Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 13:37
Samar Al-Gamal
 
C’est juste un répit qui est obtenu après trois semaines de destruction israélienne. Y a-t-il eu vainqueur et vaincu ? Impossible de l’établir, et un règlement durable reste toujours hors de portée.

Il a fallu à Israël 22 jours, provoquer la mort de 1 300 personnes et faire 5 300 blessés pour stopper son « Plomb durci » à Gaza. Mais avec ces dommages, en majorité dans les rangs des civils, ou ces destructions considérables de l’infrastructure gazaouie, d’autres dégâts ne tarderont pas à surgir. Beaucoup de protagonistes récolteront les conséquences de ces jours et nuits terrifiants qu’ont vécus les Palestiniens. Parce que sans faire état d’un épouvantable pessimisme, tout le monde semble perdant. Il faudrait peut-être laisser à l’Histoire cette mission de juger, mais des résultats au moins sur le court terme se profilent déjà.

Le premier fait évident avec un peu de calcul révèle que depuis 1948, c’est-à-dire depuis la création même de l’Etat d’Israël, celui-ci fait la guerre aux Arabes en moyenne tous les 6 ans et demi, sans savoir à quoi cela mène si ce n’est que davantage de complications et de haine.

Pour cette guerre contre Gaza, Israël se dit vainqueur. Si l’on s’attache aux faits militaires, c’est le conflit où Israël a enregistré le moins de dégâts, et le front intérieur est resté uni derrière les chefs de guerre. Ceux-ci l’avaient mené sous le titre « Changer la réalité à Gaza ». Un titre qui s’est avéré assez large et flou pour être fixé comme objectif à l’armée. Au lieu de battre à plate couture le Hamas, comme cela était supposé, les Israéliens ont alors annoncé qu’ils visaient « à arrêter les tirs de roquettes palestiniennes sur leurs villes ». A ce jour, et sauf ces destructions massives à Gaza, rien ne prouve qu’une telle mission a été menée à bien. Jusqu’à l’annonce par les factions palestiniennes d’une trêve d’une semaine dans les opérations, des roquettes Qassam visaient encore les territoires israéliens.

En fin de compte, l’armée israélienne a évité d’entrer en profondeur dans la bande de Gaza et a attendu une sorte de compromis, indirect avec le Hamas pour arrêter son opération. Diplomatiquement, si ceci se définit comme victoire, Israël a peut-être réussi à rallier une bonne partie de la communauté internationale derrière sa cause. Il n’est pas question ici de Washington, classiquement et aveuglement loyal à Tel-Aviv, même si « l’accord offert de très bon gré de Rice à Livni sur la lutte contre la contrebande d’armes est certainement un point en faveur des Israéliens », explique le spécialiste des affaires israéliennes Emad Gad.

Par communauté internationale, on parle notamment d’une Europe qui se disait objective. « Une Europe qui s’est montrée peu révoltée par l’action militaire israélienne, si l’on compare avec la réaction européenne lors la guerre au Liban en 2006 », explique Azmi Bechara, ancien député israélien à la Knesset. Un comportement traduisant moins une incompétence qu’une obsession sécuritaire des Européens et qui nuira certes à leurs efforts de conquérir la confiance des Arabes.

Israël veut soigner son image

Ce repli européen n’a pourtant pas empêché Israël de paraître une fois de plus comme un Etat colonial et sans cesse brutal. Une dégradation de son image qui l’a poussé à lancer une sorte d’« attaque » propagandiste pour la réparer. Six ministres israéliens se rendront ainsi dans différentes capitales européennes et devraient intervenir sur les télés publiques. Le ministre de l’Intérieur, qui en fait partie, affirme dans le Yediot Aharonot : « Je ne comprends pas pourquoi le monde fait la leçon contre l’opération israélienne. Personne ne devrait se plaindre à nous de la destruction de Gaza (...) Ce n’est pas nous qui avons initié cela. L’Europe et l’Otan l’ont fait au Kosovo, les Américains l’ont fait à Fallujah ».

Cette performance jugée ternie sur la scène diplomatique, c’est apparemment Tzipi Livni qui en assumera les conséquences. Car elle a échoué à convaincre l’allié américain d’opposer son veto à une résolution du Conseil de sécurité demandant un arrêt immédiat de la guerre. C’est un coup sévère au parti Kadima, estiment les analystes. Et du coup, le grand bénéficiaire est le Travailliste Ehud Barak qui était en chute libre dans les sondages. L’ex-premier ministre du Likoud, Benyamin Netanyahu, reste pourtant le favori des sondages à l’approche des élections.

Chez les Palestiniens, les pertes ne sont pas moins graves. Abou-Mazen, le président palestinien, est l’un de ces grands perdants. Il est apparu comme incapable de représenter et de protéger son peuple contre cette guerre. De la Cisjordanie où il siège, il a ordonné aux forces de sécurité de contenir les rassemblements pro-Gaza. Il a encore rejeté l’idée de cesser la coopération sur la sécurité avec Israël ou de suspendre les pourparlers de paix, déjà en panne.

Il est d’autant plus affaibli qu’une controverse sur l’expiration de son mandat a éclaté en pleine offensive israélienne. Sa survie politique reste ainsi tributaire de la formation d’un gouvernement d’union nationale avec le Hamas. Une réconciliation interpalestinienne serait ainsi rapidement mise en marche sous médiation égyptienne, estiment les observateurs. Sauf si l’improbable scénario d’une destruction totale du Hamas se confirme après le retrait des troupes israéliennes. Parce qu’en dépit de ce « Plomb durci », peu d’indices confirment un affaiblissement radical du mouvement palestinien. Tout comme le Hezbollah au Liban, le Hamas est un parti politique qui dispose d’une assise populaire importante. Emad Gad affirme pourtant que le Hamas « a enregistré des pertes énormes en dépit du discours de victoire lancés par ses chefs ». Gad évoque même une division au sein du mouvement entre « les radicaux et les moins radicaux ». Une division qui, estime-t-il, affaiblirait le mouvement et encouragerait d’autres factions à l’évincer. L’éclatement de nouveaux affrontements interpalestiniens en serait une conséquence. « Les choses tourneront autrement au cas où le Hamas se relèverait de cette frappe en reprenant le contrôle de la situation et en mettant en marche les institutions », précise Gad. Le numéro deux du Hamas, Moussa Abou-Marzouq, affirme ainsi que « le mouvement est en bon état aussi bien que ses dirigeants et ses membres et encore plus sa volonté ». Ramadan Cheleh, dirigeant du Djihad, affirme pourtant que la résistance « reste en faveur du maintien du Hamas au pouvoir ».

L’Egypte en action

La plus importante onde de choc dans ce cas serait à destination de l’Egypte. Son initiative avait subi un coup dur, avec l’annonce d’un cessez-le-feu unilatéral du côté israélien. C’est pourquoi à partir de demain, les Egyptiens accueillent des Palestiniens et des Israéliens pour éviter un nouvel éclatement, au moins dans un futur proche, et pour œuvrer aussi à une reprise des pourparlers de paix. La paix, elle aussi, est une importante perdante dans cette guerre et si elle n’est pas sauvée, c’est toute la stabilité de la région qui est en danger. Israël vient de confirmer une fois de plus qu’il n’est pas un partisan de la paix. Il n’a pas voulu le faire avec les nationalistes laïques, ni avec Arafat neutralisé et encore moins avec le Hamas. Sinon comment expliquer que pendant les 6 mois de trêve décrétée entre les factions palestiniennes et Israël, la paix n’a pas bougé d’un pouce.

imrimer cet article Impression
Envoyer par mail
Sur le même sujet :

Afp | 17 janvier 2009

Amr Zoheir | 17 janvier 2009

Attila Somfalvi | 16 janvier 2009

Jean-Claude Lefort | 11 janvier 2009

Dépêches | 11 janvier 2009

Sakher Abou el-Oun | 9 janvier 2009

Pierre Haski | 8 janvier 2009

Entretien avec John Ging, responsable de l’ONU à Gaza | 8 janvier 2009

Nadjia Bouaricha | 7 janvier 2009

Actualités :

22 janvier 2009

Amr Zoheiri | 22 janvier 2009

Pierre Barbancey | 22 janvier 2009

Cités-Unies France et RCDP | 21 janvier 2009

21 janvier 2009

Stéphane Hessel | 21 janvier 2009

Gustave Massiah | 21 janvier 2009

Amnesty International France - FIDH - LDH - Plateforme des ONG françaises pour la Palestine | 20 janvier 2009

Assemblée générale exceptionnelle des Nations Unies. (15/01/09) | 20 janvier 2009

Collectif nationale pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens. | 20 janvier 2009


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages