Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 09:31
05/02/2009 - 23:37 ]
Gaza – CPI

Les Israéliens et leur forces d’occupation n’ont jamais arrêté de prendre en cible les familles palestiniennes, celles de la bande de Gaza en particulier. On n’a pas encore oublié la famille de l’enfant Hoda Ghalia, prise en cible il y a trois ans sur la plage de Gaza. Ainsi que la famille Al-Athamina, à Beit Hanoun, au nord de la bande de Gaza. Les Israéliens ne sont pas prêts de cesser de noircir les pages de leur histoire, déjà toute noire.

Et maintenant lors de cette dernière folle guerre menée contre la bande de Gaza, du jamais vu. Les chasseurs israéliens partaient tuer un maximum de civils, liquider des familles, toutes entières. La famille Ad-Dayée n’est qu’un exemple de ces crimes de guerre perpétrés à Gaza, fin 2008, début 2009.

Les détails

La famille Ad-Dayée habitait une maison de quatre étages, dans le quartier Az-Zaytoun, à l’est de la ville de Gaza. De cette famille très nombreuse, il ne reste que quelques membres : les frères Amer, 28 ans, Rida 22 ans, et Mohammed, 30 ans. Ils ne resteront en vie que pour être des témoins oculaires de ce crime que l’histoire ne saurait oublier de si près. Ils ont échappé au massacre simplement parce qu’ils ne se trouvaient pas dans leur maison au moment du crime.

Pendant cette affreuse guerre, dit Amer, c’était la maison voisine de la leur qui était menacée de bombardement. « Nous avons alors préféré quitter la nôtre, tous. Moi, mon père, ma mère, mes frères et leurs femmes et leurs enfants. Effectivement, nous sommes allés chez notre sœur, c’était un dimanche. Le lendemain, nous avons décidé de rejoindre notre maison ; il n’y a rien à faire contre le destin, nous nous disions. Le lundi, nous avons décliné l’invitation de petit-déjeuner avec notre sœur. On dirait que nous étions pressés d’aller à notre destin ». Il souligne que son grand frère avait quitté la maison un peu avant le drame.

La maison a été bombardée et mise sans dessus dessous. De dessous des décombres, une main d’une femme, bague de mariage au doigt, a été soustraite. Des orteils ont été également retirés. Le frère Amer indique que tout le quartier Az-Zaytoun a connu un tremblement de terre quand le premier missile est tombé sur la maison, à six heures moins le quart. Peu après, d’autres missiles se sont précipités sur la maison. « Mon frère Ayad, sa femme et ses enfants ont descendu les escaliers, mais le temps leur manquait ».

Le témoin oculaire parle de son frère Ridwan qui le taquinait peu avant son départ : « Pourquoi tu as peur ? ».

Mohammed, l’autre frère, a perdu sa femme enceinte et ses quatre enfants, tous à la fois. Il a échappé à une mort évidente, en allant prier à la mosquée, comme à son habitude.

Il se rappelle de sa sœur Sabrine. Son corps a été retrouvé cinquante mètres plus loin, le saint Coran à la main.

De retour de la mosquée, il a vu l’immeuble de quatre étages s’aplatir à terre. Jusqu’à tard le soir, les voisins et les secouristes essayaient de retirer les corps de victimes, souvent déchiquetés.

La veille du drame

Le frère Rida dit, larmes aux yeux : « Mon frère jumeau Ridwan m’est cher. Je savais où il dormait, exactement. Le jour du drame, je suis directement allé vers où il était tombé. Il était encore vivant. C’est après quatre jours de soin intensif qu’il nous a quitté. On ne se séparait jamais. Jusqu’au Bac, nous étions ensemble ».

Amer, lui, parle de son père qui les a quittés à 57 ans. Il est parti sans réaliser son rêve le plus cher : aller avec la mère des enfants à la Mecque.

Rida se souvient de la dernière minute passée avec sa mère. C’était la veille du massacre. Elle préparait du pain, entourée de ses petits enfants. « Elle m’a donné un morceau de pain, en me disant :  "Qu’Allah facilite ta vie" ».

Frapper les civils

C’est le plus dur coup donné aux civils du quartier d’Az-Zaytoun. De toute les membres féminins de la famille, il ne reste en vie que les deux sœurs Sharifa et Amal. Sharifa était si heureuse de recevoir sa famille fuyant les bombardements. La pauvre ne savait pas que c’était leur dernière rencontre.

Amer ne peut jamais oublier les enfants de ses frères. Il était pour eux un oncle des plus tendres. « J’achetais au petit Youssef tout ce qu’il voulait de l’échoppe du quartier. Ses commentaires innocents m’étonnaient. Lors de la dernière guerre, il a dit une fois : "Nous allons mourir dans notre maison" ».

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7yQil4ykaQYOnmwaAMFTJMdhsZRH7MCpWycHdTlU4LOY3xd1gR2b852FySlZ%2ftk1bN1Q0t1mP57iF6Pnd%2buphbMk6irakQwjJRjFFErbj%2fME%3d

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages