Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 22:42

Ali Babès/Ghania Oukazi - Le Quotidien d’Oran

Imprimer Imprimer la page

Envoyer Envoyer par mail


En organisant cette rencontre, l’Egypte a pratiquement poignardé les pays arabes qui doivent se rencontrer lundi à Koweït et discuter du soutien à apporter à la cause palestinienne, et notamment la population et la résistance à Ghaza.

Moubarak chasse sur les terres palestiniennes

par Ali Babès

Le Sommet international de Charm Echeikh, voulu et organisé par l’Egypte sur Ghaza, n’aura pas apporté de fait nouveau par rapport à la situation des Palestiniens dans la bande de Ghaza, où plus de 100 corps des victimes de l’agression israélienne ont été retirés dimanche des décombres. En organisant cette rencontre, l’Egypte a pratiquement poignardé les pays arabes qui doivent se rencontrer lundi à Koweït et discuter du soutien à apporter à la cause palestinienne, et notamment la population et la résistance à Ghaza. Le président égyptien a annoncé à l’issue d’un sommet qui a regroupé les principaux soutiens européens à Israël, qu’une autre rencontre internationale devrait se tenir pour discuter des modalités de soutien au plan de paix égyptien et approuvé par Israël.

Concrètement, le Sommet de Charm Echeikh intervient au lendemain de la décision d’Israël de décréter un arrêt des hostilités contre la population palestinienne de Ghaza, et le jour même où la résistance palestinienne a décrété de son côté un cessez-le-feu conditionné au départ des troupes d’occupation. Donc, sur le plan politique, le sommet, auquel les Egyptiens ont appelé les Européens et non pas les pays arabes, aura été relativement de peu d’effet sur l’arrêt des hostilités, sinon un échec politique. Sauf à considérer que ni le président français Nicolas Sarkozy, ni les chefs de gouvernement italien, espagnol et allemand n’ont à aucun moment condamné ou dénoncé l’assassinat systématique, par des armes de guerre prohibées et de destruction massive, plus de 1 300 Palestiniens. Et, au moment où la population de Ghaza découvrait des dizaines de corps ensevelis sous les décombres, dont des enfants, le président égyptien Hosni Moubarak recevait des dirigeants européens, qui n’ont même pas eu une pensée pour les victimes de l’agression israélienne. Mieux, le président égyptien a appelé au Sommet de Charm el-Cheikh à un « soutien international » au plan de l’Egypte pour la fin durable « des violences » dans la bande de Ghaza.

« J’aspire à la poursuite du soutien international aux efforts de l’Egypte  », a dit M.Boubarak, en conclusion du sommet, « pour la consolidation du cessez-le-feu et, dans une étape suivante, pour garantir le retrait des troupes israéliennes de Ghaza et parvenir à un retour à la trêve, l’ouverture des points de passage et la levée du blocus ». Il a ajouté que l’Egypte accueillerait une autre rencontre internationale, à une date non-précisée, pour « rassembler les ressources nécessaires à la reconstruction de Gaza ».

Co-présidée par le président égyptien Hosni Moubarak et le président français Nicolas Sarkozy, la réunion s’est tenue au premier jour d’un fragile cessez-le-feu décrété par Israël et le Hamas, après 22 jours d’une agression sauvage qui a fait plus de 1 300 morts et plus de 5 300 blessés palestiniens. Tour à tour, à commencer par le président égyptien, les dirigeants de la France, du Royaume-uni, de l’Italie, de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie, de la Turquie et de la Jordanie sont intervenus pour soutenir, globalement, l’initiative égyptienne, et notamment le retrait des forces israéliennes de Ghaza.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a notamment appelé au retrait immédiat des troupes israéliennes de la bande de Gaza. « Ce cessez-le-feu fragile doit être suivi immédiatement, s’il veut être durable, par l’entrée d’aide humanitaire (...) par le retrait des troupes (...) », a déclaré M. Brown. Le président palestinien Mahmoud Abbas, le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa, et le président turc Abdullah Gül participaient également à ce sommet, qui illustre parfaitement que les pays arabes et la Ligue arabe n’ont absolument aucun poids ni pouvoir dans la résolution du conflit israélo-palestinien. Et, sur ce registre, seul le Hamas en est conscient, puisqu’il n’a pas attendu pour décréter de son côté un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Ghaza, qui sera observé par tous les groupes palestiniens du territoire. Hamas, à qui l’Egypte voudrait remplacer par l’Olp-Fatah de M.Mahmoud Abbas, a ainsi donné une semaine aux forces israéliennes pour se retirer de la bande de Ghaza.

A Damas, la direction du Hamas en exil a confirmé la décision du mouvement et s’est dit prête à coopérer avec l’Egypte. « Nous sommes prêts à coopérer à tous les efforts, particulièrement ceux de l’Egypte, pour parvenir à un accord définitif qui satisferait nos revendications consistant en une levée permanente du blocus et l’ouverture de tous les points de passage », selon un communiqué du Hamas.

Evènement

Surenchère politicienne

par Ghania Oukazi

Les Etats arabes viennent de démontrer que leur conception de l’aide et du soutien au peuple palestinien diffère d’un Etat à un autre, ou précisément, d’un bloc à un autre.

A chaque chose malheur est bon, le Sommet de Doha, la capitale qatarie, bien que n’ayant pas atteint le quorum, selon le décompte de la Ligue arabe de Amr Moussa, contribue à dévoiler le fond de la pensée des dirigeants arabes à propos de la cause palestinienne. Ils étaient une poignée à accepter de se réunir à Doha, vendredi dernier, même s’ils avaient déjà été informés de la défection de leurs homologues, y compris ceux d’entre eux qui étaient prêts à y être mais s’étaient rétractés à la dernière minute pour des considérations de surenchère politicienne de bas étage. Une poignée, certes, mais la bonne, celle de dirigeants qui ont compris d’abord que la cause palestinienne n’est pas et ne doit pas être seulement arabe, mais musulmane au sens le plus large du terme. La présence du président iranien Ahmedinedjed en est un indice fort.

Au diable le choc des civilisations, les actes jugés antisémites, les pacifistes du troisième millénaire, au risque de radoter, la cause palestinienne est une question de décolonisation et ne trouvera sa solution définitive et globale que par le déclenchement d’une véritable révolution. Pour la défense de ses citoyens et des territoires qu’elle a spoliés au cours de l’histoire récente, l’entité sioniste n’a pas hésité à outrepasser le droit international et a agi selon ce qui lui a été dicté par sa seule conscience, sans s’encombrer de considérations onusiennes largement ignorées et dépassées par la folie des hommes à préserver leurs intérêts.

Les Etats-Unis d’Amérique ont encore une fois pactisé avec Israël pour, disent-ils, lutter contre le trafic d’armes dont ils accusent le mouvement de libération Hamas d’en être le coupable. Tous les moyens sont bons pour détourner l’attention de l’opinion internationale et l’Histoire. 1948, c’est, il y a à peine 60 ans. Les Palestiniens, qui étaient les enfants d’alors, s’en souviennent comme si c’était hier. Ils le racontent aux enfants de la première Intifadha qui sont aujourd’hui des résistants, armes aux poings. Attablés à un café dans les étroites ruelles d’El-Qods, un Palestinien au keffieh vieilli nous disait en 2000, qu’il se souvenait très bien de cette époque où les Juifs, venus de tous les coins du monde, arrachaient la terre aux Arabes.

La résistance palestinienne riposte depuis plus de 20 jours contre les F16 et les chars blindés israéliens avec le peu de roquettes qu’elle possède. C’est de trop que de dire, que les conséquences de la sale guerre sioniste contre Ghaza sont dramatiques. Parce que si les martyrs tombent, c’est pour que leur peuple apprenne que la liberté ne se donne pas, elle s’arrache à coups de sacrifices de vies. L’Humanité toute entière s’est faite dans la douleur. Les Palestiniens n’ont jamais eu la prétention de réinventer l’Histoire. Ils savent comme tout le monde, qu’elle est guerre et violence. Ils savent surtout que les peuples ne peuvent être libres que s’ils tiennent tête à ses folies. L’Algérie n’avait accepté de déposer les armes qu’elle avait eues grâce à l’aide cruciale de certains pays arabes, que lorsque la France coloniale s’était résolue à l’idée ferme de l’indépendance. Quand le Dr Mohamed Abed Khouidmi, l’urgentiste algérien, a réussi à rentrer à Ghaza, les Palestiniens qu’il a rencontrés lui ont, a-t-il dit, rappelé avant tout que l’Algérie, c’est le pays d’un million et demi de martyrs. La résistance vaut par sa force de ne pas capituler devant l’ennemi. Les résistants palestiniens le savent. A Doha, Khaled Machaâl a rejeté froidement toute idée de cessez-le-feu.

Le rendez-vous de Doha a, dans la forme, réuni quelques pays pour discuter de Ghaza, mais dans le fond, il a recentré les objectifs des uns et des autres visant à aider la Palestine en les constituant en blocs distincts. Doha a compris que les factions palestiniennes, qui luttent pour la libération des territoires occupés, ont urgemment besoin d’aide. « L’Algérie fera tout pour répondre aux aspirations des peuples arabes et islamiques », a souligné la semaine dernière, le président Bouteflika lorsqu’il a reçu à Alger le vice-président iranien. Sa présence à Doha confirme cette intention de soutenir et d’appuyer la résistance palestinienne. L’Iran et la Syrie étant tous les deux considérés par Tel Aviv et Washington comme bailleurs de fonds de la résistance palestinienne, ils n’ont nullement besoin de le prouver. Il leur suffit d’avoir été présents à Doha.

Le reste des dirigeants arabes ont fui la rencontre parce qu’ils ont eu peur de se voir inclus dans « l’axe du mal » que l’Amérique de Bush a tracé pour les tenir en laisse. Ils s’obligent ainsi à faire dans le politiquement correct avec un Etat terroriste. Ceci étant dit, le Sommet de Koweït City ne sera pas de trop. Il précisera davantage la juste vision des uns et des autres Etats arabes et musulmans qu’ils se font du conflit israélo-arabe. Pour que le soutien à la cause palestinienne aille au-delà des slogans, une telle décantation devient plus que nécessaire dans ces moments de crise.

Evènement

19 janvier 2009 - le Quotidien d’Oran

http://www.info-palestine.net/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages