Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 20:39
Gaza - 22-01-2009

Premières images d’Attattra, au nord ouest de Gaza
Par Eva Bartlett
 

Le 18 janvier, le premier jour où Israël a arrêté la plupart de ses bombardements sur Gaza (les navires continuent de bombarder jusqu'à maintenant), après avoir appris que le père de mon ami était vivant à l'est de Jabaliya, je suis allée à Attatra, la région du nord ouest, qui a été coupée [du reste de Gaza] depuis que les troupes israéliennes l'ont envahie.
























Comme je m'y attendais, la destruction est totale, le nombre de morts élevé et encore inconnu. Un flot de gens va dans deux directions à la fois : les uns vont voir ce que sont devenues leurs maisons et les autres quittent les décombres en emportant autant de provisions pour survivre que possible.

« C'est la route principale », dit Youssef avec une pointe d'ironie, en faisant un geste vers la chaussée ondulante et le sable qui a servi dans les villes de la région. « Il devrait y avoir des maisons ici. Maintenant il n'y a plus rien, » ajouta-t-il, plus pour lui-même qu'à moi.

Je remarquais la route défoncée : tordue au centre, creusée par les griffes d'un bulldozer ou par les chenilles des tanks, un schéma que l’on retrouve sur plusieurs des grands axes. Il y avait des charrettes à cheval ou à âne, avec des matelas, des couvertures, des vêtements et des meubles entassés aussi haut que possible, essayant de manœuvrer sur ces routes surpeuplées pleines de nouvelles ornières, ou autour des monticules.

J'avais rencontré mon ami Youssef au grand carrefour. Il était venu de Gaza ville plus tôt, pour avoir la confirmation que sa propre maison était dévastée. « Il ne reste rien ici. Ils ont tout ravagé. J'ai pris deux pantalons, c'est tout, » dit-il. « Je m'y attendais. Il n'y a pas de maison où les soldats israéliens ne sont pas entrés, qu'ils n'ont pas endommagées ou détruites. Nous n'avons pas pu venir ici pour voir jusqu'à aujourd'hui, » m'avait-il dit, les tirs des troupes israéliennes et les bombardements empêchaient tout le monde d'entrer, les blessés de partir, les ambulances d'arriver. Ce point doit être mentionné encore et encore.

Nous sommes arrivés jusqu'à Anis, un autre employé de Ramattan, qui se tenait devant sa maison détruite. « Elle a été frappée dans les premiers jours de l'invasion terrestre, » dit-il. F-16. « Nous avons fui, Dieu merci. Quand le bombardement a commencé, j'ai crié. Je voulais juste sortir mes gamins de là, » confessa-t-il. « En tous cas, Dieu merci, personne n'a été tué. Ma mère, mon père, et les enfants, nous sommes tous OK, » dit-il. « Mais il ne reste rien », ajouta-t-il. « Walla ishi » -rien du tout.

Je regardais vers la rue en bas et je fis un commentaire sur la mer, sur le bel endroit cela avait été et que cela peut redevenir. « C'était une oasis, » acquiesça-t-il. « Les gens aimaient venir ici, c'était tranquille, reposant. » Nous avons laissé Anis, et continué notre chemin, avec des ravages de chaque côté et droit devant. Nous sommes passés à côté d’un autre cratère profond de 8 mètres.

Rue Salateen, en marchant vers l'école où de jeunes enfants ont été trouvés brûlés et partiellement mangés par des chiens. Alors que nous marchions, Alberto a reconnu le secteur comme l'endroit où nous étions venus au début de l'invasion terrestre, pendant la nuit où dans le noir les gens ont fui en masse leurs maisons, fuyant, courant devant les bombardements des tanks. C'était la même nuit où l'école américaine a été bombardée, la même nuit où les médecins avec lesquels j'étais ont roulé le long d'un chemin sinistre à deux heures du matin, cherchant l'école et les victimes.

Nous tombons sur une grand-mère en pleurs, quelques affaires entassées sur sa tête, marchant dans la rue, loin de sa maison. Je ne saurais pas dire ce qu'il y avait dans son paquet, mais elle avait l'air épuisée. Pas à cause du poids de son fardeau, mais à cause du poids de savoir que son mari n'avait pas fui, n'avait pas couru hors de sa maison cette fois-là. Mon ami Mohammed l'a prise dans ses bras, l'a embrassée sur les deux joues, lui a dit d'être forte, c'est terrible, mais sois forte, grand-mère. Il a appelé un taxi disponible, celui que nous avions pris pour venir ici, et l'a mise dedans, lui évitant de marcher quel que soit l'endroit où elle allait. « C'est ma grand-mère, » dit-il, faisant référence à sa propre grand-mère en bas à Khosar, à l'est de Khan Younis, qu'il ne pouvait pas rejoindre et à propos de laquelle il était très inquiet. La route sud était fermée par une présence israélienne ; les ambulances qui emmenaient les patients à Rafah avaient besoin d'une « coordination spéciale » si elles devaient l'emprunter. Mohammed pouvait seulement essayer les lignes de téléphone maintes et maintes fois.

Nous marchions, cherchant l'école dont nous avons appris qu'elle était utilisée comme prison temporaire et centre d'interrogatoire.

Voir les autres photos prises par Eva.

  Source : In Gaza  
  Traduction : MM pour ISM  
   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages