Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noesam@voila.fr

  • : sionazisme
  • sionazisme
  • : Tout Juif qui se respecte, religieux ou séculier, ne peut plus garder le silence, voir pire, soutenir le régime sioniste, et ses crimes de génocide perpétrés contre le peuple palestinien...La secte sioniste est à l’opposé du Judaïsme. .................... Mensonge, désinformation, agression, violence et désobéissance de la loi internationale sont aujourd’hui les principales caractéristiques du sionisme israélien en Palestine.
  • Contact

Israèl est contre TORAH

*"Les sionistes me dégoûtent autant que les nazis."
(Victor Klemperer, philologue allemand d'origine juive, 1881-1960)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


 

 

 

 

 

 

L’initiative sioniste de proclamer l’État d’Israël constitue une révolte contre la volonté divine, contre la Torah, une révolte qui a engendré une vague interminable de violence et de souffrance. À l’occasion de la fondation de l’État hérétique, les juifs fidèles à la Torah pleurent cette tentative d’extirper les enseignements de la Torah, de transformer les juifs en une « nation laïque » et de réduire le judaïsme au nationalisme.......Nous déplorons les tragédies que la révolution sioniste a provoquées chez les Palestiniens, notamment des déportations, l’oppression et la subjugation..Que nous méritions que cette année toutes les nations, en acceptant la souverainet

é divine, puissent se réjouir dans une Palestine libre et dans une Jérusalem libre! Amen. Offert par Netouré Karta International : www.nkusa.orglink

                                               


   

 


Ecrivez nous au ; noesam@voila.fr
visitez    http://www.planetenonviolence.org/link
http://www.aloufok.net/link
http://www.info-palestine.net/link
http://www.ism-france.org/news/link
http://www.europalestine.com/link
http://www.enfantsdepalestine.org/
http://mounadil.blogspot.com/link


 



Recherche

FATHER OF SIONAZISJACOB HITLER

La prétendue ascendance juive d'Hitler: Une "explication" par la haine de soi
Une publication parue cette semaine a attiré mon attention. Il s’agit ni plus ni moins de la généalogie d’Adolf Hitler qui aurait des ascendants juifs !! Dans son article, Gilles Bonafi présente une fiche des Renseignements généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, et où on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob. Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la Seconde Guerre mondiale.
SOURCE ;alterinfo

Archives

20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 21:36
Crise à Gaza : la France doit demander une commission internationale d’enquête indépendante sur les violations des droits humains
publié le mardi 20 janvier 2009

Amnesty International France - FIDH - LDH - Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
 
Choquées par l’absence de réaction adéquate au piétinement des conventions internationales relatives aux droits de l’Homme et au droit international humanitaire dans le contexte du conflit entre Israël et le Hamas, les organisations Amnesty International France, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme et son affiliée française, la Ligue des Droits de l’Homme, appellent la France à demander la mise en place d’une commission internationale d’enquête indépendante sur les graves violations de ces droits dans le cadre de cette crise.

Les violations graves des conventions internationales relatives aux droits de l’Homme et au droit international humanitaire dans le contexte de la crise actuelle à Gaza, dont la communauté internationale a été témoin depuis trois semaines, pourraient constituer des crimes de guerre, voire des crimes contre l’humanité.

Le 9 janvier dernier, le Conseil des droits de l’Homme a mandaté une commission internationale d’enquête, mais les Européens – dont la France – se sont abstenus de voter la résolution proposée, que le Canada a rejetée. Il est donc essentiel que le Conseil de sécurité agisse dès maintenant en faveur des victimes du conflit et fasse jouer son autorité morale ainsi que sa dimension incriminante.

Partie à la IVe Convention de Genève, la France a l’obligation juridique de s’assurer que toute violation grave du droit international humanitaire est dûment documentée et ses auteurs poursuivis.

Membre permanent du Conseil de sécurité, dont elle assume en ce mois de janvier la Présidence, la France a également l’influence internationale nécessaire pour s’assurer que les demandes d’enquête se traduisent en actions concrètes – comme l’ont notamment demandé le Secrétaire général des Nations unies, suite aux bombardements des bâtiments des Nations unies, mais également des organisations israéliennes et palestiniennes de défense des droits humains.

La France, par l’intermédiaire de son ambassadeur au Conseil de sécurité, rappelait cette semaine encore son attachement à la « responsabilité de protéger » les populations civiles, ainsi qu’à la lutte contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves. [1]

Face à l’horreur et l’inhumanité des attaques commises sous nos yeux, au delà des déclarations, elle doit faire en sorte que le Conseil de sécurité agisse immédiatement sur le retour de l’Etat de droit.

Paris, 20 janvier 2009

Communiqué

[1] Le 14 janvier dernier, à l’occasion d’un débat au Conseil de sécurité sur la protection des civils dans les conflits armés, la France a en effet déclaré que « la France est particulièrement attachée à la mise en œuvre concrète du concept de responsabilité de protéger », et que « la communauté internationale doit être prête à se mobiliser en cas d’incapacité ou d’absence de volonté des Etats », en précisant que cela implique « d’intervenir au plus fort des crises pour stopper les crimes les plus atroces » et « d’agir [en] amont pour les prévenir », et d’ajouter en particulier « Quelle serait la protection des civils sans lutte contre l’impunité ? Les responsables des crimes les plus graves doivent être poursuivis et sanctionnés. La France réitère en particulier son appui à l’action de la Cour Pénale internationale et appelle tous les Etats à adhérer au Statut de Rome. »

COMMUNIQUE DE PRESSE - AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE – FEDERATION INTERNATIONALE DES LIGUES DES DROITS DE L’HOMME – LIGUE DES DROITS DE L’HOMME – PLATEFORME DES ONG FRANÇAISES POUR LA PALESTINE

CONTACTS PRESSE :
-  Amnesty International France : Aurélie Châtelard – 01 53 38 65 77 ou 06 76 94 37 05
-  FIDH : Gaël Grillot – 01 43 55 90 19
-  Plateforme des ONG françaises pour la Palestine : Maxime Guimberteau – 06 98 90 18 87 ou 01 40 36 41 46

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Très forte condamnation d’Israël par le président de l’Assemblée Générale des Nations Unies, Miguel d’Escoto Brockman. (extraits)
publié le mardi 20 janvier 2009

Assemblée générale exceptionnelle des Nations Unies. (15/01/09)
 
Jeudi 15 janvier 2009, lors d’une réunion exceptionnelle pour la crise à Gaza de l’Assemblée Générale des Nations Unies, le président, Miguel d’Escoto Brockman s’est levé et a parlé. Il a fortement condamné les exactions répétées du gouvernement israélien mais aussi l’attitude attentiste et complice des Nations Unies. Une longue vindicte dont nous avons retranscrit ici quelques extraits.

« La communauté internationale a attendu trop longtemps pour intervenir alors que la population de Gaza se fait massacrer. 1000 palestiniens ont perdu la vie, dont un tiers d’enfants. Ceci est une guerre contre un peuple emprisonné et sans défense. Si on peut appeler ça une guerre. Israël est toujours l’occupant, également dans la bande de Gaza. Au lieu d’assurer la protection, la puissance occupante empêche la population occupée de trouver refuge et de fuir ses attaques. Ces gens n’ont aucun moyen de s’échapper. D’après la convention de Genève, la sécurité, la liberté de religion et bien d’autres doivent être assurés à la population occupée. La puissance d’occupation devrait protéger le peuple occupé plus que sa propre population. Les palestiniens ont le droit de résister par les armes. Ce qu’Israël appelle sa « guerre contre la terreur » a entraîné la mort de 13 israéliens. Quelle ironie terrible quand aucun israélien n’est mort pendant la trêve. Israël est clairement en train de commettre un crime contre l’humanité.

Les violations de la loi internationale par Israël dans les territoires occupés ont été très bien documentées. Bombardements d’école, de mosquées, de bureaux de police…

La communauté internationale en est complice. Elle n’a pas réussi à protéger les populations civiles. Et ce depuis l’embargo sur Gaza qui est une violation de la convention de Genève, qui interdit les punitions collectives. Malgré cela, l’embargo a été soutenu. Nous contrevenons nous-mêmes à notre propre charte. Il faut soutenir notre charte et faire notre possible pour que les résolutions des Nations Unies et la loi internationale soient respectées. Israël n’en a pas respectées depuis 40 ans. Il nous faut reconsidérer la présence des Nations Unies dans le « quartet ». En 2007, John Dugard dit qu’Israël violait la loi internationale en ne tenant pas compte des avis consultatifs de la Court Internationale de Justice (2004). Nous devons nous assurer que ces avis soient entendus et respectés. Si le secrétariat général des Nations Unies n’en est pas capable, il doit quitter le quartet.

Israël contrevient gravement à l’engagement international. Israël continue de violer la Loi Humanitaire Internationale et les Droits de l’Homme. Nous devons pencher sérieusement sur ce que John Dugard appelle l’engagement total des Nations Unies dans la lutte pour le respect des Droits de l’Homme. Les Nations Unies enfreignent leur propre charte. Est-ce que la participation des Nations Unies au « quartet » entraîne un conflit d’intérêt ? Il est temps de changer cela.

J’exhorte cette assemblée à reconnaître l’obligation de tous les membres des Nations Unies à travailler pour la paix universelle, l’égalité des droits et l’autodétermination des peuples. Nous sommes au courant que le Conseil de Sécurité a voté la résolution 1860, mais qu’elle n’a pas été respectée. Gaza est un enfer ! Le cessez-le-feu est urgent et inconditionnel. Pas besoin d’une analyse très approfondie pour évaluer l’échec du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Pas d’accès pour l’aide humanitaire, pas de cessez-le-feu. Le Conseil doit demander un cessez-le-feu immédiat. Il a été bloqué par un pays. Cela a permis la poursuite de l’attaque militaire. Nous devons augmenter notre pression pour que ce cessez-le-feu soit effectif. La résolution du Conseil de Sécurité a été rejetée par les deux camps. Hamas a justifié son rejet parce que la résolution ne faisait pas mention de l’embargo, qui a débuté bien avant la récente attaque. Nous reconnaissons que l’embargo à durée indéterminée sur la bande de Gaza est une violation claire de la loi internationale. Israël a remis en cause la légitimité et l’autorité du Conseil de Sécurité des Nations Unies en déclarant qu’aucune entité extérieure ne pouvait lui dicter quoi faire. Israël est un membre des Nations Unies, et DOIT en respecter les décisions. Israël est fort méprisant envers les Nations Unies. Israël est au-dessus de la loi internationale. Les mesures prises par les États membres doivent immédiatement être rapportées aux Nations Unies, et ne peuvent en saper la puissance. L’argument de l’autodéfense avancé par Israël a été annulé depuis le vote de la résolution 1860. Toutes les organisations humanitaires et des Droits de l’Homme appellent pour un cessez-le-feu immédiat. Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans le monde entier, même en Israël.

Le conseil ne peut plus continuer à se tourner les pouces pendant que Gaza brûle ! Nous, membres de l’Assemblée Générale, devons accomplir nos obligations. Nous sommes très en retard…

J’appelle à un cessez-le-feu immédiat et à la création d’un accès pour l’aide humanitaire. Nous avons besoin d’une diplomatie sérieuse et expéditive, pas de fausses promesses. La population de Gaza continue de mourir ! Encore une fois, nous devons appeler à un cessez-le-feu immédiat. Il nous faut mettre un terme à la mort et à la destruction. Nous devons soutenir les courageux israéliens qui ont manifesté contre la guerre. Nous devons soutenir les populations qui ont défié leurs gouvernements et sont descendues dans la rue pour demander l’arrêt des atrocités. Notre résolution doit être le reflet de l’urgence du moment. Nous n’avons pas le temps pour de longues résolutions compliquées. Il faut une réponse d’urgence. J’espère, et crois, que notre travail aujourd’hui nous permettra de tenir notre engagement.

Merci. »

Retranscription originale, Frank Barat. Traduction, Florent Barat.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages