Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 09:30

K. Selim - Le Quotidien d’Oran

 

On en a l’illustration claire dans les propos sur l’Iran.

(JPG) « L’Amérique a besoin du reste du monde tout comme, je crois, le reste du monde a besoin de l’Amérique ». Pour ceux qui attendaient des éléments de la « redéfinition » en cours de la politique étrangère américaine, le vice-président des Etats-Unis, Joe Bidden, n’aura pas été vraiment très éclairant, hier à la Conférence internationale de Munich sur la sécurité.

Le style change bien entendu par rapport à l’arrogance cassante de l’administration Bush. Le « dialogue » est affirmé, tout comme la volonté « d’instaurer un ton nouveau » dans ses relations internationales. On a davantage un énoncé de principes et d’objectifs généraux la définition d’une politique. Le dialogue s’adresse plus particulièrement aux alliés européens qui sont d’ailleurs avertis qu’ils auront à contribuer davantage. L’unilatéralisme bushien remisé au placard ? En direction de l’Europe, cela s’avère une nécessité en ces temps de crise et de guerres non finies. Et peut-être relancée en Afghanistan où le nouveau président américain veut mettre plus de troupes. L’Amérique sera-t-elle plus éthique après les dérives guerrières de l’ancienne administration américaine, le Goulag de Guantanamo et les sadismes d’Abou Ghraïb ? La nouvelle administration le promet. « Il n’y aura plus de conflit entre notre sécurité et nos idéaux (...) L’exemple de notre pouvoir doit égaler le pouvoir de notre exemple ». L’Amérique, promet Joe Bidden, ne « torturera pas », « respectera les droits des prévenus » et ne croit pas « au clash des civilisations ». Au plan du style et du discours, c’est un progrès. Mais on peut changer de style pour dire la même chose, un « ton nouveau » n’étant pas forcément une politique nouvelle.

La carotte et le bâton

On en a l’illustration claire dans les propos sur l’Iran. Le nouveau pouvoir est prêt à discuter avec l’Iran, contrairement à la précédente administration, mais la finalité est la même : pousser Téhéran à renoncer à son programme nucléaire. A défaut, l’Iran est menacé d’être isolé. Le vice-président américain n’a cependant pas évoqué l’intervention militaire, contrairement à la précédente administration qui rappelait systématiquement que « toutes les options » étaient sur la table. « Nous avons la volonté de discuter avec l’Iran et de lui offrir un choix très clair : poursuivre dans la même voie et faire face à la pression et à l’isolement ; abandonner votre programme nucléaire illicite et le soutien au terrorisme et (obtenir) des mesures d’encouragement significatives ». Le progrès est dans la disponibilité à discuter avec les Iraniens mais le but est inchangé : empêcher l’Iran de maîtriser l’ensemble du processus nucléaire. Mais au-delà du style, on reste dans la politique de la carotte et du bâton, qualifiée de « concept irrationnel » par le président du Parlement iranien, Ali Larijani. A l’évidence, les Iraniens attendent davantage qu’un changement de style. Sur l’Afghanistan, où les Etats-Unis cherchent des objectifs « clairs et réalisables » et les alliés européens, très circonspects, seront mis à contribution. Aux yeux d’Obama, l’Afghanistan, contrairement à l’Irak, est la bonne guerre à mener. Il veut également une contribution du Pakistan avec qui la relation doit changer et passer « d’une relation de transaction à un partenariat à long terme. »

L’ombre du complexe militaro-industriel

A la Russie avec qui les relations se sont dégradées en raison du bouclier antimissile, du Kosovo et de la Géorgie, Joe Bidden estime le moment venu de sortir d’une « dangereuse dérive » et d’appuyer sur le « bouton de redémarrage et de réexaminer les nombreux domaines dans lesquels nous pouvons et devrions travailler ensemble ». Sur le bouclier antimissile qui suscite un rejet de Moscou, le vice-président américain cultive l’ambiguïté. Les Etats-Unis, a-t-il dit, vont continuer à développer leurs « défenses antimissiles pour contrer les capacités grandissantes de l’Iran (...) à condition que la technologie fonctionne et que le coût en vaille la peine », a déclaré Joe Biden. Cela se fera, précise-t-il, « en concertation avec nos alliés de l’OTAN et avec la Russie ». Bref, le style change, mais le fond de la politique ne change pas. Comme si les choix de la précédente administration, incarnation parfaite du complexe militaro-industriel, continuent à s’imposer.

Du même auteur :

-  Erdogan, le magnifique
-  Un Belge sous la lune
-  Ghaza et le Royaume
-  UPM sur Ghaza
-  Ne pas baisser les bras

8 février 2009 - Le Quotidien d’Oran - (Evènement)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages