Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 22:56

PCHR

Imprimer Imprimer la page

Envoyer Envoyer par mail


Voir les communiqués d’avant le 8 janvier

Voir les communiqués à partir du 18 janvier

Communiqué du PCHR sur l’utilisation par les FOI de bombes incinérantes contre les civils palestiniens provoquant d’atroces brûlures

14 janvier 2009

Communiqué sur PCHR

Référence : 14/2009

Le PCHR condamne l’utilisation par les forces d’occupation israéliennes de bombes incinérantes inconnues contre les civils et provoquant d’atroces brûlures.

Le Centre palestinien pour les Droits humains (PCHR) condamne avec force le meurtre collectif de civils par les forces d’occupation israéliennes (FOI) pendant leur opération militaire en cours dans la bande de Gaza. A ce jour [14 janvier], le nombre de tués monte à 983, dont au moins 673 sont des civils et environ 225 des enfants. En plus de l’augmentation du nombre de tués, le Centre est aussi gravement préoccupé à propos de l’utilisation par les FOI de bombes incinérantes inconnues qui provoquent d’atroces brûlures sur les civils dans toute la bande de Gaza, brûlures qui obligent les médecins à effectuer des amputations sur certaines victimes. Le Centre exige une enquête immédiate à propos de l’utilisation par les FOI de ces armes, de la part des experts internationaux de la santé.

Les hôpitaux de la bande de Gaza ont signalé un nombre croissant de civils reçus aux urgences avec des brûlures graves, et l’ampleur des blessures indique que les FOI utilisent ces bombes incinérantes inconnues pour cibler des civils dans la bande de Gaza. Par exemple, le 10 janvier dernier, des habitants du village de Khuza’a, à l’est de Khan Yunis, ont dit avoir reçu des obus de l’artillerie des FOI qui explosaient en flammes, dispersant des éclats et une fumée blanche épaisse qui provoquaient des brûlures de la peau, des étouffements, des spasmes et des évanouissements. Une centaine de civils du village au moins ont été blessés dans cette agression des FOI, notamment le personnel médical qui était arrivé sur les lieux. Des civils ont été admis dans les hôpitaux de Khan Yunis, souffrant de difficultés respiratoires et de vives douleurs aux yeux.

Dans le cadre de son enquête en cours sur les composants et les effets de ces armes israéliennes inconnues, le PCHR a interrogé le Dr Nafez Abu Shaban, chef du service des grands brûlés de l’hôpital Al-Shifa à Gaza ville, le plus grand hôpital de la bande de Gaza.

Le Dr Abu Shaban a déclaré au PCHR : « Nous recevons actuellement des malades atteints de brûlures si vives que le tissu et les muscles des malades ont été détruits. En conséquence, nous avons été obligés d’amputer des membres de certains malades. Nous avons effectué six opérations d’amputation des deux jambes sur des malades qui souffraient de brûlures critiques de cette nature. Trois de ces malades sont décédés après intervention. »

Le Dr Abu Shaban a également dit au Centre que certaines des victimes de brûlures souffraient de graves lacérations et d’hémorragies internes. « Nous ne comprenons pas bien pourquoi certains des blessés saignent intérieurement car nous ne trouvons aucune preuve par radio de la présence d’objets étrangers à l’intérieur de leurs corps. » «  Nous sommes grandement préoccupés car nous ne connaissons pas toutes les conséquences de ces blessures. Nous ne pouvons que supposer que les victimes, qui sont toutes des civils, ont été soumises à des attaques par armes chimiques. »

Il ajoute : «  Nos malades (au service des grands brûlés) nous demandent ce qui leur est arrivé exactement et nous ne savons pas quoi leur répondre. Je n’ai jamais vu de telles blessures auparavant. Nous avons besoin des organisations internationales de santé pour qu’elles nous envoient immédiatement des spécialistes qui pourront nous aider à traiter ces blessures par armes chimiques. »

Le PCHR est gravement préoccupé par le fait que les FOI pourraient utiliser du phosphore blanc contre la population civile de la bande de Gaza dans leur opération militaire qui se poursuit dans la bande de Gaza. Le phosphore blanc est un produit chimique inflammable utilisé généralement lors d’opérations armées pour la signalisation, pour faire écran ou pour des objectifs incendiaires. Quand il est exposé à l’air, il s’enflamme spontanément et continue de brûler jusqu’à ce que tous les fragments (de phosphore blanc) soient consumés, ou que l’élément lui-même soit privé d’oxygène. Le phosphore blanc peut brûler directement jusqu’à l’os humain. La composition chimique de cette arme - qui entraîne des brûlures chimiques extrêmes de second et troisième degré - rend ces brûlures extrêmement difficiles à soigner.

L’utilisation du phosphore blanc dans des zones densément peuplées est une violation des dispositions du droit international coutumier relatives au principe de distinction et de précautions indispensables dans les attaques. Le droit international coutumier exige explicitement que toutes les précautions possibles soient prises pour le choix des moyens et des méthodes de guerre afin d’éviter ou de minimiser les blessures et les pertes en vies humaines disproportionnées parmi la population civile. Il exige également qu’un attaquant fasse tout son possible pour mesurer si une attaque risque de provoquer des pertes en vies humaines ou des blessures disproportionnées ; le droit définit une attaque indiscriminée comme une attaque qui utilise une méthode ou des moyens de combat dont les conséquences ne peuvent être limitées comme requis par le droit international humanitaire. Les attaques indiscriminées et disproportionnées sont des violations graves des Conventions de Genève et en tant que telles, elles constituent des crimes de guerre. L’utilisation du phosphore blanc par les FOI dans le contexte actuel serait une violation de ces principes.

Le PCHR note que le droit international n’interdit pas seulement certaines armes, mais aussi la manière dont ces armes sont utilisées, et la manière dont les hostilités sont conduites.

A la lumière des crimes commis par les FOI contre la population civile palestinienne et des biens civils dans la bande de Gaza, le PCHR :

-  1) demande l’arrêt immédiat de l’offensive des FOI contre la population de la bande de Gaza ;

-  2) demande une enquête immédiate par des experts internationaux de la santé sur l’utilisation des armes inconnues par les FOI contre la population civile de la bande de Gaza ;

-  3) demande l’arrêt immédiat de toutes les mesures de punition collective par les FOI imposées à la population civile palestinienne dans la bande de Gaza, spécialement son siège total et son bouclage, et demande à ce que les personnes et les marchandises puissent entrer et sortir en toute sécurité de la bande de Gaza ;

-  4) réaffirme que les crimes commis par les FOI sont autant de preuves non seulement de l’utilisation excessive et disproportionnée de la force, mais aussi d’actes de représailles contre les civils palestiniens ;

-  5) tient Israël pour responsable de la vie des civils palestiniens en toutes circonstances, en vertu du droit international, l’existence de la résistance armée ne justifiant en aucun cas de l’usage d’une force si excessive, disproportionnée et indiscriminée ;

-  6) prévient que la vie des civils palestiniens est en danger devant les menaces proférées par les responsables politiques et militaires israéliens d’étendre les opérations militaires contre la population de la bande de Gaza ;

-  7) appelle la communauté internationale à intervenir immédiatement pour faire cesser de tels crimes et appelle les Hautes parties contractantes à la Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, pour qu’elles remplissent leurs obligations stipulées à l’article 1er de la Convention pour assurer le respect de la Convention en toutes circonstances, ainsi que leurs obligations stipulées à l’article 146 pour rechercher et poursuivre les responsables de violations graves de la Convention, conformément à l’article 147 de la Convention et au protocole additionnel à la Convention de Genève du 12 août 1949, et relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I) ;

-  8) appelle les organisations de défense des droits humains, internationales et israéliennes, à élever leurs voix contre les crimes de guerre perpétrés par les FOI contre la population civile palestinienne désarmée dans la bande de Gaza ;

-  9) demande la mise en place d’une commission d’enquête indépendante pour s’enquérir sur les crimes commis par les FOI contre les civils palestiniens, notamment sur l’utilisation par les FOI d’armes prohibées internationalement ;

-  10) demande la poursuite de tous les responsables politiques et militaires qui seraient jugés coupables de crimes de guerre contre les civils palestiniens.

Traduction : JPP

Information du PCHR :

Voyez comment l’armée israélienne brûle les civils palestiniens dans Gaza avec les bombes incendiaires

Il ne s’agit pas de feux d’artifice ; ce sont des bombes incendiaires qui brûlent toute chose à leur manière.

(JPG)
(JPG)

Ci-dessus, le 18 janvier 2009, l’armée israélienne a lancé des bombes incendiaires sur une école de l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient). L’école était pleine à craquer de civils palestiniens qui avaient fui leurs maisons détruites par l’armée israélienne ou qui se trouvaient à proximité des attaques israéliennes.

photo supprimé

Les bombes incendiaires que l’on pense être des bombes au phosphore peuvent brûler directement jusqu’à l’os humain.

(JPG)
(JPG)

Quand il est exposé à l’air, le phosphore blanc, arme interdite internationalement, brûle spontanément et disperse une fumée blanche épaisse qui provoque des brûlures de la peau, des étouffements, des spasmes et des évanouissements.

foto supprimé

L’enfant Louay Subus a été atteint de brûlures aux yeux quand une bombe incendiaire est tombée sur sa maison. Il est devenu aveugle.

(JPG)
(JPG)

Les médecins égyptiens qui ont réussi à entrer dans la bande de Gaza par le passage frontalier international de Rafah pour mettre à disposition des traitements pour les victimes de Gaza, ont affirmé qu’ils n’avaient jamais vu des blessures comme celles provoquées sur les civils de Gaza par les attaques israéliennes.

(JPG)

Human Rights Watch a affirmé de son côté, dans un communiqué de presse du 10 janvier 2009, que les bombes incendiaires utilisées par l’armée israélienne contre les civils palestiniens sont des bombes au phosphore blanc, internationalement interdites si utilisées contre des civils.

foto supprimer

Le phosphore blanc, que l’on pense utilisé par l’armée israélienne contre les civils de Gaza, est l’une des armes internationalement interdites utilisée par l’armée israélienne contre les civils palestiniens.

Traduction : JPP


Communiqué PCHR du 18 janvier 2009

(JPG)
Un Palestinien met un drapeau palestinien au sommet des ruines
de la maison familiale à Gaza ville. (AP)

Communiqué sur PCHR

Ref : 18/2009

23ème jour de l’offensive des F.O.I. sur la bande de GAZA.

Les Forces d’Occupation israéliennes ont partiellement évacué mais Gaza ville et le nord restent coupés du reste du territoire.

Les équipes médicales ont déterré 62 corps en décomposition avancée. Le total des victimes s’élève à ce jour à 1 251 se répartissant ainsi : 904 civils, 168 chargés de la police civile et 179 résistants en armes. Les 904 civils comptent 292 mineurs, 97 femmes, 7 médicaux, 3 journalistes.

Tôt le matin du dimanche 18 janvier les FOI ont déclaré un cessez-le-feu tout en décidant de garder une présence militaire sur la bande de Gaza. Les FOI se sont redéployées en dehors des localités palestiniennes mais elles continuent de contrôler les routes reliant la frontière est d’Al Mentar à la plage en dessous de Gaza ville, coupant ainsi la bande de Gaza en deux.

Les enquêteurs de terrain du PCHR qui sont présents sur toute la bande de Gaza et qui connaissent bien le terrain rapportent que Gaza ville, Beit Hanoun et la frontière égyptienne donnent l’impression d’avoir été frappées par un tremblement de terre.

Depuis ce matin les équipes de la défense civile et les équipes médicales continuent de ramasser les morceaux des corps décomposés ensevelis sous les gravas.

L’aviation des FOI poursuit ses rondes au dessus de la bande de Gaza pendant que ses blindés qui ont été regroupés en dehors des agglomérations, continuent de tirer en direction des maisons situées le long des frontières.

Le PCHR avertit que cette présence démesurée des FOI sur la bande de Gaza, si elle venait à se renforcer encore mettrait en danger toute la population civile et ses biens.

Voici la liste des crimes commis par les FOI au cours de ces dernières 24 heures.


Au nord de la bande de Gaza

Samedi 17 janvier

-  02h00 : Une équipe médicale trouve les corps de Fat’hi Mohammed ’Abdullah ’Obaid, 63 ans et de sa femme Fatima Mahmoud ’Abdullah ’Obaid, 54 enterrés sous leur maison à ’Izbat ’Abed Rabbu, le 11 janvier.

-  15h40 : L’aviation tire sur les maisons de Ahmed Mohammed Saleh and Marwan Mohammed Shihada situées à al-Juron Square dans Jabalya. Fawzia Fawaz Saleh, 2 ans, et Ahmed Fawaz Saleh, 10 ans, dans la 1ère et Anwar Mohammed Shihada, 15 ans dans la 2ème, sont tués. Plusieurs civils sont blessés. Plusieurs maisons sont endommagées.

-  16h00 : Un drone tire un missile sur des civils rassemblés à al-Zarqaa’ au sud de Jabalya. Na’im Mohammed Shihada, 50 ans et son fils Mohammed, 30 ans sont tués.

-  19h30 : Le corps de Rami Nahidh Abu ’Obaid, 24 ans, résistant, est amené à l’hôpital Shifa. Il avait été tué près des immeubles al-Karama au sud-ouest de Jabalya.

-  23h00 : Une équipe médicale trouve les corps de 2 résistants dans le groupe d’immeubles ’Aamer au nord de Beit Hanoun : Nour al-Din Mohammed Jameel Hamda, 22 ans, et Khaled Hafez al-Turk, 22 ans.

Dimanche 18 janvier

-  Au petit jour, les FOI se retirent des zones de combats où elles étaient engagées dans le nord de la bande de Gaza, pour se redéployer le long de la frontière avec Israël.

Dans la matinée les équipes médicales trouvent les corps de 24 Palestiniens dont 3 femmes qui avaient été tués au cours de l’offensive sur ’Izbat ’Abed Rabbu and al-’Atatra. Les corps jonchaient les rues ou étaient enterrés sous les gravas de leurs demeures : Eyad ’Abdul Hai al-Najjar, 25 ans, Fatima ’Awadh Ghaben, 60 ans, Mahmoud Hussein Matar, 23 ans, Mohammed Nahidh ’Abed Rabbu, 21 ans, Isma’il ’Abdul Rahman Suleiman, 21 ans, Yousef Anwar Dakka, 21 ans, Eyad Hassan ’Obaid, 21 ans, Mohammed ’Abdullah ’Obaid, 30 ans, Rezeq Saleem Abu al-Kas, 60 ans, Nazira Abu al-Kas, 50 ans, ’Abdullah Malek al-Haj ’Ali, 21 ans, Mohammed Basheer Khader, 24 ans, Jebril ’Atiya Mansour, 19 ans, Mohammed Fareed ’Abdullah, 31 ans, Mohammed Mohammed Ma’rouf, 60 ans, Ibrahim Ahmed ’Olwan, 28 ans, Hussein Sa’id ’Abdullah al-Nuthor, 20 ans, Mohammed ’Abdul Hadi Mohammed Taher, 23 ans, Mohammed Ahmed al-Da’our, 30 ans, Jameela ’Abdul ’Aziz al-Da’our ; et les corps de 4 résistants : ’Eissa Ahmed al-’At’out, 25 ans, Eyad Khamis al-Banna, 21 ans, Fayez Ahmed Abu Warda, 29 ans et Ibrahim Saber Junaid, 21 ans.

En fin de matinée, les équipes médicales trouvent les corps d’un homme, ses 3 enfants et sa belle fille sous les débris de leur maison à l’est de Jabalya. Ibrahim Mohammed al-’Err, 11 ans, Rakan Mohammed al-’Err, 4 ans, Fidaa’ Mohammed al-’Err, 17 ans, Iman Nember al-’Err, 27 ans et Mohammed Mousa al-’Err, 48 ans.

A midi, les équipes médicales trouvent les corps de Akram Khader Ma’rouf, 44 ans, Mo’in ’Ata Hussein, 39 ans, Miriam ’Abdul Rahman Abu Zaher, 85 ans, Safia Salem Haidar, 35 ans, Halima Mohammed Hassan Badwan, 60 ans, Sabreen Mohammed Abu Samaha, 18 ans, Sabah Ayoub Ayoub, 61 ans, et Ghanima Abu Halima, 65 ans.

Les enquêteurs du PCHR affectés aux secteurs de al-Salatin et de al-’Atatra témoignent de leur destruction massive. Des douzaines de maisons et 3 écoles publiques ont été détruites. Les infrastructures (conduites d’eau, de téléphone...) ont été saccagées et des terres agricoles défoncées.

-  08h30 : Un drone tire 2 missiles sur des civils rassemblés à al-Amal quartier est de Beit Hanoun. Angham Ra’fat al-Masri, 11 ans, grièvement blessée meurt peu de temps après. Sa mère à du être amputée d’une jambe.

-  19h00 : La marine bombarde les quartiers généraux des « services palestiniens de Renseignement » (SHIP).


Gaza Ville

Dimanche 18 janvier

-  Dans la matinée, les FOI avaient quitté al-Zaytoun, al-Sha’af, al-Dahadih et Tal al-Hawa, banlieues de Gaza ville. En ville des équipes médicales ont trouvé les corps décomposés de Palestiniens tués et elles poursuivent leurs recherches sur les secteurs les plus touchés. A cette heure ont été identifiés : Mohammed Saleh Abu Dayah, 50 ans, Mo’men Mousa al-Khuzondar, 22 ans, resistant ’Abed Jom’a ’Ayad, 80 ans, ’Atiya Helmi al-Sammouni, 45 ans,. Hamdi Maher al-Smmouni, 23 ans, Hamdi Mahmoud al-Sammouni, 70 ans, Ahmed Yousef al-Batash, 18 ans, Bassam ’Azmi al-Hattab, 22 ans, Mohammed Ameen Jaji, 36 ans, Mo’tassem Mohammed al-Sammouni, 6 mois, Mohammed Helmi al-Sammouni, 5 mois, Ahmed ’Atiya al-Sammouni, 4 ans, Mabrouka As’ad al-Sammouni, 30 ans, ’Eid Harb Sukkar, 30 ans, Mohammed Mo’in al-Reefi, 20 ans, Hassan Salem al-Hawari, 80 ans et Isma’il Ahmed Salem, 30 ans, officier de police.

Il faut préciser que le nombre des membres de la famille al-Sammouni tués à al-Zaytoun s’élève à 36 y compris le nombre de femmes et d’enfants. Les équipes médicales recherchent toujours les corps manquants ainsi que d’autres corps suite aux destructions systématiques des infrastructures, des mosquées, des lieux publics et bien sur de très nombreuses maisons et des terres agricoles.

Samedi 17 janvier

-  Les sources médicales annoncent le décès Muneer Sami Shuhaiber, 14 ans, des suites des blessures contractées le 5 Janvier à al-Zaytoun.


Centre de la bande de Gaza

Samedi 17 janvier

-  Dans la soirée, 17 Palestiniens dont 4 enfants et 2 femmes, blessés par les FOI dans al-Mughraqa village et dans les camps de réfugiés de al-Nussairat et de al-Boreij ont été admis à l’hôpital des Martyrs d’hôpital d’Al Aqsa.

Dimanche 18 janvier

-  Les FOI quittent al-Mughraqa village et la localité de al-Zahraa’ laissant derrière elles un champ de ruines. En quittant Wadi al-Salqa village, ils ont poursuivi leurs bombardements. Les civils qui avaient fui lors de l’offensive n’ont pas encore pu rejoindre leurs villages.


Khan Yunis

Samedi 17 janvier

-  11h55 : L’aviation bombarde un bâtiment de la sécurité civile à l’ouest de Khan Younis Pas de victimes.

-  15h10 : L’aviation bombarde des terrains au sud-ouest de Khan Younis. Pas de victimes.

Dimanche 18 janvier

-  00h05 : Un hélicoptère et des navires de guerre bombardent le secteur à l’ouest de Khan Younis.

-  01h30 : L’aviation tire 2 missiles aux abords du collège des sciences et des technologies au sud de Khan Younis. Pas de victimes. Au jour, les FOI se retirent du secteur de al-Fukhari après avoir détruit au moins 30 maisons et rasé la plus grande partie des terres cultivées.

-  10h40 : Depuis la frontière les FOI ouvrent le feu sur des civils en train d’inventorier ce qui reste de leurs maisons et de leurs terres cultivées après qu’ait été déclaré le cessez-le-feu ; Maher ’Abdul ’Azim Abu Rjaila, 23 ans est tué d’une balle dans la poitrine et de plusieurs éclats dans les jambes.


Rafah

Samedi 17 janvier

-  14h00 : L’aviation tire des dizaines de bombes sur la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte. Le bombardement se poursuit jusqu’à 22h00. Pas de victimes mais les dégâts matériels sont considérables.

-  17h30 : Un drone tire 2 missiles sur Kherbat al-’Adas banlieue de Rafah. La maison de Mohammed al-Nahhal est endommagée, l’autre missile destiné à la maison de Mohammed al-Muraidi n’a pas explosé.

-  22h10 : Un drone tire un missile sur des terres cultivées proches de l’hôpital Abu Yousef al-Najjar à al-Junaina. Pas de victimes.

Dimanche 19 janvier

-  02h00 : Les FOI quittent al Shouka village à l’est de Rafah après avoir au cours des journées précédentes détruit des maisons, défoncé des terres cultivées et détruit l’infrastructure du secteur.

Traduction : Jacques Salles pour Palestine 33

Communiqué PCHR du 17 janvier 2009

Communiqué sur PCHR

Ref : 17/2009

22è jour d’attaques des FOI sur la bande de Gaza.

-  54 Palestiniens tués par les FOI au cours de cette journée : les victimes comprennent 43 civils non armés dont 17 enfants ;

-  les FOI ont continué à bombarder des maisons de civils et des écoles des Nations-Unies ;

-  le nombre de morts à Gaza s’élève à 1 184 dont 844 civils parmi lesquels 281 enfants et 85 femmes.

les FOI continuent à utiliser des bombes incendiaires sur toute la bande de Gaza. Les FOI continuent à détruire des maisons et des terres agricoles et à obliger les civils à quitter leurs demeures.

Les Forces d’Occupation Israéliennes ont continué leur guerre sur la bande de Gaza pour la 22è journée consécutive. Le nombre de victimes civiles a continué à grimper en dépit des efforts politiques pour terminer la guerre et des massives protestations internationales contre cette guerre.

Les FOI ont poursuivi leurs attaques tant sur les refugiés de l’UNRWA que sur les équipes médicales, de défense civile ou des medias. Elles ont aussi continué à utiliser des bombes incendiaires, lesquelles peuvent contenir du phosphore blanc. Ces bombes ont provoqué d’horribles brûlures aux second et troisième degrés et les médecins ont été obligés d’amputer certaines victimes.

Les FOI prétendent qu’elles ciblent uniquement le Hamas ou d’autres militants. Cependant, le PCHR examine la réalité sur le terrain et ses investigations continues montrent qu’au moins 85% des Palestiniens tués dans cette guerre sont des civils dont 36% de femmes et d’enfants, y compris bon nombre de bébés et de personnes âgées. Pendant ce 22è jour, dans la zone al-Fukhari du gouvernorat de Khan Yunis, les troupes des FOI firent feu sur un véhicule civil dans lequel voyageaient un homme et ses 2 fils. Les 3 civils ont été blessés. Les FOI empêchèrent les équipes médicales d’atteindre les trois civils pendant 16 heures. Quand les équipes médicales furent en capacité d’évacuer les victimes, les 2 fils étaient morts. L’un d’eux avait fait une hémorragie mortelle.

Récapitulatif des crimes commis par les FOI dans la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures :


Nord de la bande de Gaza

Vendredi 16 janvier

-  12h50 : L’artillerie des FOI a bombardé des maisons palestiniennes de la rue Banat au sud-est de la ville de Beit Hanoun. Un civil a été sérieusement blessé et une de ses jambes fut amputée par la suite.

-  13h30 : L’artillerie a bombardé la zone al-Sudaniya à l’ouest de la ville de Jabaliya. Mazen Fares al-Sharbassi, 20 ans , un militant de la résistance a été tué.

-  14h00 : L’artillerie a bombardé la zone al-Twam à l’ouest de Jabaliya. ’Aadel Sabri Abu al-’Oun, 27 ans, militant, a été tué.

-  Aussi à 14h00, à l’hôpital al Shifa de Gaza, des sources médicales ont confirmé que Shifa Hmaid al-Sawarka, 30 ans, est mort suite aux blessures subies lors du bombardement de Beit Hanoun plus tôt dans la matinée.

-  14h45 : L’artillerie visa un groupe de civils palestiniens dans la zone al-Shaimaa’ au nord de Beit Lahia. Un civil fut sérieusement blessé.

-  15h00 : A l’Hopital Shifa, des sources médicales ont confirmé que ’Omar Mahmoud al-Marnakh, 18 ans, était mort suite aux blessures reçues plus tôt le même jour lors du bombardement de la zone al-Twam à l’ouest de Jabalya.

-  Aussi à 15h00, un drone tira un missile sur un groupe de civils palestiniens dans la zone Abu Ghunaim au sud-ouest de Beit Lahia. 3 Palestiniens furent tués : une femme âgée et 2 enfants : Zakiya ’Abdul Hai Abu ’Eita, 60 ans, Anwar Salman Rushdi Abu ’Eita, 6 ans, et Malak Salam ’Abdul Hai Abu ’Eita, 1 an et demi. 6 autres membres de la famille ont été blessés, l’un d’eux est dans un état critique.

-  Aussi à 15h00, à l’hôpital Kamal ’Edwan des sources médicales ont rapporté que Rajab Mahmoud ’Elwan, 25 ans, de Jabaliya , était mort suite aux blessures subies lors d’un bombardement.

-  16h10 : Les FOI ont ouvert le feu sur des maisons à al-Hatabiya au nord de Beit Lahia. 1 civil palestinien a été sérieusement blessé .

-  17h00 : Un avion lança une bombe sur la maison du Dr. ’Izziddin Mohammed Abu al-’Eish à ’Izbat ’Abed Rabbu à l’est de Jabalya. 4 membres de la famille (3 sœurs et leur cousin) ont été tués : Mayar ’Izziddin Abu al-’Eish, 15 ans, Bissan ’Izziddin Abu al-’Eish, 21 ans, Aaya ’Izziddin Abu al-’Eish, 14 ans, Nour Shihab Abu al-’Eish, 12 ans. 3 autres membres de la famille furent blessés : hada ’Izziddin Abu al-’Eish, 18 ans, Nasser Mohammed Abu al-’Eish, 52 ans, Ghaidaa’ ’Ata Abu al-’Eish, 12 ans.

-  19h15 : Un hélicoptère de combat lança 4 missiles sur la maison de Mohammed ’Ali Jom’a, 54 ans, dans laquelle vivent 45 personnes, près du Square Abu Sharekh à Jabaliya. La maison a été détruite et 6 membres de la famille dont 2 enfants et 2 femmes ont été blessés.

-  22h00 : A l’hôpital Shifa à Gaza ville, des sources médicales ont confirmé que Jaleel Jamal Abu Jarad, 24 ans, de Beit Lahia, était mort des blessures reçues plus tôt le même jour.

-  23h20 : L’artillerie a bombardé al-Karama à l’ouest de Jabalya. Mohammed ’Oqailan, 25ans, a été tué.

Samedi 17 janvier

-  01h40 : Un avion des FOI lança un missile sur la mosquée Taha à al-Twam à l’ouest de Jabaliya. La mosquée a été détruite.

-  04h30 :Les FOI lancèrent des bombes incendiaires sur des maisons de Beit Lahia . Le bombardement dura jusqu’à 8h00. Dix maisons, au moins, ont pris feu et 15 civils ont été blessés.

-  05h00 : Les tanks ont bombardé des résidences à al-Karama au sud-ouest de Jabalya. 3 activistes de la résistance palestinienne ont été tués : ’Abdul Rahman Haitham Zumlot, 22 ans, Mos’ab Mohammed Abu al-’Amrain, 22 ans, Mohammed Ziad Abu ’Abdu, 24 ans.

-  05h30 : Un avion a bombardé une roue hydraulique de la municipalité de Beit Hanoun dans le quartier Abu Ghazala, à l’est de Beit Hanoun. Aseel Muneer al-Kafarna, âgé d’un an et demi, a été tué dans sa maison située près de la roue.

-  06h30 : Les FOI ont bombardé l’école de l’ UNRWA à Beit Lahia où au moins 320 familles avaient cherché refuge après avoir fui leurs maisons. Les FOI lancèrent des tirs d’artillerie et des bombes incendiaires sur l’école. Le feu a pris dans plusieurs classes et 2 enfants ont été tués : Mohammed Hamad Shihda al-Ashqar, 4 ans, Bilal Hamad Shihda al-Ashqar, 5 ans. 36 autres civils ont aussi été blessés dont la mère des deux enfants, Nojoud Sha’ban al-Ashqar, âgée de 24 ans, dont mains et jambes ont été gravement touchées. De plus, le feu a pris dans plusieurs maisons voisines.


Gaza ville

Vendredi 16 janvier

-  15h0 : Un avion des FOI tira un missile sur 2 civils palestiniens dont 1 enfant. Ils se trouvaient près de leurs maisons, rue al-Mahatta à al-Tuffah, banlieue à l’est de Gaza City. Les 2 civils furent tués : ’Ali Kamal al-Barrawi, 15 ans, Ahmed Mansour Hassouna, 21 ans.

-  17h00 : L’artillerie tira sur un groupe de Palestiniens, comprenant un militant, dans l’est de la banlieue. Al-Zaytoun. 1 civil et l’ activiste ont été tués : Hashem Rabah al-Hatu, 45 ans, civil, Nasser al-Saifi, 38 ans, militant.

-  18h30 : Un avion a tiré un missile sur un membre de la résistance, Bilal Tayseer Mousa, âgé de 31 ans. Il fut instantanément tué.

-  19h00 : Un avion a lancé un missile sur la tente de reception de visiteurs venant pour les condoléances à une famille en deuil. La tente avait été dressée par la famille Bannar dans la rue al-Mentar à al-Shoja’eya, banlieue est de Gaza ville. Le missile a tué 1O civils dont un enfant : Mohammed Yasser al-Qerem, 22 ans, Shadi al-’Abed Bannar, 24 ans, Ahmed al-’Abed Bannar, 18 ans, ’Abed ’Ali al-’Abed Bannar, 48 ans, Fayez ’Ali al-’Abed Bannar, 35 ans, Ahraf Rebhi Bannar, 35 ans, ’Alaa’ Sa’id Mowadded, 37 ans, Suhbi Mohammed Mowadded, 38 ans, Mos’ab Mohammed Mowadded, 16 ans, Fayez Sa’id Shamali, 50 ans. 7 autres civils, dont 1 enfant, ont été blessés.

-  Dans la soirée, des équipes médicales ont trouvé les corps de 2 militants à Tal al-Hawa banlieue sud de Gaza City. Ils furent tués lors d’une incursion des FOI dans la zone. Ils ont été identifiés comme étant : Mohammed Nawaf Na’im, 24 ans, ’Abdullah Nawaf Na’im, 19ans.

Samedi 17 janvier

-  08h15 : Un avion a lancé un missile sur un groupe d’activistes de la résistance rue al-Nafaq à l’est de Gaza ville. L’un d’eux, Ahmed ’Abdul Hai al-Safadi, 24 ans, de la banlieue al-Daraj a été tué.


Centre de la bande de Gaza

Vendredi 16 janvier

-  13h00 : Les troupes des FOI positionnées près de la maison de ’Awad Qudsi al-Wehaidi dans le village d’al-Mughraqa tirèrent sur 2 hommes âgés qui sortaient de la maison où ils s’étaient réfugiés. L’un d’eux, Nassar ’Abdul Muhdi Mutawe’, 80 ans, fut tué, et l’autre, Musallam Mohammed Mutawe’, 69 ans, a été blessé.

-  14h00 : L’artillerie a bombardé des maisons du bloc 7 dans le camp de réfugiés de al-Boreij. Muhannad ’Aamer al-Judaili, 8 ans, fut tué. Ses 2 frères, ’Abdul Hadi, 15 ans, et Khalil, 16 ans, et leur grand-mère , Mudallala, 85 ans, furent blessés quand un tir d’artillerie atteignit la maison. Le bombardement continua sporadiquement jusqu’au matin du 17 janvier. Pendant ce temps, 15 civils dont 3 enfants ont été blessés et de nombreuses maisons ainsi qu’une mosquée ont été lourdement endommagées.

-  15h00 : Les troupes positionnées au Carrefour d’al-Shuhada, au sud de Gaza ville, tirèrent sur Laurence Sue, une journaliste italienne qui circulait en voiture avec un interprète. La voiture fut abîmée.

-  15h30 : Les FOI lancèrent des bombes fumigènes, pouvant contenir du phosphore blanc, sur une maison d’ Al-Birka au sud-ouest de Deir al-Balah. 6 civils dont 2 enfants, furent brûlés et plusieurs maisons furent endommagées.

-  17h00 : Un hélicoptère canonnier lança un missile sur la maison d’’Abdul Hadi al-Batran, 37 ans, dans le camp de réfugiés d’al-Boreij. La femme d’al-Batran, 30 ans, Manal, et leurs 5 enfants furent tués. Les enfants étaient : Islam, 15 ans, Iman, 10 ans, Ihsan, 10 ans, Bilal, 7 ans, ’Izziddin, 3 ans. La maison et plusieurs maisons voisines furent endommagées et un civil fut blessé.

-  17h30 : Un hélicoptère canonnier tira un missile sur la maison d’Eyad al-Tayeb, 30 ans. La maison fut lourdement endommagée mais aucune victime n’a été signalée.

-  22h30 : Des avions ont bombardé un terrain vague appartenant au clan Abu Meddain près de la rue Salah al-Din. La station de fuel Abu ’Aassi et des terres agricoles furent endommagées.

-  18h30 : Les troupes des FOI positionnées au carrefour d’al-Shuhada tirèrent sur une ambulance qui était en chemin pour évacuer un cadavre de la zone. Une autre ambulance avait été visée dans la même zone une demi heure plus tôt.

Samedi 17 janvier

-  02h00 : Des véhicules militaires lourds des FOI entrèrent dans la ville d’al-Zahraa’ et dans le village d’al-Mghraqa au nord-ouest du camp de réfugiés d’al-Nusseirat. Ils ouvrirent le feu aveuglément. Mohammed ’Abdullah Abu ’Otaiwi, 15 ans, fut tué et 1 femme blessée. Plusieurs maisons et 2 mosquées ont été endommagées.

-  Aussi à 02h00, des véhicules militaires firent feu sur une ambulance qui allait pour évacuer des blessés palestiniens du village al-Mughraqa. Le véhicule fut abîmé mais l’équipe médicale survécut à l’attaque.


Khan Yunis

Vendredi 16 janvier

-  16h10 : Un drone tira un missile sur une motocyclette dans la zone d’al-Fukhari au sud-est de Khan Yunis. Hussam Mohammed ’Ali Abu Daqqa, 26 ans, qui conduisait la motocyclette fut tué et 3 civils passant furent blessés.

-  17h10 : un drone tira un missile sur une motocyclette dans le village de Bani Suhaila. Ra’fat Khalil Hamdan Abu al-’Ola, 47 ans, qui conduisait fut tué. Les Brigades al-Quds Brigades du Jihad Islamique déclarèrent que Abu al-’Ola était un de leurs membres.

-  17h30 : 2 civils ont été blessés dans le village de Ma’an à l’est de Khan Yunis, quand les troupes des FOI qui étaient entrées dans al-Fukhari ouvrirent le feu aveuglément.

-  18h30 : L’aviation a bombardé un terrain vague à al-Fukhari. Pas de victimes signalées. Les troupes positionnées dans la zone tirèrent ensuite sur un véhicule civil dans lequel circulaient un homme et ses 2 fils. Les 3 civils furent blessés. L’homme envoya plusieurs appels par portable pour être évacué avec ses fils. Le comité international de la Croix Rouge (ICRC) reçut l’information que trois membres de la famille Shurrab étaient blessés dans la zone et commença les efforts pour coordonner l’évacuation avec les FOI. Vers minuit, le contact avec l’homme fut coupé car la batterie de son téléphone mobile était à plat.

Vers 10h30 le matin suivant, samedi 17 janvier, une ambulance fut finalement envoyée sur la zone. L’équipe médicale a trouvé Mohammed Shurrab gravement blessé . Ses 2 fils, Kassab Mohammed Shurrab, 28 ans, et Ibrahim Mohammed Shurrab, 18 ans, étaient morts tous les deux. L’un des fils avait succombé à une hémorragie.

-  20h05 : L’aviation a bombardé l’immeuble des médias Asdaa’, à l’ouest de Khan Yunis. Un bulldozer fut détruit à l’intérieur de la ville. Moins d’une heure plus tard l’aviation a bombardé la ville à nouveau, occasionnant davantage de dommages.

-  22h00 : L’aviation a bombardé un terrain vague près de la mosquée d’al-Ameen dans al-Satar al-Gharbi. La mosquée fut endommagée mais aucune victime n’a été signalée.

-  22h05 : L’aviation a bombardé un terrain vague dans l’ouest de Khan Yunis. Pas de victimes signalées.

-  23h05 : L’aviation a bombardé des serres dans al-Satar al-Gharbi. Les serres furent détruites, mais pas de victimes signalées.

Samedi 17 janvier

-  03h30 : L’aviation a bombardé un immeuble déserté qui était utilisé comme atelier de couture, dans le centre de Khan Yunis. L’endroit qui avait déjà été bombardé fut largement endommagé. De plus, deux maisons voisines à deux étages appartenant à Ahmed Isma’il Fares et à Zakaria Abu Mo’ammar furent détruites.

Pendant la nuit, les tanks bombardèrent sporadiquement des zones de Khan Yunis. Ils tirèrent aussi des bombes incendiaires et fumigènes. Pas de victimes signalées.


Rafah

Vendredi 16 janvier

-  13h00 : L’aviation cibla un groupe d’activistes dans le village d’Um al-Nasser au nord de Rafah, tuant l’un d’eux, Hammouda Zayed Thabet, 21 ans.

-  15h30 : L’aviation a bombardé des terres agricoles dans la zone de Kherbat al-’Adas au nord de Rafah. Un enfant palestinien a été blessé. La veille, 13 civils avaient été blessés.

-  16:30 : Des canonnières des FOI ont bombardé al-Mawasi et un terrain vague à l’ouest de Rafah.

-  21h00 : L’aviation a bombardé la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte, causant de nombreuses destructions et terrifiant les civils. Pendant que ce communiqué de presse était effectué, les frappes aériennes continuaient.

Samedi 17 janvier

-  01h05 : L’aviation a bombardé la maison à deux étages d’ Ahmed ’Ali Abu al-A’inain , dans laquelle vivent 40 personnes de 10 familles, dans la banlieue d’al-Junaina. Un super marché et deux appartements au rez-de-chaussée ont été incendiés, un homme et une femme furent blessés.

-  11h20 : Des équipes médicales ont trouvé les corps de 2 civils palestiniens dans le village d’al-Nasser au nord de Rafah. Ils avaient été tués quand les FOI avaient bombardé la maison de l’un d’eux. Ils ont été identifiés : ’Atiya Talab Abu al-Hussain, 45 ans, et Anwar Saleh Abu Tailakh, 20 ans.

Traduction : Françoise Ledru

(JPG)
Des équipes médicales recherchent des corps sous les décombres des maisons. (AP)


Communiqué PCHR du 16 janvier 2009

communiqué sur PCHR

Ref : 16/2009

21è jour consécutif des attaques des FOI sur la bande de Gaza.

Said Seyam, un des leaders du Hamas est assassiné ; 50 Palestiniens sont tués dans la journée dont 36 civils sans arme, dont 12 enfants et 4 femmes.

Le total des tués s’élève à 1 130 dont 810 civils sans arme (264 enfants, 82 femmes, 167 membres de la police civile et 7 personnels médicaux.


Nord de la bande de Gaza

Mercredi 15 janvier

-  13h50 : L’aviation tire plusieurs missiles sur une résidence très peuplée de la rue al-Banat à l’est de Beit Hanoun. 2 civils sont blessés.

-  14h00 : Les tanks tirent des obus incendiaires sur des maisons bordant la voie express Salah Addin à Izbat-Beit Hanoun. 2 civils sont blessés dont une femme gravement brûlée.

-  14h10 : Le corps de Louai Jaber Husein, 20 ans, est amené à l’hôpital at Kamal ‘Odwan Husein. Il vivait dans le camp de réfugiés de Jabaliya et faisait partie de la Résistance Palestinienne. Il a été tué au cours d’une confrontation avec les FOI.

-  14h45 : Les tanks tirent sur sur le quartier al-Amal près de la Ghassan Kanafani Society à l’Est de Beit Hanoun. 2 jeunes sont blessés.

-  15h00 : Environ 40 blindés pénètrent à 1 000 mètres dans Beit Hanoun se protégeant par des tirs continus et à l’aveugle. Les quartiers de al-Ferta et de al-Nazzaza sont isolés de Beit Hanoun. Quelques instants plus tôt les FOI avaient sommé par haut parleur les résidents de quitter les lieux. Environ 20 familles ont obtempéré.

-  17h00 : Les FOI tirent des bombes incendiaires sur la « Société Islamique » de Beit Lahia. La maison voisine de Mansour ’Ali Ghaben est incendiée.

-  22h00 : L’aviation tire sur 3 membres de la Résistance palestinienne rassemblés à proximité du groupe d’immeubles de al-Karama à l’ouest de Jabaliya. Mohammed Issa al-Shrafi, 25 ans, Abdullah al-Souri, 23 ans, et Amir Ghadir Abu Reyala, 23 ans, sont tués.. 2 civils se précipitent à leur secours. Aussitôt les FOI ciblent un second missile qui tue les 2 civils : Imad Hassan al-Najjar, 26 ans et Imad Said al-Najjar, 32.

-  17h30 : Les sources médicales confirment le décès de Hala Isam Ahmed al-Menei’i, 1 an, gazé par les inhalations de substances contenues dans les bombes.

Dans la soirée, toute la nuit et tôt dans la matinée du vendredi 16, les FOI ont poursuivi leurs bombardements aveugles sur tout le secteur est de Beit Hanoun, Jabaliya et le nord-ouest de Beit Lahia. Pas de victimes.

-  03h00 : L’hôpital Shifa confirme le décès de Usama Jamal ’Ubeid, 21 ans, des suites de ses blessures contractées lors du bombardement de Beer al-Na’aja, quartier de Jabaliya, il y a 10 jours où la cible était des civils.

-  04h00 : Les sources médicales confirment le décès de Issa Mohammed Abu ’Ubeida, 17 ans, des suites du bombardement sur un groupe de civils aux abords de la Compagnie PALTEL dans le camp de réfugiés de Jabaliya.

-  04h55 : Les tanks tirent sur le secteur de al-Jurun à l’est de Jabaliya. 6 civils dont 3 jeunes sont blessés.

-  07h30 : Un drone tire un missile sur plusieurs civils rassemblés au bloc 2 dans le camp de réfugiés de Jabaliya. Un civil est blessé.

-  09h00 : Les tanks bombardent des maisons situées à proximité de la banque islamique à l’est de Jabaliya. Rawan Isma’il al-Najjar, 10 ans, est tué. 2 autres civils sont blessés.

-  10h00 : Des soldats des FOI sont sur les terrasses des maisons dans le quartier de al-Farta à l’est de Beit Hanoun. Tirs sur des civils. 2 parmi les blessés sont dans un état critique.


Ville de Gaza

Jeudi 15 janvier

-  13h00 : Un tank tire sur des civils qui tentent de fuir l’immeuble al-Saleh dans une voiture blanche. ’Udai Salama al-Haddad, 50 ans, sa femme Husun Mohammed al-Haddad, 45 ans, et 2 de leurs enfants Hatem, 21 ans, Aya, 15 ans, sont tués sur le coup.

-  14h00 : Les FOI lancent une attaque contre les bâtiments du Croissant-Rouge (PRCS). L’hôpital al-Quds et la pharmacie sont les 1ers touchés. Quelques heures plus tard, les tirs reprennent sur ces bâtiments d’un intérêt vital pour la population. Les Foi incendient l’hôpital et d’autres bâtiments annexes en particulier le bâtiment des urgences et des ambulances, le centre des coutumes et de la tradition et le centre des conférences. Les patients avaient été transférés sur d’autres hôpitaux jusqu’à minuit. Les bâtiments ont brûlé jusqu’au 16 janvier au matin. Des stocks de médicaments et de matériel médical ont également été bombardés.

-  14h15 : Un tank tire sur Fadel al-Batran et sa fille Hanin, 19 ans. Gardien d’immeuble à Tal al-Hawa il essayait de fuir avec sa fille. Elle est tuée au cours de l’attaque.

-  14h20 : Un hélicoptère tire un missile sur un appartement habité des services de renseignements dans l’immeuble n°3 à Tal al-Hawa. Mohammed Majed Husein, 18 ans, et Tha’er Suheil Ali Husein, 19 ans, sont tués. L’appartement est détruit.

-  15h00 : Les tanks bombardent la mosquée al-Sahwa dans la rue al-Sena’a. Le minaret de la mosquée al-Hedaia est détruit et la mosquée al-Sahwa est sérieusement endommagée. Les FOI tirent également sur le collège Balqis et sur l’école des soeurs du Rosaire.

-  16h00 : Les corps de Fathi Dawood al-Qerem, 42 ans, et de ses enfants Ismat, 12 ans, et Ala’a, 11 ans, sont transportés à l’hôpital al-Shifa. Ils avaient été ensevelis sous leur maison lors du bombardement du quartier de al-Sabra.

-  16h10 : Un F16 tire sur la maison de Eyad Mohammed Seyam, 35 ans, dans al-Yarmouk, quartier du centre de Gaza ville. La maison est totalement détruite. La maison voisine de la famille Islim est très endommagée. Les 2 familles qui y vivaient comptent 10 tués : Eyad Seyam, Samah ’Ateya Seyam, 34 ans, sa femme, Said Seyam, ministre de l’Intérieur,et un des responsables du Hamas, frère de Eyad. Mohammed, 22 ans, fils de Said Seyam, Mohammed Isma’il Seyam, 27 ans, son neveu et pour la famille Islim Samar Ali Sha’aban Islim, 16 ans, Iman Abdul Kader Islim, 20 ans, Ahmed Mohammed Islim, 14 ans, Husam Mohammed Islim, 10 ans, et Mohammed Nabil Islim, 20 ans.

-  20h00 : Les sources médicales annoncent le décès de Jamal Taha Maghames, 49 ans, des suites de ses blessures le 14 janvier au cours du bombardement de l’immeuble al-Maqqousi. Les sources médicales confirment également le décès de Mohammed Eleiwa, 22 ans, des suites de ses blessures contractées à Shejaeya banlieue de la ville.

Vendredi 16 janvier

La confrontation entre la résistance palestinienne et les FOI s’est poursuivie jusqu’au jour à Tal al-Hawa. Hamdi Ibrahim al-Banna, 23 ans, Medhat ’Aned Ali Banar, 24 ans, Na’im Khader Hamada, 20 ans, Mahmoud Khader Abu Salem, 19 ans, ’Ammar Maher Farawana, 18 ans, Farid Hejazi al-Helo, 23 ans, Mu’ataz Abdul Mutaleb Dahman, 21 ans, Husam Hassan al-Hamasi, 35 ans, Rebhi Shheibar, 25 ans, Tamer Faza’a, 20 ans.

-  10h00 : Abdullah Mohammed al-Jujo, 15 ans, est tué par un obus tiré sur sa maison située à côté de l’association caritative al-Huda dans la rue al-Sena’a au Sud de la ville. Les tanks avaient tiré à l’aveugle plusieurs obus dans la rue. Au même moment, les sources médicales confirment le décès Mahmoud Zuheir al-’Aloul, 18 ans, des suites des blessures contractées le 15 Janvier au Collège des la communauté urbaine alors qu’il tentait de fuir avec son cousin.


Centre de la bande de Gaza

Jeudi 15 janvier

-  13h30 : UN F15 tire un missile sur un terrai vague dal-Berka quartier de Deir al-Balah. Plusieurs maisons sont endommagées. 2 civils dont une femme sont blessés.

-  16h00 : L’aviation bombarde le site de « la Force 17 » (l’ancienne garde rapprochée de Arafat) dans la rue al-’Azayza à Deir al-Balah. Le site est endommagé, les maisons voisines aussi. 4 civils sont blessés. C’est la 2ème fois que cet objectif est visé.

-  18h00 : Tirs à l’aveugle de l’artillerie des FOI sur al-Mughraqa et en direction de al-Nusseirat. 3 civils sont blessés et transportés à l’hôpital des Martyrs Al Aqsa de Deir al-Balah.

-  20h30 : Les FOI tirent des bombes incendiaires sur le camp de réfugiés de Al Bureij que les gens estiment être des bombes au phosphore blanc. 8 civils dont une femme et 2 enfants sont blessés. Plusieurs maisons et champs cultivés sont incendiés.

Vendredi 16 janvier

-  03h30 : L’aviation bombarde la maison de 3 étages de Kamal Khamis Abu Najeh, 60 ans, au block 1 du camp de réfugiés de al-Nuseirat. 2 enfants sont blessés. La maison et les maisons voisines sont endommagées Dans la matinée, depuis la frontière, l’artillerie des FOI tire des obus incendiaires sur le secteur de Wadi al-Salqa. Ces projectiles contiennent du phosphore blanc.


Khan Yunis

Jeudi 15 janvier

-  12h00 : Les sources médicales confirment le décès d’Akram Mohammed Matar al-Seigali, 54 ans, à l’hôpital égyptien al-’Arish. Il avait été sérieusement blessé le 13 janvier quand les FOI ont fait une incursion dans Al Khuza’a. Il essayait d’évacuer sa femme et ses enfants.

-  19h30 : Depuis la frontière à l’est de Khan Younis les tanks bombardent des terres agricoles et des zones d’habitation sur le secteur de Al Qarara, de Abasan al-Kabira village, Abasan al-Jadida village et de Khuza’a village. Beaucoup parmi les projectiles tirés contiennent du phosphore blanc. Ces bombardements sporadiques et non ciblés ont duré jusqu’au matin du 16. On ne compte cependant aucune victime. Le matin la marine rentre en action en tirant des obus sur la côte à l’ouest de Khan Younis et sur le secteur de Al Mataheen.

-  20h30 : L’aviation lâche des bombes incendiaires d’enfumage contenant du phosphore blanc. Aux abords du collège des sciences et de la technologie. Les gaz toxiques se sont dispersés et un incendie s’est déclaré dans un immeuble proche du collège.

-  22h00 : Les sources médicales confirment le décès de Mamdouh Lutfi Abu Rouk, 22 ans, des suites de ses blessures à Khuza’a village le 13 Janvier.

Vendredi 16 janvier

-  06h40 : L’aviation tire un missile sur un terrain vague situé près de la mosquée Al Amin dans al-Satar al-Gharbi au nord-ouest de Khan Younis.

-  06h45 : L’aviation tire un missile sur un terrain vague près de la mosquée Khalid Ibn al-Walid dans le camp de réfugiés de Khan Younis. Nader Mohammed Abu Rezeq, 32 ans, et son fils Noura, 4 ans, sont blessés et conduits à l’hôpital al Naser Hospital de Khan Younis.

-  07h00 : L’aviation et la marine tirent plusieurs bombes d’enfumage contenant du phosphore blanc aux abords des cimetières au sud-ouest de Khan Younis. La marine tire des douzaines d’obus sur l’ouest de Khan Younis à l’emplacement des anciennes colonies pendant que les tanks bombardent maisons et terres cultivées sur Al Qarara.

-  13h30 : Les F16 tirent 3 missiles sur le commissariat central de Khan Younis. Le bâtiment est sévèrement endommagé ainsi que le centre de santé primaire du ministère de la Santé, les bureaux de la municipalité et les maisons environnantes. Mohammed Majed Ahmed al-Astal est blessé à domicile.

Rafah

Jeudi 15 janvier

-  16h00 : Le personnel médical parvient enfin à évacuer le corps de Ahmed Fou’ad Thabet, 25 ans qui saignait à mort et de son frère Ibrahim, 18 ans sérieusement blessé, sur la voie express Salah Addin près des vilages d’al-Shoka et d’al-Naser, où les FOI avaient lancé une incursion la veille dans la soirée. Les 2 frères avaient été laissés sans secours jusqu’à ce qu’une équipe médicale puisse les joindre.

-  16h10 : Le personnel médical parvient à évacuer les corps de Mustafa Kamel Baraka, 45 ans et de Rasmi Mohammed Abu Jarjeer. Ces 2 civils étaient en voiture et roulaient sur la Salah Eddin aux abords de Shuka au nord de rafah quand ils ont été ciblés par les FOI. Le PCHR constate que que 7 personnes, blessées au cours de bombardements aveugles ont été conduites à l’hôpital Abu Yousif al-Najjar de Rafah. Et que des centaines de familles ont du fuir leurs maisons cherchant protection dans des écoles de l’UNRWA.

-  21h30 : L’aviation bombarde la zone frontalière avec l’Egypte. Plusieurs maisons sont rendues inhabitables.

-  22h00 : L’aviation bombarde un hall de cérémonies dans la rue al-Najjar à al-Juneina, quartier de Rafah.

Vendredi 16 janvier

-  08h20 : La marine bombarde al-Mawasi au sud-ouest de Rafah. 10 minutes plus tard un drone tire deux missiles sur des jeunes en train de ramasser du bois derrière la station essence ’Umar Ibn al-Khattab. Mohammed Abu Jarad, 14 ans, est tué et un autre jeune est sérieusement blessé.

-  08h35 : L’aviation tire un missile sur une terre agricole de al-Tannour banlieue est de Rafah et bombarde des maisons à al-Shoka village à l’Est de Rahah. 16 blessés dont 5 enfants et 4 femmes.

Traduction par Jacques Salles pour Palestine 33

Comuniqué PCHR du 15 janvier 2009

Communiqué sur : PCHR

Ref : 15/2009

20ème journée consécutive des attaques des Forces d’Occupation Israéliennes (FOI) sur la bande de Gaza 75 Palestiniens tués dont 70 civils sans armes parmi lesquels 18 enfants.

Depuis le 27 décembre on compte à ce jour 1 080 tués dont 765 civils et 167 membres de la police civile. Les 765 se décomposent ainsi 252 enfants, 78 femmes, 3 « médicaux », 3 journalistes palestiniens et les 22 corps de la famille Al Samouni, déterrés hier.


Au nord de la bande de Gaza

Mercredi 14 janvier

-  12h25 : Un drone tire un missile au rond point de al-Twam à Jabaliya. Un civil est sérieusement blessé.

-  13h05 : Un autre missile est tiré au même endroit : ’Umar Mohammed al-Muranakh, 17 ans, est sérieusement blessé. On l’ampute d’une jambe.

-  13h25 : L’artillerie des FOI poursuit ses tirs sur Zaid Ibno Haretha à Beit Lahia. Raja Mohammed Ghaben, 35 ans, est tuée et 6 civils dont 3 enfants sont sérieusement blessés.

13h50 - Un avion tire un missile sur une voiture au rond point al-Twa. Seif Addin Mohammed Ibrahim al-Firani, 20 ans qui passait par là est tué.

-  14h20 : L’artillerie bombarde la maison de Salem al-Na’ouq près de la mosquée al-’Umari dans le centre de Jabaliya. La maison est endommagée. Au même moment les FOI tirent sur des maisons du quartier al-Shaima’a au nord de beit Lahia. Des incendies se déclarent dans plusieurs d’entre elles. Pendant que les « Forces de la Défense Civile » combattaient les flammes. Les Foi ont ouvert le feu sur elles. Les feux n’ont pas pu être maîtrisés et ils ont gagné les maisons voisines

-  14h45 : L’artillerie bombarde le centre de la localité de Jabaliya. Un obus touche la maison de Bashir Abed Rabbo. 3 des siens sont blessés dont Umaima Eyad Abed Rabbo, 5 ans blessée à la têt, dans un état critique. La maison est endommagée

-  15h00 : Le personnel médical déterre les corps décomposés de Sa’ad Allah Matar Abu Halima. 42 ans et de ses 3 fils Zayed, 10, Abed, 12 et Hamza, 8 ans. Leurs corps étaient sous une maison détruite à ’Umar Ibn al-Khattab dans al-Atatra à l’ouest Beit Lahia.

-  15h20 : L’aviation bombarde des civils rassemblés devant la « société Baytona » dans al-Twam à l’Ouest de Jabaliya. Mohammed Sa’id Naser, 23 ans, est tué et 3 civils sont blessés.

-  16h10 : Même lieu : L’aviation bombarde des civils rassemblés. 9 parmi eux sont blessés dont 3 enfants.

-  16h50 : Le Personnel médical découvre le corps de Samir Rashid Mohammed Hamad, 46 ans à ‘Izbat ‘Abed Rabbu. Hamad, employé de l’UNRWA, a été tué dans sa maison le 5 janvier

-  17h00 : Les FOI tirent des bombes d’enfumage sur plusieurs secteurs à l’ouest de Beit Lahia à l’est et à l’Ouest de Jabaliya et de al-Sudaneya. Des incendies se sont déclarés dans plusieurs maisons. Beaucoup de civils ont suffoqué. Il leur a fallu fuir pour sauver leur vie.

-  20h30 : Un F16 bombarde pour la 2ème fois dans la même semaine la maison deAhmed al-Batsh située au centre de la localité de Jabaliya. Au même moment, à l’ouest de la localité les FOI bombardent le quartier al-Karama. Mohammed Ibrahim Abu Jahjouh, 26 ans est tué.

Dans la soirée, les sources médicales annoncent le décès de Zayed Mohammed Jneid, 30 ans, suite à ses blessures dues au bombardement du ministère de l’Intérieur, la veille.

Mardi 15 janvier

-  08h10 : L’artillerie tire sur le ministère de l’Education au nord de Sheikh Zayed. ’Aysha ’Ayad al-Rmeilat, 80 ans, Sabrin ’Ata Hassan al-Rmeilat, 15 ans, Bara’a ’Ata Hassan al-Rmeilat, 2 ans et Arij ’Ata Hassan al-Rmeilat, 2 mois, 4 membres de la même famille et Amal ’Eid Shteiwi, 14 ans, sont tués.

-  09h50 : L’artillerie bombarde la secteur de al-Ferta à l’est de Beit Hanoon. Ihab Sabri Akram al-Kafarna, 6 ans est blessé.

-  10h40 : Des blindés se dirigent sur ce secteur de al Ferta et procède au bombardement systématique des maisons situées dans la rue al-Banat.

-  11h00 : Un drone cible un missile sur un élevage de volailles à al-Kashef Mountain dans Jabalia. Medhat Fares Hajjaj, 25 ans, est tué.

-  11h05 : L’artillerie tire sur plusieurs membres de la famille al-Na’ouq rassemblés à al-Jurun à l’est de la localité de Jabaliya. Le père et ses 2 fils sont tués : Mohammed Mohmmed Salem al-Na’ouq, 72 ans, Abdul Latif Mohammed Mohmmed al-Na’ouq, 55 ans, et Samih Mohammed Mohmmed al-Na’ouq, 38 ans. Un 4ème est aussi tué : Mohammed Ahmed Abdulla Saleh, 60 ans. 3 civils dont une femme sont blessés. L’un d’entre eux est dans un état critique.

-  11h50 : L’aviation tire un missile sur un rassemblement de civils au rond point de Beit Lahiya. 2 civils sont blessés.


Gaza Ville

Mercredi 14 janvier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages