

Otfried Nassauer -Octobre 2006. Article écrit en cooperation avec Alexander Lurz et Roman Deckert.

Publié à l'origine sous l'intitulé "Zu Wasser, zu Lande und in der Luft".

URL :

www.bits.de/public/articles/friedensforum/ff0406.htm
www.friedenskooperative.de/ff/ff06/4-15.htm

Otfried Nassauer est journaliste independant , directeur du Berlin Information Centre for Transatlantic Security / Berliner Informationszentrum for Transatlantische Sicherheit - BITS.

Traduit de l'Allemand par D. Haun, membre de Tlaxcala, le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique. La traduction anglaise en pièce jointe peut être reproduite, imprimée pourvu que le contenu reste identique, et que la source, les auteurs, traducteur, soient cités.

Introduction et traduction française Mireille Delamarre


Mercredi 25 Mars 2009

german_israeli_armements_cooperation.rtf German Israeli Armements Cooperation.rtf  (17.23 KB)
http://www.planetenonviolence.org/Allemagne-Israel-La-Cooperation-En-Matiere-D-Armement-Sur-Mer,-Sur-Terre,-Et-Dans-L-Air_a1860.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages